Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Casino peut-il rebondir en Bourse ?

Casino peut-il rebondir en Bourse ?

Découvrez notre analyse de l’action Casino en Bourse et nos explications sur les difficultés auxquelles le distributeur français fait face. ActivTrades s’est intéressé à l’action Casino en Bourse dans cet article. Est-ce le bon moment d’acheter des actions Casino (CO) ?

Casino : une diversité d’activités qui ne suffit pas à éviter les pertes

Casino repose sur un modèle multi-formats, multi-enseignes et multi-canal

Acteur clé du secteur de la distribution alimentaire en France, mais aussi en Amérique latine, l’entreprise Casino repose sur un modèle multi-formats, multi-enseignes et multi-canal via un parc de 11 525 magasins au 31 décembre 2021 qui tente de survivre aux mutations importantes du secteur de la grande distribution en France, particulièrement dans un contexte économique et inflationniste difficile.

Le chiffre d’affaires du groupe vient principalement de la France et du e-commerce (53 %), puis de la région Latam (47 %). Pour ses activités en France, le groupe réalise 53 % de son chiffre d’affaires grâce aux enseignes dites urbaines et à services comme Monoprix et les supermarchés, 24 % grâce aux hypermarchés, dont Géant, et 23 % grâce aux enseignes de proximité comme Franprix, Le Petit Casino, Casino Shop, Vival et Spar.

Le groupe a différents magasins en Amérique latine, qu’il s’agisse d’hypermarchés, de supermarchés, de magasins de proximité, de drugstores, de cash & carry ou de magasins à bas coûts au Brésil, en Colombie, en Argentine et en Uruguay. Casino a ainsi pris une participation non négligeable dans les acteurs significatifs de la distribution locale et connaît un certain succès dans ses activités stratégiques en Amérique latine.

Casino propose aussi une offre de e-commerce alimentaire avec la digitalisation de ses offres via des applications comme Casino Max, via des sites marchands comme ceux de monoprix, via Amazon Prime et via des services en magasin comme shop&go ou click and collect, par exemple. L’entreprise propose aussi une offre e-commerce non-alimentaire avec notamment Cdiscount.

Enfin, le groupe a misé sur plusieurs leviers de croissance différents comme l’énergie, les data et data centers, les services financiers et l’immobilier commercial, dont certains sont en cours de finalisation de cession comme les entreprises Floa Bank, Mercialys ou GreenYellow.

Casino enregistre toujours une importante perte

Bien que Casino ait rencontré des succès sur plusieurs de ses opérations internationales et que l’entreprise ait bien su se diversifier, le groupe souffre sur ses marchés plus traditionnels, notamment en France.

Depuis plusieurs années, le groupe Casino n’arrive pas à dégager des liquidités suffisantes pour soutenir sa croissance et perd des parts de marché alors que le modèle des hypermarchés ralentit et que les magasins de hard-discount sont de plus en plus populaires.

Bien que la perte nette diminue grâce aux importantes cessions d’actifs de l’entreprise (dont certaines ne sont pas encore totalement finalisée aujourd’hui), elle reste tout de même importante : 890 M€ en 2020, 530 M€ en 2021 et 316 M€.

Le distributeur français est une entreprise sur-endettée depuis plus de 10 ans

Dès les années 2014, il est clair pour les investisseurs et les analystes que le groupe est lourdement endetté. Cependant, la structure de son actionnariat rend parfois difficiles la lecture et la compréhension de ses comptes financiers.

Comme le montre le schéma ci-dessous, Casino est une entité détenue par plusieurs holdings, dont Rallye, Foncière Euris, Finatis et Euris. Fin mars 2023, Rallye a publié des résultats financiers déficitaires et s’est rapproché de ses créanciers pour sortir de sa procédure de sauvegarde démarrée en 2019.

Même si Casino n’était pas directement concerné par ce plan de sauvetage, le nouveau plan de refinancement de la société mère de Casino change la perception des parties prenantes, dont les investisseurs, ce qui pourrait entraîner un effet négatif sur l’action Casino et ses modalités de financement. De plus, chaque nouvelle concernant la situation de ses holdings va certainement impacter le titre de Casino.

Bien que la société poursuive son désendettement, l’entreprise reste sur-endettée, ce qui pèse sur ses performances en Bourse et ses perspectives de croissance. La dette financière nette de Casino au 31 décembre avait atteint 5 667 M€ en 2019, 4 634 M€ en 2020, 4 845 M€ en 2021 et 4 506 M€ en 2022.

Structure de détention de Casino au 8 mars 2022Structure de détention de Casino

Source : Document d’Enregistrement Universel 2021

La dégradation de la note de la dette de Casino par plusieurs agences de notation complique le financement futur de l’entreprise sur les marchés

Les agences de notation comme Fitch Ratings, Moody’s et Standard & Poor’s évaluent la solvabilité des emprunteurs et leur attribuent des notes afin que les investisseurs ayant des capacités de financement puissent faire leur choix et prêter leurs fonds aux entreprises ayant un besoin de financement.

Les notes de crédit ont donc un impact direct sur le coût et l’accessibilité du financement pour les entreprises.

Celles qui obtiennent des notes élevées peuvent accéder plus facilement et à moindre coût au financement, tandis que les entreprises qui obtiennent de faibles notes peuvent rencontrer des difficultés pour obtenir du financement et devront payer des taux d’intérêt plus élevés, ce qui signifie que le financement de leur croissance sera plus cher.

Standard & Poor’s dégrade la note de Casino en octobre 2022

Samedi 8 octobre 2022, l’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé avoir dégradé la note de la dette de Casino de B à CCC+.

Les raisons évoquées sont notamment les nombreuses difficultés auxquelles l’entreprise devra faire face pour être profitable : environnement économique et financier de plus en plus complexe, concurrence accrue, non-respect potentiel de ses engagements en matière de désendettement ou encore faible marge de manœuvre au niveau de sa « compétitivité-prix » pour attirer des clients.

Moody’s dégrade la note du détaillant français en mars 2023

Jeudi 23 mars 2023, l’agence de notation Moody’s a abaissé la note de la dette à long terme de l’entreprise Casino de B3 à Caa1, qui est passée en territoire d’obligations pourries ou « junk bonds », avec une perspective négative. Il est donc possible que cette note soit de nouveau abaissée à moyen terme.

Pour Moody’s, le groupe de distribution ne pourra pas maintenir ses volumes en 2023 à cause de pertes de parts de marché, notamment sur le marché de la vente au détail en France qui est un marché très concurrentiel, d’une réduction de ses marges sur les ventes au détail, de la forte inflation et de la perte de confiance des consommateurs qui doivent lutter pour conserver leur pouvoir d’achat.

Alors que Casino lutte pour générer des liquidités, l’agence de notation souligne également que l’entreprise doit faire face à plusieurs échéances dans les prochaines années, dont « ​​environ 1,2 milliard d’euros d’obligations en circulation d’ici 2024 et 1,8 milliard d’euros de dette en circulation en 2025 ».

Cette dégradation a entraîné les cours de l’action Casino en Bourse dans le rouge le vendredi 24 mars 2023, alors que l’entreprise connaissait sa pire journée en perdant plus de 16 %.

Analyse technique de l’action Casino en Bourse

L’action Casino a commencé à trader pour l’équivalent de 31,16 euros lors de son entrée en Bourse en 1995 avant de baisser jusqu’à 20,44 euros la même année et d’accélérer jusqu’en novembre 1999 pour atteindre un plus haut historique pour l’équivalent de 128,7 euros. Les cours de l’action Casino chutent alors jusqu’en mars 2003 à un plus bas de 47,80 euros.

Entre mars 2003 et mars 2014, le cours de Bourse de Casino évolue plus ou moins latéralement entre 47,70 euros et 81,70 euros. Après avoir atteint un plus haut multi-annuel en juillet 2014 à 97,45 euros, l’action CO a fortement chuté jusqu’en janvier 2016 à 34,38 euros. Après plusieurs années dans une sorte de canal latéral, l’action Casino accélère vers le bas depuis le niveau des 47,70 euros en novembre 2019 pour atteindre de nouveaux plus bas.

Analyse graphique de l’action Casino en Bourse

Graphique Bourse Action Casino
Source : TradingView

Depuis 5 ans, l’action Casino a perdu plus de 83 %.

Aujourd’hui, l’action Casino en Bourse évolue dans une tendance baissière et vaut 6,59 euros au moment de l’écriture, proche de son plus bas niveau historique à 5,565 euros touché le lundi 27 mars 2023.

Après ce plus bas ayant entraîné les cours de l’action Casino hors de la borne inférieure des Bandes de Bollinger et l’indicateur RSI en forte baisse sous sa moyenne mobile et dans sa zone de prix extrême sous les 30, le cours de Bourse de l’action Casino a rebondi pour revenir à ses niveaux d’avant la forte chute du 23 mars 2023.

Alors que le titre Casino perd plus de 33 % en Bourse depuis le début de l’année 2023, l’indicateur Parabolique SAR a récemment indiqué que des opportunités d’achat se présentent, puisque l’indicateur est passé sous les cours de l’action Casino depuis 3 jours.

Notre avis sur l’action Casino en Bourse

Bien que le groupe Casino ait réduit sa perte en 2022 à 316 millions d’euros (contre 534 millions d’euros en 2021), il doit faire face à de nombreux défis et reste fortement endetté (dette nette de 6,5 milliards d’euros fin 2022 au niveau mondial) et déficitaire (perte nette de 316 millions d’euros en 2022) dans un contexte difficile de forte inflation et de concurrence importante.

Le cours de l’action Casino reflète ces difficultés et l’absence de confiance des investisseurs, puisqu’il évolue actuellement proche de ses plus bas niveaux jamais atteints. C’est pourquoi l’avis d’ActivTrades est plutôt négatif sur l’action Casino en Bourse et le courtier pense que les investisseurs doivent fortement pondérer les risques avant de potentiellement ajouter cette valeur à leurs portefeuilles.

Malgré tout, certains investisseurs et traders actifs les moins averses aux risques pourraient tenter de tirer profit de petits mouvements de prix de l’action Casino sur le court terme, via le scalping, le day trading ou le swing trading, ou de la vente à découvert via certains produits dérivés ou le SRD (Service de Règlement Différé) pour profiter de la volatilité des cours de l’action Casino.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de  CafedelaBourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de CafedelaBourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.