Tradez en toute confiance avec IG, le leader mondial. Risque de perte en capital*
Les dessous du métier de Responsable de la recherche quantitative et des solutions multi-actifs

Les dessous du métier de Responsable de la recherche quantitative et des solutions multi-actifs

Découvrez le parcours, l’expérience et le métier du Responsable de la recherche quantitative et des solutions multi-actifs chez WisdomTree. Café de la Bourse vous invite à plonger dans l’univers de la finance de marché en interrogeant les hommes et les femmes qui y travaillent au quotidien.

Ce mois-ci, Pierre Debru, Head of Quantitative Research & Multi Asset Solutions chez WisdomTree, revient pour nous sur son activité, ce qui l’a poussé à faire ce métier, le fait le plus marquant de sa carrière et son sentiment de marché actuel.

Pierre Debru, quelle fonction occupez-vous ? Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Je suis responsable de la recherche quantitative et des solutions multi-actifs chez WisdomTree Europe. Depuis ma sortie de l’Ecole Centrale Paris il y a dix-neuf ans, j’ai travaillé dans la recherche quantitative en gestion d’actifs, que ce soit pour des fonds structurés ou des fonds négociés en bourse (ETF). L’impulsion initiale qui m’a mis sur la voie de cette carrière est mon intérêt pour les mathématiques. C’est ce qui m’a poussé à choisir une école d’ingénieurs en premier lieu. À mesure que j’approchais de la fin de mes études et que j’avais besoin de me spécialiser, c’est ce tropisme pour les mathématiques qui m’a conduit aux mathématiques financières, à l’évaluation des options et à la modélisation de la gestion d’actifs. Le second moteur a été les ETF et le fait qu’ils sont utilisés à la fois par des investisseurs particuliers et par des investisseurs institutionnels représentant plusieurs milliards d’euros. Cela signifie que la portée de ce que nous faisons dans ce domaine est pratiquement omniprésente.

Quel est l’événement que vous considérez comme le plus marquant de votre carrière ?

Au début de ma carrière, j’ai travaillé chez Lehman Brothers Asset Management à Londres sur des fonds structurés d’OPCVM. Je suis arrivé deux ans avant la crise de 2008 et j’ai vécu l’effondrement de l’intérieur. Ce qui est peut-être le plus surprenant, c’est que comme je travaillais dans la gestion d’actifs, j’ai continué à travailler pendant des mois après le défaut de la banque. Les fonds OPCVM sont des entités réglementées et nous avions l’obligation fiduciaire de veiller à ce que le dénouement se fasse avec le moins d’impact possible pour les investisseurs. Au cours des premiers jours, nous avons dû fermer toutes les positions de swap entre les fonds et sa contrepartie en défaut (Lehman Brothers), saisir le collatéral, le vendre, puis fermer les fonds afin de rendre leur capital aux investisseurs. C’est l’un des seuls cas où la réplication synthétique a été testée dans un cas réel de défaut de la contrepartie d’un swap dans une structure OPCVM. Il est intéressant de noter que tout a fonctionné comme on pouvait s’y attendre, les investisseurs ayant été très peu affectés par le défaut.

Quel est votre indicateur préféré et pourquoi ?

Dans l’ensemble, j’aime beaucoup le momentum. Dans le domaine des actions, il s’agit d’un facteur reconnu qui a démontré historiquement une surperformance à long terme. Ce qui est assez unique, cependant, c’est qu’il a démontré son efficacité dans de nombreuses classes d’actifs différentes et à travers des scénarios de marché différents. Il peut également être utilisé efficacement dans le cadre d’une allocation entre classes d’actifs. Plus récemment, nous avons étudié l’application pratique du momentum sur les thématiques et démontré son efficacité dans la sélection ou la rotation des thèmes au fil du temps.

Découvrir aussi notre dossier Comment investir en Bourse : guide 2023

Quel est votre sentiment de marché actuel ?



Sans surprise, WisdomTree se concentre actuellement sur l’incertitude accrue qui règne sur le marché des actions. Compte tenu de la faible croissance attendue au niveau mondial et de la faiblesse des économies européennes, nous cherchons à accroître la résilience de notre portefeuille. Nous avons tendance à nous concentrer sur des sociétés de haute qualité, dont les dividendes augmentent, afin de nous protéger contre les baisses tout en participant aux hausses. Les matières premières pourraient également offrir des opportunités. Le risque géopolitique accru, l’augmentation de la demande liée à la transition énergétique et leur tendance à générer des bénéfices à un stade plus avancé du cycle économique que les actions sont autant d’éléments susceptibles d’entraîner une hausse de ces marchés.

Source des images : Freepik 

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.