Bourse : qu’est-ce qu’un dividende et comment en bénéficier ?

Le 05 décembre 2019

anticiper-marche-analyse-technique-300250

bourse-dividendes-societe

Symbole de l’avidité des actionnaires ou juste rémunération des risques pris par les investisseurs ? Le dividende n’en finit pas de faire débat. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Comment en toucher ? Quand sont-ils versés ? Comment les déclarer auprès de l’administration fiscale ? À combien sont-ils taxés ? Comment miser sur les sociétés qui en versent ? Toutes nos explications.

Dividende : caractéristiques et mode d’emploi

Le dividende correspond à la partie des bénéfices reversée aux actionnaires. Le versement de dividendes n’est ni automatique ni figé. En effet, une société peut choisir de verser ou non des dividendes. Le versement du dividende et son montant sont votés par les actionnaires lors de l’assemblée générale.

Il est le plus souvent versé en cash. L’actionnaire voit alors apparaître sur son compte-titres ou son PEA (Plan Epargne en Actions) ouvert auprès d’une banque ou d’un courtier en Bourse, une somme correspondant au montant du dividende multiplié par le nombre d’actions qu’il détient. Bon à savoir : quelques sociétés peuvent aussi proposer le paiement du dividende sous la forme d’un versement en nouvelles actions.

Le dividende : élément essentiel du rendement d’une action

Un investissement en Bourse permet de gagner de l’argent de deux façons différentes : en empochant une plus-value à la revente de ses titres (vous revendez l’action plus chère que vous ne l’avez achetée) et/ou en empochant régulièrement des dividendes.

Le rendement de l’action se calcule en effet en divisant le dividende annuel par le cours de l’action. Ainsi, si une action qui coûte 80€ verse 6€ de dividendes par an, son rendement est de 7,5 % car (6 / 80) X 100 = 7,5.

Comment toucher des dividendes ?

Acheter des actions pour percevoir des dividendes

D’abord, pour espérer pouvoir toucher des dividendes, il faut investir en Bourse et plus précisément acheter des actions. Que ce soit via un PEA, via un compte-titres ou bien au nominatif pur, la détention d’actions  est un préalable indispensable.

Mais vous pourrez aussi toucher des dividendes en ayant investi en Bourse via l’acquisition d’un ETF qui distribue des dividendes, par exemple.

Le type de détention des actions peut aussi jouer sur les dividendes que vous percevrez. Ainsi, certaines sociétés favoriseront leurs actionnaires détenant leurs titres au nominatif pur en majorant leurs dividendes.

Détenir des titres de sociétés qui versent des dividendes

Mais il ne suffit pas de posséder des actions pour percevoir des dividendes. Il faut aussi et surtout posséder des actions d’entreprises qui versent des dividendes. Dans les faits, une société qui verse d’ordinaire des dividendes continuera à le faire dans la durée sous peine d’envoyer un message négatif aux marchés financiers qui pourront mal interpréter le fait qu’elle ne verse pas de dividendes et penser que les bénéfices de la société sont en baisse, voire inexistants, et qu’elle connaît de véritables difficultés économiques et financières.

Les sociétés qui versent régulièrement un dividende sont aussi appelées des sociétés de rendement. Il s’agit le plus souvent de grandes capitalisations, matures, qui dégagent des bénéfices importants. Il existe même des sociétés qui sont spécialisées dans le versement de dividendes. On les appelle les aristocrates du dividendes. Pour pouvoir obtenir ce titre, les sociétés doivent afficher une capitalisation boursière supérieure à 3 milliards d’euros, un volume d’échanges quotidien supérieur à 5 millions d’euros et verser à leurs actionnaires, un dividende croissant depuis au moins 25 ans.

À l’inverse, il existe des sociétés qui ne versent aucun dividende, soit parce qu’elles ne font pas ou très peu de bénéfices, soit parce qu’elles préfèrent les consacrer au développement de leur activité.

Quand sont versés les dividendes par les sociétés ?

societe-dividendes-bourse
En France, le versement du dividende est le plus souvent annuel. Cependant, certaines sociétés versent deux ou quatre dividendes par an. Il s’agit de la fréquence la plus répandue aux États-Unis où la norme est le versement trimestriel du dividende. Les foncières cotées américaines ou canadiennes adoptent même souvent un dividende mensuel. Les dividendes sont donc versés de façon régulière, souvent, en France, peu de temps après l’assemblée générale qui en a voté le montant, souvent au printemps et plus particulièrement au mois de mai.

À noter : un dividende peut être régulier ou bien exceptionnel. Dans ce cas, le versement intervient après la vente d’actifs, par exemple.

L’impact du versement du dividende sur le cours de l’action

Le néophyte pourrait vouloir s’enrichir rapidement en achetant une action la veille du versement de son dividende et en la revendant ensuite. Mais c’est sans compter sur la conséquence du versement du dividende sur le prix d’une action en Bourse.

Lorsque le dividende est versé, on dit que le coupon est détaché et le montant du dividende est soustrait du cours de l’action en Bourse. Prenons un exemple : la société ABC verse son dividende le 20 juin, de 2€. Si le 19 juin, son cours a clôturé à 63€, alors, le lendemain, elle ouvrira la séance à 61€.

Quelle est la fiscalité des dividendes ?

Il n’y a pas une réponse unique à cette question. De fait, la fiscalité des dividendes dépend avant tout de l’enveloppe dans laquelle sont détenues les actions qui ont engendré leur versement.

Ainsi, la fiscalité sur les dividendes issus d’actions détenues sur un PEA (ou un PEA-PME) de plus de 5 ans est particulièrement avantageuse. Seuls les prélèvements sociaux de 17,2 % sont dus. Et à condition bien sûr que les sous sortent de l’enveloppe ! Si les sommes dues au versement du dividende sont conservées sur le compte-espèce du PEA ou bien consacrées à l’achat d’autres actions, l’investisseur n’aura rien à payer. La taxation n’a lieu que si l’argent quitte le PEA.

Si les actions qui procurent des dividendes sont détenues sur un compte-titres, alors, dans ce cas, c’est la fiscalité des revenus du capital qui s’applique. Depuis la loi de finances 2018, le contribuable a le choix entre deux options :

  • la flat tax ou prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30 % qui regroupe imposition (12,8 %) et prélèvement sociaux (17,2 %) ;
  • le barème progressif de l’impôt sur le revenu + les prélèvements sociaux de 17,2 %.

Ce choix doit bien sûr reposer sur les revenus du foyer fiscal et la tranche marginale qui y sont associés. Les plus petits revenus auront en effet tout intérêt à privilégier le barème progressif de l’impôt sur le revenu, quand les plus gros revenus auront eux, tout intérêt à privilégier la Flat Tax.

Attention : la Flat Tax est le régime d’imposition par défaut. Si vous souhaitez être imposé au barème progressif, veillez à bien le spécifier au moment de déclarer vos revenus issus de dividendes.

Comment déclarer ses dividendes ?

Les revenus issus de dividendes figurent sur l’imprimé 2042 de la déclaration de revenus, à la case 2DC correspondant au cadre « Revenus des valeurs et capitaux mobiliers ». Il conviendra de vérifier l’exactitude des montants déjà remplis par l’administration fiscale sur la base des informations fournies par votre courtier Bourse ou votre banque, et de les corriger le cas échéant. Pour cela, vous pouvez vous reporter à l’imprimé fiscal unique (IFU) envoyé par votre intermédiaire financier au début de l’année.

Attention, le montant à indiquer dans ces cases est le montant versé par la société dont vous détenez des actions et non le montant perçu. Ce dernier a en effet déjà fait l’objet de prélèvements sociaux.

Pour le calcul de la CSG déductible des revenus de l’année suivante, vérifiez que le montant inscrit en case 2DC figure bien dans la case 2BH. Le remplissage de cette case permet également d’exclure les dividendes de la base de calcul des prélèvements sociaux, puisque ces derniers ont déjà fait l’objet d’une retenue à la source.

Enfin, les frais engendrés par la détention d’actions (droits de garde) doivent figurer sur la case 2CA pour être déduits automatiquement.

À noter : si vous souhaitez choisir l’option pour l’imposition au barème progressif, cochez la case 2OP qui indique : « Vous optez pour l’imposition au barème de l’ensemble de vos revenus de capitaux mobiliers et de vos gains de cession de valeurs mobilières ».

Ces consignes concernent les dividendes issus d’entreprises payant l’impôt sur les sociétés ou assimilé, et ayant leur siège social dans l’Hexagone, dans l’Union européenne ou dans un pays ayant conclu une convention avec la France pour éviter une double imposition (Afrique du Sud, Algérie, Brésil, Canada, Corée du Sud, États-Unis…). Pour les autres, pour éviter une double imposition, il conviendra également de remplir la ligne 2DC de la déclaration de revenus avec le montant des dividendes versés mais majorés du « crédit d’impôt sur valeurs étrangères » qui doit être inscrit en case 2AB.

Enfin, n’oubliez pas de remplir le formulaire 2047 portant sur les « revenus de source étrangère » et les « revenus encaissés à l’étranger ».

Comment trouver les sociétés qui rémunèrent leurs actionnaires ?

Le rendement d’un titre peut être un critère de stock-picking d’un investisseur. Vous pouvez tout à fait entrer le versement de dividendes comme critère de sélection dans le stock screener dont vous avez l’habitude de vous servir. La presse spécialisée dresse également parfois un listing des sociétés les plus généreuses avec ses actionnaires.

Café de la Bourse vous propose fréquemment les classements des sociétés français et US qui versent les dividendes les plus importants à leurs actionnaires. Retrouvez notre Top 15 des sociétés françaises aux plus forts dividendes et notre Top 5 des sociétés américaines aux plus forts dividendes.

Où trouver les dividendes dans le bilan ?

Le bilan comptable d’une entreprise fait apparaître les dividendes versés aux actionnaires qui doivent en effet obligatoirement figurer dans les comptes. Les normes comptables françaises en vigueur prévoient que le compte « Associés-dividendes à payer » (compte 457) soit crédité du montant choisi et que le compte « Résultat de l’exercice » (compte 120) soit débité. Lorsqu’intervient le versement des dividendes, le compte « Associés-dividendes à payer » est débité et le compte « Banque » (compte 512) est crédité.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


bourse-meilleurs-secteurs-depuis-dix-ans
robo-advisor-conseiller-bourse
banque-en-ligne-compte-professionnel
decouvert-bancaire-agios-banque