Frais de courtage : comment faire baisser la facture auprès des banques et courtiers ?

Le 23 juin 2021

baisser-frais-de-courtage

Découvrez dans cet article ce que regroupent les frais de courtage en Bourse, les disparités très importantes entre acteurs traditionnels et courtiers en ligne, notre comparaison des offres des brokers mais aussi toutes nos astuces pour faire baisser la facture !

Qu’est-ce que les frais de courtage en Bourse ?

Les frais de courtage regroupent l’ensemble des frais prélevés par les intermédiaires en Bourse (les brokers ou courtiers et les banques) lors de l’achat ou de la vente de titres boursiers. À chaque fois qu’un ordre de Bourse est passé, qu’il s’agisse d’une vente ou d’un achat, l’intermédiaire financier prélève directement le montant de ces frais sur le montant de la transaction. Les frais de courtage peuvent être fixes pour certains et proportionnels au montant de l’ordre passé pour d’autres, avec bien souvent un minimum. Parfois et plus rarement, le courtier propose une facturation sous forme de forfaits.

Notez que sur le PEA, depuis la loi Pacte, les frais de courtage sont plafonnés. Ils restent en revanche totalement libres sur le compte titres.

Outre les frais de courtage, les autres frais des courtiers en Bourse peuvent être les suivants :

  • droits de garde,
  • frais de tenue de compte,
  • frais annexes comme ceux qui s’appliquent parfois pour avoir accès aux cours en temps réel ou à certains logiciels de prise de décision,
  • frais d’abonnement, lorsque l’investisseur ne réalise par le nombre de transactions prévues pour la formule choisie.

Frais de courtage : quels sont les tarifs pratiqués par les courtiers Bourse ?




Un courtier en Bourse peut choisir de tous les pratiquer ou de faire payer à leurs clients seulement quelques-uns des frais présentés ci-dessus.

Des frais de courtage variables selon la place boursière concernée

Les transactions sur des places financières étrangères, comme le Nyse ou le Nasdaq ou tout autre marché différent d’Euronext (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne), sont souvent facturés plus chères. Ainsi, selon l’Observatoire de l’épargne de l’AMF, en 2018, un ordre Internet de 5 000 € sur la Bourse de New York engendrait 15,50 € de frais moyens, soit deux fois plus que sur Euronext Paris (7,70 €). Mais certains courtiers en ligne se sont fait une spécialité des transactions passées sur les marchés étrangers.

Des frais de courtage variables selon l’actif tradé

Les frais de courtage peuvent aussi varier selon le type d’actif tradé. Certains courtiers Bourse n’appliquent pas de frais de courtage sur certains types d’actifs comme par exemple XTB avec son offre 0 commissions sur certains ETF et actions. Il en est de même chez eToro. À l’inverse, certains neocourtiers comme Trade Republic optent pour un tarif unique, quels que soient le montant de l’ordre, la place boursière ou encore le type d’actif, avec chez le neocourtier Bourse allemand nouvellement arrivé en France un tarif unique de 1€ par transaction.

À noter : les frais de courtage sont fiscalement déductibles des revenus financiers déclarés.

Nous rappelons également que les frais de courtage du PEA sont depuis la loi Pacte plafonnés, à 0,5 % maximum en cas d’ordre dématérialisé et 1,2 % dans les autres cas (guichet, téléphone, etc.).

Frais de courtage en Bourse : une baisse considérable depuis le milieu des années 2000

frais-de-courtage-courtier
Depuis le milieu des années 2000 jusqu’à aujourd’hui, le montant des frais de courtage a considérablement baissé. L’étude annuelle du journal Les Echos révélait dans son édition 2017 que « le montant minimal d’un ordre de courtage a été divisé par dix entre le milieu des années 2000 et le milieu des années 2010 […] passant de 5 euros en 2006 à 0,45 euro en 2015 ».

Et les baisses de tarifs semblent toujours à l’ordre du jour. Ainsi, Degiro n’en finit pas de baisser ses tarifs (0,20€ contre 0,45€ auparavant sur Euronext) en supprimant ses frais fixes.

Depuis quelques années, ce sont les neocourtiers Bourse qui proposent une grille tarifaire hyper avantageuse et tirent les prix vers le bas, avec des tarifs très attractifs, voire même une suppression des frais de courtage sur certains types d’actifs.

Courtage en ligne : une guerre des prix qui se déplace sur le terrain des transferts de comptes et des offres promotionnelles




Mais les tarifs ne font pas tout et nombreux sont les courtiers en ligne à déplacer la guerre des prix sur les offres promotionnelles en espérant ainsi attirer de nouveaux clients qui se lanceraient dans le trading Bourse ou changeraient de brokers pour bénéficier de prix plus avantageux. Les offres promotionnelles sont légion et, de prolongation en renouvellement, ont tendance à devenir permanentes. On soulignera notamment les offres d’accueil qui associent prise en charge des frais de transfert et remboursement des frais de courtage sur une période donnée pouvant aller jusqu’à 1 000 ou même 2 000 euros d’économie. Et tant pis si les montants sont démentiels.

En effet, les brokers proposent parfois de rembourser des frais de transaction si élevés que, dans les faits, ils sont rarement atteints par les investisseurs particuliers. On note cependant un fléchissement de ce type de pratiques auprès de certains courtiers qui s’explique par une recherche de rentabilité.

Frais de courtage : banque VS courtier en ligne

Comme dans le cas de la banque et des frais bancaires pour lesquelles les banques en ligne affichent des frais bien inférieurs aux acteurs historiques que sont les banques de réseaux, les courtiers en ligne affichent eux aussi des prix bien inférieurs aux acteurs traditionnels que sont les grandes banques de réseaux. Ces dernières pratiquent en effet quasi systématiquement des frais de garde, frais annexes, frais d’inactivité, venant s’ajouter aux frais de transactions, déjà plus élevés en moyenne que ceux affichés par les courtiers en ligne. Tous ces frais annexes, censés rémunérer la conservation des titres et les opérations administratives, peinent à trouver une justification aux yeux des clients.

L’étude annuelle du journal Les Echos sur les frais de courtage évoque dans son édition 2018 un ratio non négligeable : « les banques traditionnelles de réseaux restent environ trois fois plus chères que les courtiers en ligne ». Les résultats sont cependant disparates et certaines banques traditionnelles s’efforcent de baisser leurs tarifs, allant jusqu’à supprimer les droits de garde pour certains types de clients, quand d’autres banques traditionnelles augmentent leurs droits de garde.

Il faut dire que les grandes banques traditionnelles ont ces dernières années considérablement investi pour adapter leur modèle bancaire subitement ringardisé par la banques en ligne et la neobanque qui ont imposé le digital dans le secteur. Les banques de réseaux se sont donc concentrées sur leur cœur de métier qu’est la banque de dépôt et ont quelque peu délaissé le courtage ; une situation qui a permis aux nouveaux acteurs d’affiner leur offre de produits et services, notamment en matière de technologie, et de revoir à la baisse leur politique tarifaire pour se différencier des acteurs historiques.

Mais comme dans le cas de la banque en ligne qui a bouleversé le secteur bancaire et contraint les acteurs historiques à plus ou moins de changement, les courtiers en ligne ont changé la donne et désormais, même les poids lourds du courtage, dans un contexte de marché de plus en plus concurrentiel, surtout depuis l’arrivée des neocourtiers Bourse, sont contraints de proposer à leur clientèle des offres spéciales, voire une baisse des tarifs.

Consulter également notre article 10 conseils pour devenir un meilleur trader Bourse

Frais de courtage : comparatif meilleur courtier Bourse

Top courtiers en BourseLes offres du momentVoir offres
courtier-trade-republic8 500 actions et ETF à 1 € l'ordre et quel que soit le montant de la transaction. Risque de perte en capital*Découvrez
xtbTrader les actions avec 0% de commission. Votre capital est assujetti à un risque*Découvrez
etoroToutes les actions, 0 % commission. Votre capital est assujetti à un risque*Découvrez
courtier-degiro50€ de frais de courtage offerts jusqu'au 01/10/21. 0,04 % par ordre sans minimum sur Euronext. Accès à 50 marchés internationaux. Aucuns frais cachés. Aucun dépôt minimum. Inscription en ligne. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
courtier-bourse-direct0,99 € l'ordre de Bourse, frais de transfert remboursés et formation gratuite. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
fortuneo100 ordres offerts et remboursement de vos frais de transfert jusqu'au 02/11/21. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
bforbank2000 € de frais de transfert remboursés + ProRealTime offert jusqu’au 15/11/21. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
logo-boursorama-banque A partir de 1,99 € l'ordre de Bourse. Investir comporte un risque de perte*Découvrez
*Voir conditions sur le site.

Comparer les frais de courtage proposés par l’ensemble des courtiers Bourse

La complexité est sans aucun doute le terme qui caractérise le mieux les frais de courtage, la comparaison entre les différents acteurs étant rendu particulièrement difficile de par la disparité des frais pratiqués par les courtiers. Certains pratiquent des frais annexes, des droits de garde, d’autres non. Tous les produits ne sont pas proposés par les différents courtiers (accès plus ou moins étendu aux différentes places boursières, possibilité ou non d’investir sur certains produits dérivés, etc.) et à des prix très différents les uns des autres. Ajoutez à cela que le prix des ordres varie sensiblement selon le canal choisi (par Internet, par téléphone, en agence). En outre, les prix fluctuent sensiblement en fonction du nombre d’ordres exécutés sur le mois ou l’année selon que le courtier propose une formule ou abonnement avec un nombre défini d’ordres sur une période donnée.

Résultat : il est souvent très difficile de connaître la facture finale liée aux frais de courtage.

Retenez tout de même que les leaders du marché sont Boursorama, Bourse Direct, Fortuneo et Degiro. Et certains nouveaux courtiers Bourse, aussi appelés neocourtiers, se démarquent par une politique tarifaire agressive à l’instar de Trade Republic, Robinhood, FreeTrade, Bux, etc. Nous vous rappelons en outre, que les banques traditionnelles affichent elles le plus souvent les frais de courtage les plus élevés sans que les outils proposés ou l’offre des marchés accessibles (identique ou moins étendue que celle proposée par les courtiers en ligne et neocourtiers) justifient une telle différence de prix.

Vous pouvez retrouver nos fiches pratiques sur les principaux courtiers en ligne depuis notre page Comparatif et avis courtiers en ligne. Retrouvez pour chacun des acteurs, la présentation de l’entreprise, son actualité, les types de produits traités, les services proposés, les tarifs pratiqués, les principaux atouts.

Nos conseils pour réduire ses frais de courtage



Ne passez pas trop d’ordres de Bourse

Un investisseur particulier débutant ne devrait pas passer des ordres de Bourse à tout va. La stratégie Buy & Hold qui a fait ses preuves et consiste à acquérir des titres que l’on conservera sur le long terme ne nécessite de passer que peu d’ordres de Bourse et vous dispense de garder un œil en permanence sur les marchés boursiers. Si vous suivez de trop près les fluctuations du marché et que vous achetez et vendez des titres au gré des mouvements des marchés, vous risquez fort de n’enrichir que votre courtier. Pas besoin d’être un hyperactif de la souris pour afficher une bonne performance sur la durée !

À l’inverse, passez beaucoup d’ordres en Bourse

Cela peut paraître paradoxal mais le fait de passer beaucoup d’ordres peut aussi être une option à envisager pour faire baisser ses frais de courtage. En effet, de nombreux courtiers proposent des forfaits pour les traders actifs qui s’ils dépassent un nombre d’ordres déterminé sur une période donnée pourront bénéficier de prix avantageux. Attention tout de même, ce type de compte s’adresse à des investisseurs expérimentés. Les novices auront tout intérêt à limiter leur nombre d’ordres et à se cantonner au premier conseil.

Passez vos ordres en ligne vous-même

On l’a vu, le prix des transactions varie selon le canal utilisé. En conséquence, évitez de passer vos ordres de Bourse par téléphone, pratique bien plus onéreuse que le passage d’ordres en ligne sur la plateforme proposé par votre courtier. Mais la palme de l’ordre le plus cher revient sans conteste à celui passé en agence, à bannir donc absolument ! L’enquête 2017 de l’Observatoire de l’épargne de l’AMF souligne que l’achat pour 1 000€ d’actions sur Euronext Paris coûte en moyenne 8 € via Internet, contre 14 € par téléphone, et 19 € en agence bancaire.

Sélectionnez le courtier en ligne selon vos besoins

Avant de choisir un courtier plutôt qu’un autre, vérifiez bien que les frais sur les produits et marchés sur lesquels vous souhaitez investir sont compétitifs. Si vous souhaitez investir principalement sur Euronext, le courtier présentant les frais les moins élevés ne sera sûrement pas le même que celui si vous souhaitez acquérir majoritairement des actions nord-américaines. De même, si vous souhaitez investir dans des produits dérivés comme les options ou les futures, le courtier qui présentera les tarifs les plus attractifs ne sera sans doute pas le même.

Attention aussi, les frais ne doivent en aucun cas être le seul critère de sélection de votre courtier Bourse. Un courtier low cost ne prévoit généralement pas d’accompagnement et d’analyses, d’outils de prise de décision, ni de formations. Ce type d’offre avec des prestations réduites au minimum n’est généralement pas faite pour les investisseurs débutants. Soyez également vigilant si vous souhaitez réaliser des transactions sur des produits complexes, il sera alors préférable d’opter pour un courtier à même de vous fournir toute l’information nécessaire à votre prise de décision d’investissement.

Sources images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Clemence Tanguy

Clémence Tanguy

Responsable Editoriale - Café de la Bourse - Site internet - Twitter

Après des études littéraires et une double formation en communication à la Sorbonne et au CELSA, Clémence Tanguy a travaillé à la SNCF et au Conseil Général des Hauts-de-Seine avant d’intégrer l’équipe de Café de la Bourse en 2015.

Elle est en charge des sujets relatifs à l’actualité macro-économique, aux crypto-monnaies, aux produits financiers, aux finances personnelles et à l’investissement en général, avec une approche pédagogique et pragmatique.

#

Derniers Dossiers


Bourse et Trading cac-40-indice-bourse

Comment investir sur le CAC 40 ?

Découvrez le cours du CAC 40 ainsi que l’analyse de son historique et de ses grandes tendances, son mode de calcul, sa composition, mais aussi […]

Devenir rentier
Bourse et Trading
Bourse et Trading Comment investir nouvelle action CAC 40 Eurofins Scientific