Livret Distingo : 3% pendant 4 mois + 80€ offerts*
Trading gratuit : la face cachée des frais de bourse

Trading gratuit : la face cachée des frais de bourse

Il est évident que, pour de nombreux investisseurs, le choix de son courtier en Bourse va se faire principalement sur la base des frais de transactions appliqués par ce dernier. Les courtiers proposant une offre « zéro commission » ont le vent en poupe depuis quelques années. Il faut cependant comprendre que la gratuité peut révéler parfois de mauvaises surprises et finalement un surcoût impossible à mesurer par les investisseurs.

Nous verrons dans cet article qu’il y a de nombreuses façons pour un courtier en Bourse d’exécuter l’achat ou la vente d’un titre et que les transactions ne se passent pas toujours en bourse.

Les exécutions hors-bourse

S’il y a encore quelques années, il n’était pas nécessaire de se poser la question concernant la façon dont nos ordres d’achat ou vente de titres pouvaient être exécutés, les temps ont changé et l’arrivée d’internet, bien qu’ayant permis de nombreuses innovations, a grandement changé le paysage de l’industrie du courtage en bourse.

Si les investisseurs ayant commencé à boursicoter dans les années 1980/1990 ont gardé l’habitude de l’appeler la « Bourse de Paris », la principale bourse où s’échangent les actions françaises s’appelle désormais Euronext Paris. Pourtant acheter une action TotalEnergie ou Danone, ne signifie pas forcément que votre transaction va passer sur Euronext Paris.

En fait, si votre courtier en Bourse vous propose d’acheter et vendre des actions sans commission, il est même quasiment certain que votre ordre ne passera pas en bourse mais sur un « dark pool ».  Les ordres de Bourse peuvent également être exécuté de gré à gré (en OTC) directement avec un apporteur de liquidité (market maker) ou sur une plateforme multilatérale de négociation (MTF).

Alors que les bourses traditionnelles fonctionnent en toute transparence avec un système d’enchère permettant aux investisseurs d’avoir l’assurance d’obtenir toujours le meilleur prix à l’instant T, les places alternatives, telles que les dark pools ou autres simili-« bourses » modernes, sont beaucoup plus opaques dans leur mode de fonctionnement. D’ailleurs, le nom « dark pool » signifie en français « mer sombre », un terme bien représentatif de la façon dont les ordres seront exécutés.

Il est donc primordial de vérifier auprès de son courtier en Bourse la façon dont les ordres sont exécutés car les quelques euros économisés en frais de courtage pourraient n’être que la face cachée d’un mécanisme bien plus coûteux pour les investisseurs particuliers.

Les accords entre courtiers et market makers

Comme les courtiers, les market makers (teneur de marché ou apporteurs de liquidité en français) jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des marchés financiers. Leur rôle est d’assurer la liquidité pour que les ordres d’achat et vente puissent être exécutés rapidement et au bon prix. Se rémunérant sur le spread (la différence entre le prix d’achat et le prix de vente), leur rôle n’est pas toujours facile, surtout quand les marchés sont volatils.

Il existe pourtant des cas bien spécifiques dans lesquels les processus sont beaucoup plus simples et arrangés à l’avance grâce à des accords entre courtiers bourse et market makers.

Les accords en question permettent aux courtiers d’offrir la gratuité des frais de courtage en contournant l’exécution des ordres en bourse au profit d’une exécution directe avec le market maker. N’étant plus en concurrence avec les prix offerts en bourse, le market maker peut exécuter les achats et ventes de titres à un prix avec lequel il s’assure de générer un profit… Un prix qui ne sera plus forcément en faveur de l’investisseur mais en faveur du market maker.

Le courtier en Bourse pour sa part, recevra une rémunération fixe ou variable permettant d’inclure dans son offre la gratuité des transactions. Il faut bien comprendre dans ce cas, que la gratuité des ordres ne sera qu’une illusion puisque l’investisseur se retrouvera parfois à payer même plus cher en termes de prix exécuté ou de spread.

Le paiement des flux de transaction (et sa réglementation)

Un nouveau « business model » dans le monde du courtage en bourse, existant déjà aux États-Unis, est apparu depuis quelques années en Allemagne, notamment grâce à une réglementation moins regardante qu’en France. Il s’agit du « Payment for order flow » (PFOF) que nous pouvons traduire en français par « paiement pour le routage des ordres de bourse ».

Le principe est simple, le courtier en Bourse est payé par des entreprises privées (MTF/dark pools/ simili-bourses alternatives) qui cherchent à concurrencer les bourses traditionnelles pour recevoir les transactions d’achat/vente des clients investisseurs.

C’est ainsi que certains courtiers Bourse parviennent à offrir du courtage en bourse sans commission, et tout le monde pourrait y trouver son compte si les ordres étant exécutés dans les mêmes conditions que sur l’une des grandes bourses européennes. Or, ce n’est malheureusement pas le cas et si ces dark pools arrivent à rémunérer les courtiers pour recevoir les ordres de leurs clients, c’est car les ordres sont exécutés à un prix désavantageux pour l’investisseur. Notez que le routage et l’exécution des ordres en bourse représentent normalement un coût pour un courtier bourse.

Le courtier en ligne offrant des commissions gratuites peut ainsi paraître plus compétitif alors qu’en réalité, l’absence de frais est compensée par un prix d’exécution moins bon/détérioré. Un surcoût impossible à mesurer pour un investisseur particulier. Il est important de préciser aussi que certains courtiers Bourse baissent les prix et/ou proposent des frais gratuits, mais envoient quand-même les ordres en bourse pour assurer une compétitivité des prix mais il sera toujours difficile si ce n’est pas impossible de distinguer les courtiers Bourse qui appliquent cette bonne pratique de ceux qui ne le font pas.

Étant très difficile pour un investisseur d’être en mesure de savoir si sa transaction a été exécutée au meilleur prix et dans les meilleures conditions, se pose un gros problème d’éthique et de transparence puisque l’investisseur pense avoir payé moins cher (commission gratuite) alors qu’il a peut-être finalement payé plus cher (prix d’achat désavantageux).

Est-ce que tout ceci est légal ?

Dans une réglementation européenne qui cherche à imposer toujours plus de transparence, il est légitime de se demander si tout ceci est légal.

Il n’est pourtant pas simple de répondre à la question en l’absence d’une règle précise et applicable dans toute l’Europe sur le sujet. Effectivement, en Allemagne cette pratique est autorisée et c’est d’ailleurs là-bas que l’on retrouve les plus importants néo courtiers en ligne utilisant ce « business model ». En France, l’AMF condamne cette pratique de PFOF mais cela n’empêche pas les autres courtiers européens fonctionnant de cette manière, d’offrir leurs services aux investisseurs français à travers le passeport européen.

De plus, même si la pratique est condamnée en France, elle existe de façon détournée. En effet, les courtiers en ligne ne pouvant pas recevoir de rémunération de la part des dark pools vont se voir offrir la gratuité à de nombreux services normalement très onéreux pour eux.

Il semblerait donc que la pratique soit encore plus opaque en France, puisque les courtiers Bourse reçoivent des avantages au lieu d’un paiement, et que l’investisseur particulier ne profitera pas du système puisqu’il payera des frais de bourse pour l’exécution de ses transactions, que celle-ci soit effectivement effectuée en bourse ou sur une place alternative à un prix désavantageux.

Bonne nouvelle : une réglementation européenne visant à interdire les pratiques en défaveur des investisseurs devrait permettre dans le futur d’aider les investisseurs à y voir plus clair.

Investisseur particulier, que dois-je faire ?

Maintenant que vous avez bien compris les différentes astuces que les courtiers Bourse peuvent mettre en place pour réduire les coûts ou même obtenir des revenus annexes, vous êtes en mesure de choisir le courtier en Bourse qui vous conviendra le mieux en connaissance de cause. Il sera bien sûr toujours indispensable de comparer les frais de courtage d’un courtier à un autre, mais en allant vérifier dans les conditions générales la façon dont les ordres sont exécutés et sur quelle place boursière, vous pourrez comparer objectivement les frais de courtage appliqués par les différents courtiers et la qualité d’exécution de ces derniers.

Consulter également notre dossier Comment investir en Bourse ? Notre guide pas à pas

Article sponsorisé

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.