Bourse : les sociétés qui résistent à la crise du Coronavirus

Le 25 mars 2020

coronavirus-societes-resistent-crise

banniere-SCPI-eurion-Corum_300-250

En cette période de crise du Covid-19, couplée à une crise économique et un krach boursier, certains secteurs et sociétés peuvent résister, voire bénéficier de la situation particulière provoquée par la crise sanitaire et le confinement à domicile des populations.

Découvrez notre analyse des secteurs et sociétés en Bourse qui résistent pendant le krach boursier, la crise du coronavirus et le confinement qui en découle.

Pourquoi certains secteurs d’activité résistent mieux que d’autres

secteurs-resistants-crise-coronavirus

Lecture, télé, streaming, web, musique, e-commerce, jeux vidéo, jeux de société, jardinage, ainsi que toutes sortes d’activités « multimédia » à domicile, peuvent voir leur pratique s’accroître.

De plus, les sociétés spécialisées dans la production d’équipements liés aux gestes barrière arrivent à saturation de leurs capacités de production. Il s’agit notamment des producteurs de masques de protection, de gel hydroalcoolique, de gants, voire d’équipements médicaux.

D’ailleurs, de nombreuses entreprises ont modifié leur production afin de pallier le manque d’équipements pour lutter contre la propagation du virus. Ainsi, plusieurs dizaines d’industriels du textile et du papier, français et européens, ont actuellement reconverti leurs chaînes de production pour l’effort de production de masques de protection. LVMH a par exemple converti ses usines de parfumerie en lignes de production de gel hydroalcoolique.

Certaines sociétés ont même eu l’idée de créer des masques lavables afin de faire face à la surconsommation de masques jetables.

Les autres secteurs qui devraient ne pas souffrir de cette épidémie sont ceux de la santé, des biotechs, et particulièrement les sociétés liées à la recherche virologique et la recherche de vaccins. En outre, la grande distribution a également connu une forte augmentation de son activité, du fait des comportements des populations souhaitant se créer des réserves alimentaires.

Les secteurs culturel, multimedia, e-commerce

De nombreuses activités sont disponibles à domicile telles que la lecture, les films et séries TV ou en streaming, les jeux vidéo en solo ou en multi-joueurs online. Sans oublier les jeux de société en famille, la musique, le web propice au e-commerce, ainsi que de nombreuses autres activités pratiquées à la maison.

Dans un article du 19 mars relayé par L’opinion.fr, Amazon profite clairement de cette situation de confinement. Preuve à l’appui, le géant du e-commerce a dû embaucher 100 000 intérimaires pour faire face aux ruptures de stock. Certains produits arrivent en tête de ventes, tels que les piles pour manettes de jeux, les livres, cahiers pour enfants, feutres, et même le jeu de société Monopoly.

Amazon a aussi proposé d’embaucher provisoirement des salariés en situation de chômage partiel.

Ce n’est pas tout, la grande plateforme de jeux vidéo Steam vient d’enregistrer des trafics records, en ayant dépassé les 20 millions de joueurs connectés en simultané. Du jamais vu auparavant avec, en tête de liste, les jeux d’arènes de combats.

Le géant du streaming Netflix profite également des phénomènes de confinement et connaît de ce fait une hausse de son trafic.

L’Italie a d’ailleurs annoncé que son trafic Internet à augmenté de + 70 % depuis la crise du coronavirus. C’est inédit.

En réponse à cette situation, les grand FAI (Fournisseurs d’Accès Internet) européens s’accordent la possibilité de limiter les débits de leurs clients les plus consommateurs de flux Internet liés aux loisirs multimédias tels que Netflix, certains jeux onlines les plus appréciés à l’instar de Fortnite, voire même YouTube. Ces mesures seraient actées en vue de libérer les saturations de débit, en faveur de ceux et celles assignés au télétravail.

Bien que très répandus et appréciés, les écrans ne sont pas les seuls « rois » des activités dites sédentaires. Ces moments particuliers peuvent également être propices à la lecture, aux jeux de sociétés en famille, et même au jardinage pour ceux ayant des jardins. Toutes ces activités et secteurs devraient continuer à tirer avantage de la situation actuelle de confinement des populations.

Néanmoins, l’ampleur de la crise actuelle peut contraindre le e-commerce à être dans l’obligation de s’adapter, en priorisant temporairement certains types de produits tels que l’alimentaire ou les fournitures médicales.

Pour les secteurs liés au streaming vidéo, musical, ou aux jeux vidéo, les débits devraient globalement être maintenus car le télétravail n’est pas excessivement « gourmand » en flux de données. Par exemple, les échanges de mails sont très limités en taille de données contrairement à un abonné Netflix en séance de visionnage 4K nécessitant des flux très haut débit.

Les secteurs liés à la protection et aux équipements

La demande en équipements de protection n’a jamais connu de tels niveaux. Elle concerne les besoins en masques de protection, gants, gel hydroalcoolique, thermomètres, et équipements médicaux plus « lourds » tels que les respirateurs artificiels.

Afin de faire face à cette situation de pandémie, les gouvernements déclarent l’état d’urgence sanitaire et mobilisent les armées, notamment pour le transport des patients afin de désencombrer les hôpitaux les plus surchargés, mais aussi pour la construction d’hôpitaux de campagne, etc. Même les taxis et les hôtels pourraient être mobilisés en faveur des personnels médicaux, avec prise en charge par l’État.

Cette situation de pandémie, bien que les mesures de confinement aient été présentées comme le meilleur remède pour limiter la propagation du virus, a entraîné une demande en masques de protection respiratoire inédite. Elle n’a jamais été aussi haute en Europe. Ces masques sont indispensables aux médecins, infirmières, ainsi que tous les corps d’activités liés au médical, aux structures d’accueil pour personnes âgées et au personnel d’aide à domicile.

C’est ainsi que toute la nation a concentré ses efforts sur la production de masques, de gel hydroalcoolique, et de gants, ayant aussi une importance clé sachant que le virus est capable de survivre plusieurs heures ou jours, en fonction des objets ou surfaces ayant été contaminés.

Les praticiens médicaux de ville et les personnels hospitaliers consomment 1 million de masques par jour car ils doivent être renouvelés au moins 3 fois par jour. Et un soignant utilise du gel hydroalcoolique en moyenne 40 fois par jour.

De nombreux acteurs du secteur industriel ont converti leurs activités d’origine afin de participer à la production massive d’équipements de protection. C’est en particulier le cas des industriels du textile, du papier, et des cosmétiques. Leurs machines et lignes de production ont donc été réaffectées pour faire face à l’effort national, produisant des millions de masques, gels, gants, et autres équipements nécessaires à la lutte contre le Covid-19.

Plus d’une centaine de sociétés du textile et du papier ont acté ces mesures, ainsi que de nombreux acteurs du secteur des cosmétiques, à l’instar de LVMH qui a reconverti ses chaînes pour produire du gel hydroalcoolique, et ce, pour l’offrir gratuitement à l’APHP.

Le secteur scientifique avec les laboratoires de recherche

« L’effort de guerre face au virus » est lié aux équipements de protection afin de limiter la propagation du virus, mais pas seulement. Les scientifiques du monde entier tentent actuellement de trouver le remède à la pandémie ainsi que son vaccin, car de nombreuses vies sont en jeu.

Les derniers chiffres indiquent que 136 équipes de recherche scientifique sont mobilisées à l’échelle de l’Union Européenne, soutenues par des budgets des pays membres, chiffrés en dizaines de millions d’euros. Suffisant ou non ? L’évolution de la pandémie sera très probablement le facteur clé : davantage de budget si sa propagation se poursuit, et inchangé, si elle se voit maîtrisée.

La découverte d’un vaccin peut également émaner de laboratoires privés, notamment ceux liés à la recherche en virologie et au développement de vaccins.

Le laboratoire allemand de biotechnologie CureVac serait a priori sur le point de découvrir un vaccin, mais les tests prennent du temps. Il faudra sûrement patienter plusieurs mois au minimum.

Le géant français Sanofi est également très mobilisé sur la recherche d’un vaccin contre le Covid-19. En attendant, le laboratoire offre 300 000 traitements antipaludiques de type chloroquine, pouvant a priori aider les patients. Outre-Atlantique, les scientifiques américains réalisent des premiers essais cliniques avec leur vaccin mRNA-1273.

Qui trouvera en premier le vaccin ou le remède ? Quand ? S’agira-t-il d’un laboratoire national, public, ou privé ? Fera-t-il fortune avec son brevet ou le prix du vaccin sera-t-il réglementé ? Ces questions demeurent pour l’instant sans réponses. Une chose est certaine, les efforts des scientifiques virologues sont entièrement concentrés sur le remède au Covid 19.

Le secteur de la grande distribution alimentaire

Malgré les recommandations rassurantes des ministres français concernant les approvisionnements alimentaires, des mouvements massifs de stockage de nourriture ont été faits en France, une partie de la population craignant de manquer durant cette période de confinement.

Pâtes, riz, produits en conserve, et même papier toilette… Les rayons de ces produits ont été dévalisés dans les enseignes de grande distribution. Ainsi, les épiceries, supermarchés et hypermarchés ont bénéficié d’un pic de chiffre d’affaires, parfois de l’ordre d’une semaine en un seul jour.

Néanmoins, d’autres produits comme les produits frais ont été délaissés et souffrent d’un effondrement de la consommation.

Face à cette affluence, certains distributeurs ont appliqué des créneaux réservés aux seniors pour les protéger, notamment le matin à l’ouverture.

Analyse des sociétés en Bourse qui résistent au krach boursier

En lien avec les secteurs évoqués, certaines sociétés pourront donc certainement résister à la crise actuelle du coronavirus. D’ailleurs, leurs cours de Bourse ont été particulièrement résilients par rapport à leurs principaux indices.

Action Netflix

Dans le secteur des activités à domicile privilégiées du fait du confinement des populations, la société Netflix tire son épingle du jeu.

Graphique du cours de Bourse de l’action Netflix depuis début 2020 (en $)

action- netflix-coronavirus

Entre le début de l’année et le 19 mars 2020, le cours de Bourse de l’action Netflix a été particulièrement résilient avec une très légère hausse de + 0,67 % contre une chute de 25,42 % pour l’indice américain S&P 500.

Action Sanofi

Dans le secteur de la santé, même si un vaccin est découvert par un laboratoire X ou Y, sa mise en production massive en dizaines, voire centaines de millions d’unités, nécessitera des grandes chaînes de production comme celles de Sanofi par exemple ou d’autres grands laboratoires comme Pfizer, Novartis ou Merck.

Graphique du cours de Bourse de l’action Sanofi depuis début 2020 (en €)

action-sanofi-coronavirus

Entre le début de l’année et le 19 mars 2020, le cours de Bourse de l’action Sanofi a été résilient avec une baisse modérée de 16 % contre une chute de 35,91 % pour l’indice CAC 40.

Action Pfizer

Graphique du cours de Bourse de l’action Pfizer depuis début 2020 (en $)

action-pfizer-coronavirus

Entre le début de l’année et le 19 mars 2020, le cours de Bourse de l’action Pfizer a connu une baisse de 22 %, contre une chute de 25,42 % pour l’indice américain S&P 500. La différence d’évolution avec l’indice S&P 500 est plus restreinte pour l’action Pfizer. Néanmoins, le laboratoire pourrait être mis à forte contribution en cas de besoin massif de fabrication de vaccins.

Action Tencent

Afin de miser sur la hausse des joueurs confinés à domicile, il peut être intéressant de regarder les studios de production de jeux, tels que celui de Fortnite (jeu le plus populaire au monde). Epic Games n’est pas directement cotée en Bourse mais le géant chinois Tencent qui en détient 40 % est lui-même spécialisé dans le multimédia en général.

Graphique du cours de Bourse de l’action Tencent depuis début 2020 (en HKD)

action-tencent-coronavirus

Entre le début de l’année et le 19 mars 2020, le cours de Bourse de l’action Tencent a été résilient avec une baisse modérée de 6 % contre une chute de 24 % pour l’indice Hang Seng (Bourse de Hong-Kong).

Action Carrefour

Conséquence du stockage de produits alimentaires, les grandes surfaces tirent leur épingle du jeu comme en témoigne la variation de l’action carrefour depuis le début de la crise du Covid 19 :

Graphique du cours de Bourse de l’action Carrefour depuis début 2020 (en €)

action-carrefour-coronavirus

Entre le début de l’année et le 19 mars 2020, le cours de Bourse de l’action Carrefour a été résilient avec une baisse très modérée de 3,5 % contre une chute de 35,91 % pour l’indice CAC 40.

Source image : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


crypto-monnaie-valeur-refuge
economie budget epargne quotidien
action-bourse-comment-en-acheter
societes-cac-40-investir-apres-krach-boursier