Livret Distingo : 3% pendant 4 mois + 80€ offerts*
Comment protéger son portefeuille en cas de récession ?

Comment protéger son portefeuille en cas de récession ?

Il y a de plus en plus de probabilité qu’après une année 2022 menée par l’inflation et les hausses de taux, l’année 2023 soit une année de récession économique. Nous allons donc voir dans cet article comment protéger son portefeuille en cas de récession mondiale.

Probabilité de récession et baromètre économique à surveiller

La récession économique est sur toutes les lèvres dernièrement. Ce ne sont pas seulement les économistes qui en parlent, mais aussi de plus en plus de ménages qui changent leurs projets d’investissements en raison de la crainte d’une récession pour 2023.

Rappelons déjà ce qu’est une récession économique. Il s’agit d’une croissance négative du PIB sur une année. Quand une récession dure pendant plusieurs années, on parle alors de dépression économique, comme ce fut le cas lors de la grande dépression des années 1930.

Pour l’année 2023, la probabilité d’une récession est forte puisque l’ensemble des indicateurs économiques qui permettent de l’anticiper sont dans le rouge.

Il existe une multitude de baromètres économiques qui permettent d’anticiper l’arrivée d’une récession, mais nous allons ici ne citer que deux indicateurs économiques qui nous semblent les plus pertinents.

L’inversion de la courbe des taux d’intérêt

En toute logique et en temps normal, le risque d’emprunt est plus élevé à long terme et le taux à long terme est donc plus rémunérateur. À l’inverse, le risque est moins élevé à court terme et le taux est lui aussi moins rémunérateur. C’est ce qu’un investisseur peut constater en plaçant son argent dans un compte à terme.

Quand les taux à long terme sont moins rémunérateurs que les taux à court terme, c’est tout simplement parce que l’argent à court terme est cher car recherché par les entreprises qui ont besoin de cash maintenant, alors que les perspectives économiques de croissance à moyen et long terme sont inexistantes ou faibles. C’est un signe annonciateur fort d’une récession économique.

Depuis les années 1990, la différence inversée entre les taux long terme et les taux court terme n’a jamais été aussi forte.

On peut donc en conclure qu’il y a une très forte probabilité de récession pour 2023, sur la seule base de cette indicateur économique.

Le prix du pétrole

Le prix du pétrole est très sensible aux récessions économiques, c’est ce que nous avons pu constater lors de la crise du Covid-19, alors que les économies du monde étaient à l’arrêt. Le prix du pétrole est descendu si bas qu’il a même atteint des prix négatifs.

Après une forte hausse du prix du baril en 2022, les prix du pétrole ont subi une perte de plus de 40 % au cours des 6 derniers mois. De plus, comme le soulignait l’analyste Vincent Ganne dans son émission de fin novembre 2022, les producteurs de pétrole sont passés net vendeur sur le pétrole afin de se couvrir contre une plus forte baisse à venir, ce qui constitue un deuxième signal fortement annonciateur d’une période de récession pour 2023.

Découvrir aussi notre guide Comment investir dans le pétrole

Les conséquences d’une récession sur les marchés financiers

C’est en raison des informations que nous venons de voir que de nombreux économistes prédisent avec une quasi-certitude l’arrivée d’une récession économique en 2023.

Chaque situation de récession économique a engendré une baisse des marchés actions. Au cours des cent dernières années, on a pu constater une baisse des marchés bourisers durant les années de récession, des baisses allant de 15 à 50 % (- 35 % en moyenne sur le S&P 500).

S’il est donc confirmé que l’année 2023 plonge les économies du monde dans une période de récession, et comme quelques économistes aiment le dire : « il n’y aura nulle part où se cacher ».

Cependant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire pour son portefeuille, et c’est ce que nous allons voir dans la suite de cet article.

Couvrir son portefeuille en cas de récession



La première chose à faire pour se protéger contre une forte baisse des marchés en 2023, c’est de couvrir son portefeuille. Plutôt que de vendre l’ensemble des titres, ce qui pourrait engendrer des frais et vous priver du versement possible de dividendes, il est courant que les professionnels de la gestion d’actifs couvrent leurs investissements. Les investisseurs particuliers disposent également des outils pour couvrir leur portefeuille.

En fonction de votre courtier en Bourse, il sera possible d’utiliser des ETF, des Options ou des Turbos. Attention quand même, car ces produits dérivés ne sont pas sans risque, ils peuvent engendrer des pertes et des frais importants.

Il faut donc étudier dans quelle mesure il sera pertinent de couvrir son portefeuille, d’autant plus qu’il faut nuancer les prévisions des analystes car l’année 2022 a connu une baisse de 27 %, il se pourrait donc que le plus gros de la baisse soit déjà derrière nous.

Consulter également notre guide Trading : comment devenir un trader Bourse ?

Investir à long terme en accumulation sur des marchés bas

Les périodes de fortes baisses peuvent également représenter une opportunité pour acheter les marchés au plus bas. Comme nous le recommandons souvent, la mise en place d’une stratégie pour échelonner dans le temps ses investissement est une technique qui a fait ses preuves. Les périodes de récession peuvent permettre aux investisseurs utilisant un plan d’investissement ou stratégie de DCA de mettre les « bouchées doubles », afin de profiter des prix bas pour accumuler davantage d’actions ou d’ETF.

En récession, privilégier certains secteurs



En période de récession, bien que les bourses mondiales risquent d’être en baisse, il y aura cependant des secteurs qui vont moins souffrir que d’autres, voire même profiter de la conjoncture.

En règle générale, le secteur de la santé n’est pas ou peu touché en période de récession. Il pourrait donc être judicieux de regarder les trackers sectoriels sur le thème de la santé, comme par exemple l’ETF Lyxor MSCI World Health Care, ou encore l’ETF Amundi S&P Global Health Care ESG.

Si les taux directeur ne baissent pas, le secteur bancaire pourrait aussi être épargné par la récession, dans une certaine mesure bien-sûr. Il faudra alors regarder les valeurs bancaires ou les ETF tels que le Lyxor World Financials ou le Amundi S&P Global Financials.

Le troisième secteur qu’il peut être intéressant de surveiller, c’est l’immobilier, à conditions évidement que l’on observe en 2023 une stabilisation, voire un début de baisse des taux directeurs.

Pour conclure, les valeurs de consommations défensives restent toujours un choix judicieux quand tout va mal d’un point de vue économique, et c’est ce que nous allons voir maintenant.

Les valeurs de consommations défensives

Les valeurs de consommations défensives sont les actions d’entreprises qui vendent des biens de premières nécessité et alimentaires.

Même en période de récession, les valeurs de consommations défensives continuent à produire et vendre leur production, voire même continuent de croître.

On retrouve dans ce secteur des entreprises comme Nestlé, Danone, Mondelez ou General Mill en ce qui concerne l’alimentaire, et également P&G, Unilever ou Colgate-Palmolive pour les entreprises produisant des biens de première nécessité.

Investir dans les matières premières



À l’exception du pétrole, les matières premières agricoles ainsi que les métaux précieux peuvent offrir une certaine protection de vos capitaux en période de récession. Il sera alors possible de les acheter physiquement (notamment pour les métaux précieux) ou via des trackers. D’autres types de produits dérivés, comme les contrats à terme permettent aussi de se positionner sur de nombreuses matières premières agricoles.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.