Freedom24 : jusqu'à 6,4 % / an pour les dépôts en euros. Votre capital est assujetti à un risque*
Action biotech : comment investir dans une biotech en Bourse ?

Action biotech : comment investir dans une biotech en Bourse ?




Les groupes de biotechnologie ont bonne réputation en France. Certaines de ces sociétés innovantes du secteur médical ont connu une progression remarquable ces 25 dernières années en particulier grâce aux compétences des chercheurs ainsi que par l’intermédiaire d’une politique incitative à l’innovation. Café de la Bourse analyse les raisons de cet engouement et aborde les différents aspects à maîtriser pour investir avec succès dans le secteur des biotechs.

Le grand public entend souvent par le terme biotechnologies, l’ensemble des startups liées à la recherche médicale et pharmaceutique. Ce n’est pas tout, les « biotechs » concernent également d’autres secteurs tels que ceux des biocarburants, de l’agriculture ou encore de l’industrie, pour en citer les principaux exemples.

Découvrez l’ensemble des biotechs françaises classées par capitalisations boursières, les risques liés à ces types d’investissements, ainsi que notre sélection des actions biotechs en Bourse en 2024 bénéficiant d’une trésorerie solide combinée à un pipeline de projets diversifiés.

Qu’est-ce qu’une biotech ?

biotechnologie-investir-biotech
Le terme « biotechnologie ou biotech » désigne l’ensemble des recherches scientifiques, des applications et des technologies liées au vivant, d’où le terme « bio ».

Développement de nouveaux traitements pharmaceutiques, recherches génétiques ou génomiques, oncologie, modélisations, physique et chimie du vivant n’en sont que quelques exemples.

La médecine régénératrice à base de cellules souches en est encore à un stade précoce, mais possède d’ores et déjà des applications intéressantes.

L’alliance de la technologie à l’homme fait également partie du secteur des biotechnologies, lentilles pour diabétiques, implants neuronaux auto-adaptatifs permettant de réduire sensiblement les effets de la maladie de Parkinson, puces numériques sous cutanées (des milliers de suédois l’utilisent quotidiennement), etc. Sans oublier les avancées de la bio robotique, un professeur japonais peut à ce jour effectuer une opération chirurgicale du cerveau ultra complexe à distance sur un patient américain !

Les prothèses biocompatibles ont également fait un pas de géant ces dernières années, comme en témoignent par exemple les réparations de valves cardiaques réalisées par cathéters, tandis qu’il fallait encore les réaliser à cœur ouvert il y a quelques années.

Pour les personnes amputées, les premières prothèses bioniques font déjà leurs apparitions.

Outre le secteur médical, de nombreux autres domaines ont leur place dans le vaste monde des biotechnologies. L’agriculture notamment, avec les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) permettant d’optimiser les récoltes ; le monde marin avec l’étude des algues et leurs éventuelles applications sous forme de biocarburants ; ainsi que l’industrie avec les mutagenèses chimiques, les bioénergies ou encore biomasses.

Saviez-vous que même dans le numérique, les biotechnologies du vivant ont leur place. Microsoft et IBM effectue des recherches sur les futurs processeurs à base d’ADN par des outils issus de la biologie moléculaire. Leur puissance pourrait être inégalée.

.

Les biotechnologies sont classées par catégories. Les rouges concernent le médical, les vertes le végétal, les bleues font relation aux biotechnologies marines, tandis que les blanches sont liées à l’industrie.

Les biotechs : un marché à la croissance fulgurante




Au cours des 15 dernières années, le secteur des biotechs a pris un poids considérable avec la montée des cours et une vague d’introductions en Bourse d’une grande ampleur. Nous sommes passés de 10 biotechs cotées à Paris, à 49 aujourd’hui. Certaines des valeurs Biotech ont enregistré de très belles performances comme c’est le cas pour l’action Ipsen (IPN) qui a fait plus de 370 % au cours des 10 dernières années, ou l’action BioMérieux (BIM) qui affiche +270 % sur la même période. Attention toutefois car si la mode des Biotech a pu être impressionnante jusqu’en 2020, certaines valeurs biotech ont connu des corrections violentes en Bourse depuis, comme l’action Genfit (GNFT) qui a chuté de 85 % en moins de 5 ans.

La vitalité du secteur tient à plusieurs facteurs : innovations, progrès médicaux et scientifiques, biotechnologies industrielles, etc. On assiste à de grandes innovations dans les domaines de la cancérologie, de l’immunologie, des prothèses. De plus, les géants de l’industrie pharmaceutique (Pfizer, Sanofi, etc.) ont besoin des innovations des biotechs car ils n’arrivent plus à renouveler seuls, leurs portefeuilles de projets et produits.

De plus, depuis une vingtaine d’années, la France incite les chercheurs à créer des startups par le biais de nombreux dispositifs avantageux : la réforme du statut du chercheur, les fonds d’amorçage, le crédit impôt-recherche et les investissements de la BPI.

Le dynamisme de ce secteur a donc encore de beaux jours devant lui.

Les biotechs : un secteur populaire difficile à comprendre

Le secteur des biotechs est très populaire auprès des actionnaires individuels, bien qu’il soit assez technique, avec des innovations très compliquées à comprendre. En effet, la part de souscriptions venues d’investisseurs particuliers individuels, est particulièrement importante, bien plus que dans d’autres secteurs. Pour investir dans le secteur, il suffit de posséder un PEA, voire un compte titres. Ce sont des « boursicoteurs », plutôt actifs, séduits par le potentiel de gain que représente le secteur.

Pour investir dans les biotechs, on peut souscrire à ces sociétés au moment de l’introduction en Bourse ou sur le marché secondaire, mais il existe aussi des fonds spécialisés dans ce secteur comme les fonds Axa Framlingtion Biotech Fund, Gestys Santé Biotech ou encore Credit Suisse (Lux) Global Biotech Innovators Equity Fund Class B USD Acc.

Voici aussi la liste de 4 ETF offrant une exposition ciblée sur les actions biotechs :

Invesco Nasdaq Biotech UCITS ETF (ISIN : IE00BQ70R696)

iShares Nasdaq US Biotechnology UCITS ETF (ISIN : IE00BYXG2H39)

WisdomTree BioRevolution UCITS ETF (ISIN : IE000O8KMPM1)

First Trust NYSE Arca Biotechnology UCITS ETF (ISIN : IE00BL0L0H60)

Si le programme de développement est très long, l’investisseur n’a pas besoin d’attendre 15 ans et/ou que le médicament soit commercialisé pour profiter d’une création de valeur.

Il existe en effet des leviers de création de valeur à chaque étape du développement d’un projet : par exemple, une signature d’accord de licence avec un grand groupe.

Ces sociétés de biotechnologie peuvent aussi se faire racheter. En effet, investir dans une PME a un intérêt spéculatif bien réel.

C’est effectivement un marché avec beaucoup de bonnes surprises. Lorsque des projets de médicaments ont été sous-estimés, il est possible de voir un cours faire +50  % ou +100%.

Classement des groupes de biotechnologie français selon leur capitalisation boursière

« L’écosystème » des sociétés de biotechnologies est riche en France. La bonne réputation des chercheurs de notre pays y joue son rôle, soutenue par un contexte favorable et incitatif à l’innovation.

Elles ne sont pourtant pas toutes cotées en Bourse. Certaines, moins connues, travaillent sur des projets prometteurs. On peut citer par exemple, la petite PME Française GREENSEA, fondée en 1988, développant des micros-algues pour des applications de biomasses vivantes pour l’aquaculture, des actifs naturels marins pour la cosmétique et des compléments alimentaires, ainsi que des pigments fluorescents pour des applications de diagnostics médicaux.

Voici la liste des 10 actions biotechs les plus importantes cotées sur la place boursière Euronext Paris classées par leurs capitalisations boursières décroissantes (au 14 mars 2024) :

  1. Action Abivax (ABVX) : 2,3 milliards d’euros
  2. Action Ipsen (IPN) : 1,9 milliard d’euros
  3. Action Valneva (VLA) : 1,6 milliard d’euros
  4. Action Innate Pharma (IPH) : 1,4 milliard d’euros
  5. Action Genfit (GNFT) : 1,3 milliard d’euros
  6. Action BioMérieux (BIM) : 1,2 milliard d’euros
  7. Action Galapagos (GLPG) : 1,1 milliard d’euros
  8. Action Novacyt (NVCYT) : 1 milliard d’euros
  9. Action Horiba Medical (HOR) : 900 millions d’euros
  10. Action Eurobio Scientific (ALBIO) : 168 millions d’euros

Sur un total de plus de 1 300 sociétés cotées sur la place boursière Euronext Paris, 35 concernent des sociétés de biotechnologies, soit plus de 2,69 % de la cote. On peut rajouter 25 autres sociétés Biotech si on prend en compte la place Euronext Growth.

Ce chiffre est bas en comparaison avec les autres pays européens dont voici quelques exemples :

  • Allemagne : 5,4 % (40 sur 740 sociétés) ;
  • Belgique : 16,6 % (20 sur 120 sociétés) ;
  • Royaume-Uni : 7,14 % (100 sur 1 400 sociétés) ;
  • Italie : 5,35 % (15 sur 280 sociétés).

Néanmoins, les États-Unis et le Canada en dénombrent davantage : 6,61 % et 5,7 %. Étonnamment, pour une grande puissance économique assez axée sur les technologies, le Japon en compte assez peu : 0,69 %. Il en est de même pour la Chine avec 0,67 %.

Il existe également un indice créé le 7 avril 2008 comprenant l’ensemble des sociétés de biotechnologies cotées sur les marchés Euronext et Alternext (France, Pays-Bas, Belgique, Portugal, ainsi que certaines valeurs cotées au Royaume-Uni). Il s’agit de l’indice NEXT BIOTECH composé actuellement de 63 actions biotechnologies.

Investir dans les actions biotech présente des risques

La création de valeur est proportionnelle au risque dans le secteur des biotechs. Il faut bien considérer qu’il existe un risque très élevé car ce sont des sociétés qui, pour la plupart, perdent de l’argent. Cela fait partie de leurs modèles économiques.

Ces startups se caractérisent par un fort « cash burn », et si la société échoue, les actionnaires subissent des pertes majeures car les fonds propres sont très faibles.

Il existe également un risque financier. Car les biotechs dépendent souvent des marchés des capitaux par l’intermédiaire des levées de fonds. Si leur enthousiasme est ralenti (comme cela peut être le cas lors des crises boursières), les financements des biotechs en pâtissent.

Biotech : nos conseils pour investir dans la biotechnologie

Comme toujours, pour investir en Bourse, la diversification est de mise. N’investissez qu’une part minoritaire de votre portefeuille car les biotechs sont très volatiles.

Réfléchissez à la perte que vous êtes prêt à encaisser et investissez de l’argent que vous êtes non seulement prêt à perdre mais aussi de l’argent dont vous n’avez pas besoin à court terme.

Ce sont des sociétés compliquées à comprendre pour lesquelles il est préférable de s’intéresser aux sujets, aux concurrents, aux grands groupes pharmaceutiques qui, en s’alliant ou en rachetant ces biotechs, peuvent contribuer aux futurs leviers de création de valeur.

Notre sélection de 3 biotechs en Bourse à la trésorerie solide




Notre critère principal afin de retenir des sociétés de biotechnologies solides est celui de leur position cash (trésorerie), critère indispensable pour « voir venir » et disposer de financements suffisants pour « ne pas être pris de court » et faire aboutir sereinement leurs pipelines de recherches thérapeutiques.

Trésorerie pour les Biotechs françaises

Cash-Biotechs-FR-S1-2023

Source : BiotechBourse.fr

Le critère secondaire nous ayant paru important est la sélection de projets qui ont un impact conséquent en termes de pathologies (grand nombre de patients). Nous avons donc évité les sociétés biotechnologiques qui ont des projets axés sur les pathologies rares.

Action Valneva : la biotech spécialisée dans la recherche développement de vaccins

Position cash de Valneva : 204,4 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de Valneva : Valneva est spécialisée dans la recherche développement et la production de vaccins. Valneva se concentre sur les vaccins contre les maladies qui présentent des besoins médicaux importants et non satisfaits.

En 2023, elle a obtenu une autorisation de mise sur le marché aux États-Unis pour un vaccin à injection unique contre le chikungunya. Après avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché d’un vaccin à technologie traditionnelle contre le Covid-19, elle a renoncé à la commercialisation en 2023.

Graphique 1 an de l’action Valneva en Bourse

Graphique 1 an evolution cours Bourse action Valneva mars 2024

Source : ProRealTime Web

Action DBV : la biotech qui lutte contre les allergies

Position cash de DBV : 160,1 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de DBV : la mission de DBV Technologies consiste à aider les individus affectés par des allergies alimentaires et divers troubles immunitaires.

La trésorerie de DBV Technologies devrait financer les opérations jusqu’à fin 2024. DBV Technologies a enregistré une perte nette de -72,7 M$ pour l’exercice 2023, contre -96,3 M$ l’année précédente.

Graphique 1 an de l’action DBV en Bourse

Graphique 1 an evolution cours bourse action DBV mars 2024

Source : ProRealTime Web

Action Innate Pharma : la biotech qui lutte contre le cancer

Position cash de Innate Pharma : 124 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de Innate Pharma  : Innate est spécialisée en immuno-oncologie et dédiée à l’amélioration du traitement des cancers grâce à des anticorps thérapeutiques innovants exploitant le système immunitaire.

Innate Pharma effectue la majeure partie de ses recherches en oncologie (cancérologie) par le développement de thérapies médicamenteuses.

Graphique 1 an de l’action Innate Pharma en Bourse

Graphique 1 an evolution cours Bourse action Innate Pharma mars 2024

Source : ProRealTime Web

La trésorerie de Innate Pharma devrait financer les opérations jusqu’à fin 2024. Innate Pharma a annoncé qu’elle organisera une conférence téléphonique le jeudi 21 mars 2024 à la suite de la publication de ses résultats financiers pour l’exercice clos le 31 décembre 2023.

Quelques questions sur l’investissement Biotech en Bourse ?

Qu’est-ce qu’une Biotech ?
Une biotech est une société spécialisée dans les biotechnologies. On les assimile souvent aux Medtechs mais les biotechs recouvrent l’ensemble des recherches scientifiques, des applications et des technologies liées au vivant, ce qui inclue non seulement le médical mais aussi le végétal (et notamment les OGM), le monde marin avec l’étude des algues ou encore l’industrie avec les mutagenèses chimiques.

Quels avantages à investir dans une Biotech ?
Les Biotechs séduisent les investisseurs de par leur secteur d’activité. Elles symbolisent à elles seules l’avancée de la science et ses applications concrètes dans notre monde. Orientées sur des thématiques porteuses (énergies vertes, robotique, etc.), elles appartiennent à un secteur où la demande structurelle est très forte. Et en cas de réussite de leur projet, elles peuvent dégager des bénéfices colossaux.

Comment investir dans une Biotech ?
Il existe plusieurs moyens d’investir dans une biotech : soit en direct avec des titres vifs ou bien au travers de fonds spécialisés, que l’on pourra par exemple loger dans son PEA ou son PEA-PME pour profiter des avantages fiscaux de ces enveloppes. La valeur que vous convoitez n’est pas éligible ? Vous pouvez aussi avoir recours au compte-titres.

Quels risques à investir dans une Biotech ?
Le secteur des Biotechs est un secteur éminemment risqué et hautement spéculatif. Ces sociétés se caractérisent par un fort cash burn, c’est-à-dire que les liquidités sont massivement investies dans le projet, qui peut certes rapporter gros s’il est couronné de succès mais peut aussi conduire à de fortes pertes en cas d’échec, que les actionnaires subiront de plein fouet, les fonds propres des biotechs étant très faibles le plus souvent.

Source images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.