Cours S&P 500 et crise sanitaire : quels impacts sur l’indice américain ?

Le 08 avril 2020

s&p-500-cours-s&p500-crise-covid19

On a analysé l’indice américain référence des investisseurs du monde entier, le S&P 500, composé des plus grandes entreprises outre-Atlantique.

Crise sanitaire du Covid-19, krach boursier… Comment ces événements ont-ils impacté l’indice S&P 500 ? Comment le S&P500 performe-t-il financièrement et techniquement ? De quoi se compose-t-il exactement ? Découvrez nos éléments de réponse et la présentation des produits dérivés d’IG pour trader le S&P500.

Qu’est-ce que le S&P 500 ?

banniere IG 300x250

Le S&P 500 est un indice boursier qui suit la capitalisation boursière de 500 grandes sociétés américaines. Un comité sélectionne chacune des 500 sociétés de l’indice en fonction de leur liquidité, de leur taille et de leur secteur d’activité. Il rééquilibre l’indice trimestriellement, en mars, juin, septembre et décembre.

Pour être admissible à l’indice, une entreprise doit être aux États-Unis et avoir une capitalisation boursière d’au moins 8,2 milliards de dollars. Au moins 50 % des actions de la société doivent être accessibles au public. Son cours de Bourse doit être d’au moins 1 $ par action. Au moins 50 % de ses immobilisations et de ses revenus doivent être aux États-Unis. Et enfin, elle doit avoir au moins quatre trimestres consécutifs de gains positifs.

Quelles sociétés composent le S&P 500 ?

La capitalisation boursière de S&P représente 70 à 80 % de la capitalisation boursière totale des États-Unis. Il s’agit d’une référence couramment utilisée pour la performance du portefeuille d’actions en Amérique et à l’étranger. Battre la performance du S&P avec moins de risques est l’objectif de presque tous les gestionnaires de portefeuille, fonds spéculatifs et investisseurs privés.

Entreprises du S&P 500 : secteurs représentés selon le nombre de sociétés

s&p500-entreprises

En nombre d’entreprises, le secteur des biens et services aux consommateurs compte le plus grand nombre d’entreprises du S&P 500. Dans ce secteur, on retrouve par exemple Nike (prêt-à-porter) ou Expedia (tourisme en ligne).

Entreprises du S&P 500 : secteurs représentés selon leur capitalisation boursière

entreprises-s&p500-capitalisation-boursiere

En termes de capitalisation boursière, en revanche, c’est le secteur de la technologie des médias et des télécoms qui domine. Dans ce secteur, on compte bien évidemment les géants Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

TOP 10 des sociétés du S&P 500 par capitalisation boursière

EntrepriseMarket cap (million USD)Market cap (en %)Secteur d’activité
Microsoft1 199 5504,5 %Technologie média et télécoms
Apple1 112 6414,51 %Technologie média et télécoms
Amazon970 6802,89 %Biens et services aux consommateurs
Alphabet798 8851,49 %Technologie média et télécoms
Facebook475 4551,86 %Technologie média et télécoms
Visa346 1371,21 %Biens et services aux consommateurs
Johnson & Johnson345 7051,42 %Santé
Walmart321 8030,63 %Biens et services aux consommateurs
JP Morgan Chase & Co276 7501,64 %Banque et assurance
Procter & Gamble271 6401,17 %Biens et services aux consommateurs

Découvrez toutes nos analyses dans notre section trading avec IG

Analyse financière du S&P 500

s&p500-indice-boursier-analyse-crise
Les données 2019 sont calculées sur les douze derniers mois depuis septembre 2019, c’est-à-dire de septembre 2018 à septembre 2019.

Évolution du chiffre d’affaires des sociétés du S&P 500

Sur la période considérée, le chiffre d’affaires s’est élevé à 1 392,49 milliards de dollars. Ci-dessous l’évolution du chiffre d’affaires consolidé depuis 2002.

Graphique chiffre d’affaires des sociétés du S&P 500 depuis 2002

evolution-chiffre-affaires-societes-s&p500

Données Standard and Poors

Évolution de la croissance du chiffre d’affaires des sociétés du S&P 500

La croissance du chiffre d’affaires s’est élevée à +5,02 % sur la période considérée. Ci-dessous, l’évolution de la croissance du CA depuis 2002.

Graphique croissance du chiffre d’affaires des sociétés du S&P 500 depuis 2002

evolution-croissance-chiffre-affaires-s&p500-societes

Données Standard and Poors

Évolution du PER des sociétés du S&P 500

Au 1er janvier 2020, le PER moyen est estimé à 24,67, en croissance de 25 %. Il s’élevait à 19,60 en 2019.

Analyse graphique du S&P 500

Les dernières tendances macroéconomiques du S&P 500

Les indices américains n’ont pas été épargnés par l’infarctus boursier lié à la crise sanitaire du coronavirus. Sur le plan sanitaire, la semaine s’annonce très difficile aux États-Unis et la pression sur le S&P 500 va demeurer très forte.

L’impact du virus sur l’emploi américain a été massif avec 701 000 emplois détruits en mars, selon le rapport mensuel du département du travail américain, une publication qui a d’ailleurs largement contribué à assombrir la fin de semaine dernière sur les marchés.

Cependant, en début de semaine, Wall Street semblait se rassurer avec la lente amélioration des chiffres relatifs à la pandémie en Europe.

Le taux de progression des nouveaux cas confirmés et des décès a ralenti ce week-end, une dynamique qui prouve que les mesures de confinement portent leurs fruits, ce qui donne bon espoir aux investisseurs mondiaux de voir l’épidémie contenue. 

Ainsi, ces investisseurs auront seulement à cœur de comprendre, au cours des séances qui viennent, comment l’activité économique peut résister à l’épidémie en cours. Ils pourront notamment s’appuyer sur les chiffres de l’inflation pour le mois de mars aux États-Unis qui paraîtront en fin de semaine ou encore sur le nombre d’inscriptions hebdomadaires au chômage publié jeudi, qui devraient continuer de dépeindre une situation dramatique du côté de l’emploi outre-Atlantique.

Désormais, la question clé, est de savoir combien de temps va durer la phase de stabilisation avant d’avoir une décrue de l’épidémie – en Chine il a fallu trois semaines – et comment va s’opérer la sortie de confinement.

Cours S&P 500 : analyse technique du S&P 500

cours-s&p-500

Le S&P 500, dans la zone des 2 600, valide un rebond de +20 % sur ses planchers de la mi-mars.

Une temporisation sur le niveau des 2 600-2 650 points apporterait une première assise graphique en passant un niveau de support testé à trois reprises dans les 15 derniers jours (en bleu sur le graphique). La séance de lundi s’est terminée en hausse : Wall Street est rassuré par la décroissance des victimes du virus en Europe. Malgré ce revirement de tendance positive, dans ce contexte de marché difficile, la prudence reste de mise car les États-Unis vont rentrer dans la période intense de l’épidémie, notamment dans l’État de New York.

La tendance au moyen terme est négative avec un cours sous ses moyennes mobiles à 50 jours.

Sur le court terme cependant, les indicateurs sont au vert. La MACD est sous sa ligne de signal, le cours au-dessus de sa moyenne mobile à 20 jours. Le RSI est en zone neutre. Techniquement, la hausse pourrait se poursuivre, du moins avant la publication de nouvelles additionnelles sur le plan économique (inscription au chômage hebdomadaire) ou sanitaire (propagation de l’épidémie). Le prochain niveau de support est à 2 150 points.

Produits dérivés S&P 500

Dans cette crise où les marchés sont très volatils, choisissez votre stratégie pour trader à la hausse ou à la baisse le S&P 500, via par exemple les produits dérivés d’IG du type CFD ou produit barrière.

Découvrez l’offre de trading d’IG

banniere IG 728x90

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Toute activité de trading comporte des risques. Le service d’exécution d’ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.

Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.

76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

#

Derniers Dossiers


Crypto monnaie et Fintech celebrites-investir-crypto-monnaie
Produits Financiers dossier-phare-fonds
Bourse et Trading pictet-fonds-thematique-environnement
Bourse et Trading fiabilite-societe-cotee-bourse