Banque : tout savoir sur le découvert bancaire et les agios

Le 21 janvier 2020

decouvert-bancaire-agios-banque

Les agios correspondent, au sens strict, à l’ensemble des frais bancaires liés à un compte courant, qu’il soit à découvert ou non. Néanmoins, ce terme est aujourd’hui le plus souvent utilisé pour désigner les seuls frais liés à un découvert.

Découvrez dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur le découvert et son coût : quels sont les différents types de découvert ? Combien cela coûte-t-il ? Quelles solutions pourraient vous permettre de réduire la facture ?

Découvert sur compte courant : l’origine des agios

Un compte courant doit normalement présenter un solde en permanence positif. On peut également dire qu’il doit être toujours créditeur. Il peut flirter avec le 0 mais gare s’il affiche un solde négatif. Le compte est alors débiteur ou « à découvert ». Cette situation engendre des frais spécifiques : les agios.

La composition des agios

Les agios se composent :

  • d’intérêts débiteurs ;
  • frais divers ;
  • commission d’intervention.

Découvert autorisé et découvert non autorisé : une répercussion sur le montant des agios

Il existe deux types de découverts qui n’engendrent pas les mêmes frais : le découvert autorisé et le découvert non autorisé.

Dans le cas d’un découvert autorisé, vous avez en amont conclu un accord avec votre banque qui vous permet de présenter un solde inférieur à zéro mais ne dépassant pas non plus une limite préalablement définie.

Dans le cas d’un découvert non autorisé, vous n’avez pas d’autorisation de découvert de la part de votre banque.

Les deux situations engendrent des frais bancaires, appelés agios. Votre banque exige en effet une contrepartie à ce qu’elle considère comme un prêt. Le manque de liquidité occasionné par votre découvert est compensé par la facturation d’agios.

Attention tout de même, dans le cas d’un découvert autorisé, vous pourrez éventuellement échapper à ces frais si vous avez par exemple souscrit un package incluant un découvert autorisé. Et même si ce n’est pas le cas, retenez que le coût des agios pratiqués dans le cas d’un découvert autorisé sont moins élevés que ceux pratiqués dans le cas d’un découvert non autorisé. Mais justement, combien coûtent des agios ?

Les agios : combien coûte un découvert à la banque ?

decouvert-banque-agios

Il n’existe pas une réponse unique à cette question. En effet, le montant des agios est très variable selon l’établissement bancaire (entre 7 % et 20 %). On peut néanmoins souligner que le coût des agios est exprimé sous la forme d’un taux annuel effectif global (TAEG) et ne peut être supérieur au taux d’usure, le taux maximal autorisé par la loi.

Vous trouverez le taux d’intérêt applicable en cas de découvert autorisé et en cas de découvert non autorisé dans la brochure tarifaire de votre banque.

Sachez aussi que les banques sont tenues d’indiquer sur chaque relevé de compte mensuel le plafond de l’autorisation de découvert et le taux annuel effectif global (TAEG) appliqué.

Nous l’avons vu, le montant des agios varie donc en fonction de la banque et de l’autorisation ou non du découvert. Notez aussi que le montant du découvert et sa durée peuvent également influer sur le coût des agios.

Les différents types d’agios : forfaitaires et proportionnels

Il existe deux types d’agios :

  • les agios forfaitaires : un minimum forfaitaire est appliqué à chaque situation de découvert, quel que soit le montant et la durée.
  • les agios proportionnels : ils sont calculés en fonction de la durée, du montant du découvert et du taux d’intérêt pratiqué.

Notez que dans le cas où les agios proportionnels sont plus avantageux pour la banque, ils se substitueront aux agios forfaitaires.

Comment sont calculés les agios ?

En ce qui concerne les agios forfaitaires, aucun calcul à prévoir, le montant est fixe et défini à l’avance.

En revanche, pour les agios proportionnels, vous devrez être en mesure de calculer le coût que pourrait représenter un découvert. Comme évoqué précédemment, sont à prendre en compte la durée du découvert (nombre de jours), le montant du découvert (en euros), le taux d’intérêt pratiqué par la banque.

Pour calculer le coût d’un découvert, vous devrez donc appliquer la formule suivante :

[(Montant du découvert X nombre de jours) X taux d’intérêt] / nombre de jours par an

Prenons un exemple. Imaginons que le taux d’intérêt débiteur fixé par votre banque s’élève à 14,80 % et que vous soyez à découvert de 750€ pendant 7 jours.

[(750 X 7) X (14,80 / 100)] / 365 = 2,1287…

Le montant de votre découvert sera de 2,13€ environ. Vous devrez donc renflouer votre compte de 752,13€, soit les 750€ de découvert et les 2,13€ d’intérêts débiteurs.

Mais attention, à cette somme peuvent également selon votre établissement bancaire s’ajouter des frais supplémentaires.

Les autres frais liés à un découvert : coût des commissions d’intervention

En plus des intérêts débiteurs, la banque peut en effet appliquer des frais de dossier ainsi que des frais de commission d’intervention (ou frais de forçage) en cas d’incident de paiement, c’est-à-dire si le client dépasse son découvert autorisé ou si le client à découvert n’a pas de découvert autorisé. Ainsi, à chaque utilisation de vos moyens de paiement (carte bancaire, chèque…) lorsque vous êtes à découvert, vous vous verrez appliquer des commissions d’intervention. Comme ces situations nécessitent l’intervention d’un conseiller qui choisira ou non d’accepter le paiement, la banque prélève en sus, une commission d’intervention. Cette dernière est donc facturée que votre banque ait décidé de refuser le paiement ou de l’accepter.

Là encore, le coût de la commission d’intervention varie selon les établissements bancaires. Et là aussi, la loi prévoit un plafond pour éviter des facturations abusives.

Pour un particulier, le coût d’une commission d’intervention pour un dépassement d’un découvert ne peut excéder 8€ par opération et 80€ par mois. Ce plafond descend à 4€ par opération et 20€ par mois pour les personnes en situation de fragilité financière. Les frais liés à un chèque sans provision sont eux plafonnés à 30€ par chèque dont le montant est inférieur ou égal à 50€ et à 50€ par chèque dont le montant est supérieur à 50€.

Reprenons l’exemple précédent. Imaginons que durant les 7 jours pendant lesquels vous avez été à découvert, vous ayez effectué 6 paiements et que votre banque facture 8€ par commission d’intervention.

Comme 6 X 8 = 48, vous devrez en plus des 2,13€ d’intérêts débiteurs, régler 48€ de commissions d’interventions. Vous devrez donc renflouer votre compte de 800,13€ (750 +2,13 + 48).

Découvert bancaire : comment réduire les frais ?

Sélectionner une banque aux tarifs attractifs en la matière

Les banques ne pratiquent pas toutes les mêmes tarifs en matière d’agios. Le taux d’intérêt débiteur comme le coût de la commission d’intervention varie d’un établissement bancaire à un autre. Si vous êtes souvent en situation de découvert, il sera opportun de choisir une banque qui pratique des frais relativement peu élevés par rapport à la concurrence. Sachez d’ailleurs que la plupart des banques traditionnelles facturent 8€ la commission d’intervention, ce qui correspond au maximum autorisé. En revanche, les banques en ligne, pour la plupart, ne facturent pas de commission d’intervention.

À savoir : toutes les banques n’autorisant pas les découverts ne facturent donc, par définition, ni agios, ni commissions d’intervention. C’est le cas de la quasi-totalité des néobanques.

Demander un découvert autorisé qui vous évite les frais bancaires

Vous pouvez aussi chercher à négocier vos conditions de découvert, demander un découvert autorisé, voire même souscrire à un pack qui vous permettra de bénéficier d’un découvert autorisé sans frais.

Opter pour une carte de débit pour limiter les risques

Une carte de débit ou carte à autorisation systématique vous évitera tout découvert et donc tout paiement d’agios. Attention cependant, si vous n’avez pas le solde suffisant, le paiement est tout bonnement refusé et il est des situations où cela pourra être problématique.

Lire aussi notre article Quelle carte bancaire choisir ?

Ne pas être à découvert et apprendre à gérer son budget

Enfin, nous terminerons cet article en précisant que le meilleur moyen de ne pas avoir à payer d’agios, c’est encore de ne pas être en situation de découvert. D’autant que le fait de présenter un solde débiteur occasionnellement pourra vous poser problème au moment de souscrire un crédit immobilier par exemple. La banque auprès de qui vous aurez déposé votre dossier vérifiera en effet que vous êtes à même de bien gérer votre budget et d’éviter ce genre de situation.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


Trader produits dérivés analyse-dow-jones-indice-boursier
Trader produits dérivés atouts-turbos-courtier-IG-trader-Bourse
ISR fonds-petites-moyennes-capitalisations-europeennes-Oddo-BHF
Bourse et Trading tesla-analyse-bourse-leader-voiture-electrique