Price to earnings ratio (PER)

investir-turbo-valeur-bourse

anticiper-marche-analyse-technique-300250

banniere-ass-vie_300-250

Si vous êtes ici, il y a de grandes chances que vous ayez déjà entendu parler du Price/Earnings Ratio (PER). Il s’agit d’une des méthodes les plus utilisées pour évaluer la valeur d’une action.

Qu’est-ce que le Price to earnings ratio (PER) ?

Bien que simple à calculer, le PER est toutefois assez difficile a interpréter. Il peut être riche de sens dans certains cas, et complètement dénué de sens dans d’autres. En conséquence, il arrive que les investisseurs utilisent cet indicateur à mauvais escient, et y donnent plus d’importance que de raison.

Dans la présente section, nous présenterons le PER et verrons comment il peut être utilise en analyse d’actions et, surtout, dans quels cas il ne doit pas être utilisé.

L’acronyme PER désigne le ratio entre le prix de l’action d’une entreprise et son bénéfice par action (BPA). Comme son nom l’indique, le PER se calcule en divisant le prix actuel de l’action par le bénéfice par action de l’entreprise:

PER = Prix de l’action / Bénéfice par action (BPA)

Le PER est souvent calculé en utilisant le BPA des quatre derniers trimestres. On l’appelle aussi le PER glissant. Il arrive également de calculer le PER sur la base des bénéfices espérés pour les quatre trimestres à venir. C’est alors un PER projeté. Bien qu’il n’y ait pas une énorme différence entre les deux, il est important de garder a l’esprit que le premier se fonde sur des données historiques, tandis que le deuxième est calculé à partir d’estimations d’analystes, par nature imparfaites.

Avec leur BPA négatif, les enterprises déficitaires posent problème pour calculer le PER. Les avis divergent sur cette question. Certains disent que le PER est négatif, d’autres lui donne la valeur zéro, et la plupart dit qu’il n’existe pas, tout simplement.

Historiquement, le PER moyen du marché se situe entre 15 et 25, et il fluctue en fonction des conditions économiques. Il peut également fortement varier d’un secteur d’activité à l’autre.

Comment utiliser le PER

En théorie, le PER d’une valeur nous dit combien les investisseurs sont prêts à payer pour un euro de bénéfice. C’est pour cette raison que le PER est aussi appelé le “multiple” d’une action. En d’autres termes, un PER de 20 nous indique que les investisseurs sont prêts a débourser 20 euro pour chaque euro de bénéfice que l’entreprise génère.

Ceci dit, c’est une conception un peu simpliste du PER, car elle ne prend pas en considération les perspectives de croissance futures de l’entreprise.

Croissance du bénéfice

Bien que le calcul du BPA se fonde sur le bénéfice des quatre derniers trimestres, le PER représente bien plus qu’une mesure de la performance passée de l’entreprise. Le PER prend également en compte les prévisions de croissance que le marché fait pour l’entreprise. Rappelez-vous, le cours présent des actions intègre déjà les prévisions des investisseurs. En conséquence, il est plus juste d’interpréter le PER comme une mesure de l’optimisme des investisseurs concernant les perspectives de croissance de l’entreprise.

Si une enterprise a un PER supérieur à la moyenne du marché ou de son secteur, cela signifie que le marché attend beaucoup de l’entreprise dans les mois et années à venir. Une valeur avec un PER élevé devra satisfaire les attentes du marché en augmentant ses bénéfices, ou sinon le cours devra baisser.

Une action chère ou bon marché ?

Le PER est un bien meilleur indicateur de la valeur d’une action que son seul cours. Par exemple – toutes choses égales par ailleurs – une action valant 10 euro avec un PER de 75 est plus “chère” qu’une action cotant 100 euro avec un PER de 20. Cela dit, cette méthode d’analyse atteint vite ses limites, car il n’est pas pertinent de comparer les PER de deux entreprises pour déterminer laquelle est meilleur marché.

Il est difficile de déterminer si un PER donné est élevé ou bas sans prendre en compte deux facteurs:

Le taux de croissance

Quel est le taux de croissance passé de l’entreprise ? Ces taux de croissance vont-ils perdurer, voire augmenter ? Si une enterprise a un faible taux de croissance et son action a un PER élevé, il y a quelque chose qui cloche. Si les taux de croissance anticipés pour l’entreprise ne justifient pas le PER, il est probable que l’action soit surcotée.

Le secteur d’activité

En bourse comme dans la vie quotidienne, on ne peut comparer que ce qui est comparable. On ne peut comparer que les entreprises appartenant au même secteur. Par exemple, les actions d’entreprises de fourniture d’eau et d‘électricité ont typiquement un PER bas, car ce sont des entreprises stables, à faibles taux de croissance. A contrario, le secteur des technologies évolue rapidement, avec des taux de croissance élevés. Il est donc inutile de comparer des entreprises d’eau et d‘électricité avec des enterprises technologiques.

Les limites du PER

Nous avons appris jusqu‘à présent que dans certaines situations, le PER peut nous aider a déterminer si une entreprise est sous ou surevaluée. Cependant, l’analyse du PER n’est valide que dans certaines circonstances et a ses limites. Les facteurs suivants peuvent mettre a mal l’utilité du PER.

Les normes comptables

Le bénéfice est un objet comptable qui inclut des éléments qui ne correspondent pas à des mouvements de cash. De plus, le calcul du bénéfice répond a des règles comptables, qui varient dans le temps et selon les pays. Pour compliquer les choses encore un petit peu plus, le bénéfice peut se trouver modifié selon la méthode comptable utilisée. Résultat: nous ne savons pas toujours si nous comparons les mêmes “types” de bénéfices.

L’inflation

En période de haute inflation, le coût de stockage et les dépréciations ont tendance à être sous-évaluées, car le cout de renouvellement des stocks augmente avec les prix. Ainsi, le PER a tendance a être plus bas en période d’inflation élevée, car les marchés voient les bénéfices gonfler artificiellement. Comme avec tous les ratios, il est bon d’analyser l’évolution du PER au cours du temps, mais l’inflation rend notre tache difficile.

De nombreuses interprétations possibles du PER

Un faible PER ne signifie pas de facto que l’entreprise est sous-évaluée. En effet, cela peut très bien signifier que le marché est pessimiste quant à l’avenir de l’entreprise. En général, le cours des actions chute pour de bonnes raisons. Il se peut que l’entreprise ait abaissé ses prévisions de bénéfices. Cela ne se trouverait reflété dans le PER glissant qu’une fois les bénéfices enregistrés. Dans l’intermède, l’entreprise a pu paraitre sous-évaluée.

Ebook gratuit à télécharger : Anticiper les marchés avec l’analyse technique

Définition
Dividende
Strike
Option européenne
Dégradation
Call
Put
Holding
Position
Fitch Ratings
Option
Livre sterling
Reaganomics
Trader
Cash
Club d’investissement
Corporate raider
Bloomberg
Point de base
Pink sheets
Fonds indiciel
Barings
INSEE
Trading automatisé
Forward
Bourse de Shanghai
Chartered Alternative Investment Analyst (CAIA)
Banque européenne d’investissement (BEI)
Financial Times Stock Exchange (FTSE)
Chicago Board Options Exchange (CBOE)
Règle Volcker
Obligation convertible
Footsie
Egan-Jones
Credit-default swap (CDS)
Chiffre d’affaires (CA)
Freddie Mac
Collateralized debt obligation (CDO)
Valorisation
Euro (EUR)
IBEX 35
Actif incorporel
Turtle Traders
Société Française des Analystes Financiers (SFAF)
Bar chart
Chandelier japonais
Bâle (accords de)
New York Board Of Trade (NYBOT)
Greenback
Value at Risk (VaR)
PIB
Day trader
TARGET2
Dépression
Expansion
CAC PME
Point mort
Performance
Bourse de Paris
Fork
Dérivé action
Euronext
Récession
Fond Monétaire International (FMI)
Stan Weinstein
Moyennes mobiles
Compte de résultat
Banque centrale
CAC 40 Equal Weight
Gestion growth
Investissement value
Relative Strength Index (RSI)
Gilt
Dimsum bond
Bottom up
Top Down
Banque de financement et d’investissement (BFI)
Tracker inversé
Agence de notation
Turbo
Alt-A
Dow Jones Sustainability Index (DJSI)
Federal Open Market Committee (FOMC)
Titrisation
Rendement
Money management
Solvabilité
Liquidité
Inflation
Indice
Taux interbancaire
Subprimes (crise des)
Ask
Risque de défaut
Sous-évalué
Etalon-or
Dollar cost averaging
Producer Price Index (PPI)
EBITDA
CHF (franc suisse)
Analyse technique
Zone économique spéciale (ZES)
Buy and hold
Sous-jacent
Stock option
Analyse fondamentale
Takaful
Offre publique d’achat (OPA)
Vente à découvert
Rareté
Courbe de Phillips
Valeur intrinsèque
Cours de la Bourse
Rachat d’action
Arnaque à la bouilloire
Chevalier blanc
Contrarien
Bid
Troika
Devise
Offre
Banque Centrale Européenne (BCE)
Krach
Murabaha
Gap
Ratios financiers
Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF)
Marge de sécurité
Moyenner à la baisse
Efficience des marchés (théorie de l’)
USD (United States Dollar)
Augmentation de capital
CAC 40
Actionnaire
Faillite
Déficit
Part de marché
Retracement de Fibonacci
Pondération
Ordre stop
Amortissement
Austérité
Produit dérivé
Service de règlement différé (SRD)
Correction en Bourse
Ordre limite
Private Equity
EURIBOR
Indice de volatilité (VIX)
Price to earnings ratio (PER)
EONIA
ESTER
Cygne noir
Free cash flow
Bilan comptable
Future
Discounted Cash Flow
Matières premières
Action
Volatilité
Capitalisme
Nikkei
Hedge fund
Nantissement
Cotation
Bulle spéculative
Portefeuille
Alpha
Euro Stoxx 50
DAX
Trading range
Tracker (ETF)
Baltic Dry Index (BDI)
Market timing
Demande
Capitalisme anglo-saxon
Pip
Warren Buffett
Portefeuille type
Portefeuille IVY
Dow Jones
LIBOR
Blue chip
Bullion
Finance islamique
Smart beta
Commodities
Junk bond
Delta (option)
Marché monétaire
Riba
Consumer Price Index (CPI)
Wall Street
Momentum
NASDAQ
Swing trading
OPA hostile
PMI
Obligations assimilables du trésor (OAT)
Mark-to-market
Swap
Joint venture
Glass-Steagall Act
Masse monétaire
Stock picking
Effet de levier
Obligation
Economie de marché
S&P 500
Modèle économique
Over the counter (OTC)
Taux de Rentabilité Interne (TRI)
Penny stock
Investisseur institutionnel
Spéculateur
Bêta
Prime de risque
Backtesting
Marché interbancaire
Marge bénéficiaire
Return on investment (ROI)
Portefeuille permanent
Dévaluation
Main invisible
Scalping
Libre entreprise
Assouplissement quantitatif
Keynésianisme
OPCVM
Xetra
Bénéfice par action (BPA)
Prime d’une option
Ordre stop suiveur
Obligation à taux fixe
Jour des trois sorcières
Bourse
Spread
Bulle internet
Small cap
Surperformer
Ordres professionnels
Ordres classiques
Introduction en Bourse
Chambre de compensation
Warrant
Contract for Difference (CFD)
Rentabilité
Capitalisation boursière
Microéconomie
Chaîne de Ponzi
Goodwill
Macroéconomie
Haircut
PEA : Plan d’Epargne en Actions
NYSE
Valeur cyclique
PE Shiller
Max drawdown
Test (analyse graphique)
ZWD (Zimbabwean Dollar)
Déflation
GARP
Liquidation (Calendrier)
Autorité des Marchés Financiers (AMF)
Value trap
CAD (Canadian Dollar)
Berkshire Hathaway
JPY (Japanese Yen)
Overnight
Junk bond
Securities And Exchange Commission (SEC)
Certificat
Défaut
Swissie
Rebond
Aussie
Lingot
Support
Bilan comptable
Vagues d’Elliott
Gharar
Michigan (Indice de confiance du)
AAA
Trading desk
AUD (Australian Dollar)
Future sur indice
Illiquidité
Loonie
Nick Leeson
Bernard Madoff
Assurance
Charia
OPA amicale
Stock
Bull / Bear (ratio)
Bouygues (Martin)
Eurodollar
Asset-backed security (ABS)
Chapter 11
Diversification
CNY (China Yuan)
Retracement
Usure
Musawamah
Eurobond
Valeur défensive
Survente
Bundesbank
Subprime
Certificat de dépôt
Ruée bancaire
BRIC
Benjamin Graham
Bund
Cent pourcent (100%)
Forex
Surévaluation
Shadow banking
George Soros
OPC
Von Mises (Ludwig)
Net-net
BoE (Bank of England)
Arnault (Bernard)
John Maynard Keynes
Fed
Arbitrage
Finance comportementale
Conserver
Neutre (recommandation)
International Financial Reporting Standards (IFRS)
Désinflation
Mécanisme Européen de Stabilisation Financière (MESF)
GBP (Great Britain Pound)
Resistance
Yen
Cable
OPEP
Actifs toxiques
Musharakah
Credit rating (notation crédit)
Jour des quatre sorcières
Chicago Board Of Trade (CBOT)
Mondialisation
Zakat
Agence France Trésor (AFT)
Moving average convergence divergence (MACD)
Bon du trésor
Bon de souscription
Croissance (valeur de)
Appel de marge
Carry trade
Bull
Stagflation
Fannie Mae
Sukuk
Investisseur particulier
Reuters
Liffe
Outright Monetary Transactions (OMT)
Price to book ratio
Straddle
Short
Mudharabah
Financial Services Authority (FSA)
Long
Leveraged Buy-Out (LBO)
Chartered Financial Analyst (CFA)
Option américaine
OATi
Chartiste
Bastiat (Frédéric)
Riksbank
Pullback
Peter Lynch
Surachat
Jim Rogers
Paire de devises
Bear
Friedman (Milton)
Saison de publication des résultats
Courtier
NZD (New Zealand Dollar)
Analyste
Return on equity (ROE)
Kiwi
Sous-performer
Hayek (Friedrich)
Bollinger (bandes de)
Intraday
Cours de clôture
Dérivé de crédit
ECOFIN
Tenbagger
#

Derniers Dossiers


bourse-investir-valeurs
taux-negatifs-banque
edf-analyse-bourse
francais-et-bourse-reconcilier