Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Bitcoin et monnaie virtuelle : comment investir dans la crypto monnaie en 2024  ?

Bitcoin et monnaie virtuelle : comment investir dans la crypto monnaie en 2024 ?

Qu’est-ce qu’une crypto monnaie ? À quoi ça sert ? Comment les fabrique-t-on ? Qu’est-ce qui fait leur valeur ? Quels sont les différents types de crypto-monnaies ? Comment investir dans les monnaies cryptées alors qu’elles semblent de nouveau portées par un marché haussier mais restent malgré tout très volatiles ? Quelles tendances pour les cryptos en 2024 ? Notre Top 10 des monnaies virtuelles en circulation ainsi que le cours des principales cryptomonnaies du jour. Fonctionnement, usages et recommandations, fiscalité, découvrez tout ce qu’il faut savoir avant d’investir dans les monnaies numériques telles que Bitcoin, Ethereum, Dogecoin, Binance Coin, Ripple… qui n’ont plus rien de virtuel.

Crypto monnaies : les 5 éléments clés à retenir

Les cryptos : des actifs basés sur la blockchain

Les cryptos actifs sont des actifs numériques virtuels qui reposent sur une blockchain et un protocole informatique crypté. Cette chaîne de blocs (blockchain) est un registre décentralisé de l’ensemble des transactions ayant eu lieu. Chaque transaction est validée et effectuée grâce à un réseau informatique.

Deux types de blockchain existent :

Avec une blockchain proof-of-work ou preuve de travail (la plus connue est celle de Bitcoin), l’ensemble des validateurs tentent d’authentifier et valider la transaction sur le réseau et cette opération est réalisée par le mineur qui trouve, le plus rapidement possible, le moyen d’insérer une transaction dans un nouveau bloc en résolvant un problème mathématique complexe.

Avec une blockchain proof-of-stake ou preuve d’enjeu (la plus connue est celle d’Ethereum), le validateur est tiré au sort et tous les validateurs du réseau ont une chance de valider un bloc, mais cette chance est pondérée par le nombre de jetons détenus. Le processus est donc à la fois plus rapide et moins énergivore mais plus centralisé.

La crypto monnaies : un actif financier plus qu’une monnaie

Les crypto actifs, à l’origine, ont été créés pour concurrencer la monnaie. C’est là le rôle qui était dévolu au Bitcoin lors de sa création : remplacer les monnaies manipulées par les banques centrales par un actif non régulé et qui ne peut être manipulé. Aujourd’hui, en réalité, les crypto monnaies et les crypto actifs en général (NFT compris) sont le plus souvent des actifs financiers sujets à la spéculation dont le but premier des détenteurs est de revendre leurs jetons plus cher qu’ils ne les ont acquis afin de réaliser une plus-value.

Les cryptos : des jetons très divers

Les crypto actifs regroupent de très nombreux tokens et si comme nous l’avons vu le Bitcoin avait pour but à l’origine de concurrencer les monnaies traditionnelles, il existe aujourd’hui toutes sortes de jetons dont les objectifs sont très différents. Les meme coins (comme Dogecoin ou PEPE) par exemple sont uniquement des actifs spéculatifs. Le jeton ETH est nécessaire pour se servir de la blockchain ethereum sur laquelle sont basés de nombreux smart contracts. Dans la même veine, un jeton comme Solana est aussi un pilier de la finance décentralisée. D’autres crypto actifs permettent de se positionner sur le Metaverse. Ainsi, The sandbox permet d’acheter des actifs virtuels dans le jeu vidéo du même nom.

La crypto : un potentiel de hausse élevé

Les crypto monnaies sont des actifs financiers qui affichent les potentiels de hausse les plus élevés. Ainsi, si l’on prend seulement les cryptos du TOP 10 en termes de capitalisation, le BTC en 1 an a progressé de 138 % (et 14 975 % en 10 ans), l’ETH de 74 % (et 1 788 % en 5 ans). Solana affiche 650 % de hausse en 1 année. Et parmi les petites crypto monnaies, les chiffres peuvent être délirants, avec par exemple 4 989% de hausse en 1 an pour le BONK ou 1 988 % de hausse en 1 an pour le Akash Network.

Crypto actifs : une volatilité très forte

Corollaire de ce rendement impressionnant, le risque est très élevé avec les crypto monnaies. Le premier d’entre eux est la très forte volatilité qui entraîne des fluctuations de cours très marquées et qui peuvent vous être défavorable si votre horizon d’investissement est rapproché. L’investissement dans les crypto actifs ne doit s’envisager que sur le long terme. De plus, il existe un risque de faillite, de liquidité, mais aussi de piratage. Tous ces éléments font de l’investissement en crypto actifs un investissement très risqué qui ne doit pas concerner une part trop importante de votre patrimoine financier.  Les cryptos doivent être envisagés comme un actif de diversification et à ce titre ne doivent pas excéder plus de 5 % à 10 % de votre patrimoine global.

Comparatif meilleure plateforme crypto 2024

Retrouvez notre sélection des meilleures plateformes crypto disposant toutes du statut PSAN pour choisir son exchange crypto ou son broker crypto selon son profil d’investisseur.

Top courtiers en BourseLes offres du momentVoir offres
etoro10 ans de crypto-trading et ce n’est pas terminé. Statut PSAN. Risque de perte en capital*Découvrez
BitpandaOuvrez un compte avec Bitpanda et recevez votre bonus de 50€. Statut PSAN. Risque de perte en capital*Découvrez
courtier-trade-republicInvestissez à partir d’1€ sur plus de 50 cryptos. Statut PSAN. Risque de perte en capital*Découvrez
BinanceAchetez des cryptos en quelques minutes. Statut PSAN. Risque de perte en capital*Découvrez
*Voir conditions sur le site.

Crypto monnaie et monnaie virtuelle : qu’est-ce que c’est ?

Définition d’une crypto monnaie

On désigne par crypto monnaie à la fois une monnaie cryptographique et un système de paiement de pair à pair. Ces monnaies numériques sont donc des monnaies virtuelles dans le sens où ces dernières sont caractérisées par une absence de support physique : ni pièces, ni billets, et les paiements par chèque ou carte bancaire ne sont pas possibles non plus.

Ce sont des monnaies alternatives qui n’ont de cours légal dans aucun pays du globe, sauf quelques rares exceptions. Leur valeur n’est pas indexée sur le cours de l’or ni sur celle des devises classiques et elles ne sont pas non plus régulées par un organe central ou des institutions financières. Il n’y a pas de banques centrales à leurs têtes. Et pourtant, sécurité et transparence sont leurs principaux atouts ! En effet, la cryptographie sécurise les transactions qui sont toutes vérifiées et enregistrées dans un domaine public, assurant tout à la fois confidentialité et authenticité grâce à la technologie Blockchain.

Consulter également notre article La crypto monnaie pour les nuls

La Blockchain : technologie de base de la crypto monnaie

Les crypto monnaies sont toutes fondées sur le même principe : la Blockchain. Les crypto monnaies sont une suite de chiffres stockées sur un ordinateur sous la forme de chaînes de blocs. Le principe est en réalité assez simple et particulièrement bien expliqué dans l’article paru dans Les Échos Le Bitcoin et les crypto monnaies, des nouvelles pièces numériques : « Prenez une base de données. Autorisez n’importe qui à effectuer des changements dans cette base de données, à la seule condition de se déclarer « membre ». Mettez en place une procédure de contrôle très longue et très complexe qui doit être opérée à chaque fois qu’un certain nombre (« bloc ») de changements est demandé. Cette procédure est effectuée non pas par un contrôleur unique, mais par tous les « membres » volontaires ». La procédure peut également être validé par un seul membre ou une partie seulement des membres, tiré(s) au sort. Une fois validé, le « bloc » de changements est daté et ajouté aux autres dans le registre. Ce registre ouvert, dont la lecture est accessible à tout le monde, constitue une base de données en chaîne de blocs ou blockchain. Ainsi, il appartient au réseau de valider et confirmer chaque transaction.

Cette technologie et ce système sont à la base de l’immense majorité des crypto-monnaies mais les applications de la Blockchain ne s’arrêtent pas là. En effet, elle pourrait permettre de disrupter l’ensemble du secteur financier mais aussi certains secteurs comme le secteur juridique ou administratif en permettant de se passer de tiers de confiance. Plus besoin d’acte notarié ou de registre d’état civil ou encore de cadastre avec cette technologie de registre distribué qui participe à rendre plus sûres et plus transparentes les données. La technologie Blockchain est après tout une technologie dont la base de données ne peut pas être modifiée sans remplir certaines conditions.

Découvrir aussi notre article 10 crypto monnaies à suivre en 2024

Les NFT : qu’est-ce que c’est ?

Les NFT font beaucoup parler d’eux et passionnent les investisseurs en crypto-monnaies. De quoi s’agit-il ? D’abord, retenez que les NFT sont des jetons ou tokens s’appuyant eux aussi sur la technologie blockchain. Toutefois, il ne s’agit pas de crypto-monnaies dans la mesure où ils sont non fongibles, contrairement aux monnaies virtuelles. Si 1 BTC = 1 BTC, 1 NFT n’est pas égale à un autre NFT car un NFT affiche des propriétés uniques et montre certaines preuves d’authenticité et signatures comme un identifiant unique, un créateur unique ou encore un contenu unique Il s’agit tout de même d’actifs numériques ayant une valeur pécuniaire sur lesquels il est possible d’investir afin d’espérer réaliser une plus-value. Toutefois, leur usage n’est pas restreint à la sphère de l’investissement, loin de là. Ils trouvent en effet des applications dans le domaine de l’art, du gaming, et de très nombreux autres secteurs.

Comment est fabriquée la crypto monnaie ?

cryptomonnaie-bitcoin-investir-crypto
Les personnes qui fabriquent de la crypto-monnaie sont appelées des mineurs. On dit d’ailleurs qu’ils minent une crypto-monnaie. Les mineurs font partie intégrante du processus. Sans eux, la Blockchain serait figée. Un mineur en effet confirme les transactions qui ont lieu sur la Blockchain.

Par exemple, imaginons que Pierre donne 3 Bitcoins à Paul. La transaction sera immédiatement diffusée sur le réseau, en peer-to-peer, constitué d’ordinateurs appelés des nœuds. Cependant, ce n’est qu’après un certain laps de temps que la transaction sera confirmée par les ordinateurs appartenant au réseau en utilisant les algorithmes propres à ladite Blockchain. Une fois validée, la transaction forme désormais un nouveau bloc de données pour le registre. Il est ajouté aux autres dans la Blockchain existante, de façon permanente et immuable.

Derrière ces ordinateurs du réseau, ce sont des mineurs qui valident les transactions. Pour confirmer une transaction, un mineur doit trouver le produit d’une fonction cryptographique qui connecte le nouveau bloc à son prédécesseur. C’est ce que l’on appelle la preuve de travail. En échange de leurs services (et de la puissance de calcul mobilisée à cette fin), ils obtiennent une récompense qui prend la forme de jetons ou tokens.

Consulter également notre article 5 livres pour apprendre les crypto-monnaies

Comment miner une crypto-monnaie ?

Pour miner une crypto monnaie, il suffit le plus souvent d’installer sur son ordinateur un logiciel utilisant le processeur ou la carte graphique, voire les deux, afin de pouvoir résoudre le problème cryptographique nécessitant une puissance de calcul relativement importante, qui vous permettra de toucher de nouvelles unités de la crypto-monnaies en question.

Attention cependant, les principales crypto-monnaies sont devenues trop difficiles à miner pour des particuliers seuls. Le minage de bon nombre d’entre elles s’est largement professionnalisé et a lieu en partie dans des fermes, des bâtiments de plusieurs milliers de m2 où des dizaines de milliers de serveurs tournent jour et nuit pour miner des cryptomonnaies (Bitcoin, Litecoin, etc.). La Chine occupait autrefois une place prépondérante dans le minage des crypto monnaies mais cette industrie n’existe plus dans l’Empire du Milieu depuis l’interdiction par l’État chinois de miner ou d’utiliser des crypto actifs. Ainsi, en septembre 2019, l’énergie utilisée pour le minage du Bitcoin dans le monde provenait à 76 % de mineurs de monnaies virtuelles basés en Chine, part qui s’est aujourd’hui effondrée à 0. Mais la part des US a bondi, de 4 % en septembre 2019 à 35 % en août 2021. Autre bénéficiaire du retrait de la Chine de ce secteur : le Kazakhstan avec une part d’énergie dédiée au minage du Bitcoin de 1,4 % en septembre 2019 et qui s’élève en août 2021 à 35 %.

Face à cette concurrence des fermes, des solutions de type cloud mining se sont développées. Aucun investissement dans du matériel spécifique n’est requis. Vous n’avez qu’à vous mettre en relation avec une entreprise qui a elle investi dans le matériel nécessaire et « louer » votre puissance de calcul. Mais prenez garde, les arnaques sont nombreuses !

Découvrir aussi notre article Comment miner du Bitcoin ?

Quelle cryptomonnaie miner ?

Évidemment, les particuliers s’attachent à miner les monnaies virtuelles les plus rentables comme Bitcoin, mais aussi Dash, Ethereum, Monero, Litecoin, etc.

Il est néanmoins très difficile aujourd’hui de gagner de l’argent en minant une crypto-devise. Il est souvent bien plus intéressant d’investir en monnaie virtuelle pour espérer réaliser des gains.

Mineur / développeur : qui fabrique la crypto-monnaie ?

Le rôle du mineur de cryptomonnaie est donc de valider les transactions réalisées. Il est ainsi payé en jetons de la crypto-monnaie pour laquelle il a confirmé un nouveau bloc.

Le rôle du développeur est lui très différent. Un développeur de crypto monnaie va mettre au point le protocole informatique à la base de la crypto-monnaie qui définit notamment le nombre de tokens en circulation, leur vitesse de circulation, leur puissance de stockage, etc. C’est un peu l’architecte du réseau.

Bitcoin, Ethereum : les principales cryptomonnaies

Combien de cryptomonnaies existent ? Cette question souvent posée paraît simple mais en réalité, il est très difficile de savoir le nombre exact de monnaies virtuelles. Aucun site ne les recense toutes.

Le ministère de l’Économie et des finances en dénombrait près de 5 023 en 2021. Il y a aujourd’hui un peu moins de 10 000 crypto monnaies répertoriées sur coinmarketcap en mai 2024. Mais ce n’est finalement pas cela le plus intéressant.

On retiendra en effet qu’il existe de très nombreuses crypto-devises mais que quelques dizaines seulement peuvent être qualifiées de cryptomonnaies populaires. On a souvent tendance à classer les crypto monnaies prometteuses en se basant sur leur capitalisation boursière, à juste titre.

Le Bitcoin, la première des crypto-monnaies

La crypto monnaie Bitcoin, créée en 2008 par Satoshi Nakamoto (sans que l’on sache qui il est, s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, ou même d’une seule personne ou plusieurs) est la première des crypto-monnaies. Il est un peu l’étalon-or numérique du secteur des crypto-monnaies, la référence en la matière. La principale crypto monnaie a connu en août 2017 un « fork ». Un désaccord dans la communauté Bitcoin portant sur la vitesse des transactions a donné lieu à la naissance d’une nouvelle monnaie : le Bitcoin Cash, qui s’est alors immédiatement hissé en troisième position du Top 10 des crypto-monnaies et se maintient depuis lors autour du Top 10 des monnaies virtuelles sans jamais toutefois parvenir à rivaliser avec le Bitcoin.

Le Bitcoin est devenu en février 2024 a fait son entrée dans le Top 10 des actifs mondiaux en termes de capitalisation, avec 1 110 milliards, derrière des matières premières comme l’or (13 695 milliards de capitalisation) et l’argent (1 275 milliards de capitalisation) et les actions des plus grandes sociétés mondiales : Saudi Aramco, Microsoft, Apple, Nvidia, Amazon, Alphabet, Meta. C’est dire son poids dans l’économie de cet actif dorénavant considéré comme un actif financier à part entière. En mai 2024, le Bitcoin représente plus de 1 200 milliards de dollars.

Rappelons que le cours du Bitcoin est corrélé en partie seulement à la conjoncture économique mondiale et obéit plutôt à un effet momentum et que la plupart des autres monnaies virtuelles sont, elles, corrélées au cours de la première des crypto monnaies. Mais cela est de moins en moins vrai et des challengers parviennent à effectuer des percées remarquables et notamment Ethereum.

L’Ethereum, le challenger du Bitcoin

L’autre crypto monnaie de référence, c’est en effet l’Ethereum qui a lui aussi connu un « fork » à l’été 2016. Ethereum, plus complet que Bitcoin, s’appuie sur toutes les applications de la Blockchain puisqu’il peut non seulement traiter des transactions mais également des contrats et des programmes complexes. En effet, techniquement plus abouti et plus performant que le Bitcoin, Ethereum est à la fois un protocole d’échange décentralisé qui permet aux utilisateurs de mettre en place des contrats intelligents ainsi qu’une crypto monnaie basée sur le réseau Ethereum, plus communément appelée Ether.

Les atouts de ce réseau cryptographique ont participé à la hausse spectaculaire enregistrée par Ethereum depuis 2020 qui se maintient sur la deuxième marche du podium depuis de nombreuses années déjà. Sa capitalisation boursière début en mai 2024 avoisine les 381 milliards d’euros et, sur un an, il enregistre une hausse d’environ 73 % quand le Bitcoin grimpait lui de près de 134 %.

Le Bitcoin et l’Ether, à elles deux, représentent un peu plus de 69,2 % de la capitalisation boursière totale des crypto monnaies. La dominance ou domination du Bitcoin avoisine les 53 % et celle de l’Ether se situe aux environs des 16 %. L’évolution de la dominance du BTC et ETH permet de déterminer si les autres cryptos sont en hausse par rapport à ces deux poids lourds. Le marché des cryptos tend à augmenter quand les prix du BTC restent stables mais que sa dominance baisse. Cela signifie que le cours des altcoins grimpe significativement.

La principale différence entre ETH et BTC se situe dans le type de blockchain sur laquelle repose chacun de ces jetons. Le BTC est basé sur une blockchain de type proof of work (PoW), c’est-à-dire preuve de travail. Quant à l’ethereum, depuis The Merge ou « la fusion » en français, qui a eu lieu le 15 septembre 2022, il repose désormais sur une blockchain de type proof of Stake (PoS), c’est-à-dire preuve d’enjeu.  Dans le premier cas, l’ensemble des validateurs tentent d’authentifier et valider la transaction sur le réseau et cette opération est réalisée par le mineur qui trouve, le plus rapidement possible, le moyen d’insérer une transaction dans un nouveau bloc en résolvant un problème mathématique complexe. Dans le second cas, le validateur est tiré au sort et tous les validateurs du réseau ont une chance de valider un bloc, mais cette chance est pondérée par le nombre de jetons détenus. Le processus est donc à la fois plus rapide et moins énergivore.

Les atouts de The Merge sont nombreux pour Ethereum qui avait atteint les limites de sa blockchain avec son succès et rencontrait des problèmes de scalabilité. Les transactions, au nombre de 13 par secondes avec la PoW augmente avec le passage à la PoS. Notons aussi que selon certains experts, la PoS est 2 000 fois plus efficace sur le plan énergétique. Ces deux atouts majeurs devraient accroître l’engouement autour d’Ethereum et donc du jeton Ether mais aussi les nombreux jetons et projets de finance décentralisée basés sur cette blockchain. Il est toutefois important de noter que The Merge présente aussi quelques inconvénients et le premier d’entre eux est le retour à un système davantage centralisé. Ceux qui ont le plus de jetons sont aussi ceux qui valideront le plus les transactions, mettant ainsi en place un système plus oligarchique que décentralisé. De plus, le coût des transactions sur Ethereum, assez élevé, n’a pas connu de changement majeur avec The Merge. Cet événement très attendu par toute la cryptosphère n’a pas eu autant d’effets qu’escomptés. Il n’a pas entraîné de rebond notable de l’Ether et de nombreuses crypto monnaies dans son sillage. Il faut dire, comme nous le verrons plus loin, que la fin d’année 2022 n’a pas été particulièrement favorable aux marchés des cryptos. Rappelons quand même qu’en avril 2023, Ethereum a bénéficié de la mise à jour de Shanghai qui vise à permettre aux utilisateurs qui ont immobilisé des ether de les retirer à nouveau. Cette souplesse dans le staking du jeton Ether a eu un certain impact sur la stabilité de la crypto monnaie. Le cours de l’ETH a brusquement monté mi-avril 2023.  Et les évolutions se poursuivent en 2024 avec le déploiement de The Surge, une mise à niveau qui devrait réduire les coûts pour rendre le réseau Ethereum plus sûr et traiter les transactions encore plus rapidement.

Ether a largement profité depuis l’automne 2023 du rallye crypto, porté par la hausse fulgurante du BTC provoqué par l’annonce du lancement prochain d’un ETF BTC spot. L’autorisation de l’ETF BTC a aussi dopé les cours de l’ETH qui est passé de 2 300$ environ le 10 janvier 2024 avant l’autorisation à un cours supérieur à 2 600$ quelques heures après l’autorisation de la SEC d’un ETF BTC spot. Il faut dire que cette autorisation ouvre la voie à d’autres ETF sur d’autres crypto monnaies, et l’ETH sera très probablement la prochaine monnaie virtuelle concernée par un ETF au comptant, ce qui immanquablement drainera des flux de capitaux sur le jeton et participera à faire décoller son cours. C’est en tout cas ce qui est déjà pricé par les marchés, avec une hausse très forte de l’ETH durant le mois de février 2024 qui a amené l’ether à dépasser les 3 000 dollars.

Rappelons aussi qu’une embellie sur le marché des cryptos est bien souvent très favorable à l’Ether puisque de nombreuses cryptos et de nombreuses applications décentralisées sont enregistrées sur la blockchain Ethereum avec son jeton Ether.

Ripple, Binance Coin, Dogecoin : les crypto monnaies moyennes

Advertisementetoro

Mais il existe de nombreuses autres monnaies virtuelles. On peut notamment citer dans les crypto monnaies moyennes, qui représentent entre 0,8 % et 2 % de la capitalisation totale des crypto monnaies, le Ripple par exemple, qui est non seulement une cryptomonnaie (XRP) mais aussi un système de transfert fonctionnant indépendamment du jeton XRP. Il s’agit avant tout d’un protocole de paiement numérique destiné à faciliter les paiements interbancaires. Binance Coin, Dogecoin, LitecoinCardanoNEM, Monero, Stellar, ou Iota ou encore Solana sont également des cryptomonnaies faisant régulièrement partie des 10 plus importantes crypto-monnaies.

Les petites crypto-monnaies et les shitcoins

Les petites crypto monnaies, qui représentent moins de 0,8 % de la capitalisation totale des crypto actifs représentent tout de même dans leur ensemble près de 15 % du marché total des crypto monnaies. Attention au moment d’investir dans les toutes petites crypto monnaies, la prudence est de mise. Même si le rêve de tout investisseur est d’investir sur le prochain bitcoin en early stage, la plupart des petites crypto-monnaies le resteront. Depuis la création du Bitcoin par Satoshi Nakamoto, plusieurs dizaines de milliers de crypto-monnaies ont vu le jour et beaucoup ont disparu. Parmi elles, une proportion non négligeable de crypto monnaies sans véritable carnet de route n’ont jamais pris de valeur ou n’en prendront jamais. On les appelle des shitcoins. Ce terme assez grossier et foncièrement péjoratif désigne les cryptos actifs sans objectifs précis qui affichent une capitalisation très restreinte, sans perspective de plus-values réelles. Elles peuvent se multiplier en phase d’expansion du marché des crypto-monnaies et ont tendance à disparaître lorsque le marché subit un krach et entame une période baissière. Mieux vaut donc toujours vérifier avant d’investir dans un jeton s’il a de réelles perspectives de croissance, quel projet a été mis en place derrière, et le degré de sérieux de sa feuille de route.

On retiendra que les crypto monnaies sont nombreuses, que de nouvelles peuvent voir le jour et challenger les poids lourds du secteur, mais aussi que des désaccords au sein d’une communauté peuvent amener à un « fork » (fourche en français), soit une scission au sein de la communauté et la création d’une nouvelle monnaie à partir de la technologie de l’ancienne mais en y apportant des modifications.

Arnaques aux crypto monnaies : les escroqueries, la face sombre de l’écosystème crypto

728x90

Les crypto monnaies sans aucun projet ne sont pas les seuls écueils que l’investisseur crypto devra éviter. En effet, il existe en crypto de nombreuses arnaques qui peuvent rebuter les investisseurs. Cela est notamment dû au fait que les crypto monnaies sont des actifs décentralisés et non régulés, très prisés des escrocs qui s’appuient sur les faibles connaissances de certains investisseurs pour mettre au point de véritables arnaques.

Les pyramides de Ponzi en crypto

Avec une pyramide de Ponzi crypto, les escrocs font la promotion d’opportunités inexistantes d’investir dans des monnaies numériques et créent l’illusion de rendements énormes en remboursant les anciens investisseurs avec l’argent des nouveaux.

Les publicités cachées d’influenceurs pour les crypto monnaies

Il arrive aussi que des influenceurs fasse la promotion d’une crypto monnaie, en vantant son rendement et sa stabilité, pour inciter ses followers à acquérir le jeton alors qu’il s’agit en fait d’une publicité pour laquelle l’influenceur a été payé, sans qu’il n’en fasse jamais mention. Kim Kardashian a par exemple été épinglée pour cette pratique.

Pump and dump, l’arnaque à la bouilloire en crypto

Parfois, la situation est encore pire. L’influenceur possède bien des jetons de la crypto vantée et profite de l’engouement qu’il a lui-même créé pour revendre plus cher les jetons acquis. C’est ce que l’on appelle l’arnaque à la bouilloire, une manipulation de cours qui vise à s’enrichir sur le court terme aux dépens des autres.

Les faux sites web et fausses opportunités d’investissement crypto

Il arrive aussi que des escrocs créent de faux sites web, imitant parfois l’interface de véritables sites, et se fassent passer pour les créateurs d’un jeton ou bien pour une plateforme d’exchange connue afin de collecter vos investissements, qui ne seront bien sûr jamais investis sur la ou les crypto monnaies que vous pensez acheter puisque les sommes versées vous auront été tout simplement volées. Parfois, on vous demandera même pour doper votre rendement ou pour récupérer vos fonds de réinvestir des sommes, souvent considérables. Ne le faites surtout pas, vous ne reverrez jamais votre argent, ni les fonds initialement investis, ni les fonds que vous aurez versés par la suite.

Le phishing : une arnaque fréquente dans l’univers crypto

Vous pourrez aussi recevoir de faux SMS, mails ou coups de téléphone émanant d’escrocs se faisant passer pour une plateforme d’exchange ou un courtier crypto, et dont le seul but sera d’obtenir des informations en vue de voler votre identité numérique, ou bien même d’obtenir votre mot de passe pour accéder à votre wallet et voler vos jetons.

Repérer les arnaques cryptos pour les éviter

Vous vous sentez découragé et pensez que l’investissement en crypto est bien trop compliqué au vu des arnaques possibles ? Toutes ces escroqueries ne sont pas le propre de l’investissement en crypto mais de l’investissement en général. Les mêmes modes opératoires sont utilisés par des escrocs sur les marchés actions ou le marché des devises. Les placements atypiques, comme les crypto monnaies, mais aussi l’investissement en diamants, terres rares, vins, livres anciens, etc. sont aussi visés.

L’essentiel reste d’être conscient des risques, savoir que ces arnaques existent, et toujours être vigilant pour ne pas tomber dans le piège. Mais le plus souvent, un peu de bon sens suffit pour ne pas être victime d’une escroquerie. Gardez votre sens critique, ne vous fiez pas aux avis des influenceurs, faites vos propres recherches, n’investissez que par le biais de sociétés qui disposent du statut de PSAN de l’AMF, restez sur vos gardes lorsqu’il s’agit de mails ou sms pour lesquels vous avez un doute sur la provenance, vous serez ainsi en mesure d’éviter les escroqueries.

Le Bitcoin pour les nuls : le vocabulaire essentiel pour débuter sur les cryptos



Bitcoin

Première crypto-monnaie à avoir vu le jour en 2008, le Bitcoin reste prépondérant et représente à elle seule environ 45 % de la capitalisation de l’ensemble des cybermonnaies. Elle reste la locomotive de l’ensemble du marché, très sensible aux fluctuations de la principale monnaie virtuelle. À noter : depuis 2020 environ, le cours du Bitcoin est plus ou moins corrélé au cours de Bourse de l’action Tesla.

Blockchain

Cette technologie permet de répertorier tous les blocs de la chaîne de transactions d’une crypto monnaie. Elle permet le stockage et la transmission d’informations nécessaires aux transactions de façon transparente et sécurisée, sans organe de contrôle. Il s’agit plus ou moins d’un registre comptable public, anonyme et infalsifiable.

Cryptographie

Cette branche des mathématiques fondée sur la résolution de problèmes mathématiques complexes est à la base de la vérification et la sécurisation des transactions effectuée sur une blockchain.

DeFi

L’acronyme DeFi pour Decentralized Finance, ou en Français « finance décentralisée » désigne un écosystème de services financiers, sans intermédiaires financiers grâce à la technologie blockchain. L’objectif : créer un système monétaire et financier alternatif sans avoir recours aux acteurs traditionnels. Ses applications les plus connues sont les crypto-monnaies mais aussi par exemple les plateformes d’emprunt et de prêt.

Exchange

Une plateforme d’exchange est une plateforme permettant d’échanger des crypto-monnaies entre elles mais aussi d’en acheter ou d’en vendre en les échangeant contre une monnaie ayant un cours légal. Certaines plateformes d’exchange, à l’instar de Coinbase, permettent aussi de conserver ses crytpo actifs.

Fork

Un Fork est une scission à la suite d’un désaccord au sein d’une communauté concernant le plus souvent la façon d’utiliser la technologie blockchain, qui entraîne la création d’une nouvelle crypto-monnaie à partir d’une ancienne. La crypto monnaie d’origine et celle issue du fork coexistent, sans toutefois que la nouvelle prenne forcément le pas sur la première. Le fork le plus connu est celui qui a donné naissance au Bitcoin Cash en 2017, sans que celui-ci ne parvienne à s’imposer comme réelle alternative au Bitcoin.

FIAT

Il s’agit d’une monnaie émise par une banque centrale et ayant un cours légal dans un ou plusieurs pays comme par exemple l’euro, le dollar, le yen, etc.

ICO

Cette levée de fonds en monnaies virtuelles est un moyen innovant pour une société de lever des capitaux en émettant des tokens au lieu d’émettre des actions.

Minage

Le minage désigne l’action de miner, qui consiste à mettre à disposition la puissance de calcul de son ordinateur pour confirmer et augmenter la sécurité des transactions ayant lieu sur la blockchain. En contrepartie, le mineur est récompensé au moyen de jetons.

PSAN

Sont appelés prestataires de service sur actif numérique les « intermédiaires financiers qui proposent différents services relatifs à l’investissement en crypto-actifs » selon l’AMF qui a créé ce statut afin de mieux encadrer les activités d’achat/vente et conservation de crypto-actifs. Il existe deux niveaux de PSAN qu’il est important de distinguer : l’enregistrement, obligatoire, et l’agrément, optionnel.

L’enregistrement de tous les PSAN est obligatoire dès lors qu’ils pratiquent une ou plusieurs de ces activités :

  • la conservation d’actifs numériques pour le compte de tiers ;
  • l’achat-vente d’actifs numériques contre une monnaie ayant un cours légal ou contre d’autres actifs numériques (courtage) ;
  • l’exploitation d’une plateforme de négociation d’actifs numériques (bourse) ;
  • d’autres services sur actifs numériques comme la réception et transmission d’ordres pour le compte de tiers, la gestion de portefeuille pour le compte de tiers, le conseil, la prise ferme, le placement garanti et le placement non garanti.

Stablecoin

Ces monnaies virtuelles sont indexées sur des actifs traditionnels comme des devises FIAT (dollar, euro, …) mais aussi sur des métaux précieux comme l’or par exemple. Elles bénéficient de ce fait d’une stabilité qui détonne dans l’univers des crypto-monnaies et lui confère leur nom. Deux types de stablecoins existent : les stablecoins classiques qui possèdent en réserve une quantité du sous-jacent égale à la valeur de la capitalisation de la crypto monnaie, ainsi que les stablecoins algorithmiques qui reposent sur une autre cypto et dont les cours sont maintenus par un jeu d’équilibriste qui consiste à détruire une partie des tokens d’une crypto quand des tokens de l’autre crypto sont créés.

Staking

À la base du proof-of-stake (preuve d’enjeu), le staking consiste à verrouiller une partie de son portefeuille crypto pour contribuer à soutenir les opérations du réseau. En contrepartie, le détenteur des jetons verrouillés perçoit une récompense.

Token

Un token est le jeton d’une crypto monnaie. Le bitcoin est le jeton ou token du réseau Bitcoin ; l’Ether est le jeton ou token du réseau Ethereum ; le jeton XRP est le jeton ou token du réseau Ripple, etc.

Wallet

Ce terme désigne un portefeuille numérique qui permet de conserver ses crypto actifs. On distingue deux types de Wallet : les hard wallets qui sont des portefeuilles physiques (clé USB) et les softwallets qui sont des portefeuilles en ligne (logiciel, appli, etc.)

Whale

On appelle « baleines » les gros investisseurs en monnaies virtuelles qui peuvent, en vendant ou en achetant des actifs, faire fluctuer le cours de la crypto monnaie concernée.

Cours des principales cryptomonnaies du jour


À quoi sert la crypto monnaie ?



La monnaie virtuelle comme moyen de paiement pour l’achat de biens et services

Pour quelles raisons utilise-t-on une crypto monnaie ? Comme n’importe quelle monnaie, les cryptomonnaies permettent l’achat de biens et de services. N’étant pas sous le coup d’une autorité centrale et échappant à toute régulation, elles ont longtemps été l’apanage des transactions illégales (ransomware, trafic de drogue, etc.) mais elles tendent à se défaire de leur mauvaise réputation en se démocratisant et en attirant un public plus large. Les crypto-monnaies sont aujourd’hui de plus en plus utilisées pour des transactions légales.

Les monnaies virtuelles, à l’instar du Bitcoin, permettent d’acheter de nombreux biens de consommation courants. Il est par exemple possible d’acheter avec des Bitcoins, du matériel informatique bien sûr, mais aussi des denrées alimentaires, des bijoux, des objets déco, des produits culturels, etc. Overstock, site marchand généraliste accepte le paiement en Bitcoins, tout comme Shopify. Payer des biens de la vie courante avec d’autres cryptomonnaies se révèle plus difficile, mais pas impossible. Les Ether, par exemple, pouvaient servir à s’acheter les œuvres d’art exposées par de jeunes artistes à La Compagnie (Paris X) au printemps 2017. La monnaie virtuelle qui veut rivaliser avec le Bitcoin a ainsi fait, à cette occasion, son entrée dans le monde réel. À la fin de l’année 2020, Paypal a déclaré dans un communiqué son intention de « rejoindre le marché des cryptomonnaies […] en permettant aux clients d’acheter, de vendre et de conserver des bitcoins et d’autres actifs numériques, en utilisant les comptes de portefeuilles en ligne de la société ». Cette annonce permet d’envisager une démocratisation certaine et rapide des monnaies virtuelles qui seront proposés par ce géant du paiement en ligne. Paypal permet d’utiliser des bitcoins et de l’ethereum pour payer, et même d’en échanger. Et le service de paiement en ligne ne s’est pas arrêté là puisqu’il s’est associé à MetaMask, le célèbre cryptowallet, pour permettre à ses utilisateurs d’acheter des crypto-monnaies.

Plusieurs enseignes, surtout de luxe, proposent aussi le paiement en crypto monnaies comme Tesla (les produits dérivés sont payables en Dogecoin et les voitures Tesla ont pu être payées en bitcoin en 2021, la marque a fait marche arrière tout en laissant ouverte la porte d’une possible réintégration de ce mode de paiement dans le futur), ou encore Off-White ou Gucci.

Certaines plateformes d’exchange peuvent aussi permettre de payer ses dépenses de la vie quotidienne avec ses crypto-monnaies comme Bitpanda avec la Bitpanda Card qui permet, dans la vie réelle, de dépenser ses actifs financiers détenus sur la plateforme d’exchange. Il est donc possible de s’offrir un café en Bitcoin par exemple, dans n’importe quel magasin. En effet, lors de la transaction, les actifs financiers numériques sont convertis en euros pour procéder au paiement.

Malgré tout, il est plus difficile aujourd’hui de réaliser une transaction de la vie courante en crypto-monnaie qu’avec la monnaie qui a cours dans le pays où l’on vit. Idem pour les paiements numériques. Cependant, les crypto-monnaies pourraient permettre à terme de faire baisser le coût d’une transaction numérique. Et le secteur financier et bancaire regarde de très près ces avancées. À l’avenir, le paiement électronique basé sur une preuve cryptographique pourrait être la norme. De quoi mettre les banques dans l’embarras en les obligeant à revoir totalement le modèle des transactions !

Aujourd’hui, de nombreuses crypto-monnaies servent à acheter des biens et services numériques spécifiques, liés au projet derrière la crypto-monnaie. Nous reviendrons dans la suite de cet article sur l’utilité du token.

La crypto monnaie comme actif financier pour investir et réaliser des plus-values

crypto-monnaie-bitcoin

Les crypto-monnaies doivent trouver leur équilibre entre moyen de paiement et actif financier. Car il s’agit en effet d’un actif sur lequel les investisseurs se sont positionnés en masse ces dernières années. Pour nombre de gens qui se sont rués sur ces actifs financiers d’un nouveau genre, les crypto-monnaies sont avant tout un placement potentiellement rémunérateur.

Pour autant, les monnaies virtuelles sont-elles un investissement comme un autre ? Ce qui est certain, c’est que les monnaies alternatives digitales peuvent constituer un investissement d’un nouveau genre, tout en participant à la nouvelle économie numérique. Il est fréquent de faire entrer les crypto-monnaies dans la catégorie des biens divers et autres placements atypiques. Cette typologie est pertinente dans le sens où elle enjoint à la prudence et à n’investir qu’une toute petite partie de son capital sur de tels actifs.

Le staking de crypto pour toucher un revenu régulier

Certaines crypto monnaies permettent aussi de générer un revenu par leur simple détention. C’est par exemple le cas de Decred (DCR), Cosmos (ATOM), Tezos (XTZ) ou encore Algorandi (ALGO). C’est ce que l’on appelle le staking, un terme dérivé de « proof of Stake », c’est-à-dire la preuve de possession ou la preuve de participation. En échange de la détention de jetons verrouillés, utilisées pour valider les transactions, l’investisseur particulier qui les détient reçoit des récompenses (des intérêts le plus souvent, voire une rétribution en jetons).

L’intérêt pour le réseau est double : d’une part, cette pratique permet une meilleure sécurisation du réseau d’échange et une diminution de la consommation d’énergie Blockchain ; d’autre part, la détention du jeton en question provoque une raréfaction de l’offre et une hausse du cours.

Depuis la mise à jour The Merge de septembre 2022 de la blockchain ethereum, le staking d’ETH est possible. La deuxième crypto-monnaie la plus importante permet donc de tirer profit de la conservation de crypto, un changement majeur pour l’écosystème crypto qui renforce l’attractivité du staking !

Le lending et le borrowing pour bénéficier de revenus passifs à un taux avantageux

Outre le staking, il existe d’autres moyens de gagner de l’argent avec ses cryptos : via le lending et le borrowing.

Comme son nom l’indique, le lending consiste à prêter ses crypto-monnaies. Cela signifie, comme pour le staking, que vous déposez des cryptos sur une plateforme, sans y toucher pendant une période déterminée. Mais, contrairement au staking, les revenus du lending sont liés au prêt de vos crypto-monnaies à un tiers. En effet, la plateforme se chargera pour vous de les prêter et vous versera une partie des intérêts.

Le corollaire de cette pratique, c’est le borrowing, qui signifie emprunter. Dans ce cas, vous mettez en gage vos propres cryptos sur la plateforme (qui produisent des intérêts), ce qui vous donne le droit d’emprunter une somme à peu près équivalente que vous pouvez utiliser pour acheter une autre crypto en croissance, avec ou sans levier, et réaliser une plus-value.

Stablecoin : la cryptomonnaie comme support d’investissement sur un sous-jacent donné



Enfin, la monnaie virtuelle peut aussi servir à investir sur des actifs financiers qui n’ont rien à voir avec la monnaie virtuelle. Ainsi, les stable coins sont des crypto monnaies adossées à un sous-jacent dont elles répliquent la variation. On peut notamment citer Tether (USDT), indexé sur le dollar (USD), tout comme USD Coin. Les crypto-monnaies Tether Gold et Pax Gold sont elles, comme leur nom l’indique, indexées sur l’or. Leur faible volatilité (en théorie) permet de réduire le risque d’un portefeuille de crypto monnaies. Mais les stablecoins s’échangent aussi très facilement et très simplement (parfois de façon beaucoup plus aisée que le sous-jacent auquel elles sont liées). Enfin, les plus-values sont sécurisées et converties en stablecoins (si 1 USDT = 1$, si le dollar grimpe, vous posséderez davantage de Tether). Ainsi, le cash traditionnellement détenu en portefeuille peut être dirigé vers des stablecoins.

Cerise sur le gâteau : les stable coins peuvent vous permettre de sécuriser vos plus-values en crypto sans être imposé. En effet, pour encaisser une plus-value en crypto-monnaie (comme le Bitcoin par exemple), vous pouvez la convertir en stable coin plutôt que de récupérer vos gains en euros. En effet, sont actuellement taxés à la flat tax les plus-values réalisées lors d’opérations impliquant une conversion de vos crypto-monnaies en devise nationale. Si vous restez dans la Blockchain, vous n’êtes pas fiscalisé. Cette pratique connue des investisseurs actifs chevronnés permet donc de retarder et atténuer l’imposition.

Attention toutefois : les stablecoins ne sont pas aussi fiables que l’on peut le penser. D’abord, sachez que l’on distingue deux catégories de stable coins : les stable coins classiques qui possèdent en réserve une quantité donnée de sous-jacent qui leur permet d’émettre un nombre de tokens correspondant, en théorie relativement fiable, mais attention aux stablecoins qui n’ont pas autant de monnaie fiduciaire (ou tout autre sous-jacent) qu’ils le prétendent ; les stable coins algorithmiques dont l’indexation est garanti par une autre crypto monnaie dont le cours est maintenu grâce à un « oracle décentralisé » qui consiste à valider tous les X blocs quel est le cours du sous-jacent. L’algorithme ensuite détruit des tokens de la crypto monnaie à laquelle est lié le stable coin pour maintenir le cours en cas de décrochage.

Si sur le papier la technique peut sembler parfaite, en réalité, en cas de krach des cryptos, la situation peut s’avérer catastrophique. Terra comme Dai ont échoué à maintenir une indexation dans la durée et les stable coins algorithmiques, en plus d’être dans le viseur des autorités régulatrices, ne bénéficient plus de la confiance des investisseurs. Il faut dire qu’aucun stablecoin algorithmique n’a su s‘imposer dans la durée. Le scandale Terra Luna a rebattu les cartes du secteur des stablecoins, pourtant en plein essor.

Consulter également notre article Stable coins : pourquoi et comment investir ?

Flatcoin : la crypto monnaie comme rempart à l’inflation ?

Les flatcoins sont des stable coins créés pour lutter contre l’inflation. Ils ne sont pas adossés sur une monnaie fiat ou sur l’or comme nombre de stable coins mais suivent l’inflation. Le flat coin est pour cela soit adossé à un ensemble de valeurs qui lui permet de refléter le pouvoir d’achat, soit à un algorithme qui suit l’indice des prix à la consommation. Plusieurs flatcoins ont déjà été lancés, et notamment Nuon, un smart contract sur Ethereum, mais aussi Spot ou Collypto. Aucun n’a pour l’instant percé ni n’est indexé sur coinmarketcap. On en est au balbutiement de cette nouvelle catégorie de crypto actifs qui doit surmonter de nombreuses difficultés, au premier rang desquelles la question cruciale des actifs sur lesquels ils sont adossés. Pour contrer l’inflation, les flat coins doivent avoir assez d’actifs de contrepartie pour compenser les pertes dues à la dépréciation des actifs, ou à des retraits.

Il n’en reste pas moins que le contexte d’inflation que nous connaissons actuellement met les flatcoins sur le devant de la scène. On a aussi beaucoup parler de ces jetons à la fin de l’année 2023 car dans un tweet publié fin août, Brian Armstrong, le CEO de Coinbase, a partagé les 10 idées de la sphère crypto qu’il juge les plus intéressantes, et les flat coins apparaissent en 1er dans cette liste. D’ailleurs, si Coinbase n’envisage pas de lancer un flatcoin, son CEO confie qu’il aimerait voir apparaître ce type d’actifs et se dit prêt à financer des start-ups dans cette optique en distribuant des fonds issus du Base Ecosystem Fund, « un pool de capitaux à investir dans des projets à un stade précoce ». Le contexte macro-économique et le soutien d’un des acteurs majeurs de la cryptoshère pourraient bien favoriser l’émergence prochaine d’une nouvelle offre de flatcoins dans les mois à venir.

Découvrir aussi notre guide Comment investir avec l’inflation ?

Crowdfunding crypto-equity : un autre usage de la crypto monnaie

Enfin, les crypto-monnaies ont une autre fonction, plus niche mais tout aussi importante : le financement de projets via une levée de fonds auprès de gens (particuliers et investisseurs institutionnels ou business angels). Vous vous demandez peut-être : qu’est-ce qu’une ICO crypto-monnaies ? Il s’agit ni plus ni moins d’une levée de fonds en cryptodevises.

Les crypto-monnaies peuvent en effet également servir à financer des entreprises via le crowdfunding crypto-equity, financement participatif en monnaies virtuelles. Le procédé qui s’est largement développé depuis 2014, consiste à financer de l’equity-crowdfunding par la monnaie virtuelle. Ce type de pratique est désigné par le terme d’ICO ou Initial Coin Offering. Plusieurs plateformes proposent cette solution, comme Swarm par exemple.

La crypto monnaie : une valeur refuge anti crise ?




On prête aussi souvent aux crypto-monnaies un statut de valeur refuge. Certains voient même en elles un rempart contre l’inflation. Si la crise du coronavirus a aussi impacté le cours des crypto-monnaies qui ont connu une baisse massive depuis le confinement des populations dans l’espoir d’enrayer l’épidémie de Covid-19, elles se sont largement rattrapées à la fin de l’année 2020 et, dans l’ensemble, ont poursuivi leur rallye haussier en 2021, jusqu’au crypto krach de mai 2021 dont elles se sont relevées rapidement et avec force. Les cryptomonnaies ont finalement réussi dans ce contexte troublé à s’imposer comme une valeur refuge.

Comme le soulignait Nathalie Janson, Economiste et enseignante-chercheure de NEOMA Business School au début du mois de décembre 2020 : « incertitude économique radicale, taux négatifs, dollar faible » sont autant de facteurs qui participent à la hausse des cours des crypto monnaies. « Ces derniers mois, on a commencé à entendre un discours clair et catégorique expliquant que le bitcoin devient une réserve de valeur prenant la forme d’or numérique » explique Jeroen Blokland, responsable de l’équipe multi-actifs chez Robecco dans un communiqué de presse d’avril 2021. Il n’est pas rare en effet que l’on compare les crypto monnaies à l’or en considérant qu’il s’agit, dans les deux cas, de valeur refuge. Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, a même déclaré au printemps 2021 que le bitcoin est « essentiellement un substitut de l’or plutôt que du dollar ». Seul lui manque le statut historique de réserve de valeur. Mais leurs récentes créations peuvent nous permettre de considérer le Bitcoin et les autres crypto devises comme l’or digital des jeunes générations qui n’entretiennent pas le même rapport que les précédentes avec le précieux métal jaune.

La guerre en Ukraine a aussi permis aux crypto-monnaies de jouer leur rôle de valeur refuge. Comme l’or, elles ont tiré parti de la situation troublée. Mais elles ont aussi été largement utilisées par les deux pays en conflit qui s’en sont servi comme alternative pour combattre la perte de pouvoir d’achat de leur devise. Le conflit russo-ukrainien a permis de mettre en évidence le rôle de réserve de valeur des crypto monnaies – et particulièrement du Bitcoin – notamment face à l’effondrement du rouble russe (RUB) ou de la Hryvnia ukrainienne (UAH).

Mais que penser alors du crypto krach intervenu début décembre 2021 en réaction à la 5ème vague de l’épidémie en Europe et à l’émergence du variant Omicron ? Le marché des monnaies virtuelles, comme le marché actions, a pris peur face à la menace sanitaire. Et le marché des crypto monnaies semble depuis très corrélé aux marchés actions, s’enfonçant dans des abîmes qui peuvent donner des sueurs froides aux investisseurs en crypto. Ainsi, depuis le début de l’année 2022, le Bitcoin semble se comporter davantage comme un actif spéculatif que comme une valeur de réserve. Sa corrélation avec les marchés boursiers pourrait même poser problème. Non seulement les crypto monnaies sont sensibles à la chute des marchés mais ils peuvent en plus accentuer ce phénomène dans la mesure où les institutionnels sont désormais des acteurs influents du marché des monnaies virtuelles qui, en cas d’euphorie sur les cryptos peuvent réallouer une partie des sommes sur le marché actions, mais qui en cas de crypto-krach disposeront de beaucoup moins d’argent pour investir sur les actifs traditionnels des marchés financiers. Ainsi, les fluctuations du marché des cryptos semblent désormais corrélées à celles des marchés financiers, et cette corrélation participe en plus à accentuer les évolutions des marchés, soit en créant des bulles par un excès de liquidités disponibles, soit en amplifiant les krachs après avoir effacé quelques centaines de milliards de dollars de capitalisation.

Le bear market dans lequel sont entrés les cryptos dès le printemps 2022 semble prouver que les crypto-monnaies se comportent désormais davantage comme des actifs financiers risqués liés à la Tech avec une très forte corrélation au Nasdaq plutôt que comme des actifs permettant de faire face à l’inflation.

Et le récent rallye de Noël des cryptos, qui a coïncidé avec le rallye de fin d’année sur les marchés boursiers semble encore confirmer cette hypothèse, tout comme les records sur le CAC, le Dax, le Nasdaq et le S&P 500 qui coïncident au 1er trimestre 2024 avec des niveaux au plus haut depuis de nombreuses années pour le BTC et l’ETH. Mais la corrélation se poursuivra-t-elle en 2024 ? Rien n’est certain, si les marchés financiers en ce début d’année sont eux davantage impactés par le suivi de l’inflation et les anticipations de politique monétaire des banques centrales ainsi que par les prévisions de croissance des États et les résultats des entreprises, les crypto monnaies semblent elles se concentrer sur le lancement d’ ETF BTC au comptant, et le lancement potentiel d’autres ETF sur des crypto monnaies différentes, des produits financiers qui représentent le point d’orgue de la reconnaissance de la finance traditionnelle à l’égard des crypto actifs. N’oublions pas non plus le halving du Bitcoin, intervenu le 20 avril 2024, qui bien que sans effet immédiat pourrait agir dans les semaines à venir comme un catalyseur à la hausse sur la crypto sphère.

Il apparaît que selon les situations, les cryptos peuvent endosser ou non le rôle de valeur refuge. Le fear index, le contexte géopolitique et les perspectives macro-économiques feront davantage pencher la balance plutôt vers l’un ou l’autre.

Les dernières évolutions sur le marché des crypto-monnaies

Advertisementetoro

Si les monnaies virtuelles font toujours et peut-être plus que jamais parler d’elles, c’est parce que ces actifs représentent désormais un poids considérable (plus de 2 200 milliards de dollars début mars 2024 selon Coinmarketcap). De plus, les performances hors normes de nombreux crypto actifs, assorties d’une volatilité extrême, ont de quoi fasciner. Par exemple, en 2011, le BTC a chuté de 30$ à 2$. En, 2012, il a chuté de 220$ à 70$. En 2016, il est passé de 1 100$ à 200$, en 2018 de 20 000$ à 3 000$, et enfin de 68 000$ environ en novembre 2021 à 28 000 dollars environ en mai 2022, et est passé sous la barre des 20 000 dollars en juin 2022, soit une baisse de plus de 50 % sur l’année 2022. Le Bitcoin s’est bien rattrapé depuis pour afficher un cours avoisinant les 29 000 dollars début août 2023, 35 000 dollars en octobre 2023, puis le cours n’a eu de cesse de grimper pour finir l’année à 42 152 $ le 31 décembre 2023.  En un an, le cours de BTC a progressé de près de 156 % ! Et la croissance insolente du BTC se poursuit en 2024 avec un cours qui dépasse les 62 000 dollars début mars 2024 !

Découvrir aussi notre article Jusqu’où peut monter le Bitcoin en 2024 ?

Depuis plusieurs années en effet, le Bitcoin enchaîne les records dans une succession de hausse spectaculaires et de krachs retentissants. Si l’on se limite aux dernières années, on peut notamment parler de la hausse amorcée fin 2020 et qui s’est poursuivie au début de l’année 2021 avec un plus haut à plus de 64 654 dollars le 14 avril 2021 (la valeur du Bitcoin a été multipliée par 10 sur les 12 mois précédents), avant de connaître un krach retentissant le 19 mai 2021 et de perdre 20 % de sa valeur. Plus proche de nous encore, on peut citer le record absolu (pour l’instant) du Bitcoin à 68 513 dollars atteint début novembre 2021, sans oublier de mentionner le krach du 4-5 décembre 2021 durant lequel le Bitcoin est repassé sous la barre des 45 000 dollars, puis le cryptocrash de mai 2022 qui a vu le Bitcoin passer sous la barre des 30 000 dollars. À la mi-mai 2022, il a perdu plus de 60 % de sa valeur par rapport à son sommet historique de novembre 2021. Fin juillet 2022, le Bitcoin se situait sous la barre des 20 500 dollars. Et ce cryptokrach a concerné de très nombreux tokens. C’est ainsi qu’au début de l’année 2022, le marché des cryptos a perdu des centaines de milliards de dollars de capitalisation avant de renouer avec la croissance dans le contexte de guerre entre l’Ukraine et la Russie. Le conflit armé entre les deux pays a en effet eu des conséquences importantes sur le marché des crypto monnaies. La Russie, sous le coup de sanctions économiques et notamment interdite d’accès au système Swift, s’est tournée vers les crypto monnaies pour contourner cette sanction et poursuivre ses échanges financiers à l’abri des regards. L’Ukraine qui a elle légalisé les crypto monnaies juste avant l’invasion de la Russie accepte les dons en Bitcoin, en Ether et en USDT. Pour ces deux pays, les crypto monnaies sont aussi le moyen de combattre la perte de pouvoir d’achat occasionnée par l’effondrement de leurs monnaies respectives. Si les crypto-monnaies se sont effondrées le 24 février, jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, elles se sont ensuite reprises jusqu’au krach du printemps 2022.

Le crypto-krach de mai 2022 trouve lui son explication dans la menace de récession qui sévissait aux États-Unis et la forte inflation qui l’accompagnait, faisant craindre une stagflation. À cela s’est ajouté la hausse des taux décidée par de nombreuses banques centrales. Avec ce cocktail explosif, la chute des valeurs technologiques et les crypto monnaies, de moins en moins considérées comme valeur refuge et de plus en plus considérées par les investisseurs institutionnels et gérants de fonds comme des actifs à haut risque, corrélés aux valeurs de la Tech, ont entamé un bear market qui s’est considérablement aggravé avec les difficultés de Terra Luna. La baisse faramineuse (-95 %) du jeton Luna et de son stablecoin UST découplé de l’US Dollar ont semé la panique sur le marché des cryptos, instillant le doute quant à la stabilité des stable coins. La baisse s’est poursuivie dans les semaines qui ont suivi, dans des proportions exceptionnelles mais pas inédites. En effet, la capitalisation totale du secteur avoisinait les 3 000 milliards de dollars en novembre 2021 avant de reculer à 940 milliards de dollars à la mi-juin 2022, date à laquelle l’indice crypto fear&greed atteignait les 6/100. On a connu à l’été 2022 une véritable panique chez les investisseurs crypto. Et la fin d’année 2022 a été pire encore, annonçant l’hiver des cryptos, marqué par le scandale FTX en novembre qui a fortement ébranlé la cryptosphère. La plateforme FTX valorisée 32 milliards de dollars en janvier 2022 a été mise au tapis en quelques semaines seulement, à la suite de la parution d’un article révélant qu’une large partie des actifs de FTX, très endettée, était constituée de la crypto maison : le FTT, faisant naître des soupçons de manipulations de prix et de conflit d’intérêt. Ajoutons à cela le fait que le fonds spéculatif Alameda a pioché dans les fonds des clients de FTX, violant au passage les agréments avec ses clients et accumulant les infractions avec les réglementations. La valeur du jeton a bien évidemment chuté, une chute fortement amplifiée par la revente par Binance (concurrent de FTX) de ses FTT. Pourtant, dans la cryptosphère, la valeur des jetons est également associée à la crédibilité des plus grands acteurs du secteur. Et la chasse aux sorcières s’est de ce fait poursuivie en 2023. En mai 2023, c’est Coinbase qui était sous les feux des projecteurs pour soupçons de délits d’initiés ayant permis à l’équipe dirigeante d’éviter une perte de 1 milliard de dollars.

Malgré ces événements troublants, et une volatilité bien présente, c’est la hausse qui était de mise en 2023 avec un Bitcoin proche des 30 000 dollars début août 2023 et qui a dépassé la barre fatidique des 40 000 dollars à la fin de l’année. Le Bitcoin n’est pas le seul à avoir enregistré une remontée spectaculaire. Quasiment systématiquement, on assiste à un entraînement des autres monnaies virtuelles dans son sillage. Il s’agit véritablement d’une embellie de tout l’écosystème des crypto monnaies dans la mesure où les hausses concernent de très nombreux jetons.

Alors, faut-il se positionner sur le marché des crypto-monnaies ? La tendance haussière s’est confirmée au premier trimestre 2024. La reprise est bien là. L’actualité majeure du début d’année a sans conteste été l’autorisation par la Securities and Exchange Commission (SEC) d’un ETF BTC spot. Onze ETF ont été approuvés le 10 janvier 2024 : celui de Ark Invest et 21Shares et ceux de Bitwise, BlackRock, BZX, Fidelity, Franklin Templeton, Grayscale, Hashdex, Invesco, Valkyrie, VanEck et WisdomTree. Cette reconnaissance du Bitcoin comme un actif financier à part entière participe bien évidemment à la démocratisation du Bitcoin en facilitant l’investissement dans la première des crypto monnaies. La reine des cryptos qui se maintient au-dessus des 62 000 dollars début mai 2024 pourrait bien dans les semaines à venir dépasser son record absolu (ATH pour All-Time High) et s’installer au-dessus des 70 000 dollars (un record atteint en mars 2024), avant de s’envoler vers les 100 000 dollars, pourquoi pas, d’ici la fin de l’année ; c’est du moins ce qui est attendu (espéré ?) par de nombreux spécialistes. Quoi qu’il en soit, l’indice fear&greed des cryptos est en zone « Greed » (avidité) et l’indicateur rainbow charts du Bitcoin, les prix actuels incitent à l’achat. Tous les voyants sont au vert alors que le Bitcoin vient juste de procéder à son halving, un événement très attendu qui n’a cependant pas entraîné de rebond majeur du BTC. Ce dernier reste cependant dans une dynamique haussière et prêt à atteindre de nouveaux sommets dans les prochains mois. Il faut dire que traditionnellement, le rebond du Bitcoin à la suite du halving n’intervient pas tout de suite. La hausse se fait sentir dans les mois qui suivent cet événement majeur. Attention cependant, la reprise pourrait être stoppée ou ralentie si une nouvelle crise éclatait mettant en cause la solidité/fiabilité d’un acteur majeur du secteur.

Les corrections sévères permettent de rappeler aux investisseurs que les progressions fulgurantes du cours des crypto actifs s’accompagnent d’une volatilité conséquente ! Malgré tout, l’augmentation du volume d’échange et la hausse massive de la capitalisation boursière des monnaies virtuelles ces dernières années indiquent clairement l’intérêt des investisseurs pour ces nouveaux actifs financiers. Les investisseurs restent attirés par ces devises virtuelles, capables d’afficher des performances impressionnantes qui n’ont d’égale que leur volatilité.

Gardez bien à l’esprit qu’acheter des crypto monnaies revient peu ou prou à miser sur une technologie innovante et n’est donc pas sans risque.

Consulter également notre article 7 règles pour trader la monnaie virtuelle

Crypto monnaie : quelles tendances et quelles perspectives pour 2024 ?

728x90

Alors que les pays qui ont fait du Bitcoin leur monnaie nationale sont de plus en plus nombreux (le Salvador en 2021, La République Centrafricaine en 2022), certains pays apparaissent eux comme foncièrement opposés aux monnaies virtuelles avec un durcissement de la réglementation ces dernières années. C’est notamment le cas de la Chine qui, à l’automne 2021, a porté un coup dur à l’industrie en interdisant le minage et l’utilisation des crypto monnaies. Mais, dans le même temps, les États-Unis semblent avoir repris le flambeau. La SEC a autorisé le premier ETF sur Bitcoin en octobre 2021 : le ProShares Bitcoin Strategy ETF. Notez qu’il s’agissait toutefois d’un ETF investi sur des contrats « futures » sur la plus célèbre des crypto monnaies et réservé aux grands comptes. Fin janvier 2022, Google Cloud annonçait créer une nouvelle équipe dédiée aux actifs numériques et à la blockchain. Le salaire de janvier 2022 du maire de New York lui a été versé en Bitcoin et Ethereum. Les crypto monnaies n’en finissent plus de faire parler d’elles. L’été 2023 a aussi été marqué par la demande de BlackRock et de nombreuses autres sociétés de gestion pour lancer un ETF Bitcoin. La SEC a finalement approuvé la création d’un ETF Bitcoin spot le 10 janvier 2024. De nombreux autres ETF BTC au comptant devraient être approuvés dans son sillage, drainant des flux de capitaux considérables vers la première des crypto monnaies : un afflux de capitaux estimé à 50 à 100 milliards de dollars par la banque britannique Standard Chartered. Et d’autres crypto monnaies pourraient aussi très prochainement profiter de la création de fonds indiciels indexés sur leurs cours comme par exemple un ETF ETH. Cet attrait de la finance traditionnelle pour les crypto monnaies et les afflux de liquidité que permettent les ETF sur les crypto monnaies qui verront leur jeton devenir des sous-jacent de trackers devraient sans grande surprise entretenir un marché haussier en 2024.

Et rappelons que la crypto sphère profite aussi cette année du halving du Bitcoin qui agit généralement comme un catalyseur à la hausse. Il n’y a pas eu de hausse marquée du Bitcoin à la suite du halving intervenu le 20 avril 2024. Mais celui-ci avait d’ores et déjà été en partie pricé par les marchés. Et les conséquences de ce halving Bitcoin devraient continuer de se faire sentir sur le moyen terme en soutenant la hausse du BTC et du marché crypto dans son ensemble dans les mois à venir.

Notons aussi l’intérêt de très nombreux poids lourds du secteur de la finance aux États-Unis. Ainsi, début septembre 2021, John Paulson, le financier qui avait prédit la bulle des subprimes, prédit aux cryptos un avenir très sombre, anticipant l’éclatement de la bulle et pariant sur le fait qu’elles finiront par s’avérer sans valeur. Cependant, sa vision est loin de faire l’unanimité. Par exemple, Paul Tudor Jones a massivement investi dans le Bitcoin et réaffirmait en juin 2021 son attrait pour le Bitcoin, déclarant au micro de CNBC : « j’aime Bitcoin ».  Ray Dalio (Bridgewater) a lui acquis quelques bitcoins en mai 2022. Enfin, on citera également Cathie Wood, PDG et CIO d’ARK Invest, fervente partisane des crypto-monnaies qui prédisait un Bitcoin à 500 000 dollars en 2021 et qui a revu sa copie à la hausse, tablant désormais sur un Bitcoin à 1 million de dollars. L’ETF ARK Invest & 21Shares pourrait aider à se diriger vers cet objectif.

On ne peut cependant pas ignorer les phases de baisse du marché des cryptos et l’hiver des cryptos, nom donné à la baisse brutale du marché des cryptos en 2022, a été difficile pour de nombreux investisseurs. Mais ces périodes de bear market sur des niveaux plus bas, si elles sont vues comme la fin des cryptos par les crypto-sceptiques, sont des périodes idéales pour investir en solde pour les crypto-enthousiastes qui profitent de la forte chute des prix. Le marché des cryptos monnaies est comme le marché boursier un marché cyclique où alternent phases d’expansion, boom et récession et, sur le long terme, le marché est haussier dans son ensemble. Attention tout de même car certaines cryptos seront elles baissières sur le long terme, voire feront faillite, comme peuvent le faire des actions. Ajoutons également que la volatilité du marché crypto est bien supérieure au marché actions et que le risque de défaut d’un jeton est plus important.

De plus, ce marché peu mature doit également composer avec une difficulté majeure qui menace sa stabilité : de réglementation et de régulation du marché ! La situation pourrait bien évoluer rapidement car les gouvernements et régulateurs ont relevé de nombreux événements inquiétants qui devraient les pousser à légiférer. D’abord, la réponse apportée par Coinbase au krach du Bitcoin au printemps 2022 : la plateforme exchange Coinbase dont l’action a perdu plus de 75 % de sa valeur depuis le début de l’année a annoncé en mai 2022 qu’en cas de faillite, ses clients pourraient perdre leurs cryptos. Et Coinbase qui en juin 2022 a annoncé des licenciements massifs n’a pas été pas la seule plateforme de l’écosystème à être en difficulté et à inquiéter les pouvoirs publics. Ainsi, mi-juin, Celsius, acteur phare du lending, a mis en pause « tous les retraits, produits dérivés et transferts entre comptes » sur sa plateforme. Le 13 juin, Binance a suspendu complétement les retraits de Bitcoin pendant plusieurs heures. La suspension de transactions qui impactent directement les investisseurs alertent les pouvoirs publics, bien conscient qu’il existe très peu de garanties sur les cryptoactifs et dès lors que l’écosystème est en proie à d’importantes difficultés, la situation peut être dommageable pour l’investisseur. Les milliards d’actifs disparus avec la faillite de FTX ont encore mis en lumière les risques de ce marché non régulé. La saisie en novembre 2022 par le département de la justice américaine de 50 000 BTC (soit tout de même 1 milliard d’euros) provenant de transactions illégales sur le dark net pourrait bien encore amener les autorités américaines à accélérer la mise en place d’un cadre réglementaire plus strict sur le secteur des crypto actifs.

En France aussi le désir de régulation se fait de plus en plus prégnant. Ainsi, le sénateur Hervé Maurey a déposé début 2023 un amendement visant à « imposer à tout acteur voulant exercer la profession de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) d’être agréé au préalable par l’AMF ». Les députés se sont mis d’accord au début de l’année pour renforcer les conditions d’obtention de l’enregistrement PSAN auprès de l’AMF, en amont de la mise en application du règlement européen MiCA. L’adoption par le parlement européen le 20 avril 2023 du règlement européen « Markets in Crypto-Assets » (MiCA) qui vise à protéger les investisseurs européens en crypto-actifs fait de l’Union Européenne la première grande juridiction à définir un cadre spécifique à grande échelle pour encadrer les crypto actifs, réguler les prestataires de services sur crypto actifs, ainsi que les émetteurs de ces crypto actifs. Il entérine notamment la création d’une sorte de « passeport européen » délivré par les superviseurs nationaux, qui permettra ensuite aux prestataires de services sur crypto actifs d’opérer dans l’ensemble de l’UE. Les avis sont partagés sur le bien-fondé de ce règlement. Si les régulateurs se réjouissent de l’adoption du texte, les acteurs de la cryptosphère s’inquiètent eux d’une législation jugée comme trop contraignante, peu adaptée et qui freinera leur développement par rapport aux autres acteurs qui n’y sont pas soumis (hors marché européen donc).

Notez que, dans l’Union Européenne comme aux US, une réglementation plus stricte provoquera sans doute la disparition de nombreux Exchanges, sans pour autant avoir un effet sur les plateformes les plus douteuses domiciliées dans des pays bien moins regardants (FTX était domicilié aux Bahamas).

Découvrir aussi notre article Krach des cryptos : comment réagir ?

Classement des monnaies virtuelles selon leur valorisation boursière de mai 2024




Coinmarketcap.com réalise un classement des crypto-monnaies en fonction de leur valorisation boursière.

Vous vous demandez peut-être quelle cryptomonnaie acheter ou cherchez des informations pour savoir dans quelle crypto-monnaie investir ou quelle crypto-monnaie trader. Les investisseurs privilégient bien souvent les cryptomonnaies dont la capitalisation boursière est conséquente et les prix relativement élevés, ce qui traduit une certaine confiance en la monnaie et une relative solidité du jeton.

Découvrez le classement des 10 plus importantes monnaies virtuelles en tenant compte de leur capitalisation boursière, c’est-à-dire de la valeur totale de tous les jetons en circulation (prix d’un token X nombre en circulation).

1. Bitcoin (BTC)

Date de création : 2009

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 1 266,391 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 134 % environ

2. Ethereum (ETH)

Date de création : 2015

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 381,364 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 73 % environ

3. Tether (USDT)

Date de création : 2015

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 110,904 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 0 % environ

4. Binance Coin (BNB)

Date de création : 2017

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 87,754 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 90 % environ

5. Solana (SOL)

Date de création : 2020

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 66,276 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 620 % environ

6. USD Coin (USDC)

Date de création : 2018

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 33,619 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 0 % environ

7. Ripple (XRP)

Date de création : 2015

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 29,564 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 27 % environ

8. Dogecoin (DOGE)

Date de création : 2013

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 23,560 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 127 % environ

9. Toncoin (TON)

Date de création : 2021

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 21,006 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 197 % environ

10. Cardano (ADA)

Date de création : 2017

Capitalisation boursière au 6 mai 2024 : 16,565 milliards de dollars

Variation des cours sur 1 an (USD) : 28 % environ

Consulter également notre article 9 crypto monnaies prometteuses à découvrir en 2024

Qu’est-ce qui fait la valeur d’une crypto-monnaie ?




Pourquoi une crypto-monnaie baisse ? Pourquoi une crypto monnaie chute ? Comment une crypto monnaie prend de la valeur ? Découvrez quels sont les facteurs qui jouent sur les cours des cryptos.

La confiance en la monnaie virtuelle

D’abord, comme pour toute devise, virtuelle comme réelle, l’élément fondateur est la confiance. Les gens doivent avoir confiance en les crypto-monnaies en général et confiance en une crypto-monnaie en particulier, mais cela n’est pas impossible, loin de là. Lors de la crise grecque, certains ont massivement acheté du Bitcoin, devise qui leur inspirait davantage confiance que celle, réelle et régulée, qui subissait de plein fouet la crise monétaire et devait faire face à une inflation galopante.

En outre, pour s’épanouir et voir son cours progresser, une crypto-monnaie a besoin d’un cadre réglementaire favorable et d’une approche bienveillante des régulateurs. La confiance peut aussi être à l’origine de l’engouement d’une personnalité publique sur une crypto monnaie en particulier ou la crypto monnaie en général. Au début de l’année 2021, c’est la soudaine apparition du seul mot « Bitcoin » dans la biographie Twitter de Elon Musk qui a fait s’envoler le cours de la monnaie virtuelle, peu de temps avant que le milliardaire fantasque annonce avoir investi 1,5 milliard de dollars en Bitcoin et propose aux clients de Tesla d’acheter leur voiture avec la plus célèbre des crypto monnaies. Le patron de SpaceX et Tesla se pose en véritable influenceur et ambassadeur du Bitcoin, participant à créer un sentiment de confiance à l’égard de cette crypto monnaie en particulier, mais aussi de la crypto-monnaie en général. Elon Musk a en effet également apporté son soutien au DogeCoin.

Notez cependant que les sorties d’Elon Musk produisent aussi l’effet inverse selon la teneur des propos tenus par le patron de Tesla. Ainsi, le 13 mai dernier ce dernier était finalement revenu sur la possibilité d’acheter une Tesla en Bitcoins. Le crypto krach de mai a suivi de peu cette déclaration. Le 4 juin 2021, le bitcoin a perdu jusqu’à 8 % après un tweet d’Elon Musk suggérant une rupture potentielle avec la première des crypto monnaies en postant un emoji au cœur brisé et une référence à une chanson populaire du groupe de rock Linkin Park.

Celui qui s’impose comme un véritable gourou des crypto monnaies fait sensiblement varier les cours au gré de ses tweets qui ont une conséquence directe sur la confiance des investisseurs dans telle ou telle monnaie.

Le nombre d’utilisateurs de la crypto monnaie

Ce qui fait aussi la valeur d’une monnaie virtuelle, c’est l’importance de son réseau et le nombre de gens qui l’utilisent partout dans le monde.

Plus une crypto-monnaie possède d’utilisateurs, plus sa valeur augmente, ce qui signifie que le prix du jeton grimpe.

Deux facteurs essentiels vont pousser les gens à acheter une monnaie virtuelle : le taux de pénétration dans l’économie réelle (c’est-à-dire la facilité avec laquelle on peut acheter in real life des biens et services en payant avec ladite crypto-monnaie) et la perspective de se positionner sur un crypto-actif en réalisant une plus-value relativement importante.

La spéculation est encore le principal moteur de développement des crypto-monnaies et leurs prix varient considérablement en fonction de l’appréciation de traders qui pensent faire de l’argent facilement ou non sur tel ou tel jeton, créant des bulles comme en 2017-2018. La valeur intrinsèque n’entre pas tellement en compte. Et la situation risque fort de perdurer tant que la demande dans l’économie réelle restera relativement faible.

Retenez quand même que les utilisateurs de monnaies virtuelles sont de plus en plus nombreux. Les crypto-monnaies ne sont plus des actifs financiers de niche mais représentent bien une tendance lourde du secteur. Leur importance dans la sphère économique et financière va croissante. En 2021, il y a eu plus d’argent enregistré sur Ethereum que sur Visa. Alors bien sûr le krach des cryptos de 2022 a de quoi faire douter les investisseurs mais il vaut mieux ne pas s’intéresser aux seuls cours des cryptos mais aussi à la courbe d’appropriation, c’est-à-dire aux nombres de gens qui possèdent des cryptos. Et les cryptos suivent quasiment la même courbe d’appropriation qu’Internet, ce qui devrait, si la courbe continue de suivre son modèle, déboucher sur un boom de la demande dans les années à venir.

La démocratisation croissante des monnaies virtuelles booste le cours des cryptos

La démocratisation des monnaies virtuelles traduit la confiance croissante du grand public dans ce type d’actifs. Les particuliers pourront désormais régler davantage d’achats de biens et services via les monnaies virtuelles avec leur compte Paypal comme nous l’avons vu précédemment.

Les gouvernements et les banques centrales se montrent aussi plus enclins à adopter les monnaies virtuelles avec un effort fait sur la régulation des crypto monnaies et l’émergence de monnaies digitales de banques centrales. Le Salvador est le premier pays à avoir fait du Bitcoin une monnaie légale et d’autre sont suivi ou s’apprêtent à le faire. Les marchés financiers semblent eux aussi faire une place aux cryptos. De nombreux courtiers proposent désormais d’investir sur les monnaies virtuelles. Plusieurs grandes banques d’investissement ont une unité dédiée aux cryptoactifs et de plus en plus de fonds traditionnels et de hedge funds se positionnent sur les crypto actifs. Autre événement notable : Coinbase, la plateforme d’échange de crypto monnaies américaines s’est introduite en Bourse en avril 2021. De plus en plus, les marchés financiers ont tendance à considérer les cryptos comme des actifs liés à la Tech et, de ce fait, les cours des crypto-monnaies ont désormais tendance à suivre les évolutions du Nasdaq. C’est d’ailleurs ce qui explique le rebond des cryptos depuis le début de l’année 2023. En effet, les crypto monnaies, comme les marchés financiers, bénéficient du ralentissement de l’inflation aux États-Unis.

Le projet derrière la crypto-monnaie : quand l’utilité du token participe au succès du jeton




De plus en plus, les crypto-monnaies ne sont pas créées dans l’objectif de remplacer une devise fiat ou d’accéder à un service alternatif à la finance traditionnel mais d’acheter des biens et services spécifiques au jeton. À l’origine, de nombreuses crypto-monnaies ont été créée pour proposer une alternative à la finance traditionnelle. Ainsi, le Bitcoin est une monnaie décentralisée destinée à payer des biens et des services comme n’importe quelle devise traditionnelle, mais sans avoir à pâtir de l’inflation ou de la dévaluation de la monnaie. De plus, elle permet des échanges sécurisés, rapides, en dehors des circuits financiers habituels.

Avec Ethereum, l’objectif était encore de simplifier les flux financiers en les rendant encore plus rapides et moins chers. Le jeton Ether permet de payer les frais de transaction. Binance est une plateforme exchange dont le jeton est le Binance Coin qui permet d’accéder à de nombreux services financiers sur la plateforme (staking, lending et borrowing).

Aujourd’hui, avec l’émergence du web 3.0 de nombreux jetons se créent pour donner vie à des Metaverse comme The Sandbox par exemple, le jeton qui permet aux joueurs d’acheter des actifs virtuels dans le jeu vidéo du même nom.

Qu’est-ce qui influence le prix des crypto monnaies ?

Outre ces nombreux facteurs qui expliquent la valeur d’une crypto monnaie, il existe beaucoup d’autres catalyseurs de hausse ou de baisse. Nous en détaillons certains ici.

Les prises de bénéfices des baleines, lors des plus hauts du bitcoin (ou d’autres crypto-monnaies) peuvent expliquer les baisses peu importantes et soudaines lorsque le BTC arrive sur des plus-hauts.

Mais le secteur des crypto monnaies peut aussi baisser soudainement en cas de déboires de certains acteurs qui mettent du plomb dans l’aile à la confiance accordée par les investisseurs au marché des crypto-monnaies. La faillite de FTX en est le parfait exemple.

Le resserrement réglementaire peut aussi causer une baisse des cryptos, tandis que de bonnes nouvelles sur le front de l’acceptation des crypto-actifs ou de leur démocratisation (par exemple l’autorisation d’un ETF sur le BTC ou l’ether par la SEC) va provoquer une envolée des cours.

Retenez aussi que les scandales, piratages, arnaques peuvent être préjudiciables aux cours de la ou des crypto(s) concernée(s), voire à l’écosystème tout entier.

Enfin, de plus en plus, le marché des crypto monnaies est de plus en plus corrélé aux marchés financiers dans leur ensemble. Une persistance de l’inflation et une hausse des taux directeurs des banques centrales est dommageable aux cryptos par exemple. Ces dernières sont en effet, comme nous l’avons déjà vu, de plus en plus corrélées aux valeurs de la Tech.

Lire aussi notre article 5 valeurs du Metaverse à découvrir

Comment investir dans la crypto monnaie en 2024 ?

La grande enquête « La crypto en France : structuration du secteur et adoption par le grand public » réalisée par KPMG France avec l’institut IPSOS révèle que :

  • 8 % des Français ont déjà acquis des cryptos en direct (c’est plus que les détenteurs d’actions en direct qui sont en France environ 6 %) ;
  • 30 % des Français n’ont pas encore investi en crypto mais envisagent de le faire.

Plus qu’un effet de mode, l’investissement en crypto-monnaies semble être une tendance de fond. Dans ce contexte, il est important pour Café de la Bourse d’accompagner les investisseurs sur ce secteur très particulier.

Vous faites partie des nombreux Français qui ne savent pas comment acheter de la crypto monnaie mais ce n’est pas l’envie qui vous manque et vous ne savez pas comment procéder ? Retrouvez ici nos explications et conseils pour vous positionner sur la monnaie cryptée.

Combien investir dans les crypto-monnaies ?

Volatilité et spéculation sont les maîtres-mots. L’investissement en crypto-monnaies s’accompagne d’un risque de perte en capital très important.

La crypto-monnaie appartient à la famille des placements alternatifs ou placements exotiques, qui doivent représenter 5 % à 10 % maximum de vos avoirs financiers, selon votre profil de risque.

Attention, ce pourcentage doit représenter la totalité de vos placements alternatifs. Cela signifie que si vous êtes très averse au risque et que vous souhaitez par exemple être investi en crypto-monnaies et en or, vous ne devrez pas posséder 5 % de votre capital en crypto-monnaies et 5 % de votre capital en or mais l’or et les crypto-monnaies ne devront pas dépasser ensemble 5 % de votre capital financier.

Consulter également notre article 4 indicateurs à connaître pour trader le Bitcoin

Quand investir dans les crypto-monnaies ?

La volatilité des crypto-monnaies est très importante et elle s’accompagne souvent chez les investisseurs d’une tentation de faire du market timing. Attention : si l’idée est séduisante sur le papier, rappelez-vous que le marché est impossible à timer. Vous risquez donc de courir droit à la catastrophe.

Deux méthodes bien plus judicieuses peuvent être appliquées :

  • le DCA (Dollar Cost Averaging) qui consiste à investir à intervalles réguliers toujours la même somme ;
  • l’achat sur les plus bas qui consiste à moyenner ses entrées à la baisse en investissant lors des krachs et lorsque les cours de la crypto sont inférieurs à sa moyenne sur les 12 ou 24 derniers mois par exemple.

Faut-il investir dans les crypto monnaies à la suite d’un krach ?

Une ou plusieurs fois par an, les crypto monnaies connaissent des krachs retentissants. Le dernier en date a eu lieu en 2022 et s’est installé dans la durée avec un bear market prononcé qui s’est poursuivi une partie de l’année 2023 malgré une légère reprise des cours des principales cyptos. Ces chutes spectaculaires de cours peuvent constituer un point d’entrée privilégié sur le marché des cryptos. Mais attention à bien garder en tête que ces actifs sont hyper volatils et que la prochaine chute se fera vraisemblablement à vos dépens.

Cependant, si vous êtes particulièrement peu averse au risque et que vous investissez dans les monnaies virtuelles dans une optique long terme, il peut être intéressant, à chaque crypto krach, d’investir de nouveau sur ce marché. Les plus convaincus par le potentiel de la crypto monnaie pourront eux, en ignorant les krachs, opter pour l’investissement programmé en crypto monnaies et investir tous les mois ou trimestres la même somme. Attention, ces chutes soudaines et spectaculaires des monnaies virtuelles doivent rappeler aux investisseurs que l’investissement sur ces actifs via un effet de levier est particulièrement risqué !

2 manières d’acheter votre monnaie virtuelle

Il existe deux façons d’obtenir des monnaies cryptées :

  • en vendant un bien ou un service et en exigeant un paiement dans la crypto monnaie de votre choix ;
  • en convertissant des devises « classiques » (euro, dollar, etc.) en monnaie cryptée.

Kraken, Bitstamp, Poloniex, Coinbase, ou encore Circle par exemple permettent par exemple de convertir assez facilement des euros en Bitcoins, voire en d’autres monnaies virtuelles.

Pour convertir vos euros en Bitcoins, vous devrez obligatoirement vous enregistrer sur une plateforme d’exchange en fournissant une copie électronique d’une pièce d’identité et une facture récente (gaz, électricité, internet) permettant de prouver votre adresse.

Choisir sa plateforme d’échange de crypto monnaies ou son courtier en monnaie virtuelle




Des plateformes d’exchange de crypto monnaies comme Coinbase, Bitpanda ou encore Binance permettent d’acquérir et d’échanger des crypto actifs directement, sans passer par des produits dérivés.

Pour éviter les arnaques et y voir plus clair dans l’offre d’intermédiaires en crypto-monnaies la loi Pacte a mis en place un nouveau régime spécifique encadrant ces prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). Selon l’AMF, ces PSAN regroupent tous les « intermédiaires financiers qui proposent différents services relatifs à l’investissement en crypto-actifs ». Depuis décembre 2020, ces PSAN doivent, pour pouvoir proposer des services de conservation de crypto-actifs ou d’accès à des crypto-actif ou bien d’achat/vente de crypto-actifs contre des monnaies ayant un cours légal, être obligatoirement enregistrés auprès du gendarme des marchés financiers qui s’assurera de la fiabilité du prestataire. Tout acteur qui n’aurait pas procédé à son enregistrement pourra se retrouver sur les listes noires de l’AMF. En sus, un agrément optionnel peut également être demandé par le PSAN qui, après l’avoir obtenu, aura le droit de pouvoir démarcher de nouveaux clients. En effet, deux niveaux de PSAN existent : l’enregistrement, obligatoire pour 4 types de services, obtenu par 60 acteurs à ce jour, et l’agrément PSAN, optionnel, plus exigeant, et protecteur pour l’investisseur. Aucun PSAN n’a été agréé à ce stade.

Notez qu’un service sur actifs numériques est considéré comme fourni en France lorsqu’il est fourni par un prestataire de services sur actifs numériques disposant d’installations en France ou à l’initiative du prestataire de services sur actifs numériques à des clients résidant ou établis en France.

Avant tout investissement et toute transaction, vérifiez bien que l’acteur avec qui vous envisagez de traiter ne figure pas sur les listes noires de l’AMF, qu’il est bien enregistré auprès de l’Autorité des Marchés Financiers et, si vous vous êtes fait démarcher, que cet acteur possède bien l’agrément qui lui donne le droit de le faire.

Pour en savoir plus, découvrir notre Section courtiers en ligne

Créer un portefeuille de crypto monnaie

Quel que soit votre mode d’obtention, il vous faudra créer un « portefeuille » afin de recevoir, envoyer et surtout conserver vos crypto monnaies.

Un portefeuille de monnaie cryptée est une adresse se présentant sous la forme d’une suite de chiffres à laquelle on accède grâce à un mot de passe.

Il existe deux types de portefeuilles de crypto monnaies : le hardware wallet et le software wallet.

Les hardwallets ou portefeuilles physiques sont des logiciels contenus sur l’équivalent d’une clé USB sécurisée afin de conserver ses clés et ses accès à son portefeuille. Les hardare wallets sont les portefeuilles de crypto monnaies les plus sécurisés mais leur utilisation pourra être jugée contraignante par les investisseurs. En effet, certains nécessitent de connecter l’appareil à l’ordinateur à chaque utilisation. Les plus connus sont Ledger et Trezor.

Les software wallets sont des plateformes disponibles en ligne, soit une application mobile, soit un site web, qui permettent de conserver ses différentes clés de manière sécurisée. Si leur utilisation est simplifiée, on pourra cependant leur reprocher leurs failles en matière de sécurité qui rendent les software wallets plus risqués. Les software wallets les plus connus sont Coinbase, Binance et Kraken.

Comment trader une crypto monnaie

Advertisementetoro

En France, le particulier qui veut se positionner sur le marché des crypto monnaies pourra se tourner vers un courtier en ligne spécialisé qui propose le trading de monnaies virtuelles via des produits dérivés du type CFD. Par exemple, eToro vous permet de trader Bitcoin, Ethereum, Ripple, Bitcoin Cash, et Cardano. IG vous permet de trader Bitcoin, Ethereum, Ripple et Litecoin. XTB permet de trader Bitcoin, Ripple, Bitcoin Cash, Litecoin et Ethereum. Vous serez également limité en matière d’effet de levier. En effet, un CFD sur cypto-actifs ne peut pas avoir un effet de levier supérieur à deux. Rappelons que 89,4 % des traders particuliers perdent de l’argent selon l’Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France réalisée par l’Autorité des Marchés Financiers sur la base des résultats obtenus par près de 15 000 traders particuliers français de 2009 à 2013. L’AMF rappelle également que l’intermédiaire financier qui commercialise ce type de CFD doit être agréé et, à ce titre, figurer sur les registres de Regafi.

Depuis le 1er juin 2021, il est possible d’investir à la Bourse de Paris sur le Bitcoin ou l’Etehereum via des produits indiciels cotés. Ces ETP (Exchange Traded Products), des produits financiers relativement proche des ETF, traquent l’évolution des prix du Bitcoin ou de l’Ethereum. VanEck, 21Shares, ETC Group et WisdomTree proposent désormais des ETP sur Euronext Paris et Amsterdam qui permettent aux investisseurs particuliers français de se positionner relativement facilement sur les deux principales crypto monnaies en termes de capitalisation.

Lire aussi notre guide Comment devenir un meilleur trader

Infographie Comment investir en crypto étape par étape

infographie comment investir en crypto monnaies cafedelabourse

6 conseils pour investir dans la crypto monnaie


Retrouvez nos 6 conseils pour investir avec succès et en connaissance dans cause dans une monnaie cryptée.

1. Bien comprendre la technologie Blockchain

Avant d’investir dans ce type de monnaie, assurez-vous absolument de bien comprendre cette innovation et notamment la technologie qui est derrière. Cela revient finalement à étudier complétement la technologie Blockchain dont sont issues les monnaies cryptées. Attachez-vous aussi et surtout aux détails qui différencient les monnaies entre elles : le langage de programmation, le système de validation de la chaîne de blocs, la gouvernance, la capacité de la monnaie à s’adapter à un changement d’ordre de grandeur de la demande par exemple.

2. Prendre en considération la limite d’expansion des tokens

L’unité des crypto monnaies est appelé token. Le nombre de tokens créés peut être limité, comme c’est le cas du Bitcoin qui se limitera à 21 millions de Bitcoins en circulation, rendant le produit relativement rare, ce qui bien sûr participe à sa valeur. Mais une crypto-monnaie peut également suivre un modèle déflationniste. Dans ce cas, la quantité de monnaie en circulation est illimitée, ce qui pourrait avec le temps favoriser la stagnation (voire la diminution) de son prix.

3. Vérifier la transparence de la monnaie virtuelle

Privilégiez une crypto monnaie disposant d’un site web avec des investisseurs et des développeurs clairement identifiés, une présentation du projet, éventuellement une feuille de route indiquant les avancées technologiques prévues. Si rien de tout cela n’est accessible, méfiance, vous pourriez investir dans une pyramide de Ponzi.

4. Se tenir informé sur les sites web de crypto monnaie

Pour être à la page dans ce domaine ultra-niche et ultra-geek, et donc s’assurer un investissement dans les meilleures conditions en possédant toutes les informations sur l’actif visé, mieux vaut chercher l’information là où elle se trouve, c’est-à-dire sur le web ! De nombreuses cryptomonnaies proposent leur propre site web mais élargissez vos recherches aux sites web communautaires type Reddit ou Slack qui vous permettront de publier, consulter des articles, échanger et partager problématiques et opinions. Le forum Bitcointalk remplit le même rôle mais est exclusivement consacré aux crypto-monnaies (pas seulement le Bitcoin car il possède une rubrique altcoins dédiée).

5. Se renseigner sur la qualité des développeurs de monnaie virtuelle et leur financement

Ce qui fait avant tout le succès d’une crypto monnaie, c’est la qualité des développeurs qui sont à l’origine de cette innovation. Vérifiez donc leur expérience, leur formation, leurs antécédents professionnels, etc. Forment-ils une équipe soudée avec de bons rapports ? Vous pouvez vérifier que leurs échanges sur la communauté Slack ou Reddit sont à la fois cordiaux et constructifs.

Enfin, vous devez impérativement savoir qui paie les développeurs : une compagnie ou un fonds de capital investissement extérieur à la crypto monnaie ? Les développeurs sont-ils payés avec leur crypto monnaie ? L’important est de pouvoir évaluer la motivation des développeurs et d’éventuels conflits d’intérêts.

6. Limiter ses investissements sur ces actifs volatils à haut risque

La volatilité est l’une des caractéristiques majeures des crypto monnaies. Ainsi, la valeur d’une monnaie cryptée, c’est-à-dire son prix, peut augmenter ou diminuer, très rapidement, de façon imprévisible. En cause : sa jeune économie, sa nature inusitée et surtout ses marchés parfois peu liquides. Et le nombre de plateforme ajoute encore au manque de liquidité des jetons. Ainsi, fin 2019, « il suffit d’un volume de 143 bitcoins pour faire varier son cours de 1 % sur la plate-forme Bitstamp. Coinbase et Kraken sont bien plus liquides, et c’est respectivement 456 et 672 bitcoins qui doivent être échangés pour faire bouger le cours de la leader des cryptos de 1 % » rapporte le site Les Echos.

Investir en monnaie cryptée n’est donc pas recommandé pour les profils prudents présentant une forte aversion au risque. Pour les autres, pensez tout de même à ne pas conserver une grande partie de vos économies en Bitcoin ou autres qui restent des actifs à haut risque. Le risque est réel de perdre une grande partie de l’argent ainsi investi.

Si l’aventure des crypto monnaies vous tente, lancez-vous avec de l’argent que vous êtes prêt à perdre. Il doit s’agir d’un placement représentant une très faible partie de vos avoirs financiers. La crypto-monnaie relève davantage d’une expérience à tenter si le cœur vous en dit que d’un placement raisonné fait dans une optique de diversification. Vouloir gagner de l’argent très rapidement n’est jamais une bonne raison d’investir en crypto devise.

Fiscalité crypto monnaie 2024 : comment calculer la plus value et déclarer les gains en monnaie virtuelle




Les plus-values générées par l’activité d’achat et de revente de crypto monnaies sont imposables au titre des « actifs numériques » depuis le 1er janvier 2019. C’est la flat tax à 30 % qui s’applique aux gains issus des activités de trading de crypto monnaies. Le contribuable dispose néanmoins d’un abattement de cession de 305 euros par an.

Et depuis le 1er janvier 2023, il est possible d’opter pour une imposition au barème de l’IR +17,2 % de prélèvements sociaux si cela est plus avantageux pour vous.

Depuis 2023, les investisseurs professionnels sont eux imposés au titre des bénéfices non commerciaux (BNC) et non plus au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

À noter : les transactions ne sont imposables que lors de la conversion des monnaies virtuelles en devises traditionnelles comme par exemple l’euro, le dollar ou encore le franc suisse, y compris si l’argent reste sur la plateforme d’exchange sans bouger.

Le montant de ses plus-values doit être indiqué dans la déclaration de revenus, dans la case « Plus ou moins-values sur actifs numériques », à laquelle doit être jointe le formulaire 2086 fournissant le détail des opérations imposables.

Pour aller plus loin, lire notre dossier Crypto-monnaie : quelle fiscalité ? Comment déclarer ?

Quelques questions sur la crypto monnaie ?

Le terme crypto monnaie désigne à la fois une monnaie virtuelle et le système de paiement de pair à pair qui l’accompagne. Il s’agit de monnaies virtuelles sans supports physiques, non régulées par un organe central et dont la valeur n’est pas indexée à une devise légale ou une matière première.

Vous pouvez investir dans une crypto monnaie en achetant des jetons via une plateforme spécialisée. Vous pouvez aussi faire du trading de crypto devises via un courtier en ligne comme eToro, en investissant dans un produit dérivé qui a pour sous-jacent une monnaie virtuelle. Attention dans tous les cas à ne consacrer à ce type d’investissement qu’une toute petite partie de votre patrimoine.

Le cours d’une crypto monnaie est liée à la confiance qu’elle inspire auprès des investisseurs, à ses caractéristiques techniques, à la facilité avec laquelle on peut ou non acheter des choses dans la vie réelle avec, mais aussi à l’éventuelle plus-value que la monnaie virtuelle permettra de réaliser.

Il existe plusieurs raisons d’utiliser une crypto monnaie : pour acheter des biens et des services, pour réaliser une plus-value à court-terme dans un objectif de spéculation ou pour investir à long terme dans une technologie innovante dont on pense qu’elle révolutionnera les transactions digitales.

Source image : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.