Freedom24 : jusqu'à 6,4 % / an pour les dépôts en euros. Votre capital est assujetti à un risque*
3 principes d’investissement à l’épreuve du temps

3 principes d’investissement à l’épreuve du temps




Warren Buffett est considéré comme l’un des plus grand investisseurs de tous les temps, mais si vous lui demandiez qui est le meilleur d’après lui, il citerait sûrement son professeur, Benjamin Graham. Graham était un investisseur et un mentor dans le domaine de l’investissement et est généralement perçu comme étant le père de l’analyse des titres et de l’investissement dans la valeur.

Il décrit avec précision ses idées et méthodes d’investissement dans ses deux livres, Security Analysis (1934) et L’Investisseur intelligent (1949), deux des textes sur l’investissement les plus connus. Ce sont des lectures obligatoires pour tout investisseur mais des lectures difficiles. Nous résumerons ici les principes d’investissement de Graham à connaître et vous donnerons les grandes lignes pour comprendre sa philosophie gagnante.

Principe numéro 1 : Toujours investir avec une marge de sécurité

Le principe de la marge de sécurité est d’acheter un titre à un prix bien inférieur à sa valeur intrinsèque, d’où la possibilité de faire de gros bénéfices et de minimiser le risque. Pour ainsi dire, l’objectif de Graham était d’acheter pour 50 cents des actifs valant un dollar. Et il était passé maître dans cet art.

Pour Graham, les actifs ont de la valeur en raison de leur rendement et de leur valeur liquidative réelle. Il n’était pas inhabituel que Graham investisse dans des actions pour lesquelles les actifs du bilan comptable(net de dettes) valaient plus que la capitalisation boursière de l’entreprise (aussi appelés nets-nets chez les disciples de Graham). Graham achetait donc réellement des entreprises pour une bouchée de pain. Il avait aussi d’autres stratégies mais celle-ci était sa favorite.

Il est très important que les investisseurs prennent en note ce concept car l’investissement dans la valeur peut générer de gros bénéfices lorsque le marché réévalue l’action et fait monter son prix pour qu’il atteigne sa juste valeur. Ce type d’investissement protège aussi des risques, si les choses tournent mal, et que la société ne tient pas le choc. Le filet de sécurité consiste à acheter un actif pour un prix bien inférieur à sa valeur, principale raison du succès de Graham. Après les avoir choisis avec soin, Graham se rendit compte que ces actions sous-évaluées chutaient rarement.

Bien que beaucoup d’élèves de Graham réussirent à mettre en place leur propre stratégie, ils gardèrent tous l’idée de marge de sécurité.

Principe numéro 2 : la volatilité est votre amie

Investir dans les actions signifie se retrouver confronter à la volatilité. Au lieu de chercher à échapper aux périodes de troubles du marché, les investisseurs intelligents accueillent les baisses de régime du marché comme l’opportunité de trouver d’excellents investissements.

Graham illustrait cette idée avec l’allégorie de « Monsieur Marché ». Tous les jours, M. Marché propose aux investisseurs un prix auquel il peut soit acheter ou vendre un titre du marché. Parfois il est enthousiaste à propos des perspectives boursières et propose un prix élevé. A d’autres moments, il est déprimé par les perspectives de marché et demande un prix faible.

Puisque la Bourse passe également par tous ces stades, la leçon à tirer est de ne pas laisser M. Marché nous dicter nos propres ressentis sur le marché, ou pire, lui laisser prendre pour nous les décisions d’investissement.

Au contraire, nous devrions faire vos propres estimations de la valeur de l’entreprise en nous basant sur un examen rationnel et sûr des faits. De plus, nous ne devrions acheter que lorsque les prix proposés sont adaptés et ne vendre que lorsque le prix devient trop élevé.

Certes, le marché fluctuera (parfois de manière inconsidérée), mais plutôt que de craindre la volatilité, nous devons l’utiliser à notre avantage pour faire de bonnes affaires ou pour vendre lorsque nos titres deviennent surévalués.

Il existe deux stratégies pour essayer d’atténuer les effets négatifs de la volatilité du marché selon Graham :

Acheter régulièrement l’indice (dollar cost averaging)

Acheter chaque mois une part dans un fonds indiciel permet d’investir en Bourse sans se creuser la tête. Vous n’avez pas à faire de travail de recherche pour dénicher les actions les plus intéressantes. En investissant à intervalles réguliers sans vous soucier des variations de la Bourse, vous profitez des baisses pour abaisser votre prix moyen d’achat.

Investir en actions et en obligations

Graham préconisait de partager ses investissements entre actions et obligations. Il suggérait d’avoir entre 25% et 75% de ses investissements en obligations et de modifier cette allocation en fonction des conditions de marché. Plus le marché monte, plus il faut alléger la part des actions au profit des obligations.

Principe numéro 3 : Sachez quel type d’investisseur vous êtes

Graham distingue deux types d’investisseurs : l’investisseur entreprenant et l’investisseur défensif.

L’investisseur entreprenant consacre beaucoup de temps et d’énergie à la sélection de titres et à l’analyse de bilans financiers. Plus un investisseur consacre de temps à ses recherches, plus grand est le gain qu’il peut espérer.

L’investisseur défensif, qui n’a pas envie de consacrer trop de temps à la recherche, doit investir dans un indice.

Si vous n’avez ni le temps ni l’envie de faire des recherches sur la qualité de vos investissements, vous devriez investir dans un indice. Graham disait que l’investisseur défensif pouvait faire un bénéfice convenable rien qu’en mettant la même somme dans l’achat des 30 actions du Dow Jones. Graham et Buffett déclarent même qu’avoir un rendement moyen (égal à celui du S&P 500 par exemple) est bien mieux que ce qu’on s’imagine.

Selon Graham, l’erreur que font les gens est de croire que s’il est si facile d’obtenir des bénéfices corrects avec peu ou pas de travail (d’indiciérisation), alors fournir un tout petit peu plus d’efforts suffira à produire en rendement légèrement supérieur. La réalité est que la plupart des personnes qui essayent d’appliquer cette logique finissent pas avoir un rendement bien inférieur à la moyenne !

De nos jours, on dirait que l’investisseur défensif est un investisseur dans les fonds indiciels (d’actions et d’obligations). Ces investisseurs possèdent le marché entier, tirant profit des secteurs qui performent le mieux sans essayer d’anticiper leur évolution.

Ainsi, ils sont pratiquement assurés de faire un bénéfice et évitent d’avoir des résultats sous la moyenne en laissant les résultats de la Bourse décider des bénéfices long terme. Graham disait que battre le marché est plus facile à dire qu’à faire.

Spéculateur contre Investisseur

Tous les acteurs du marché ne sont pas des investisseurs. Graham pensait qu’il était parfois difficile de distinguer si une personne était un investisseur ou un spéculateur. La différence est simple : l’investisseur voit l’action comme une partie de l’entreprise et voit l’actionnaire comme le propriétaire de la société.

Le spéculateur, quant à lui, pense qu’il joue avec des morceaux de papier qui coûtent cher et qui n’ont pas de valeur intrinsèque. Pour le spéculateur, la valeur n’est déterminée que par le montant que les acheteurs sont prêts à mettre pour l’actif. Pour reprendre Graham, il y a spéculation intelligente et investissement intelligent. Assurez-vous juste de savoir où vous êtes bon.

Conclusion

Les idées de base de Graham sont immuables et essentielles à une réussite long terme. Il adopta la notion d’achat d’action mais en se fondant sur la valeur sous-jacente de la société et fit cette idée une vraie science à part entière à une époque où la plupart des investisseurs voyaient les actions comme quelque chose de spéculatif. Graham fut le premier professeur de cette discipline d’investissement, comme le montrent ses disciples par leur propre adaptation de cette discipline. Si vous voulez améliorer vos compétences en investissement, cela ne vous ferait pas de mal d’apprendre du meilleur.

On retrouve tout la valeur des enseignements de Graham chez ses disciples, comme Warren Buffett, qui a déjà battu le marché à maintes reprises.