Pétrole et gaz : ces géants des matières premières contrôlés par les États

Le 02 mai 2019

petrole-gaz-leaders-mondiaux-geres-etats

Le pétrole et le gaz sont détenus par des majors pétrolières. Qui sont ces géants du pétrole et du gaz dont les États possèdent une forte participation au capital ? Découvrez notre analyse de 3 géants des matières premières.

Infographie : trois géants du pétrole et du gaz gérés par les États

petrole-gaz-geants-matieres-premieres

Sinopec : chiffre d’affaires 2018 établi à 420 milliards de $, participation de l’État chinois à 68,31 %.

Saudi Aramco : chiffre d’affaires 2018 établi à 360 milliards de $, participation de l’État d’Arabie Saoudite à 100 %.

Gazprom : chiffre d’affaires 2018 établi à 118 milliards de $, participation de l’État russe à 38,37 %.

Consommation et tarifs du pétrole et du gaz dans le monde

La consommation mondiale de pétrole vient de franchir la barre des 100 millions de barils au 4ème trimestre 2018. Les avis des experts divergent concernant les réserves de pétrole mondiales. Certains tablent sur la fin du pétrole à compter de 2050 et d’autres parlent de 150 années de réserves encore disponibles. Il est donc difficile d’avoir une idée précise de la teneur des réserves mondiales.

Le prix du baril est assez volatil au fil des années lorsque l’on observe son graphique long terme. Il était situé à plus de 100 $ le baril (WTI) en juin 2014 pour chuter à moins de 30 $ début 2016.

Le prix du baril de pétrole s’est ensuite progressivement repris car actuellement fixé à plus de 64 $. Le prix de l’essence à la pompe est ainsi actuellement à un plus haut depuis 2013.

Les leaders mondiaux du pétrole et du gaz ont une particularité : l’État y possède souvent une participation conséquente, à l’exclusion des grandes compagnies américaines et européennes.

TOP 3 des leaders du pétrole et du gaz avec participation de l’État

Découvrez notre analyse des trois géants du pétrole et du gaz dont l’État détient une forte participation.leaders-petrole-gaz-participation-etat

Sinopec : groupe pétrolier et chimique détenu par l’État chinois

China Petroleum and Chemical Corporation (SINOPEC), détenue à 68,31 % par l’État chinois, a réalisé un chiffre d’affaires de 2 891 milliards de Yuans RMB au titre de 2018, soit 420 milliards de $*.

Sinopec est la 2ème plus grande société mondiale en termes de chiffre d’affaires, derrière Walmart.

Côté bénéfices, ils s’élèvent à 63,1 milliards de Yuans RMB soit 9,17 milliards de $*. Le géant chinois a produit 288 millions de barils de pétrole en 2018.

En Bourse, Sinopec est principalement cotée sur deux places de marché : le NYSE et le HKSE (Hong Kong Stock Exchange). Au 28 avril 2019, leurs cours respectifs sont de 45,20 USD et 6 HKD.

Évolution du cours de Bourse de Sinopec depuis 2003 (cotation sur le NYSE)

cours-bourse-sinopec

Source : Tradingview

L’action Sinopec cotée sur le Nyse a connu une phase de croissance marquée entre 2003 et début 2007 car son cours de Bourse a été multiplié par 5, avant de brusquement chuter lors de la crise de 2008 pour retomber sur ses niveaux de 2003. Une phase similaire de croissance a eu lieu entre 2009 et fin 2010 en termes de tendance globale, incluant une certaine volatilité. Puis, entre début 2011 et l’été 2012, le cours de Sinopec a perdu la moitié de sa valeur.

S’en est suivie une tendance haussière globale depuis septembre 2012, avec cependant d’importantes phases de volatilité, notamment pendant les mois d’avril à juillet 2015 ainsi que depuis mai 2018.

Évolution du cours de Bourse de Sinopec depuis 2003 (cotation sur le HKSE)

evolution-cours-bourse-sinopec-depuis-2003

Source : Tradingview

L’action Sinopec cotée sur le HKSE (Hong Kong Stock Exchange) a connu une phase de croissance marquée entre 2003 et octobre 2007 car son cours de Bourse a été multiplié par 9, puis a perdu les deux tiers de sa valeur lors de la crise de 2008. L’action était située sur des cours de l’ordre de 5 HKD mi 2009 puis a évolué dans un canal haussier jusqu’en 2014 avant d’initier une phase baissière jusqu’au premier trimestre 2016 avec des plus bas touchés sur les 4 HKD.

Ensuite le cours de Bourse a doublé sa valeur avec un pic lors du 4ème trimestre 2018 sur des seuils de 8 HKD avant de connaître une nouvelle phase de volatilité et de se replier sur ses niveaux actuels de l’ordre de 6 HKD.

Évolution comparative des cotations de Sinopec sur le NYSE (courbe bleue) et le HKSE (courbe orange)

evolution-cotations-sinopec-NYSE-HKSE
Source : Tradingview

On peut remarquer que la non corrélation a débuté en 2007 du fait de la hausse davantage marquée de l’action Sinopec cotée sur le HKSE. Une divergence a également eu lieu entre 2011 et 2012 lorsque l’action Sinopec Nyse a davantage baissé que celle du HKSE.

Entre 2014 et 2015, le cours de l’action NYSE a convergé vers celle du HKSE. S’en est suivie une bonne corrélation des courbes entre 2015 et le 1er trimestre 2018. Pour finir, les courbes ont ensuite à nouveau divergé à partir du second trimestre 2018 : l’action cotée sur le HKSE a mieux résisté à la chute.

Concernant les volumes d’échanges, ils sont très faibles pour une société de cette taille. La cotation NYSE enregistre actuellement 37 767 actions échangées en volume moyen trois mois, soit 1,7 millions de $ d’échanges quotidiens.

La cotation de Sinopec sur le HKSE compte des volumes plus conséquents de l’ordre de 86 millions de $ d’échanges quotidiens mais cela reste faible pour la seconde société mondiale en termes de chiffre d’affaires. À titre d’exemple, Walmart compte plus de 713 millions de $ d’échanges quotidiens. Cela est probablement dû à la forte participation de l’État chinois au capital de Sinopec (68,31 %).

Saudi Aramco : 1ère compagnie pétrolière mondiale d’Arabie Saoudite

Saudi Aramco est actuellement détenu à 100 % par l’État d’Arabie Saoudite. Du moins provisoirement, car la société prévoit de réaliser son IPO ou Introduction en Bourse d’ici 2021, selon les dires de son PDG Amin H. Nasser.

La production de Saudi Aramco est considérable, à hauteur d’environ 10 millions de barils extraits quotidiennement (9,7 millions de barils par jour en 2015 ; 10,2 en 2016 et en 2017 ; 10,3 en 2018). À titre comparatif, la consommation pétrolière mondiale avoisine les 100 millions de barils par jour. Saudi Aramco détient donc 10 % des parts de marché mondiales du pétrole.

Saudi Aramco enregistre un chiffre d’affaires 2018 de 360 milliards de $ pour un bénéfice net après impôts de 111 milliards de $, ce qui signifie que le groupe est très rentable car pour 100 $ de chiffre réalisé, Saudi Aramco génère plus de 30 % de bénéfice net.

Avec de tels bénéfices, Saudi Aramco est la société la plus riche du monde en termes de bénéfices annuels, loin devant Apple (59,5 milliards de $ en 2018).

En revanche, en termes de chiffre d’affaires, le distributeur américain Walmart conserve la première place mondiale (514 milliards de $ en 2018) devant Sinopec. Le géant saoudien est également un gros producteur de GNL (Gaz naturel Liquéfié) avec plus de 1 300 millions de barils (équivalent pétrole) produits.

Saudi Aramco est actuellement valorisée à 2 000 milliards de $ selon les experts et son IPO pourrait lui permettre de lever 100 milliards de $ sur les marchés financiers internationaux.

Les réserves pétrolières prouvées de la major sont établies à 52 années de production (croissance incluse), soit encore 257 milliards de barils potentiellement exploitables.

Gazprom : géant russe du gaz naturel dans le monde

Le rapport 2018 relatif aux résultats de Gazprom est éloquent : presque 500 milliards de m3 de gaz naturel produits en 2018, dont 202 milliards de m3 exportés principalement vers l’Europe.

La Russie est une terre gazière par excellence. D’ailleurs, Gazprom détenue à 38,37 % par l’État russe serait difficile à détrôner de sa position de leader mondial du gaz naturel, car ses volumes de production sont loin devant ses principaux concurrents. Le géant du gaz russe détient 12 % du marché mondial du gaz naturel, 68 % du marché russe et plus de 30 % du marché européen.

Voici pourquoi de tels gazoducs ont été construits entre la Russie et l’Europe (aussi appelés pipelines).

Gazprom a réalisé 8 224 milliards de RUB (118 milliards de $**) de chiffre d’affaires en 2018 pour un bénéfice net de 1 529 milliards de RUB (22 milliards de $**).

Le géant russe n’est pas seulement un producteur de gaz, bien que cette activité représente 52 % de son chiffre d’affaires, Gazprom vend également du pétrole, de l’électricité, ainsi que des produits pétroliers raffinés.

Évolution du cours de Bourse de Gazprom depuis 2006 (en RUB)

evolution-cours-bourse-gazprom-depuis-2000

Source : Tradingview

Le cours de Bourse de Gazprom a évolué de manière volatile entre début 2006 et mai 2008 avant d’engager une forte chute de 72 % entre juin et décembre 2008. Le cours de l’action Gazprom s’est ensuite repris pour se situer sur les niveaux proches des 200 RUB en avril 2011. Ensuite, une nouvelle tendance baissière est apparue entre avril 2011 et juin 2013 pour se fixer aux alentours des 110 $.

Le cours de Gazprom a ensuite évolué dans un canal compris entre 110 et 170 RUB, le cours actuel proche 164 RUB se situe d’ailleurs dans le haut de ce canal.

Sinopec, Saudi Aramco et Gazprom, majors du secteur pétrolier

Sinopec, Saudi Aramco et Gazprom sont trois sociétés géantes du secteur oil & gas (pétrole et gaz) dites aussi « majors ». Elles ont pour particularité d’avoir l’État comme actionnaire global ou partiel, et possèdent d’importantes parts de marché du secteur pétrolier et gazier mondial. Notons également que les producteurs américains gagnent du terrain d’années en années dans ce vaste marché oil & gas, notamment grâce au pétrole dit non conventionnel.

Les États-Unis sont devenus leaders mondiaux du secteur courant 2018, aidés par leur pétrole de schiste.

La majeure partie du pétrole américain est située en mer. Ce pétrole est aussi appelé pétrole de schiste. Il s’agit du pétrole non conventionnel, plus cher à exploiter que le pétrole conventionnel terrestre comme on en trouve au Moyen-Orient. Il en est de même pour le pétrole canadien de sables bitumineux.

L’évolution continue des technologies permet au fil des années de rendre le pétrole non conventionnel de plus en plus compétitif par l’intermédiaire d’une réduction du coût de production par baril.

Cependant, le pétrole conventionnel (terrestre) restera toujours le plus compétitif avec un coût de production inférieur à 10 $ le baril.

*Au taux de conversion du 31/12/2018 de 1 CNY = 0,145395 USD

**Au taux de conversion du 31/12/2018 de 1 RUB = 0,014364 USD

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


fraude-carte-bancaire-conseils-se-proteger
faut-il-investir-en-bourse
milliardaires-a-decouvrir
hermes-analyse-bourse