Rejoignez +31 000 abonnés : Inscrivez-vous gratuitement, recevez en cadeau notre formation de 5 ebooks pour bien investir

En cochant cette case, j'accepte la politique de confidentialité de ce site

Fintech : la France sous le charme de la technologie financière

Le 23 octobre 2018

anticiper-marche-analyse-technique-300250

fintech-france-technologie-financiere

SCPI LF Europimmo Calci Patrimoine banniere pave

Focus sur le secteur fintech en France. Découvrez comment se portent les startups spécialisées en assurance, banque et services financiers dans l’Hexagone.

L’écosystème français des fintechs se développe particulièrement depuis 2014, année durant laquelle le phénomène a véritablement pris de l’ampleur. Dans une étude menée auprès d’une centaine de startups au printemps 2018, le cabinet Exton Consulting et le pôle Finance Innovation proposent un état des lieux complet de cet écosystème afin de mieux comprendre les acteurs qui l’animent.

La France semble avoir rattrapé son retard en matière de créations de fintech. Toutefois, le secteur peine encore à être rentable. Dans ce contexte, l’accompagnement et le financement des jeunes pousses prennent toute leur importance.

Zoom sur ces startups spécialisées en banque, assurance et services financiers

La France compte aujourd’hui près de 500 fintechs et insurtechs et une cinquantaine de startups sont enregistrées chaque année, révèle une étude publiée le 17 octobre 2018 par le cabinet Exton Consulting en partenariat avec le Pôle de compétitivité mondial Finance Innovation. Si les solutions développées par ces nouveaux acteurs couvrent tous les segments de l’industrie financière, ces derniers n’affichent pas le même niveau de maturité. En effet, 54 % sont en phase de commercialisation, 20 % en phase d’amorçage et 15 % en phase de développement. De nombreuses startups s’appuient sur le big data et l’intelligence artificielle pour développer leurs solutions.

Comment se porte l’industrie fintech en France ?

La vague fintech a débuté tardivement en France, expliquent les auteurs de l’étude. Plus d’un tiers des fintechs ont été créées au cours des 24 derniers mois. Mais ce retard n’empêche pas au secteur de contribuer à la création d’emplois pour les TPE/PME. En effet, il ressort que les fintechs emploient près de 10 000 personnes. Ces embauches se concentrent essentiellement dans le bassin parisien et certaines grandes villes. Les postes offerts attirent surtout les jeunes générations, l’âge moyen étant de 31 ans.

Si les marges de progression restent encore importantes, ces éléments et les atouts dont dispose la France pour attirer les startups prouvent le dynamisme de l’industrie fintech.

Le financement et l’accompagnement des fintechs en constante progression

La hausse des montants investis dans les fintechs françaises démontre également la croissance du secteur, même s’ils restent inférieurs à ceux de certaines places financières. Au total, en 2017, 290 millions d’euros ont été investis dans ces startups, soit une progression de +86 % par rapport à l’année précédente. La France se situe ainsi en 4ème position à l’échelle européenne. Le montant moyen des tickets s’élevait à 5 millions d’euros en 2017, ce qui reste néanmoins deux fois moins que la moyenne européenne. Cette différence peut s’expliquer par le retard accumulé par la France dans ce domaine. Il faut effectivement préciser que 53 % des fintechs n’ont réalisé qu’une seule levée de fonds. D’autre part, l’étude révèle que les startups françaises ont généré 800 millions d’euros de revenus cette même année, ce qui reste encore faible par rapport au nombre de structures et aux montants levés par la filière. Dans les faits, les fintechs dégagent très peu de chiffre d’affaires.

Les pouvoirs publics entendent bien soutenir le développement des jeunes pousses de la finance. Le gouvernement est ainsi à l’origine de Swave, un accélérateur parisien dédié aux fintechs. Les programmes consacrés à l’accompagnement de ces structures se sont multipliés ces derniers mois. Parallèlement à ces initiatives, les régulateurs français tout comme les acteurs historiques de la filière, banquiers et assureurs, s’ouvrent davantage à ces acteurs.

Découvrir aussi notre article Finance : la data au coeur des enjeux

Certaines fintechs Made in France déjà très prometteuses

Zelros : futur leader de la fourniture de technologies IA pour les assureurs

Fondée par Christophe Bourguignat, Fabien Vauchelles et Damien Philippon, Zelros a développé une technologie d’intelligence artificielle pour les assureurs, leur permettant d’entrer dans l’ère de l’employé augmenté. Après le marché français, la startup prévoit un développement à l’international à partir de 2019.

Ditto Bank : banque mobile pour les voyageurs

Fondée par Sylvain Pignet, Ditto Bank est la première banque en ligne dédiée à la gestion de devises. Son interface mobile permet aux utilisateurs de créer plusieurs comptes dans différentes devises, tous liés à une unique carte MasterCard Gold. Cette dernière peut être utilisée pour effectuer des paiements, des retraits et virements partout dans le monde sans frais supplémentaires.

Moniwan simplifie l’investissement dans l’immobilier collectif comme les SCPI

Créée par Christophe Descohand, Moniwan est la première plateforme de distribution de solutions d’investissement collectif immobilier entièrement dématérialisée. Elle rend accessible la compréhension des SCPI, un produit jusqu’alors plutôt utilisé par des investisseurs plus sophistiqués.

L’étude réalisée par le cabinet Exton Consulting et Finance Innovation montre ainsi que la dynamique fintech est bel et bien lancée en France. L’enjeu est désormais de faire émerger ces startups en France et à l’international.

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


chute-actions-bourse
pernod-ricard-bourse
courtier-en-ligne-bourse
hausse-taux-interet