Rejoignez eToro qui propose le crypto-trading depuis 2013. Votre capital est à risque*
Comment acheter des actions en Bourse ?

Comment acheter des actions en Bourse ?




Qu’est-ce qu’une action ? Quels sont les différents types d’actions existants ? Pour quelles raisons une société émet-elle des actions ? Quels marchés permettent d’acheter des titres d’une société ? Qui peut acheter et vendre des actions ? Quelles différences entre une action et une obligation ? Quelles sont les performances des actions ? Comment choisir ses actions quand on investit en Bourse ? Quelle est la fiscalité des actions ? Découvrez toutes nos explications sur la Bourse et les actions en vidéo et au sein de notre guide 2024 sur les actions en Bourse.

Êtes-vous prêt à passer à l’action ?

Qu’est-ce qu’une action ?

Une action représente une part du capital de la société.

C’est en quelque sorte le titre de propriété d’une part de la société qui l’a émise. La part qu’un associé détient dans la société est proportionnelle au nombre d’actions de cette société qu’il détient.

Pour mieux comprendre ce mécanisme, imaginez-vous une grande maison. Cette maison représente le capital d’une entreprise. Elle comporte un certain nombre de mètre carré. Chaque action est un mètre carré. Plus vous détenez de mètres carrés (d’actions), plus grande est votre part de la maison (capital total). Si l’entreprise, via une augmentation de capital, émet de nouvelles actions, elle agrandit la maison, en créant de nouvelles pièces. Ces dernières peuvent être achetées soit par les actionnaires existants, soit par de nouveaux investisseurs désireux de devenir actionnaires de cette société.

Quand vous achetez une action, vous devenez un actionnaire de l’entreprise. Vous possédez alors une part des capitaux propres de l’entreprise. De ce fait, l’actionnaire possède un droit sur l’actif et sur les bénéfices de l’entreprise.

Quels sont les différents types d’actions ? Focus sur les actions classiques et les actions privilégiées

action-en-bourse

Il existe deux grands types d’actions :

  • les actions classiques, les plus répandues, qui donnent le droit à leur propriétaire de voter lors des assemblées générales d’actionnaires et de percevoir d’éventuels dividendes ;
  • les actions privilégiées, qui ne confèrent pas de droit de vote aux assemblées mais donnent à leur détenteur un droit de préemption sur les actionnaires classiques, ce qui signifie qu’en cas de faillite de l’entreprise, au moment de sa liquidation, ils seront dédommagés avant les actionnaires classiques.

Pourquoi une société émet des actions ?



Émettre des actions est un moyen pour une société de se financer. En effet, pour lever des fonds, une entreprise peut traditionnellement procéder de trois manières différentes :

  • emprunter de l’argent à une banque ;
  • emprunter de l’argent directement aux investisseurs sur les marchés financiers (émission d’obligations) ;
  • vendre aux investisseurs des parts de son capital (émission d’actions).

De nombreuses raisons peuvent donc pousser une société à émettre des actions. Une entreprise, pour se développer à l’international, pour lancer un projet en recherche et développement (R&D), pour embaucher de nouveaux salariés et bien évidemment plein d’autres choses encore a besoin d’argent.

Action : que sont le marché primaire et le marché secondaire ?

Une société, lorsqu’elle vend à des investisseurs des parts de son capital pour se financer, émet donc des actions. Deux cas de figure existent.

Première possibilité : l’entreprise introduit son capital en Bourse, sur le marché dit « primaire », c’est-à-dire le marché des actions nouvelles. On parlera alors d’introduction en bourse ou d’IPO. Retenez bien ce terme qui signifie « Initial Public Offering », équivalent anglais de « introduction en Bourse » et est très usité par la presse spécialisée.

Deuxième possibilité : une société déjà cotée en Bourse, qui a besoin d’argent, choisit d’émettre de nouvelles actions. Elle les vendra, comme lors de son introduction en Bourse, sur le marché primaire. On appelle cela une augmentation de capital. Cette décision est prise en assemblée générale extraordinaire.

Le marché primaire n’est évidemment pas le seul. On peut tout à fait acheter des actions à quelqu’un d’autre qu’à la société émettrice. Lorsqu’une société a été introduite en Bourse, ses actions peuvent en effet être revendues sur le marché « secondaire ». Il s’agit, pour faire simple, du marché des actions d’occasion.

Investir en Bourse, c’est donc acheter des parts d’une entreprise cotée.

Qu’est-ce que la Bourse ? Découvrez cette place de marché où l’on achète et vend des actions



La Bourse est le lieu immatériel où s’achètent et se vendent des actions. On peut donc dire qu’il s’agit d’une place de marchés où s’échangent, contre de l’argent, des parts d’entreprises.

En France, les actions sont cotées en continu, au cours de cinq séances par semaine, du lundi au vendredi, de 9h à 17h30.

L’action d’une même entreprise peut être cotée sur plusieurs places boursières. On retrouve ainsi l’action Tesla sur le NYSE (New York Stock Exchange), mais aussi sur la Bourse de Milan et la Bourse de Frankfort.

L’action Coty, par exemple, déjà listée sur le Nyse, a été introduite en septembre 2023 sur Euronext Paris.

Action vs obligation : quelles différences entre ces titres ?

Les obligations et les actions sont deux types de produits financiers utilisés par les investisseurs pour valoriser leur capital. Mais il s’agit de deux produits très différents.

Les actions sont des titres de propriété d’une entreprise tandis que les obligations sont des titres de créance d’une société.

Le détenteur d’une action détient une part du capital de la société dont il devient associé. Son action lui confère le droit de toucher une partie des bénéfices futurs et un droit de vote lors des assemblées générales. En ce qui concerne le détenteur d’une obligation, il détient lui, une part de la dette de la société, et devient créancier de l’entreprise ou l’État qui l’a émise.

Il est généralement bien plus rémunérateur de détenir une action plutôt qu’une obligation. Cependant, le créancier prend moins de risques. Notez qu’il bénéficie d’un avantage de taille sur l’actionnaire : en cas de faillite de l’entreprise, le détenteur d’une obligation sera remboursé avant l’actionnaire. Rappelons toutefois que le détenteur d’une obligation n’a aucun droit sur les bénéfices générés par l’entreprise.

Il existe aussi des obligations convertibles, qui permettent sous certaines conditions de convertir ses obligations en actions.

Qui peut vendre et acheter des actions en Bourse ?



La Bourse est ouverte à tous et tout le monde peut y acheter ou y vendre des actions : les particuliers donc bien sûr, mais aussi les banques, les compagnies d’assurance, les fonds de pension, et également les entreprises qui peuvent acheter ou vendre les actions d’autres entreprises.

Dans certains cas, les entreprises peuvent procéder à des rachats d’actions. De cette façon, l’entreprise diminue le nombre d’action en circulation. Ce procédé vise à donner plus de valeur aux détenteurs d’action encore en circulation à l’issu du rachat d’actions.

Comment acheter une action ?

Pour acheter une action, l’investisseur doit d’abord ouvrir un compte chez un courtier Bourse comme Degiro, eToro ou XTB ou bien se rapprocher de sa banque (banque en ligne ou banque traditionnelle) et choisir une ou des enveloppe(s) (compte-titres, PEA, PEA PME, PEA Jeunes) permettant de loger ses titres.

Une fois votre compte-titres ou votre PEA souscrit, vous devrez effectuer un passage d’ordre. Concrètement, il s’agit de placer un ordre d’achat (ou de vente) sur un titre donné, précisant le nombre d’actions que vous voulez acheter (ou vendre), à quel prix, en payant au comptant ou en ayant recours au service de règlement différé ou SRD (cette option n’est possible que sur un compte-titres et pour certaines actions uniquement).

Attention, il est aussi possible de détenir une action au nominatif, et dans ce cas les titres sont directement inscrits et gérés par la société émettrice. L’actionnaire est alors contraint d’ouvrir un compte auprès de chaque société cotée dont il détient des actions alors que la détention d’actions « au porteur » permet de rassembler tous ses investissements sur un ou quelques supports (compte-titres, PEA, etc.).

Comparatif courtier Bourse pour investir dans une action en 2024

Top courtiers en BourseLes offres du momentVoir offres
etoroToutes les actions, 0 % commission + 10 ans de crypto-trading et ce n’est pas terminé. Votre capital est assujetti à un risque*Découvrez
courtier-freedom-24Jusqu'à 20 actions en cadeau avec Freedom 24 en avril 2024. Votre capital est assujetti à un risque*

Découvrez
Interactive BrokersInvestir en toute confiance dans des actions, options, contrats à terme, devises, obligations et fonds sur 150 marchés mondiaux. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
courtier-bourse-directA partir de 0,99€ l'ordre de Bourse + frais de transfert remboursés et formation gratuite. Risque de perte en capital*Découvrez
courtier-trade-republic4% d'intérêts sur vos liquidités + investissez à partir d’1€ sur les actions, ETF, plans d’investissement programmé, cryptos et produits de bourse. Risque de perte en capital*Découvrez
courtier-saxo-banqueNouveaux tarifs ultra-compétitifs : 0,08% sur les actions françaises et américaines + Saxo Turbos à 0€ + 4% d'intérêts sur les liquidités. Risque de perte en capital*Découvrez
courtier-degiro1€ de commission de courtage sur des actions françaises, américaines et ETF. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
XTBInvestissez dans les actions avec 0% commission. Risque de perte en capital*Découvrez
easybourseJusqu’à 1 000€ de frais de courtage offerts + remboursement des frais de transfert X2 + ProRealTime offert. Risque de perte en capital*Découvrez
fortuneoFrais de courtage sur 100 ordres offerts. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
logo-boursobank Frais de transfert remboursés + à partir de 0€ l'ordre de Bourse avec Boursomarkets. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
*Voir conditions sur le site.

Comment gagner de l’argent avec les actions ?

L’investisseur qui détient des actions peut gagner de l’argent de deux façons. D’une part, l’action peut verser un dividende, et dans ce cas le détenteur du titre touche tous les ans ou plusieurs fois par an, une somme qui correspond au rendement de l’action. Notez que toutes les sociétés ne versent pas de dividendes. Elles peuvent le faire mais ne sont en aucun cas forcées de le faire. Elles peuvent garder cette part des bénéfices pour financer leur développement. Cela ne signifie pas que l’actionnaire ne gagnera pas d’argent en investissant dans une société de ce type.

En effet, il existe un second moyen pour l’actionnaire de gagner de l’argent grâce à une action : réaliser une plus-value lors de la revente. Cela signifie que l’actionnaire a revendu son action plus chère qu’il ne l’a achetée (le cours de l’action a augmenté).

Quelle est la performance des actions ?



Une action peut rapporter beaucoup, elle peut aussi faire perdre beaucoup. Le cours des actions en Bourse fluctue à la hausse comme à la baisse selon l’offre de la loi et de la demande. Parmi les actions qui ont affiché les performances les plus notables ces dernières années, on peut par exemple citer l’action Nvidia dont le cours de bourse a progressé de 15 690 % en 10 ans ou encore l’actionTesla qui a vu son cours de bourse bondir de 1 1 520 % en 10 ans. Mais une société peut aussi voir son cours de Bourse dégringoler comme l’action Orpea qui a perdu près de 99,97 % de sa valeur en 5 ans.

Mais on n’investit pas dans une action en Bourse, une diversification numéraire, géographique et sectorielle doit être mise en place dans un portefeuille boursier. Il est donc plus probant de juger de la performance des actions à l’aune des grands indices boursiers plutôt qu’en sélectionnant après coup les titres qui ont enregistré les variations les plus extrêmes. Ainsi, si l‘on prend le MSCI World depuis sa création en 1987, cet indice boursier regroupe plusieurs milliers d’actions du monde entier, la performance annualisée se situe aux alentours de 10 %. Il a affiché en 2023 une performance exceptionnelle légèrement supérieure à 19 %. Le Nasdaq oscille lui aussi autour de 10 % de performance annualisée (40 % environ de performance en 2023) et le CAC 40 se situe lui aux alentours des 6 % (+ 16,5 % en 2023 et + 20 % si l’on prend en compte les dividendes). Investir en Bourse sur le long terme s’avère donc payant et les actions constituent la classe d’actifs la plus performante dès lors que l’on dispose d’un horizon d’investissement de plusieurs dizaines d’années.

Comment choisir des actions en Bourse ?

Pour bien choisir des actions en Bourse et effectuer soi-même son stock-picking, il est indispensable de bien connaître son profil d’investisseur et notamment son profil de risque, mais aussi ses objectifs, être au clair sur ses connaissances et ses compétences sur les différents secteurs d’activité et les zones géographique et bien avoir en tête les notions de base en économie et comptabilité et pouvoir réaliser l’analyse fondamentale d’un titre, voire même son analyse technique pour choisir le meilleur moment pour se positionner.

Vous devrez choisir entre stratégie value, growth ou dividendes, voire choisir de vous positionner sur des thématiques d’investissement. Il est aussi possible dans une optique de diversification de consacrer une part de votre portefeuille à chacune de ces stratégies d’investissement.

Découvrir aussi notre article 3 actions prometteuses en Bourse pour 2024

Comment construire un portefeuille d’actions ?

L’essentiel reste de se constituer un portefeuille diversifié, équilibré, qui vous permette de dégager des plus-values dans la durée, pourquoi pas en opérant des rotations en fonction des circonstances de marché. Mais il est aussi possible d’opter pour un portefeuille en buy&hold pour valoriser un capital dans la durée avec la mise en place de versements réguliers.

Vous ne souhaitez pas avoir à sélectionner vous-même les actions dans lesquelles vous allez investir, par manque de temps et/ou de compétences ? Vous pouvez tout de même investir en Bourse. Vous pouvez en effet choisir d’investir sur les grands indices boursiers avec des ETF, ou bien investir en Bourse avec des OPCVM gérés activement. Attention tout de même aux frais de ces fonds d’investissement qui en plus ne surperforment pas toujours leur indice de référence. Enfin, il est aussi possible d’opter pour la gestion sous mandat de votre assurance-vie ou de votre PEA par exemple. Ainsi, une équipe de gérants réalise pour vous tous les arbitrages de votre enveloppe en fonction de votre profil de risque, de votre horizon d’investissement et des circonstances de marché.

Quelle est la fiscalité des actions en 2024 ?



En France, les gains sur les valeurs mobilières sont taxés à la flat tax à 30 % ou barème de l’impôt sur le revenu + 17,2 % de prélèvements sociaux si cela est plus avantageux pour vous. Les gains des actions en Bourse sont donc imposés de la sorte dès lors que vous détenez vos titres au nominatif pur ou sur un compte-titres.

En revanche, d’autres enveloppes permettent de bénéficier d’avantages fiscaux pour vos investissements en Bourse. Ainsi, si vous détenez vos actions sur un PEA, vous bénéficiez d’une exonération d’impôt sur les plus-values et donc seuls les prélèvements sociaux sont dus si vous détenez votre plan depuis plus de 5 ans. Attention, pendant ces 5 ans, pour bénéficier de l’avantage fiscal, aucune sortie ne peut être faite du PEA. Mais vous pouvez bien sûr vendre et acheter des titres. Il suffit seulement de conserver l’argent dû à une revente de vos actions sur le compte-espèces du PEA.

Il est aussi possible, bien que ce soit bien moins fréquent, d’acheter des actions en direct depuis les supports en unités de compte d’une assurance-vie. Dans ce cas, vous pourrez bénéficier des avantages fiscaux de l’assurance-vie, à savoir, au bout de 8 ans de détention d’une taxation à 24,7 % seulement (au lieu des 30 % de la flat tax), à condition que l’encours tous contrats confondus ne dépasse pas 150 000 euros pour une personne seule et 300 000 euros pour un couple. Notez aussi qu’au-delà de 8 ans de détention du contrat, vous bénéficiez d’un abattement chaque année sur les gains des rachats, de 4 600 € pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple, quel que soit le choix d’imposition IRPP (impôt sur le revenu) ou prélèvement.

Quelques questions sur les actions en Bourse ?

Comment acheter une action ?
Vous pouvez acheter une action en passant un ordre de Bourse auprès de votre courtier comme Bourse Direct ou de votre banque comme Bourso Bank (ex-Boursorama Banque) par exemple, en ayant au préalable ouvert une enveloppe destinée à détenir vos titres : PEA, PEA-PME, PEA jeunes ou encore compte-titres, pour les actions hors UE et les stratégies d’investissement sophistiquées.

Comment détenir une action ?
Un actionnaire peut détenir ses actions soit au nominatif, et dans ce cas les titres sont directement gérés par la société émettrice qui effectue elle-même les opérations comme le versement de dividendes ou l’attribution d’actions nouvelles par exemple ; soit au porteur, ce qui signifie que seul l’intermédiaire financier (courtier ou banque) connaît l’identité du porteur. C’est le cas le plus fréquent, celui des actions détenues via un compte titres ou un PEA.

Comment gagner de l’argent avec les actions ?
Il existe deux moyens de gagner de l’argent avec une action. D’abord, le rendement d’une action est lié au dividende versé à ses actionnaires. Attention, les sociétés peuvent choisir de ne pas en verser. L’autre façon de gagner des sous avec l’investissement en action est de réaliser une plus-value, c’est-à-dire de revendre une action plus chère qu’on ne l’a acquise.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.