Investissement non coté : investir dans le private equity

Le 12 juin 2020

private-equity-investissement-non-cote

On dénombre 3 millions de TPE en France (entreprises de moins de 10 salariés) ainsi que 140 000 PME (entreprises de moins de 250 salariés), tandis que le nombre de sociétés cotées en Bourse sur Euronext Paris avoisine les 750, correspondant principalement à des ETI (Entreprises de Tailles Intermédiaires) et des grands groupes.

Le différentiel est donc très important. Rien qu’en se fondant sur les PME, plus de 139 000 d’entre elles ne sont pas cotées en Bourse. L’univers du non coté est donc très vaste. La sélection de profils d’entreprises prometteuses parmi ce vaste univers d’entreprises non cotées est l’activité du Capital Investissement, aussi nommé Private Equity (PE).

Au sein de ce dossier, nous présenterons le Private Equity, son fonctionnement et ses caractéristiques, ainsi que ses avantages et ses limites/risques. Découvrez également dans cet article les différentes manières d’investir dans le private equity, agrémentées de nos conseils. Enfin, retrouvez notre étude de 3 grandes sociétés françaises spécialisées dans le Private Equity et cotées en Bourse.

Qu’est-ce que le Private Equity ou capital investissement ?

private-equity-non-cote-bourse
Si vous étiez un gérant Private Equity, votre travail consisterait à analyser, rencontrer, et accompagner des PME ou ETI à la recherche de sources de financement pour les aider dans leurs processus de croissance, autres que celles proposées par l’endettement bancaire ou encore l’introduction et la cotation en Bourse.

Qui sait, peut-être que l’entreprise de 200 salariés située sur la zone industrielle de votre ville est en pleine expansion grâce à son activité novatrice ? Il pourrait être judicieux d’y investir et ainsi d’accompagner sa croissance future !

À première vue, cela n’est pas une mince affaire… Il faut en premier lieu disposer d’une expertise permettant de cibler les bons profils d’entreprises parmi celles en recherche de financement. Il faut ensuite avoir des compétences d’analyste dans le cadre de l’étude des « dossiers » (croissance, dynamisme du secteur, politique d’entreprise, en sont quelques exemples).

Et surtout, vous devez disposer d’un capital conséquent pour financer ces entreprises, tout en sachant qu’il est préférable d’être diversifié.

Tous ces éléments présentent a priori de nombreuses barrières pour l’investisseur particulier. Néanmoins, l’investissement en Private Equity est possible grâce aux sociétés de Private Equity cotées en Bourse et aux fonds de Private Equity comme les FIP, FCPI et FCPR.

Investissement non coté : fonctionnement et caractéristiques du Private Equity



De manière générale, les sociétés de Private Equity ont tendance à opter pour des spécialisations sectorielles telles que la santé, les technologies, les télécommunications ou encore la consommation.

Elles ont pour rôle d’accompagner la croissance de PME sur le long terme, en créant une relation de partenariat et de confiance, ainsi que l’alignement d’intérêts communs. L’amélioration des performances des PME peut également faire partie des objectifs.

L’objectif commun est la création de valeur à long terme pour l’entreprise financée et des retours sur investissements intéressants pour la société de Private Equity.

En général, la majorité d’un portefeuille d’une société de Private Equity est composé de PME et d’ETI. Ces sociétés peuvent aussi arbitrer une quote-part de leurs investissements au sein d’entreprises cotées en Bourse, si elles y trouvent du potentiel.

Les équipes de gestionnaires des sociétés de Private Equity possèdent de bons niveaux d’expertise. Leur rôle principal est de cibler les sociétés privées (non cotées en Bourse) à fort potentiel et en recherche de financement. Elles ont également pour rôle de calculer les taux de rentabilité.

Ainsi, ces équipes mènent de véritables  « enquêtes de terrain » en rencontrant les dirigeants, en visitant les locaux, en apportant un accompagnement juridique, etc.

Les « tickets d’entrée » des sociétés de Private Equity peuvent être faibles comme élevés. En effet, ils peuvent être de quelques millions d’euros pour une petite PME, à plus de 500 millions d’euros pour des profils d’entreprises de plus grande taille.

En France, la BPI est un acteur majeur du Private Equity, avec 2,5 milliards d’€ attribués au capital-développement au titre de l’année 2019.

Dans le milieu du Private Equity, on retrouve deux grandes catégories. La première est le capital développement, qui consiste à accompagner la croissance d’une entreprise privée ; la seconde est le capital risque, qui consiste à financer une entreprise lors de son lancement.

Notons également que le Private Equity n’est pas uniquement réservé aux sociétés d’investissements. Les investisseurs particuliers peuvent également y prendre part. En termes Anglo-saxons, les grands investisseurs particuliers en Private Equity sont appelés les Business Angels. L’un des plus actifs en France est Xavier Niel (PDG et fondateur l’Iliad / Free) par l’intermédiaire de son école 42 et de Station F, l’un des plus grands incubateurs de startups au monde.

Quels sont les avantages à investir en Private Equity ?

Le principal avantage des financements de type Private Equity est une vision d’accompagnement sur le long terme. Les contraintes de ce mode de financement sont souvent plus souples que celles issues des financements bancaires, obligataires ou des IPO (Initial Public Offering ou introduction en Bourse).

En effet, les créanciers ou actionnaires peuvent parfois mettre une certaine forme de « pression » au regard de la rentabilité et des dates limites de réalisation des objectifs, tandis qu’un accompagnement de financement par l’intermédiaire d’une société de Private Equity est généralement plus souple et axé sur le « temps long ».

Par exemple, si la PME doit investir massivement lors d’une année N pour développer sa croissance, cela sera sans doute plus simple si elle est financée en Private Equity que si elle disposait d’actionnaires en recherche de rendements de dividendes. Le principe est le même pour des créanciers obligataires souhaitant également bénéficier de rendements sur leurs obligations (titres financiers de dettes).

Un autre avantage des sociétés de Private Equity est la diversification de leurs portefeuilles grâce à de multiples investissements. Il n’est pas rare de trouver plus de 50 prises de participations au sein des portefeuilles des sociétés de Private Equity. À cet égard, le risque est maîtrisé grâce à la diversification.

Notons également l’apport immatériel d’expérience des équipes de gérants des sociétés de Private Equity. Accompagner la croissance fait partie de leur métier et elles disposent généralement d’expertises sectorielles pointues.

De plus, investir dans le non coté via des fonds permet de bénéficier d’avantages fiscaux.

La 31e édition de l’étude de Franceinvest sur l’évolution de l’activité des acteurs français du Private Equity indique que ce secteur est croissance soutenue depuis 2009.

Levées de fonds des acteurs français du Private Equity

levees-de-fonds-societes-francaises-private-equity

Quels sont les risques de l’investissement en Private Equity ?

Le risque de l’investissement en Private Equity peut provenir de potentielles erreurs d’appréciations dans le choix des sociétés, effectuées par les gérants en Private Equity.

Ces erreurs d’appréciation proviennent par exemple d’investissements réalisés dans de jeunes entreprises ou dans des secteurs ou des entreprises en retournement, qui ne parviennent pas à réaliser leurs objectifs. Les raisons sont multiples, telles que l’arrivée de la concurrence, une mauvaise gestion ou d’autres risques macro ou micro-économiques.

Notons également que les sociétés ciblées au sein des activités de Private Equity sont souvent des PME qui représentent un univers potentiellement plus risqué que celui des grandes entreprises. En effet, de par leurs petites tailles, les PME sont aussi plus risquées.

L’investissement en Private Equity présente également un risque de liquidité. En d’autres termes, l’investisseur prend un risque plus élevé de ne pas trouver de contrepartie pour vendre ses participations au sein de sociétés non cotées en Bourse.

Étant donné les risques réels du Private Equity, il est recommandé de restreindre la quote-part de son patrimoine investi au sein de cette classe d’actifs.

Souscrire dans le Private Equity : les différentes manières de procéder



Investir en Private Equity en achetant des actions de sociétés de Capital Investissement cotées en Bourse

Une solution simple pour souscrire dans l’univers du Private Equity est l’acquisition d’actions cotées en Bourse des sociétés de Private Equity.

Ces actions de sociétés de Private Equity sont accessibles par l’intermédiaire d’un compte-titres, d’un PEA ou bien d’un PEA PME si ces sociétés sont des PME et sont originaires de l’Union Européenne.

Voici des exemples de grandes sociétés mondiales incluant l’investissement en Private Equity parmi leurs activités, classées selon leurs niveaux d’actifs sous gestion (AUM, Assets Under Management).

TOP 10 des grandes sociétés mondiales de Private Equity

  1. Blackstone Group (États-Unis) avec 571 milliards de $.
  2. Brookfield investments (Canada) avec 515 milliards de $ .
  3. Schroders (Royaume-Uni) avec 444 milliards de £.
  4. Carlyle Group (États-Unis) avec 201 milliards de $.
  5. Kohlberg Kravis Roberts é Co. (États-Unis) avec 148,5 milliards de $.
  6. Partners Group (Suisse) avec 94 milliards de $.
  7. Onex Corporation (Canada) avec 38 milliards de $.
  8. Tikehau Capital (France) avec 25,4 milliards d’€.
  9. Eurazeo (France) avec 17,7 milliards d’€.
  10. 3i Group (Royaume-Uni) avec 8,8 milliards de £.

Investir en actions dans une société cotée de Private Equity permet de bénéficier directement de l’univers du non coté (entreprises privées), généralement difficile d’accès pour l’investisseur « grand public ».

Investir en Private Equity via des FIP, FCPI et FCPR

Il existe également d’autres possibilités d’investissements en Private Equity, notamment au sein de certains types de fonds axés sur trois catégories.

FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) composés de PME de moins de 250 salariés et de moins de 50 millions d’€ de chiffre d’affaires. Ces fonds doivent inclure des investissements concentrés sur une région précise avec la possibilité d’étendre ses sélections à quatre régions limitrophes. Ils doivent être investis à hauteur de 70 % minimum au sein de PME.

FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation) composés de sociétés dites innovantes de moins de 2 000 salariés. Ces types de sociétés sont caractérisés par un seuil nécessaire d’investissement en Recherche & Développement (R & D) d’au minimum 15 % de leurs dépenses globales.

FCPR (Fonds Communs de Placement à Risque) composés de sociétés récentes. Ce type de fonds est à haut risque et l’investisseur peut potentiellement perdre tout son capital, ou réaliser d’importantes plus-values. Ce type de fonds est contraint à une obligation de détention de 50 % de ses actifs au sein de « jeunes » sociétés non cotées.

Les grandes banques et conseillers en gestion de patrimoine proposent ce type de fonds ainsi que les sociétés d’investissements spécialisées dans ces secteurs.

Investir dans ce type de fonds permet aussi de bénéficier d’avantages fiscaux.

Nos conseils pour investir en Private Equity

Les sociétés de Private Equity sont transparentes concernant leurs divers modèles et stratégies de gestion. L’investisseur peut donc s’orienter vers celles qu’il affectionne. Ces sociétés sont spécialisées dans certains secteurs ou sont plutôt de grandes sociétés de Private Equity, avec des fonds de différentes natures, etc. Les variantes sont nombreuses au sein de cet univers.

À titre d’exemple, la société cotée en Bourse française Altamir a décidé de se spécialiser au sein de secteurs spécifiques, en l’occurrence les TMT (Technologies, Médias et Télécoms), le digital, les services, la consommation et la santé.

Tikehau Capital privilégie elle des tickets d’entrée compris entre 10 et 70 millions d’euros comme plafond d’investissement par société privée, sans limites sectorielles.

L’investisseur dispose donc de choix variés au sein d’un univers mondial de plusieurs centaines de sociétés cotées en Bourse spécialisées dans le capital-investissement « Private Equity » ainsi que parmi les fonds de types FCPI / FIP / FCPR. Il peut donc étudier en détails leurs stratégies.

L’objectif du Private Equity est l’accompagnement à long terme d’entreprises privées.

Les arbitrages de type trading à court terme ou les stratégies de vente à découvert (short) sont exclus du modèle d’activité et la diversification des investissements doit être l’un des critères de gestion du risque.

Étude de 3 sociétés françaises de Private Equity cotées en Bourse



Eurazeo : grand groupe de Private Equity fondé en 2001

Grâce à ses 300 collaborateurs et ses 18,8 milliards d’euros en gestion, le groupe Eurazeo figure parmi les plus grands acteurs du secteur du Private Equity. Son large portefeuille d’investissements se compose de 430 entreprises sélectionnées parmi celles qui ont un fort potentiel de croissance sur un horizon de temps allant de 5 à 7 ans.

Les métiers d’Eurazeo sont catégorisés en 7 branches :

  • Eurazeo Capital
  • Eurazeo PME
  • Eurazeo Growth
  • Idinvest Partners
  • Eurazeo Brands
  • Eurazeo Patrimoine
  • Eurazeo Développement

Eurazeo dispose également d’activités dans l’immobilier, la dette privée (Private Debt), les mandats et les fonds dédiés (Private Funds).

Exemples de participations d’Eurazeo :

77,1 % du capital de DORC, société néerlandaise spécialisée dans les technologies médicales.

57,9 % du capital de Dessange International, un groupe de franchisés de salons de beauté.

53,3 % du capital d’Albingia, société allemande spécialisée dans la couverture des risques des entreprises.

51,9 % du capital de Carambar & Co, société française spécialisée dans les confiseries.

37,1 % du capital d’Efeso Consulting, un cabinet de conseil pour les sociétés industrielles.

Évolution du cours de l’action Eurazeo depuis 2003

cours-action-eurazeo

Source : Tradingview (hors tracés)

L’évolution du cours de l’action Eurazeo peut être scindée en quatre grandes phases :

  • une hausse de + 251 % entre le 30 septembre 2012 et le 21 mai 2007 ;
  • une forte baisse de – 82 % entre le 21 mai 2007 et le 23 février 2009 ;
  • une hausse marquée de + 572 % entre le 23 février 2009 et le 15 janvier 2018 ;
  • un repli de – 35 % entre le 15 janvier 2018 et le 5 juin 2020.

Chiffresclés d’Eurazeo :

  • Capitalisation boursière au 5 juin 2020 : 3,96 milliards d’€
  • Capitaux propres : 6,6 milliards d’€
  • Bénéfice net 2019 : 133 millions d’€

Altamir accompagne la croissance des entreprises depuis 1995

Altamir est un groupe français de Private Equity spécialisé dans la prise de participations d’entreprises des secteurs des TMT (technologies, médias et télécoms) et du digital (47 % de la valeur globale de son portefeuille).

Les secteurs des services (26 %), de la consommation (21 %), et de la santé (6 %) font également partie des domaines d’investissements d’Altamir.

Le groupe gère un portefeuille de 51 entreprises dont la juste valeur par actif net réévalué est de 1 013 millions d’€ au 31 décembre 2019.

Fin 2019, 82 % d’entre elles sont en Europe, 12 % aux États-Unis et 6 % dans le reste du monde.

Exemples de participations d’Altamir :

27,52 % du capital de Marlink, une société française de services de télécommunications par satellite destinée aux milieux maritimes et aux environnements peu couverts.

24,4 % du capital d’AEB, société italienne spécialisée dans les ingrédients biotechnologiques.

24,22 % du capital de Snacks Développement, société française parmi les leaders de la production et commercialisation de produits apéritifs salés.

22,44 % du capital d’InfoVista, société française parmi les leaders de l’édition de logiciels pour la gestion des réseaux.

13,17 % du capital d’amplitude Surgical, un groupe français parmi les leaders des technologies chirurgicales orthopédiques.

5,85 % du capital d’Alain Afflelou, société française de distribution de lunettes.

Évolution du cours de l’action Altamir depuis 2003

cours-action-altamir

Source : Tradingview (hors tracés)

L’évolution du cours de l’action Altamir a été volatil entre 2003 et 2009, avant d’engager une croissance soutenue depuis 2009. Son cours de Bourse peut être scindé en trois grandes phases :

  • une hausse de + 496 % entre le 5 mai 2003 et le 11 juin 2007 ;
  • une forte baisse de – 91 % entre le 11 juin 2007 et le 9 mars 2009 ;
  • une hausse notable depuis le 9 mars 2009 de + 1 294 %.

Chiffres clés d’Altamir :

  • Capitalisation boursière au 5 juin 2020 : 581 millions d’€
  • Capitaux propres : 1,01 milliard d’€
  • Bénéfice net 2019 : 245 millions d’€.

Tikehau Capital : 25,4 milliards d’€ sous gestion pour ce groupe créé en 2004

Tikehau Capital est un groupe français d’investissement au sein de quatre catégories d’actifs : la dette privée, l’immobilier, le Private Equity et Capital Markets Strategies. Le groupe propose également l’accès à des fonds.

Les quatre grandes valeurs de Tikehau Capital sont la proximité, la durabilité, la diversité, et l’indépendance.

Concernant son pôle dette privée, le groupe finance des entreprises privées à hauteur de 10 à 300 millions d’euros. Tikehau Capital gère 8,3 milliards d’€ d’actifs pour cette branche.

Le pôle immobilier de Tikehau Capital est principalement axé sur l’immobilier commercial (retail), les hôtels, les bureaux, les parcs logistiques et les usines. Le groupe gère 9,5 milliards d’euros d’actifs pour cette branche.

Dans le cadre de son pôle Private Equity, le groupe opère par l’intermédiaire de tickets d’entrées allant de 10 à 70 millions d’€. Les profils types sont des sociétés privées à forts potentiels de croissance organique ou externe. Tikehau Capital gère 4,1 milliards d’euros d’actifs en Private Equity.

Pour son pôle Capital Markets Strategies spécialisé dans les obligations d’entreprises à hauts rendements et les obligations subordonnées, le groupe cible des dettes d’entreprises paneuropéennes, chinoises, indiennes et indonésiennes. Tikehau Capital gère 2,5 milliards d’euros d’actifs au sein de son pôle Capital Markets Strategies.

Le groupe bénéficie d’une forte expansion de ses actifs sous gestion passants de 1 milliard d’€ en 2011 à 25,8 milliards d’€ en 2019.

tikehau-capital-evolution-actifs

Source : document d’enregistrement universel 2020

Exemples de participations de Tikehau Capital (Pôle Private Equity) :

Crowley Carbon, une société irlandaise de services d’efficacité énergétique.

Assiteca, leader du courtage en assurance indépendant en Italie.

Dove Vivo, un des leaders du co-living en Italie.

Groupe Rougnon, spécialisé dans les métiers techniques du bâtiment en région parisienne.

Medtrade, société britannique du secteur des dispositifs médicaux.

Addev Materials, groupe français spécialisé dans la transformation des matériaux haute performance de type packaging.

Évolution du cours de l’action Tikehau Capital depuis son introduction en Bourse de 2017

cours-action-tikehau-capital

Source : Tradingview (hors tracés)

L’évolution du cours de l’action Tikehau Capital peut être scindée en quatre grandes phases :

  • un repli de – 17 % entre le 27 mars 2017 et le 3 janvier 2018 ;
  • une hausse de + 35 % entre le 3 janvier 2018 et le 31 août 2018 ;
  • une baisse de – 41 % entre le 31 août 2018 et le 29 août 2019 ;
  • une hausse de + 45 % depuis le 29 août 2019.

Chiffres-clés de Tikehau Capital :

  • Capitalisation boursière au 5 juin 2020 : 3,4 milliards d’€
  • Capitaux propres : 3,15 milliard d’€
  • Bénéfice net 2019 : 179 millions d’€

Inscrivez-vous gratuitement et recevez nos idées d’investissement + en cadeau nos 5 ebooks

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


investir en bourse conseil
proteger-portefeuille-boursier-durant-ete
bitcoin-crypto-monnaie-monnaie-virtuelle
analyse-secteur-luxe-haut-de-gamme-bourse