XTB : investissez dans les actions avec 0% de commission. Risque de perte en capital*

OPC




Qu’est-ce qu’un OPC ? Quels sont les atouts des Organisme de Placement Collectif ? Comment sélectionner des OPC ? Comment investir dans ce type de fonds ?

Qu’est-ce que les OPC ?

Les OPC sont une catégorie de produits financiers dont l’abréviation signifie « Organisme de Placement Collectif ». Cela signifie qu’il s’agit de fonds dont les particuliers peuvent acheter des parts. Investir dans un OPC permet de regrouper ses investissements avec ceux d’autres épargnants. Cette gestion collective des sommes collectées est mise en place en vue de dégager une performance dans un cadre d’un risque défini.

OPCVM et OPCI : les deux types d’OPC

Les OPC regroupent les organismes de placement collectifs investis en valeurs mobilières (OPCVM) et en actifs immobiliers (OPCI).

OPCVM : Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières

Les OPCVM sont des fonds d’investissement dits « coordonnés », obéissant à des règles très précises harmonisées au niveau européen.

Il existe deux grands types d’OPCVM, dont le fonctionnement est identique mais de nature différente : les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement). Les OPCVM peuvent être investis en actions, en obligations, en titres monétaires, en autres fonds (fonds de fonds) mais peuvent aussi être « diversifiés » ou consacrés au capital investissement (FIP, FCPI).

OPCI : Organisme de Placement Collectif Immobilier

Les OPCI, ou Organisme de Placement Collectif Immobilier, se situent au carrefour des SCPI et des OPCVM, réunissant exposition à l’immobilier physique, liquidité, fiscalité, accessibilité.

La part d’immobilier représente 60 % à 90 % du fonds (dont au moins 49 % d’immobilier coté). Le reste est composé d’actions, de parts d’OPC de droit étranger, d’instruments financiers, de parts ou actions d’OPCVM.

Quels sont les avantages des OPC ?

Les OPC permettent aux investisseurs particuliers de se positionner sur les marchés financiers en n’ayant pas à effectuer eux-mêmes de sélection d’actifs financiers ou immobiliers.

De plus, investir dans un organisme de placement collectif permet d’acheter des parts d’un fonds constitué de très nombreux actifs et donc de diversifier ses avoirs avec un ticket d’entrée relativement faible. En effet, vous pouvez acheter des parts d’OPC à partir de quelques centaines d’euros.

Quels sont les frais des OPC ?

Les OPCVM gérés activement présentent de ce fait des frais plus élevés que des OPCVM cotés de type ETF ou trackers qui bénéficient d’une gestion passive. Pour un OPCVM géré activement, comptez environ 2 % du capital en frais de gestion annuel. Côté OPCI, les frais représentent aussi un des inconvénients majeurs de ce type de placement. En effet, les droits d’entrée peuvent monter jusqu’à 8 % du capital initialement investi et les frais de gestion annuel oscillent eux entre 1,5 % et 4,5 %.

En ce qui concerne les ETF, les frais sont bien moins élevés que les OPCVM gérés activement. Ainsi, les frais des ETF répliquant de grands indices boursiers mondiaux se situent aux alentours de 0,1 % contre 0,5 % pour les ETF répliquant des indices plus complexes.

Découvrir aussi notre article OPCVM : quels sont les frais des fonds ?

Quel horizon d’investissement pour investir sur un OPC ?

Les OPC, qu’ils s’agissent d’OPCVM ou d’OPCI, sont à envisager avec un horizon d’investissement moyen long terme. Ces placements, non garantis en capital, sont soumis à la volatilité des marchés financiers ou immobiliers et ne devraient être envisagés que sur un horizon d’investissement de plusieurs années au moins.

Comment choisir un OPC ?

Vous devrez bien évidemment en premier lieu prêter attention à la composition de l’OPC et choisir un OPC adapté à votre profil de risque, vos objectifs de rendement et votre horizon d’investissement. Ainsi, vous pourrez privilégier un OPCVM obligataire si vous êtes averse au risque, ou bien choisir un OPCVM actions ou alternatif si vous êtes avant tout à la recherche de performances, avec un horizon d’investissement long et que vous présentez une aversion au risque modérée ou faible. Votre profil d’investisseur est la première chose à prendre en compte ! En cas d’investissement dans un OPCI, prenez aussi en compte la composition du placement, tant en matière d’actifs mobiliers qu’immobiliers.

Deuxième critère à prendre en compte : la performance de l’OPC. Vous devrez étudier attentivement les performances passées (en gardant bien à l’esprit que celles-ci ne préjugent pas des performances futures) et la volatilité du fonds. Vous pourrez, pour les OPCVM, vous aider des notations quantitatives et qualitatives publiées par Morningstar. Pour les OPCI, vérifiez bien la qualité des actifs immobiliers, leur taux d’occupation, le montant des dividendes versés aux associés.

Enfin, vous devrez également vérifier l’expertise des gérants, votre adhésion ou non à la stratégie déployée, et bien sûr vous assurer de la solidité financière de la société de gestion. Privilégiez les OPC qui publient des rapports de gestion complets à intervalles réguliers.

Comment investir dans un OPC ?

Tous les types d’OPC peuvent être logés sur les supports en unités de compte du contrat d’assurance-vie ou d’un PER.

Certains OPCVM peuvent être éligibles au PEA. Pour cela, ils doivent être investis à 75 % au moins en actions et titres de sociétés ayant leur siège dans l’Union Européenne ou un État de l’Espace Economique Européen.

Les compte titres permettent d’investir dans tous les types d’OPCVM sans restriction.

Attention toutefois, la possibilité ou non d’investir dans tel ou tel OPC sera aussi déterminée par l’offre de votre courtier Bourse, assurance-vie ou PER.

Quelle fiscalité pour les OPC ?

La fiscalité de l’OPCI dépend de son statut juridique : la SPPICAV implique une fiscalité des revenus mobiliers tandis que la FPI implique une fiscalité des revenus immobiliers.

En ce qui concerne les OPCVM, la fiscalité est simple : il s’agit de la fiscalité des revenus mobiliers, c’est-à-dire la flat tax à 30 %. Il est aussi possible de choisir l’imposition au barème de l’impôt sur le revenu + 17,2 % de prélèvements sociaux si cela est plus avantageux pour vous.

À noter : la fiscalité peut être adoucie selon l’enveloppe de placement (et la durée de détention de celle-ci) sur lesquels sont logés vos OPC.

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez toutes nos dernières analyses

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.