OPCVM : 10 critères pour choisir une Sicav dans laquelle investir

Le 28 juillet 2020

dossier-phare-fonds

Investir dans un OPCVM peut paraître compliqué et susciter de nombreuses interrogations : comment choisir les OPC ? Comment sont gérés les Sicav ou FCP ? À quel moment sortir de l’OPCVM ? Café de la Bourse aborde tous ces thèmes liés à l’investissement dans un fonds au travers de cet article et vidéo.

Comment investir en Bourse avec les OPCVM ?

Comparatif courtier en ligne pour investir avec des OPC

Vous pouvez acheter des OPC via un compte titres ou via les enveloppes « défiscalisantes » que sont le PEA et l’assurance vie.

Top courtiers en ligneLes offres du momentVoir offres
courtier-degiro0,04 % par ordre sans minimum sur Euronext. Accès à 50 marchés internationaux. Aucuns frais cachés. Aucun dépôt minimum. Inscription en ligne*
Découvrez
courtier-bourse-direct431 OPCVM sans frais d'entrée dont 143 éligibles au PEA

1000 € de frais de courtage offerts, frais de transfert remboursés et formation gratuite jusqu'au 31/10/20*
Découvrez
fortuneo700 fonds sans frais d'entrée

100 ordres offerts et remboursement de vos frais de transfert jusqu'au 29/10/20*
Découvrez
bforbank2 000 OPCVM sans frais d'entrée

2000 € de frais de transfert remboursés + ProRealTime offert jusqu’au 12/11/20*
Découvrez
logo-boursorama-banque +1500 OPCVM sans frais d'entrée

A partir de 1,99 € l'ordre de Bourse*
Découvrez
*Voir conditions sur le site. Investir comporte des risques de perte.

Qu’est-ce qu’un OPC, OPCVM, Sicav et FCP ?

Les OPC ou Organismes de Placements Collectifs regroupent les organismes de placement collectifs investis en valeurs mobilières (OPCVM) et en actifs immobiliers (OPCI).

Nous nous limiterons dans cet article à un type de fonds en particulier : les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM). Ce sont des fonds d’investissement dits « coordonnés ». Cela signifie qu’ils sont soumis à des règles d’investissement harmonisées au niveau européen.

Les OPCVM constituent une catégorie de produits financiers qui regroupe les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement).

Les Sicav et FCP s’adressent aux personnes qui ne souhaitent pas elles-mêmes investir en Bourse, en ayant à choisir telle ou telle action, savoir quand acheter, quand vendre… De fait, en achetant des parts d’un OPCVM, la gestion est déléguée à un professionnel. Le principal avantage des Sicav et FCP réside dans le fait qu’ils permettent de diversifier ses placements avec un montant faible et laisser un gérant (idéalement de talent !) s’occuper des stratégies d’investissement pour profiter des meilleures opportunités qu’offrent les marchés financiers.

Comme tout type d’investissement, le choix d’une Sicav ou d’un FCP doit reposer sur trois éléments majeurs : en fonction de vos objectifs de rendement, de votre profil de risque et de votre horizon de placement.

Si vous cherchez un placement au risque limité, optez pour les OPCVM monétaires ou obligataires. Si, au contraire, vous souhaitez obtenir des performances plus importantes malgré un risque plus élevé, tournez-vous vers les OPCVM actions ou alternatifs.

Sicav et FCP : 10 critères pour choisir un OPCVM

Quel que soit le type d’OPC pour lequel vous opter, il existe de nombreux critères à prendre en compte au moment de choisir un fonds dans lequel investir.

1. La notation quantitative pour identifier le rendement de l’OPCVM

Sous la forme d’une notation par étoiles, l’analyse quantitative de Morningstar par exemple permet d’identifier, dans une catégorie donnée, les fonds ayant eu le meilleur comportement et le meilleur rendement corrigé du risque, au cours des dernières années. Morningstar ne note que les fonds affichant au moins 3 ans d’ancienneté.

L’outil de sélection du site permet de trier les Sicav et FCP par catégorie, par société de gestion et par performance sur une période donnée. Vous pouvez par exemple filtrer les fonds avec une performance supérieure à 5% sur trois ans.

Une petite précision toutefois : cette notation quantitative repose sur un algorithme qui note la performance passée. Il est donc nécessaire de déterminer aussi le profil pour le futur de l’OPCVM. Cela se fait par un système de notation qualitative.

2. La notation qualitative de l’OPCVM pour connaître ses forces et faiblesses

La notation qualitative vient compléter la notation quantitative.

La notation qualitative permet de dépasser le débat “bon fonds” contre “mauvais fonds”. La note qualitative s’obtient en combinant des données fondamentales sur plus de 9 millions de titres financiers et plus de 150 000 OPC dans le monde entier, complétées par les recherches des analystes de Morningstar.

La notation qualitative fournit aux investisseurs une évaluation des forces et des faiblesses d’une Sicav ou d’un FCP. Le rapport de recherche Morningstar qui accompagne la note explique de manière détaillée les raisons de la note. Il donne également une idée précise de la stratégie de l’OPCVM, ce qui permet d’expliquer le comportement du fonds dans des environnements de marchés différents. On peut ainsi comprendre comment un fonds peut s’intégrer dans un portefeuille diversifié.

3. La performance relative long terme de l’OPCVM à vérifier

Prenez de la hauteur. Vérifiez la performance long terme de l’OPCVM par rapport à ses pairs et aux indices de référence (benchmarks). Vous éliminerez ainsi d’emblée les Sicav et FCP les plus mauvais.

4. La volatilité pour savoir le niveau de risque de l’OPCVM

La volatilité mesure l’écart de performance d’un fonds par rapport à sa moyenne : plus la volatilité est importante, plus un OPCVM est susceptible de s’écarter de sa moyenne. Inversement, un fonds affichant une faible volatilité vous réservera moins de surprises, sa performance sera plus stable dans le temps.

Si vous êtes susceptible de devoir sortir d’un fonds à tout moment, préférez les fonds peu volatiles. Si votre horizon d’investissement est plus long, vous pouvez envisager des fonds plus volatiles.

5. La solidité financière de la société de gestion

Quelle est la structure financière de la société de gestion du fonds ? Sa structure financière est-elle solide ? La société existera-t-elle encore dans 10 ans ?

Il faut prendre en compte la structure financière de la société de gestion, la stabilité de ses effectifs et le mode de rémunération et d’intéressement des gérants. Etudiez aussi la culture et la philosophie de gestion de la société.

6. La qualité du gérant de fonds et de son équipe

L’évaluation de la qualité de l’équipe de gestion pèse beaucoup dans la note finale d’un OPCVM. Morningstar tient compte de l’expérience, des qualifications, du tempérament, de la charge de travail, du support analytique et de la structure de la rémunération.

7. Les critères de sélection des actifs de la Sicav ou FCP

Un fonds est soit process-driven, soit discrétionnaire.

Process-driven

La sélection des actifs se fait dans le cadre strict d’une méthodologie ou d’un thème d’investissement bien précis.

Discrétionnaire

Les décisions d’investissement sont prises par une seule personne suivant son jugement personnel.

  • Principaux avantages : vous pouvez vous offrir les services de gérants (idéalement de talent) à même de profiter des meilleures opportunités qu’offre le marché à différents moments.
  • Principal inconvénient : le jour où le gérant quitte le fonds, la performance peut changer du tout au tout. Suivez donc de près les évolutions de carrière de votre gérant !

8. La stratégie d’investissement et de gestion du fonds

De nombreux fonds sont classés dans la catégorie “diversifié”. Cela ne dit pas grand chose ! Pour savoir ce que le gérant de l’OPCVM peut (ou ne peut pas) faire, lisez le prospectus du fonds qui détaille sa stratégie d’investissement.

Ensuite, vérifiez la cohérence du contenu du portefeuille avec le processus de gestion annoncé. Consultez non seulement les indicateurs de risques historiques mais aussi l’exposition du portefeuille (titres, secteurs, pays, valorisation, capitalisation, etc).

Si à la lecture du dernier rapport de gestion détaillé de la Sicav ou du FCP, vous trouvez des signes d‘incohérence par rapport à la stratégie annoncée, une petite sonnette d’alarme doit sonner dans votre tête.

9. Le rapport rendement / risque de l’OPCVM

Repérez les périodes de fortes baisses (lors des crises par exemple) sur les marchés financiers et étudiez le comportement de l’OPCVM pendant cette période. Si un fonds parvient à résister lors de périodes de baisse des marchés, c’est bon signe.

10. Les frais de gestion de la Sicav et du FCP

Morningstar publie le Total Expense Ratio (TER) de chaque fonds, qui exprime les coûts totaux associés à la gestion du fonds au montant des avoirs sous gestion.

La TER est un critère de sélection important car les coûts de fonctionnement affectent directement votre retour sur investissement. Par exemple, si un fonds affiche un gain de 8% par an mais que ce fonds a un TER de 5%, le gain net de frais n’est plus que 3%.

Consulter aussi notre article : Combien coûtent les OPCVM ?

OPCVM : quand faut-il vendre sa Sicav ou FCP ?

Sachez à l’avance pour quelles raisons vous seriez susceptible de devoir sortir de l’OPCVM. Nous voyons deux raisons possibles : votre stratégie a changé ou bien le fonds ne se comporte pas comme attendu.

Changement de stratégie de l’OPCVM

On peut vouloir sortir d’un OPCVM si on change de stratégie à la faveur de nouvelles conditions de marché. Par exemple : remplacer un fonds défensif par un fonds plus agressif ou un fonds indiciel quand les opérateurs retrouvent leur appétit pour le risque, afin de capter la hausse.

La Sicav ou FCP ne se comporte pas comme il le devrait

Vous pourrez vouloir sortir d’une Sicav ou d’un FCP si ce dernier ne fait pas ce qu’il est supposé faire. Un fonds défensif plus volatile que prévu ou un fonds agressif qui sous-performe systématiquement en marchés haussiers par exemple.

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Clemence Tanguy

Clémence Tanguy

Rédacteur - Café de la Bourse - Site internet

Après des études littéraires et une double formation en communication à la Sorbonne et au CELSA, Clémence Tanguy travaille à la SNCF et au Conseil Général des Hauts-de-Seine avant d’intégrer l’équipe de Café de la Bourse en 2015.

Elle couvre les sujets relatifs à l’actualité macro-économique, aux crypto-monnaies, aux produits financiers, aux finances personnelles et à l’investissement en général, avec une approche pédagogique et pragmatique.

#

Derniers Dossiers


Bourse et Trading societes-bourse-classement-argent-cash-tresorerie
Bourse et Trading capgemini-analyse-bourse
ISR fonds-thematique-allianz-global-investors-sante
Produits Financiers investir-pme-societe-placement