3 raisons pour lesquelles vous devriez ouvrir un PEA

le 15 Mars 2017

Performances Magazine 2T 2017
3 raisons pour lesquelles vous devriez ouvrir un PEA
81 conseils 300-250

Le PEA révèle de nombreux avantages pour tous les investisseurs, quel que soit leur profil. Café de la Bourse dresse la liste des 3 raisons qui devraient vous inciter à ouvrir un PEA, si vous ne l'avez pas déjà fait bien sûr !

Le PEA : une enveloppe fiscale attractive

Le PEA gagne avant tout à être connu pour sa fiscalité particulièrement avantageuse. Attention toutefois, les avantages fiscaux dépendent de la date d’ouverture de votre PEA.

En effet, en cas de retrait, avec un PEA ouvert depuis moins de 2 ans, l’impôt de plus-values est de 22,5% auxquels s’ajoutent les prélèvements sociaux de 15,5 % et, votre PEA sera automatiquement clôturé. Si le retrait intervient entre les 2 ans et 5 ans, l’impôt de plus-value sera réduit à 19% et vous devrez également vous acquitter des prélèvements sociaux de 15,5 % et le retrait entraînera aussi la clôture automatique du PEA.

En cas de retrait ayant lieu entre les 5 et 8 ans de votre PEA, vous serez alors exonéré de l'impôt de plus-values mais devrez payer les prélèvements sociaux de 15,5 % et là aussi, votre PEA sera automatiquement clôturé. Au-delà de 8 ans, c’est l’option la plus avantageuse, vous serez exonéré de l'impôt de plus-values et pourrez procéder à des retraits partiels qui n’engendreront pas la clôture du PEA. Les prélèvements sociaux de 15,5% restent dus.

Il est donc intéressant mais aussi urgent d'ouvrir un PEA, ne serait-ce que pour prendre date. Peu importe la banque ou le courtier chez qui vous l'ouvrez car un PEA, contrairement à une assurance-vie, est transférable d'un établissement à l'autre. De plus, un PEA ne comporte pas de dépôt minimum ni de versement périodique obligatoire.

Pour tout savoir sur le PEA, consultez notre dossier Le PEA, l’outil indispensable pour investir en bourse

Les nombreuses possibilités d'investissement du PEA

Investir dans un PEA recèle une foule de possibilités en matière d'investissement. Sont éligibles en effet toutes les actions des sociétés cotées ou non cotées dont le siège social est situé dans un pays de l’Union Européenne. Trois grandes familles se distinguent au sein d’un PEA : les actions de sociétés cotées, les fonds et ETF et, enfin, les actions des startups et PME non cotées.

Vous pourrez en effet investir via votre PEA dans les sociétés cotées, les grandes capitalisations du CAC 40 par exemple comme Air Liquide dans l’industrie, AccorHotels pour les services ou encore LVMH pour le secteur du luxe.

Vous pourrez aussi opter pour des SICAV, mais aussi des ETF ou trackers, émis par des sociétés dont le siège est situé dans un pays de l'Union Européenne. Il s’agit alors de mettre son argent dans un OPCVM géré par une société de gestion de manière active ou d’acheter un ETF qui réplique la performance d’un indice ou d’un secteur de manière passive.

Le PEA permet également d'investir dans des sociétés non cotées, PME et startups, pourvu toutefois que vous ne déteniez pas plus de 25% du capital de la Société. Il peut être avantageux d’investir dans une startup via un PEA pour profiter des nombreux avantages fiscaux de cette enveloppe. Veillez bien à ce que la ou les startups dans lesquelles vous souhaitez investir soient éligibles. Cette éligibilité repose sur un certain nombre de critères dont, notamment, le fait que la société paye l’impôt sur les sociétés.

Investir de manière active et passive avec le PEA

Avec un PEA, vous pouvez bien sûr choisir l'option d'investir en direct, sur les titres de société que vous allez sélectionner vous-même. Mais le stock-picking n’est pas une pratique évidente et si vous ne savez pas quoi acheter, quand acheter et quand vendre, il peut être judicieux d’opter pour un investissement via des fonds qui délèguent la gestion à un professionnel.

Vous n’aurez donc pas à vous soucier de stratégies d’investissement et, autre avantage de taille, cette option vous permet de diversifier vos placements pour un montant très raisonnable, dès quelques centaines ou milliers d’euros en fonction des OPCVM.

Si vous souhaitez privilégier une approche similaire mais avec des frais de gestion moindres, les ETF sont une excellente solution. En trackant des indices ou des stratégies, ils permettent un investissement «discount » et qui peut être aussi bien voire bien plus rémunérateur que via un fonds. Warren Buffet, l’investisseur légendaire, en a fait la démonstration, lui qui avait parié 1 million de dollars avec Protégé Partners, un hedge funds américain que la performance des fonds spéculatifs serait inférieure à celle de l’indice américain S&P 500 sur 10 ans. Le pari a été remporté haut la main par le milliardaire : le fonds spéculatifs n’a en effet obtenu que 2,2 % par an contre 7 % pour le S&P 500. Ainsi, un investisseur qui aurait acheté un ETF répliquant les performances du S&P 500 avec des frais de gestion inférieurs à 1% aurait été bien inspiré.

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d'investissement. Le lecteur se doit d'étudier les risques avant d'effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d'investissement.

Téléchargez votre rapport gratuit


Maîtrisez toutes les figures graphiques au travers de cas pratiques sur les titres les plus traités du marché.

Anticiper les marchés financiers avec les bougies japonaises. Maîtrisez toutes les figures graphiques au travers de cas pratiques.