La Chine durcit la réglementation de son économie : quelles conséquences sur les bourses mondiales ?

Le 27 août 2021

chine-durcit-reglementation-economie-quelles-consequences-bourses-mondiales

Café de la Bourse a regardé de près les annonces du gouvernement de Pékin qui entraîne des modifications profondes de nombreux pans de son économie. La Chine souhaite serrer la vis dans des domaines clés comme la santé, les services financiers, l’éducation ou encore les transports mais aussi sur les géants du numérique. Certaines pratiques jusqu’alors acceptées ne le seront plus, notamment en matière de traitement des données personnelles, de concurrence et de droit des utilisateurs. Quelles sont les intentions de Pékin qui se cachent derrière ce plan ? Comment ont réagi les bourses chinoises et notamment les cours des géants de la Tech ? Enfin, doit-on craindre des conséquences sur les autres places financières ? On vous dit tout.

Pékin serre la vis : en quoi cela consiste-t-il ?

pekin-serre-vis-economie-chinoise

Le gouvernement chinois a dévoilé cet été un plan quinquennal en 10 points mettant en place une réglementation plus stricte d’une grande partie de son économie. Les nouvelles règles concernent différents domaines comme la sécurité nationale, la technologie et les monopoles, la culture et l’éducation.

La publication de ce texte en août 2021 n’est pas une surprise mais plutôt une sorte d’officialisation : Pékin avait déjà pris des initiatives cohérentes avec le contenu du plan plus tôt dans l’année.

En avril, le géant de la technologie Alibaba a accepté une amende record de 2,8 milliards de dollars après qu’une enquête ait révélé que l’entreprise avait abusé de sa position dominante sur le marché pendant des années.

Le mois dernier, il a été demandé à Tencent de mettre fin aux accords exclusifs de licence musicale avec des maisons de disques du monde entier.

Concernant l’éducation, certaines des plus grandes plateformes en ligne du pays – Kuaishou, l’outil de messagerie de Tencent QQ, Taobao d’Alibaba et Weibo – ont reçu l’ordre de supprimer les contenus inappropriés pour les enfants. En outre, les autorités chinoises ont déclaré qu’elles avaient accru leur examen minutieux des services de scolarité parascolaires offerts par des enseignants individuels. En juin, Pékin a dévoilé une refonte massive du secteur des cours particuliers qui pèse 120 milliards de dollars en Chine, en vertu de laquelle toutes les institutions offrant des cours sur les programmes scolaires seront enregistrées en tant qu’organisations à but non lucratif.

Du côté des services financiers, l’organisme de surveillance chinois des banques et des assurances a renforcé sa réglementation des compagnies d’assurance en ligne, selon l’agence de presse Caixin. La Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances a ordonné aux entreprises de mettre fin à des pratiques marketing inappropriées sous peine de « sanctions sévères ».

Comment ont réagi les bourses chinoises et notamment les géants de la tech ?




Le jour de la publication du rapport, le 11 août 2021, l’indice technologique de Hong Kong (Hang Seng Tech), où plusieurs des plus grands géants chinois de l’Internet sont cotés, a chuté de 1,74 %, contre une perte de 1 % pour l’indice de référence Hang Seng, l’indice de référence de la ville de Honk Kong.

L’opérateur de plateforme de littérature en ligne China Literature a ouvert le bal de la dégringolade des actions Internet, avec une baisse de 9,2 %. Les géants de l’Internet Tencent, Alibaba et Meituan chutaient  respectivement de 3,9 %, 3,5 % et 1,7 %.

L’indice Hang Seng Tech a poursuivi sa baisse jusqu’au 20 août et a chuté de près de 15 % avant de commencer à rebondir.

Certains investisseurs ont profité de la chute brutale des cours des actions, considérant la vente massive comme une opportunité d’achat. En outre, les récents rapports sur les bénéfices des entreprises technologiques chinoises ont également été largement positifs. Le bénéfice net de Tencent au deuxième trimestre a dépassé les estimations, tandis que le chiffre d’affaires de Baidu pour le dernier trimestre était supérieur aux attentes des analystes.

Ainsi l’indice a-t-il rebondi de près de 7 % entre le 20 et le 26 août, avec notamment une séance exceptionnelle le mardi 24 (+7 % sur une seule journée).

Quel est l’impact sur les autres places de marché ?




Toutes les entreprises exposées à la chine ont chuté. Nos géants français du luxe ont dévissé dans la continuité de la chute des actions chinoises. La Chine est déterminante pour leur performance ( puisque environ 30 % de leur chiffre d’affaires provient de la Chine) et les annonces de redistribution des richesses ne font pas bon ménage pour la demande ! Kering perd 15 %, Hermès 7 % et LVMH 12 % entre le 11 août et le 26 août. À l’international, l’action Burberry au Royaume-Uni a par exemple chuté de 14 % sur les deux dernières semaines.

Des entreprises comme Pernod Ricard et Remy Cointreau pourraient aussi pâtir de réglementations plus strictes sur les spiritueux.

De manière générale, il est possible que ces restrictions deviennent un point d’inflexion majeur pour les investisseurs mondiaux dans leur évaluation des actifs chinois et liés à la Chine. La Chine, comme le déclare une analyste de Goldman Sachs « ne se soucie pas de combien les investisseurs peuvent perdre ».

En Europe, les économies d’exportation de l’Allemagne, des Pays-Bas et de l’Italie sont très sensibles à l’évolution du modèle de gouvernance de la Chine et à l’affaiblissement du yuan par rapport à l’euro. L’Amérique latine et l’Afrique dépendent également de plus en plus des investissements directs et du commerce chinois.

En résumé, la Chine n’attire plus trop les investisseurs et les effraie. Sur les six derniers mois, l’indice MSCI China a perdu 30 % de sa valeur sous l’impact des retraits massifs. Certains investisseurs célèbres comme la gérante de la firme de Ark Invest, Cathie Wood, ont réduit leur exposition dans les valeurs asiatiques.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Louis Yang

Co-fondateur - Café de la Bourse - Site internet - Twitter

Diplômé de l’ICN et de l’ESCP. Louis Yang a travaillé à la Mission Economique, au sein du groupe Lafarge et a été conseiller en gestion de patrimoine indépendant. Il a également été rédacteur et éditeur financiers pour Aol Finance et Yahoo Finance.

Il est auteur pour la librairie du Commerce International, chroniqueur sur BFM et sur B Smart ainsi que co-fondateur du Cafedelabourse.com.

#

Derniers Dossiers


Bourse et Trading pourquoi-comment-inflation-impacte-secteur-Tech
Bourse et Trading top 8 entreprises francaises les plus rentables en Bourse sept 2021
Bourse et Trading cac-40-indice-bourse

Comment investir sur le CAC 40 ?

Découvrez le cours du CAC 40 ainsi que l’analyse de son historique et de ses grandes tendances, son mode de calcul, sa composition, mais aussi […]

Devenir rentier