Prévisions économiques : 5 événements à surveiller en 2021
Actualités

Prévisions économiques : 5 événements à surveiller en 2021




L’année 2020 a été exceptionnelle à bien des égards. Sur le plan macro-économique, un cygne noir a profondément modifié le paysage, entraînant une crise économique inédite liée à une pandémie et une succession de mises à l’arrêt, temporaire et partielle de l’économie, dont les conséquences ont été largement atténuées par des politiques de soutien tant monétaire que budgétaire. La campagne de vaccination qui a débuté dans les derniers jours de 2020 laisse présager un retour en 2021 de l’activité économique à un niveau post-Covid. Un redressement conjoncturel devrait cette année se mettre en place, certes inégal selon les secteurs et les zones géographiques, mais un redressement tout de même.

Cependant, parce que tout ne tourne pas autour de la pandémie de coronavirus, il nous semble crucial de bien identifier les événements qui pourraient influer sur le paysage politique, économique et financier cette année, afin de les anticiper au mieux en imaginant les scénarios les plus probables qui en découleront. Retrouvez dans cet article 5 dates clés de 2021 qui auront des conséquences majeures sur la macro-économie et donc sur vos placements.

1er janvier 2021 : de nouvelles relations existent entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni

Brexit-nouvelles-relations-Europe-Royaume-Uni

Le Brexit est acté. L’accord de commerce et de coopération a été signé le 30 décembre 2020 par la Présidente de la Commission européenne, le Président du Conseil européen, le Premier ministre britannique et approuvé par le Parlement britannique. Mais il ne sera ratifié que dans le courant de l’année 2021. Cependant, son entrée en application provisoire est effective dès le 1er janvier 2021, date à laquelle seront donc modifiées les règles applicables aux relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne dans un certain nombre de domaines. Si l’accord obtenu au dernier moment a permis d’éviter la réintroduction de taxes douanières et de quotas pour les échanges commerciaux, les nouvelles règles sont néanmoins plus contraignantes, alors que le Royaume-Uni reste, à ce jour, l’un de ses principaux partenaires commerciaux de l’Union Européenne.

Malgré tout, les conséquences du Brexit, sur l’économie de la zone Euro en général et sur l’économie française en particulier, devraient être relativement limitées. Ainsi, Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie, anticipe 0,1 % de baisse du PIB en 2021 lié au Brexit.

6 et 20 janvier 2021 : un nouveau président américain s’installe à la Maison Blanche




Le 6 janvier, le Congrès américain devrait approuver la désignation de Joe Biden en tant que 46ème président des États-Unis et le 20 janvier, l’administration Biden devrait entrer en fonction. Ce changement à la tête des USA devrait entraîner une embellie du commerce international due notamment à une pacification du conflit commercial sino-américain. Investir en Chine semble dans ce contexte particulièrement judicieux. Le pays qui a su se relever très rapidement de la coronacrise et dont les marchés actions sont plutôt décorrélés  des grands indices boursiers mondiaux devrait être « l’un des premiers bénéficiaires du dégel des relations commerciales avec les États-Unis sous l’administration Biden » comme le souligne Stéphane Monier, directeur des investissements chez Lombard Odier.

Le dollar devrait en outre continuer à se déprécier puisque la devise américaine reste surévaluée si l’on prend en compte ses niveaux historiques. De plus, l’assouplissement de la politique monétaire est tout particulièrement agressif aux États-Unis. Selon Allianz Global Investors, cet affaiblissement du dollar « pourrait profiter aux grandes entreprises américaines qui dégagent une grande partie de leurs revenus à l’étranger ; aux marchés actions européens et aux marchés émergents dans les pays où les balances courantes sont excédentaires et aux TIPS américains ».

17 au 20 mai 2021 : COP 15 et 1er au 12 novembre 2021 : COP 26

Du 17 au 30 mai 2021, la Chine accueille la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15). Ce grand rassemblement du printemps sera suivi à l’automne, du 1er au 12 novembre 2021 par la COP 26 durant laquelle le Royaume-Uni accueillera la conférence des Nations unies sur le changement climatique. La société de gestion Candriam estime que « la pandémie a démontré qu’inclure les tendances d’investissement à long terme est utile pour construire un portefeuille solide – les solutions en matière d’environnement, la numérisation et les soins de santé représentent à cet égard nos convictions thématiques les plus fortes ». De son côté, Allianz Global Investors considère que « la pandémie de Covid-19 a renforcé l’importance de l’investissement durable : les partenariats publics-privés, l’investissement d’impact et l’alignement sur les Objectifs de Développement Durable des Nations unies peuvent aider les investisseurs à changer concrètement les choses ».

Avec deux grands rendez-vous qui devraient permettre des avancées sur les questions liées à l’environnement et à l’écologie, l’année 2021 devrait encore connaître un boom des investissements socialement responsable en général et de l’investissement dans des fonds thématiques liés notamment à l’environnement, la lutte contre le dérèglement climatique ou le financement de la transition énergétique.

Juin et juillet 2021 : fin de la première campagne de vaccination de masse et début de l’accélération de la reprise économique

Les campagnes de vaccination, si elles ont débuté partout sur le globe à la fin de l’année 2020, se poursuivront et s’intensifieront en 2021. La première campagne de vaccination de masse devrait s’achever au printemps ou au début de l’été 2021 et Candriam parie sur une « reprise rapide au cours du troisième trimestre ». Cette accélération de la reprise économique devrait inciter les investisseurs à mettre l’accent sur l’investissement dans les PME et les actions  value qui pourraient alors commencer à combler leur retard sur les valeurs de croissance. Allianz Global Investors souligne : « si l’on parvient effectivement à maîtriser la pandémie en 2021, les titres cycliques value (industrie et finance notamment) devraient surperformer. Mais si le Covid-19 reste une menace majeure, les gagnants de 2020 (notamment les valeurs technologiques) pourraient être les gagnants de 2021 ».

24 octobre 2021 : élections allemandes et départ de la chancelière Angela Merkel

Le 24 octobre 2020 intervient le dernier délai pour les élections fédérales en Allemagne, à la suite desquelles la chancelière Angela Merkel se retirera. L’Allemagne tournera donc la page de l’ère Merkel au dernier trimestre de l’année 2021, peu de temps avant que la France se préparera aux élections présidentielles du printemps 2022. L’incertitude politique, risque majeur, fera de nouveau son apparition sur le continent européen, et peut-être avec lui une plus grande volatilité sur les marchés actions européens. En outre une modification de la politique monétaire de l’Allemagne, comme un resserrement prématuré, ne peut être exclue.

 Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.