Saudi Aramco : introduction en Bourse du géant du pétrole

Le 20 novembre 2019

anticiper-marche-analyse-technique-300250

À partir du 4 décembre 2019, les investisseurs pourront bénéficier de l’introduction en Bourse (IPO) de la plus grande société mondiale : Saudi Aramco (Saudi Arabian Oil Company).

Sa place de cotation principale sera la Bourse saoudienne de Tadawul et la date prévue des premières cotations est prévue pour le 11 décembre 2019. Cette IPO est catalysée par le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman dans le but d’assurer le grand programme de diversification de l’Arabie Saoudite du fait de la forte dépendance de son économie liée au pétrole.

Nous avons analysé les comptes de Saudi Aramco. Découvrez nos estimations de niveaux d’attractivité pour l’investisseur relatifs à sa future valorisation boursière.

Nous évoquerons également la nature de l’actionnariat actuel de Saudi Aramco et tenterons de répondre à la question : faut-il investir dans Saudi Aramco ?

Infographie : chiffres-clé de Saudi Aramco

saudi-aramco-petrole-introduction-bourse

355 milliards de $ : chiffre d’affaires 2018

111 milliards de $ : bénéfice net 2018

3,75 % : rendement du dividende (si IPO de 2 000 milliards de $)

4 décembre 2019 : date d’ouverture de la souscription

11 décembre 2019 : date de la première cotation en Bourse

1ère société mondiale en termes de capitalisation boursière et de bénéfice net

2 000 milliards de $ : valorisation de l’IPO

Saudi Aramco coté en Bourse : plus lourd que toutes les sociétés du CAC 40 réunies

Saudi Aramco est un véritable mastodonte du secteur pétrolier. D’un point de vue financier, son niveau d’activité atteint le record mondial avec 356 milliards de $ de chiffre d’affaires réalisé en 2018 pour un bénéfice net de 111 milliards de $.

En comparaison, la plus grande société mondiale actuellement cotée en Bourse est Apple avec 260 milliards de chiffre d’affaires $ et 55 milliards de bénéfice net $ pour son année comptable, clôturée le 30 septembre 2019.

Saudi Aramco prévoit une valorisation de capitalisation boursière d’IPO de 2 000 milliards de dollars. Ce niveau de capitalisation serait supérieur à l’ensemble des sociétés du CAC 40 (1 800 milliards d’€ au 15 novembre 2019).

Dans un premier temps, le géant mondial de l’or noir compte vendre 1 % de ses parts sur les marchés boursiers, soit une recette d’environ 20 milliards de $ pour Saudi Aramco. 1 % supplémentaire de ses parts serait également mis sur les marchés boursiers en 2020, avec un objectif global à plus long terme de 5 % de son capital rendu public.

L’IPO de Saudi Aramco : la poule aux oeufs d’or pour les investisseurs ?

Courant 2018, le « roi du pétrole » Saudi Aramco a extrait 10,3 millions de barils de pétrole par jour. Quant aux réserves, elles sont estimées entre 250 et 260 milliards de barils soit plus de 50 ans de réserves sur la base du rythme de consommation actuel.

Le gouvernement saoudien détient 100 % des actions de Saudi Aramco. La société est donc considérée comme une compagnie pétrolière nationale.

L’objectif moyen/long terme de Saudi Aramco est d’ouvrir 5 % de son capital aux investisseurs. Même dans ce cas, la société restera majoritairement gouvernementale en termes de droits de vote. Courant 2018, Saudi Aramco a réalisé 111 milliards de dollars de bénéfice net.

Dans le cadre d’une capitalisation boursière d’IPO de 2 000 milliards de $, le niveau de rentabilité bénéficiaire est donc assez intéressant à hauteur de 5,55 % au regard de sa capitalisation boursière. Cela signifie que sur la base d’une action acquise à 100 $ à titre d’exemple, l’investisseur bénéficie donc d’une société qui génère 5,55 $ de bénéfice net par action.

La société peut ensuite décider d’utiliser son bénéfice pour augmenter sa croissance, distribuer des dividendes aux actionnaires, ou renforcer ses capitaux propres.

L’analyse du dernier bilan de Saudi Aramco au 30 juin 2019 indique une valeur de capitaux propres de 273 milliards d’euros. Il s’agit de la somme des actifs de Saudi Aramco (ce que la société possède) soustraite de ses passifs (ce que la société doit). Les capitaux propres sont également appelés « actif net ».

La valorisation des capitaux propres de Saudi Aramco à hauteur de 273 milliards de $ est donc assez faible sur la base d’une capitalisation boursière de 2 000 milliards de $. Cela signifie parallèlement que la société sera relativement assez chère selon ses capitaux propres.

Néanmoins, son ratio d’endettement financier est très raisonnable avec 46 milliards de $ de dettes financières pour une valeur de capitaux propres de 273 milliards de $. Le ratio d’endettement de Saudi Aramco ressort donc à 0,17 au 30 juin 2019.

Notons également que la société prévoit de verser un minimum de 75 milliards de $ de dividendes par an, soit 3,75 % de rendement pour l’investisseur sur la base d’une capitalisation boursière de 2 000 milliards de $.

En conclusion, sur la base d’une IPO de 2 000 milliards de $, Saudi Aramco présente une rentabilité bénéficiaire et un niveau de dividende intéressants mais reste assez chère au regard de son bilan. En contrepartie, son endettement est très raisonnable.

Analyse des résultats financiers de Saudi Aramco

Voici les derniers résultats financiers de Saudi Aramco en 2017, 2018 ainsi que les résultats semestriels 2019.

Chiffre d’affaires de Saudi Aramco

Évolution du chiffre d’affaires de Saudi Aramco depuis 2017 (en milliards de $)

saudi-aramco-chiffre-affaires

Le chiffre d’affaires de Saudi Aramco a été en croissance de + 35 % entre 2017 et 2018. Il passe de 264,17 milliards de $ à 355,94 milliards de $. Concernant le chiffre d’affaires semestriel 2019, il est établi à 163,88 milliards de $ au 30 juin 2019 (en baisse de 2,2 % par rapport au chiffre d’affaires semestriel du 30 juin 2018).

Bénéfice de Saudi Aramco

Évolution du bénéfice net de Saudi Aramco depuis 2017 (en milliards de $)

saudi-aramco-benefice

Le bénéfice net de Saudi Aramco a été en croissance de + 46 % entre 2017 et 2018. Il passe de 75,99 milliards de $ à 111,07 milliards de $. Notons que Saudi Aramco est une société très rentable qui bénéficie d’une marge bénéficiaire 2018 de 31,20 % (bénéfice net divisé par le chiffre d’affaires). Celle-ci a été de 28,77 % en 2017.

Concernant le bénéfice net semestriel 2019, il est établi à 46,89 milliards de $ au 30 juin 2019 (en baisse de 11,3 % par rapport au bénéfice net semestriel du 30 juin 2018).

Bilan de Saudi Aramco

Les actifs totaux de Saudi Aramco s’élèvent à 379,85 milliards de $ au bilan semestriel établi le 30 juin 2019. Ils sont principalement composés de 247,87 milliards de $ d’immobilisations corporelles (structures et matériels de production pétrolière) ainsi que de 39,53 milliards de $ de trésorerie et équivalents de trésorerie.

Les passifs totaux du groupe s’élèvent à 106,75 milliards de $ et sont principalement composés d’une dette financière de 46,10 milliards de $, ainsi que d’une dette au profit du gouvernement saoudien, de 18,44 milliards de $.

Les capitaux propres (actif net de dettes) de Saudi Aramco s’élèvent à 273,10 milliards de $.

Le ratio d’endettement financier sur actif (capitaux propres) net de Saudi Aramco est de 0,17. C’est un très bon ratio car il signifie que la dette financière du groupe représente seulement 17 % de sa valeur de capitaux propres.

Attractivité de l’introduction en Bourse de Saudi Aramco selon sa future valorisation en Bourse

Les comptes 2017-2018 de Saudi Aramco ne présentent pas de données concernant les dividendes versés aux actionnaires. Néanmoins, sur la base du bénéfice net 2018 de la société établi à 111 milliards de $, il est possible d’estimer les seuils d’attractivité de la future valorisation boursière de Saudi Aramco.

saudi-aramco-attractivite-ipo-bourse

Remarque : les seuils de rentabilité sont calculés à partir du bénéfice net 2018 de Saudi Aramco  (111 milliards de $) et non à partir du dividende versé aux actionnaires.

Néanmoins, au sein de son document de présentation aux investisseurs de septembre 2019, Saudi Aramco s’engage à verser un minimum de 75 milliards de $ de dividendes à compter de 2020 :

« Le conseil d’administration a déclaré son intention de distribuer un dividende en base annuelle de 75 milliards de $ à compter de 2020. Entre 2020 et 2024, si les dividendes annuels déclarés sont inférieurs à 75 milliards de $, les dividendes destinés aux actionnaires non gouvernementaux seront prioritaires afin qu’ils reçoivent leur part proportionnelle d’un dividende équivalent à 75 milliards de $. Dans ce cas, le gouvernement recevra le montant restant du dividende. »

Sur la base de ces éléments, vous pouvez donc diviser 75 milliards de $ par la future capitalisation boursière de Saudi Armaco afin d’obtenir le rendement d’un investissement en actions Saudi Aramco.

Sur la base de la probable IPO à 2 000 milliards de dollars, le rendement du dividende annuel devrait donc être de 3,75 %. En admettant que l’IPO se réalise sur une base plus faible, de l’ordre de 1 500 milliards de $ par exemple, le rendement annuel du dividende augmente alors à 5 %.

Faut-il investir en Bourse dans Saudi Aramco ?

Le « deal » à 2 000 milliards de dollars d’IPO semble assez intéressant. Le conseil d’administration de Saudi Aramco s’engage à verser un minimum de 75 milliards de $ en base annuelle entre 2020 et 2024, soit un rendement du dividende avoisinant les 4 % / an pour l’actionnaire.

Toute capitalisation boursière post IPO inférieure à 2 000 milliards de $ augmentera le rendement du dividende. Il est donc aussi possible de « miser » sur une éventuelle baisse du cours de Bourse de Saudi Aramco suite à son IPO. Ce scénario est envisageable du fait des prix actuels du pétrole plutôt en berne ainsi que du « désamour » actuel des investisseurs internationaux pour le secteur pétrolier.

A contrario, en cas d’attrait des investisseurs et d’augmentation de la capitalisation boursière, le rendement du dividende sera impacté à la baisse pour les futurs investisseurs.

Un investissement dans Saudi Aramco n’est pas « value » au regard de son bilan car la société possède 273 milliards de dollars de capitaux propres pour une IPO estimée à 2 000 milliards de $. Selon ce facteur, l’investisseur à la recherche de sociétés décotées restera donc probablement à l’écart.

Saudi Aramco sera la plus grande société au monde et semble avoir de beaux jours devant elle avec des réserves de pétrole suffisante pour assurer plus de 50 ans d’exploitation. De plus, le groupe est peu endetté au regard de ses capitaux propres. Il n’y a donc pas de risque particulier de solvabilité en cas d’éventuelle réduction des bénéfices.

Néanmoins, un scénario de forte montée en puissance des énergies alternatives pourrait entraver la future rentabilité de Saudi Aramco du fait d’une baisse mondiale de la demande en pétrole.

Découvrez toutes nos analyses d’actions en Bourse du moment

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


classement-actions-pea
crypto-trader-bourse
analyse-bourse-atos
fonds-activiste