Jusqu'à 1000€* de bonus en tradant les Turbo24 avec IG. Risque de perte en capital*
7 investissements rentables en 2024

7 investissements rentables en 2024

Nombreux sont les particuliers qui placent l’épargne en tête de leurs priorités. Que ce soit pour préparer sa retraite ou financer un projet de vie tel que devenir propriétaire de sa résidence principale, la préparation des grandes étapes de la vie passe toujours par la mise en place d’un plan d’épargne, à plus ou moins long terme. Rappelez-vous que le temps joue presque toujours en faveur des épargnants, quel que soit le produit financier choisi pour épargner. Et surtout, épargner sans investir n’est pas recommandée. En plus de mettre des sous de côté régulièrement, vous devrez aussi les investir pour faire travailler votre argent. Le meilleur conseil est donc d’investir tôt et régulièrement.

Alors que l’inflation reste relativement élevée, il est important de se pencher sur les supports d’investissement les plus intéressants pour investir. Nous allons découvrir dans cet article quels pourraient être les sept investissements rentables en 2024.

Quels sont les investissements rentables en 2024 ?

Un placement rentable est un placement qui, ajusté à l’inflation, va vous permettre de dégager un revenu. Il ne doit pas vous coûter mais au contraire vous rapporter. Il faudra donc nécessairement que la performance du placement soit supérieure à l’inflation. Pour rappel, en janvier 2024, l’INSEE a dévoilé une inflation à 3,1 %.

Livret épargne : un investissement rentable en 2024 ?

Un livret épargne est un type de compte spécialement conçu pour les épargnants, le plus souvent proposé par des banques. Il offre un taux d’intérêt fixe sur le montant que vous y déposez. En fonction des types de livret et des organismes qui le proposent, le taux peut être plus ou moins important. Les livrets épargne sont généralement accessibles à tous, parfois même aux mineurs.

Les avantages des livrets d’épargne sont nombreux. Les livrets épargne sont une forme d’investissement sans risque, car votre capital et le rendement sont garantis. Ils sont également très flexibles et permettent généralement des retraits à tout moment, sans frais supplémentaires.

Il existe différents types de livrets d’épargne, dont voici quelques exemples :

Les livrets épargne réglementés : ce sont des livrets d’épargne dont les taux d’intérêt sont réglementés par l’État, et qui bénéficient d’un avantage fiscal. Le taux est donc le même, quelle que soit la banque qui le propose. En France, les livrets de l’épargne réglementée les plus connus sont le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS) ainsi que le LEP (livret d’épargne populaire, sous conditions de ressources) et le livret jeune. Ce livret épargne est destiné aux jeunes de moins de 25 ans et offre un taux d’intérêt attractif puisque ce dernier est fixé par la banque (il varie donc d’un établissement à l’autre) mais ne peut être inférieur à celui du livret A. Le livret A comme le LDDS et le livret jeune permettent de bénéficier d’une exonération totale de l’impôt sur les plus-value et les prélèvements sociaux ne sont pas dus non plus.

Les livrets réglementés comportent des plafonds, c’est-à-dire un montant maximum de dépôt, qui sont variables selon l’enveloppe (22 950€ pour le livret A, 12 000€ pour le LDDS, 10 000€ pour le LEP et  1 600€ pour le livret jeune).


pub

Les livrets épargne non réglementés : ce sont des livrets dont les taux d’intérêt sont définis librement par les banques. Ils peuvent être proposés par les banques en ligne ou les banques traditionnelles, ou encore les fintechs. Il est fréquent que les livrets de l’épargne non réglementée affichent des taux boostés. Dans ce cas, le livret offre des taux d’intérêt plus élevés pendant une période définie, souvent les premiers mois suivant l’ouverture du compte, avant de revenir à un taux de rémunération plus classique (et bien inférieur).

Les taux d’intérêt des livrets d’épargne non réglementés, ainsi que le livret jeune, varient en fonction des banques et dans tous les cas, ils évoluent en fonction des taux sur les marchés financiers. Il est donc important de comparer les offres des différentes banques avant d’ouvrir un livret épargne. Attention cependant, car les livrets d’épargne non réglementés ne bénéficient pas des mêmes avantages fiscaux que les livrets réglementés. Ils sont taxés à la flat tax à 30 % ou barème de l’impôt sur le revenu + 17,2 % de prélèvements sociaux si cela est plus avantageux pour vous. Il faudra donc prendre en compte l’imposition pour correctement comparer les taux nets et bruts des différents livrets.

Les livrets d’épargne sont un moyen pratique et sûr de placer votre argent tout en générant des intérêts. Ils sont accessibles à tous et offrent une grande flexibilité en termes de retraits.

Ils figurent parmi les placements rentables en 2024 car la remontée des taux directeurs et la stabilisation des taux à des niveaux élevés associée à une baisse de l’inflation joue en leur faveur. Les livrets de l’épargne réglementée permettent de toucher jusqu’à 5 % pour le LEP, 3 % pour le livret A et le LDDS et aux alentours de 3 % à 4 % pour le livret jeune. Les livrets de l’épargne non réglementés affichent eux des taux bien moins attractifs, parfois même en dessous des 1 %, les plus rentables ont un taux de 3 % environ avec parfois des offres boostées pendant quelques mois à 4 % ou 5 %, voire même 5,5 %, qui leur permettent d’atteindre voire dépasser la barre fatidique des 3 % de rendement sur la première année. Ainsi, le livret Bfor+ de BforBank offre un taux boosté de 5,5 % pendant 6 mois, puis 1 % (jusqu’au 29/02/24)*. Le livret Distingo de DISTINGO Bank permet de bénéficier d’un taux boosté de 4 % pendant 4 mois puis 3 % (jusqu’au 29/02/24)*. Le livret Cashbee permet de bénéficier d’un taux boosté de 4 % pendant 3 mois puis 3 % ensuite*.

Freedom 24 : large sélection d’actions, ETF et produits dérivés + jusqu’à 6,32 % / an pour les dépôts en euros*

*Votre capital est assujetti à un risque

Les fonds obligataires à échéance courte : des investissements rentables en 2024 ?

Les fonds obligataires à échéance courte, également appelés fonds obligataires à court terme, sont des fonds communs de placement ou des trackers (ETF) qui investissent principalement dans des obligations avec une durée de vie courte, généralement de moins de trois ans.

Les fonds obligataires à échéance courte sont souvent considérés comme des placements plus sûrs que les fonds obligataires à échéances plus longues, car les obligations à court terme présentent moins de risques de taux d’intérêt et de risques de défaut de l’émetteur. En effet, les fonds obligataires à échéance courte ont tendance à présenter une faible volatilité et une moindre sensibilité aux fluctuations des taux d’intérêt.

Ils peuvent être utilisés pour divers objectifs d’investissement, tels que la constitution d’une épargne de précaution ou la diversification de son portefeuille. On peut choisir ce type de fonds quand on a atteint les plafonds maximum des livrets, ou encore quand on cherche une rentabilité légèrement meilleure sans être prêt à prendre trop de risque.

Bien que les fonds obligataires à échéance courte présentent généralement un risque de perte de capital plus faible que les fonds obligataires à échéances plus longues, il est important de comprendre que tout investissement comporte des risques. Les obligations peuvent être affectées par des risques liés à la solvabilité de l’émetteur et aux fluctuations des taux d’intérêt. Une sortie avant la période recommandée peut aussi aboutir à une perte de rendement, voire même une perte en capital.

Alors que les livrets épargnes sont bien souvent exempts de frais, il faudra prendre en compte les éventuels frais d’entrée et les frais de gestion annuels quand il s’agit d’un fonds obligataire.

Dans le cas des ETF obligataires (Trackers), les frais seront généralement plus faibles. Notez que sauf quelques rares exceptions, ce type d’ETF n’est pas éligible au PEA.

Les fonds obligataires à échéance courte s’imposent comme un investissement rentable en 2024 puisqu’il n’est pas rare que le rendement dépasse les 5 %. Ils permettent de dynamiser son capital avec un risque très limité. Mais attention aux retournements de tendance. Il est essentiel dans le contexte actuel hautement incertain sur les taux de privilégier des fonds à échéance courte et de se tenir au courant de la politique monétaire des différentes banques centrales.

Les SCPI de rendement : un investissement rentable en 2024 ?

Les SCPI de rendement sont des Sociétés Civiles de Placement Immobilier qui investissent dans des biens immobiliers commerciaux, tels que des bureaux, des commerces ou des entrepôts, dans le but de générer des revenus locatifs. Les SCPI de rendement permettent aux investisseurs de détenir des parts d’un bien immobilier sans avoir à l’acheter ou le gérer eux-mêmes. Les investisseurs achètent des parts dans la SCPI comme si c’était un fonds d’investissement, lequel détient ensuite les actifs immobiliers et perçoit les loyers. Les SCPI de rendement peuvent offrir une diversification géographique et sectorielle, car elles investissent souvent dans différents types de biens immobiliers situés dans différentes régions ou pays. Il s’agit donc d’un atout considérable en comparaison avec un investissement immobilier en direct qui, le plus souvent, ne sera pas du tout diversifié.

Les SCPI de rendement distribuent régulièrement des revenus sous forme de loyers perçus, généralement trimestriellement. Les investisseurs peuvent ainsi bénéficier d’un rendement sous forme de versements réguliers.

Les SCPI de rendement ne sont pas garanties en capital et présentent des risques, notamment celui de vacance (locaux vides, non-loués), des loyers impayés et des variations de la valeur des biens immobiliers. Il est important de comprendre ces risques avant d’investir dans une SCPI.

Les parts de SCPI de rendement sont un type de placement moins liquides que les actions ou les obligations, car elles ne sont pas cotées en bourse et ne peuvent pas être vendues instantanément. Il peut donc être difficile de vendre rapidement les parts d’une SCPI en cas de besoin d’argent urgent.

Les SCPI de rendement sont soumises à des frais de gestion, qui peuvent réduire les rendements de l’investissement. Il est important de comprendre ces frais avant d’investir.

Les SCPI de rendement ont généralement des rendements supérieurs à ceux des placements à revenu fixe tels que les obligations, mais inférieurs à ceux des placements en actions. Les rendements peuvent varier en fonction des conditions du marché immobilier et des performances des biens immobiliers détenus par la SCPI.

Les SCPI de rendement figurent malgré tout dans les investissements rentables en 2024 car, même si les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ce type de placement a pu dégager ces dernières années des rendements de l’ordre de 3 % à 7 %. Attention tout de même car la crise du marché immobilier n’est pas sans incidence sur les SCPI et nombre d’entre elles ont vu le prix de leurs parts baisser et certaines ont également dû revoir à la baisse le dividende versé aux porteurs de parts. Dans ce contexte de taux élevé qui accroît le coût du crédit et pèse sur le marché immobilier, qui doit en plus faire face à un empilement de normes dans le neuf, à une inflation sur les matières premières et des pénuries qui commencent tout juste à se résorber, il est primordial de se montrer sélectif. On privilégiera donc des SCPI européennes ou thématiques récentes, dont le prix des parts n’a pas bougé ou a augmenté en 2023, qui versent un loyer si possible en hausse à leurs porteurs de parts, gérées par des acteurs connus et reconnus et des SCPI peu endettées.

Découvrir aussi notre article Comparatif meilleures SCPI européennes

Les produits structurés : des investissements rentables en 2024 ?



Les produits structurés sont des instruments financiers qui associent différents types d’actifs tels que les actions, les obligations, les matières premières, les devises, voire même des produits financiers à rendement fixe et différents produits dérivés, tels que des options, des contrats à terme, des swaps, etc. Ces produits financiers sont combinés pour créer un produit structuré qui offre un niveau de risque-rendement spécifique.

Vous pouvez ainsi investir sur un sous-jacent de votre choix (un indice boursier, un panier de valeur, etc.) et bénéficier d’une protection partielle de votre capital en contrepartie d’un rendement capé. Par exemple, un produit structuré pourrait vous protéger d’une baisse allant jusqu’à -60 % (et dans ce cas, si la baisse est inférieure à -60 %, vous récupérez l’intégralité de votre investissement initial et ne subissez donc pas de perte en capital) en contrepartie d’un rendement capé à 10 % par exemple (si le sous-jacent enregistre une hausse de 18 %, vous ne profiterez pas de la performance du sous-jacent dans sa totalité). Attention, dans le cas où la baisse du sous-jacent est supérieure à la protection prévue, l’investisseur subit une perte en capital à hauteur de l’intégralité de la baisse enregistrée par l’actif sous-jacent. Les produits structurés sont des produits à échéance qui ont une durée de vie limitée et fixe et sont généralement complétés par un mécanisme de remboursement anticipé qui s’active automatiquement si la performance du sous-jacent depuis la date de constatation initiale est positive ou nulle à l’une des dates de constatation fixées (annuelles le plus souvent). Si la performance est inférieure, le produit continue et l’on examinera la performance à la prochaine date de constatation annuelle.

Attention, la protection partielle du capital ne fait pas du produit structuré un placement à capital garanti. La perte en capital reste possible. Soulignons aussi le problème de liquidité lié à ce type d’investissement. Les produits structurés peuvent en effet être moins liquides que les produits d’investissement traditionnels car ils ne sont pas négociés sur un marché ouvert. En raison de la structure qui combine des placements à taux fixes avec des actifs plus volatils, ils peuvent avoir des dates d’échéance spécifiques ou des conditions de rachat qui limitent leur liquidité.

Notez aussi que les produits structurés, en raison de leur complexité, peuvent être difficiles à appréhender par des investisseurs peu habitués à ce type de produit, et qui pourraient alors choisir un produit structuré sans bien en comprendre les tenants et les aboutissants.

Il est également important de souligner que les produits structurés peuvent être soumis à des frais plus élevés que les produits d’investissement traditionnels en raison de leur complexité et de la nécessité de surveiller et de gérer les composants sous-jacents. Il faut donc bien comprendre la façon dont un produit structuré fonctionne, quels sont les frais et les limitations en termes de retrait avant d’investir dans ce genre de produit.

Dans le cas d’investisseurs ayant d’importants capitaux, par le biais le plus souvent de banques privées, les produits structurés peuvent être personnalisés pour répondre à des besoins spécifiques en termes de profil de risque-rendement. Cela peut inclure des clauses de protection contre les pertes ou des fonctionnalités qui offrent des rendements spécifiques dans des conditions de marché particulières.

En conclusion, les produits structurés peuvent offrir des avantages potentiels en termes de rendement et de personnalisation, mais ils peuvent également être moins transparents que les produits d’investissement traditionnels. Les investisseurs doivent être conscients des risques et des coûts associés à ces produits avant de prendre une décision d’investissement.

Les produits structurés pourraient bien s’imposer comme un investissement rentable en 2024, ou en tous cas un investissement judicieux, car dans les conditions de marché actuelles, avec la volatilité et des marchés au plus haut, le recours à des produits structurés peut être une alternative intéressante à l’investissement dans des titres vifs ou des fonds indiciels par exemple.

Les actions à dividendes en Bourse : un investissement rentable ?

Saxo Banque

Les actions à dividendes sont des actions d’entreprises cotées en bourse qui versent régulièrement des dividendes à leurs actionnaires, et dans des proportions plus importantes que l’ensemble des autres actions cotées en Bourse.

Le dividende correspond à la partie des bénéfices reversée aux actionnaires. Son montant est voté en assemblée générale. Le rendement des dividendes est généralement exprimé en pourcentage et est calculé en divisant le dividende annuel par le prix de l’action. Le versement est en France le plus souvent annuel ou semestriel. Aux États-Unis, les actions à dividendes US optent le plus souvent pour un versement trimestriel.

Les actions à dividendes permettent de bénéficier d’un flux de revenus réguliers qui peut soit servir de revenus complémentaires, soit être réinvesti dans une optique de capitalisation des intérêts. Les investisseurs peuvent en effet utiliser des stratégies telles que le réinvestissement des dividendes pour augmenter leur exposition. Ainsi, au fil du temps l’investisseur va pouvoir profiter de l’effet des intérêts composés. Les intérêts produisent eux-mêmes de intérêts et, par un effet boule de neige, les intérêts capitalisés finissent par produire davantage d’intérêts que l’investissement initial. Pour profiter pleinement des actions à dividendes, il peut être pertinent de les intégrer à un plan d’investissement DCA (Dollar Cost Averaging) qui consiste à investir à intervalles réguliers un montant fixe, quelles que soient les conditions de marché.

Les actions à dividendes sont généralement considérées comme un investissement à long terme, car elles offrent des rendements réguliers et peuvent être utilisées pour construire un portefeuille diversifié. Leur rendement, souvent en croissance sur le long terme, peut offrir une certaine protection contre l’inflation.

Les secteurs qui versent généralement des dividendes élevés sont les secteurs des télécommunications, du bâtiment et des services financiers, soit des secteurs stables. Les entreprises qui versent des dividendes affichent le plus souvent des flux de trésorerie stables et sont des leaders de leurs secteurs.

Notez tout de même que les actions à dividendes comportent des risques, notamment les fluctuations des cours de l’action, les risques de marché, les risques liés à l’entreprise elle-même, etc.

En bref, les actions à dividendes peuvent offrir un rendement régulier aux investisseurs, mais comme toutes les actions, elles comportent également des risques. Les investisseurs doivent comprendre les risques et les avantages des actions à dividendes avant de prendre une décision d’investissement. Il est recommandé de diversifier son portefeuille d’investissement et de mener une analyse approfondie d’une entreprise avant d’acheter le titre.

Les actions à dividendes font néanmoins partie des investissements rentables de 2024 car les risques de récession semblent s’évanouir en ce premier trimestre 2024 tandis que les annonces de bénéfices records des grandes sociétés cotées se multiplient. Les perspectives semblent encourageantes pour 2024 sur le marché actions et les dividendes pourraient de nouveau battre des records cette année. Rappelons que selon Janus Henderon Investors, les dividendes en 2023 devraient dépasser les 1 600 milliards de dollars, contre 1 560 milliards de dollars en 2022, année qui avait déjà vu le montant des dividendes au niveau mondial croître de 8,4 % par rapport à l’année précédente. Les actions à dividendes ont encore de beaux jours devant elles !

Les placements alternatifs : des investissements rentables en 2024 ?



Finalement et à condition d’accepter le risque qui en découle, il existe des placements alternatifs qui peuvent vous permettre d’obtenir un rendement beaucoup plus important. Attention toutefois, comme c’est toujours le cas, le rendement d’un investissement est toujours proportionnel au risque. S’il s’agit d’investir afin de financer un projet de vie important, mieux vaut s’orienter majoritairement vers des placements plus traditionnels comme le fonds euros de l’assurance-vie ou encore l’investissement en Bourse pour ses projets de long terme et ne réserver qu’une plus petite part aux investissements alternatifs.

L’or : un investissement rentable en 2024 ?

L’or est un métal précieux qui de tout temps a servi de valeur refuge. Il peut s’acheter sous forme physique (lingot ou pièce), mais aussi sous forme de produits dérivés, et on pourra ainsi se positionner sur le précieux métal jaune avec par exemple des ETF. L’or est un incontournable du portefeuille des investisseurs de long terme averses au risque. Mais il peut aussi s’envisager pour les profils expert comme un actif de diversification à trader sur le court terme.

Le principal avantage de l’or est son trend haussier sur le très long terme, et le côté rassurant de cet investissement dans un actif tangible qui a fait ses preuves. Son plus gros inconvénient, c’est son caractère improductif. Une once d’or ne sera jamais qu’une once d’or. Il s’agit d’un investissement qui ne produit pas de rendement. La seule façon de gagner de l’argent avec l’or, c’est de le revendre à un cours plus élevé que celui où on l’a acheté et d’empocher la plus-value.

Alors, l’or peut-il être rentable en 2024 ? L’or peut s’avérer un investissement intéressant en 2024 dans la mesure où ce métal, même s’il se situe sur des plus hauts, il a dépassé les 2 300$ l’once d’or depuis l’automne 2023, se maintient à des niveaux très élevés depuis de longs mois déjà, sans qu’une baisse semble pouvoir se produire prochainement. Il faut dire que plusieurs catalyseurs à la hausse du cours de l’or sont bien présents. On notera en effet une raréfaction de l’offre face à une demande très élevée de la part des banques centrales de pays émergents qui veulent prendre leurs distances avec le dollar, et des tensions géopolitiques fortes qui entraînent elle aussi un accroissement de la demande sur l’or.

Les crypto monnaies : un investissement rentable en 2024 ?

Advertisementetoro

Les crypto monnaies, ces monnaies virtuelles nées avec le Bitcoin, la première d’entre elles, en 2008, sont désormais des actifs financiers à part entière qui intéressent les institutionnels comme les particuliers. Elles représentent en effet aujourd’hui un marché de plus de 2,2 milliards d’euros. Impossible donc de passer à côté.

Le principal atout des crypto monnaies, c’est leur potentiel de plus-values, tout simplement démentiel. Il n’est pas rare qu’elles affichent 100 % de hausse sur une année et parfois même 1 000 % ou 2 000 % sur un an. Bien évidemment, cette volatilité peut être favorable ou défavorable à l’investisseur et les éventuelles plus-values n’ont d’égale que les potentielles pertes en capital.

C’est encore surtout la spéculation qui agite le marché des cryptos, mais il sera tout de même judicieux de regarder quel projet se trouve derrière chaque token avant de se créer son portefeuille crypto, ce qui nécessite un peu de connaissance, et beaucoup de temps. Nous vous conseillons également si vous souhaitez vous lancer dans les crypto actifs d’investir sur le long terme, en lissant votre entrée avec de petits investissements réguliers, et en diversifiant bien votre capital.

Investir en crypto en 2024, est-ce rentable ? 2024 pourrait bien être une année de tous les records pour les cryptos. Tout l’écosystème a profité dès l’automne 2023 des anticipations par les marchés de l’approbation de la SEC d’un ETF BTC au comptant, finalement 11 ETF BTC spot ont été approuvés en janvier 2024 et ce sont désormais les anticipations d’un ETF ETH Spot qui tirent les marchés vers le haut, tout comme le halving prochain du Bitcoin, véritable catalyseur à la hausse par le passé du Bitcoin et de tous les altcoins dans son sillage. Enfin, rappelons peut-être que le marché des cryptos, comme le marché des actions, suit une logique cyclique et que le cycle de hausse tend à coïncider avec le halving et le boom est atteint environ 1 an plus tard. Attention tout de même, il est impossible de savoir précisément quand interviendrons les différents cycles et combien de temps ils dureront.

Source des images : Freepik

*Voir conditions sur le site

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.