Rejoignez eToro qui propose le crypto-trading depuis 2013. Votre capital est à risque*
Quelle année 2024 en Bourse ? Perspectives de 5 grandes banques

Quelle année 2024 en Bourse ? Perspectives de 5 grandes banques

Alors que l’année 2023 a majoritairement été dominée par les décisions des grandes banques centrales mondiales et les tensions géopolitiques, découvrons dans cet article quelques prévisions de grands gérants concernant l’évolution de la Bourse et de la situation macro-economique en 2024 pour que vous puissiez déterminer comment identifier les meilleures opportunités pour investir en Bourse en 2024.

Goldman Sachs : le plus dur est derrière nous

Dans leurs prévisions du 8 novembre 2023, les analystes de Goldman Sachs ont publié leurs perspectives macro-économiques pour 2024 et estiment que la partie la plus difficile est terminée.

Malgré des taux d’intérêt plus élevés qu’attendus, un moment d’instabilité bancaire aux États-Unis et en Europe et la guerre entre Israël et le Hamas, la croissance des pays analysés est bien supérieure aux prévisions les plus optimistes, notamment grâce à un marché de l’emploi résilient, et l’inflation en baisse devrait continuer dans cette direction.

Évolution des prévisions de croissance selon Goldman SachsGoldman Sachs Meilleure Prévision de Croissance pour 2023

Pour la banque d’investissement, le risque de récession est faible (probabilité de 15 % d’une récession aux États-Unis).

Plusieurs facteurs favorables à la croissance mondiale devraient survenir en 2024, notamment une croissance robuste des revenus réels des ménages, une réduction du resserrement monétaire et budgétaire dans de nombreuses économies, une reprise de l’activité manufacturière et une volonté de plus en plus importante des banques centrales de mettre en œuvre des baisses de taux en cas de ralentissement important de la croissance.

ING : stagnation en Europe et pas de baisse des taux avant l’été 2024

Tout n’est pas aussi rose pour ING.

Dans sa publication mensuelle de novembre 2023, la banque estime qu’il est encore trop tôt pour être optimiste alors que l’économie globale est encore très fragile (taux élevé, impact économique des tensions géopolitiques en Israël et en Ukraine et potentielles perturbations de l’offre de pétrole si le conflit venait à s’intensifier…).

En Europe, le scénario d’une stagnation économique s’est solidement installé, alors que la reprise estivale attendue s’avère plus faible que prévu et que la croissance a été négative au troisième trimestre, d’autant plus que la croissance des deux prochains trimestres semble peu prometteuse.

Les indicateurs de sentiment récents offrent peu d’espoir d’une amélioration imminente, en raison des nouvelles incertitudes géopolitiques et du ralentissement des économies américaine et chinoise, combinés à l’impact continu du resserrement de la BCE.

Au niveau de la politique monétaire, ING estime que la baisse de l’inflation rend moins probable une nouvelle hausse des taux de la part de la BCE – bien que des baisses de taux ne soient pas prévues avant l’été 2024. La banque considère que la BCE a probablement atteint son pic de taux d’intérêt et est entrée dans un cycle de resserrement monétaire prolongé (le fameux « higher for longer »).

Évolution des taux d’intérêt selon INGPrevisions Evolution Taux Interet Monde par ING

HSBC : hausse de 15 % des indices globaux en 2024

Alors que certains analystes estiment que les marchés actions offrent déjà de fortes valorisations qui pourraient entraîner une stagnation, voire une correction, en 2024, d’autres estiment que les banques centrales pourraient assouplir leurs politiques monétaires l’année prochaine et donner un coup de fouet aux actions.

C’est le cas des analystes de la banque HSBC qui considèrent que de nombreuses banques centrales pourraient décider d’être beaucoup moins agressives l’année prochaine (voire même de baisser leurs taux) face à une inflation en baisse.

HSBC anticipe que les marchés boursiers mondiaux pourraient augmenter de 15 % en 2024. Les actions du secteur de l’intelligence artificielle, de la tech, de l’industrie, ainsi que de la consommation discrétionnaire et de base pourraient être les grands gagnants.

BNP Paribas : la Banque du Japon pourrait augmenter sa politique de taux à partir du T2 2024



BNP Paribas explique que l’évolution de l’inflation au Japon accroît la probabilité d’une hausse des taux directeurs dans le pays. Cependant, la normalisation de la politique monétaire dans le pays s’avère délicate, car la politique monétaire accommodante a été extrême, et ce, pendant longtemps au Japon.

Pour la banque française, la divergence monétaire entre les autres économies développées et le Japon atteindra bientôt son sommet, car il est possible que la Fed ait atteint la fin de son cycle de resserrement monétaire et que la BoJ relève son taux directeur, potentiellement à partir de mars 2024, alors que l’inflation globale dépasse l’objectif des 2 % depuis avril 2022 et que l’inflation de base dépasse les 4 % depuis le début de l’année.

Évolution des taux d’intérêt selon BNP ParibasÉvolution Taux Interet Monde BNP

Source : BNP Paribas

Barclays : pas de récession en vue, mais un certain degré d’incertitude et de volatilité en Bourse en 2024



Barclays observe des développements positifs chez les consommateurs et les entreprises, mais estime que le monde reste toujours incertain, voire plus qu’il y a un an. La banque ne prévoit pas de récession en 2024, mais plutôt une croissance économique qui ralentit et qui se rapproche de la contraction.

Elle souligne que les consommateurs, en particulier ceux aux revenus plus modestes, épuisent leurs économies excédentaires, entraînant une hausse des retards de paiement, surtout aux États-Unis. Parallèlement, les entreprises devant se refinancer prochainement pourraient rencontrer des difficultés à obtenir les fonds nécessaires afin de maintenir leurs activités.

Ainsi, la détérioration de la qualité du crédit est un risque majeur pour 2024. La banque rappelle également que les finances gouvernementales sont aussi étroitement surveillées par les marchés financiers, en raison des années de dépenses fiscales importantes adoptées pendant la période de Covid-19.

Les tensions géopolitiques croissantes font aussi planer le risque de nouveaux conflits majeurs en 2024 (peut-être à Taïwan ?) pouvant avoir des répercussions mondiales importantes.

Comment bien se préparer pour investir en 2024 ?

Beaucoup de zones d’ombre planent encore sur l’évolution de l’économie globale en 2024, ce qui pourrait entraîner une certaine volatilité. Mais tout n’est pas si sombre. Certaines catégories d’actifs devraient se distinguer et vous permettre de créer un portefeuille diversifié et plus résilient tout en surfant sur quelques tendances clés.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.