EDF : analyse en Bourse du leader de l’électricité en France

Le 16 octobre 2019

investir-turbo-valeur-bourse

edf-analyse-bourse

anticiper-marche-analyse-technique-300250

Retrouvez notre analyse en Bourse d’EDF, le plus gros producteur d’électricité en France. Ambition, stratégie, performances financières et analyse technique du cours de l’action EDF ainsi que présentation du Turbo pour trader.

EDF : enjeux et stratégie du producteur d’électricité français

forces-faiblesses-edf

Leader mondial des énergies « bas carbone », le groupe EDF rassemble tous les métiers de la production, du commerce et des réseaux d’électricité. En s’appuyant sur l’expertise de ses équipes, sa R&D et son ingénierie, son expérience d’exploitant industriel et l’accompagnement attentif de ses clients, EDF tente d’apporter des solutions compétitives qui concilient développement économique et préservation du climat.

L’ambition d’EDF : être l’électricien performant et responsable

EDF évolue dans un environnement marqué par la transition énergétique et la transition numérique. Cette première transition se concrétise par des politiques à faible émission de carbone au niveau européen, la recherche d’une indépendance énergétique, et des tendances importantes qui révolutionnent le monde industriel et énergétique : efficacité énergétique, baisse des coûts de nouvelles filières de production.

La transition numérique s’effectue par l’avènement des objets connectés, le déploiement des compteurs communicants et des réseaux intelligents. Les clients et les territoires sont aujourd’hui acteurs de leur consommation et de leur politique énergétique, et le seront encore plus demain. Leurs nouvelles attentes poussent les énergéticiens à imaginer de nouveaux modèles : plus compétitifs, plus décentralisés, plus intelligents.

La stratégie d’EDF : le CAP 2030

Dans ce contexte de transition énergétique et numérique, EDF a défini une stratégie baptisée CAP 2030 qui se fonde sur trois piliers.

1. Accroître la proximité avec ses clients

Créer de nouvelles solutions compétitives décentralisées, de nouveaux services énergétiques personnalisés et des réseaux intelligents pour aider les ménages à mieux consommer, à comprendre et à maîtriser leur facture énergétique et ainsi gagner en efficacité énergétique.

EDF s’appuie par exemple, sur le compteur Linky déployé par le distributeur Enedis. Associé aux objets connectés de la maison, celui-ci ouvre la voie à de nouveaux services numériques. Le groupe compte aujourd’hui 39,9 millions de sites clients dans le monde.

 2. Doubler la production d’énergies renouvelables d’ici 2030

EDF bénéficie du parc le plus décarboné d’Europe. Le géant français de l’électricité entend aller encore plus loin pour s’imposer comme le leader des grandes installations sûres et compétitives d’électricité bas carbone. Cette ambition passe par le doublement de sa capacité d’énergies renouvelables dans l’éolien, le solaire, les énergies marines et l’hydraulique dans le monde, le prolongement de la durée de son parc nucléaire français – le programme « Grand carénage » – et par le développement du nouveau nucléaire. Les objectifs 2030 s’élèvent donc à 50 GW de production d’énergies renouvelables.

3. Tripler les activités d’électricité et d’énergies renouvelables à l’étranger

Alors que le groupe est déjà un acteur majeur des énergies renouvelables et du nucléaire en Europe et à l’international, il s’est fixé pour objectif d’accroître la part de l’international d’ici à 2030. Il entend le faire en s’imposant comme un acteur de référence dans 3 à 5 pays et en développant une présence significative dans une dizaine de pays, notamment dans les activités de production décarbonée, les services énergétiques, l’ingénierie ou le trading.

Le projet d’EDF baptisé Hercule verra le jour en 2020

Pour gagner en efficacité opérationnelle, le groupe EDF envisage de se séparer en deux entités par le projet dit « Hercule ». Ce projet initialement prévu pour fin 2019, est retardé au printemps 2020. La société EDF « blue » reprendrait les activités nucléaires hydroélectriques et les réseaux du groupe RTE, et d’un autre côté, EDF « green » qui prendrait en charge les activités de production plus verte.

Les différentes activités d’EDF

action-edf-analyse-electricite-bourse

Électricité de France (EDF) est le n° 1 français de la production, de la commercialisation et de la distribution d’électricité. Le CA par activité se répartit comme suit :

La production et vente d’électricité de gaz naturel

Les sources énergétiques sont diversifiées autour du nucléaire (78 % de la production), du thermique (10 % de la production) et des énergies renouvelables (12 % de la production). La production et la vente d’électricité de gaz naturel représentent 72 % du chiffre d’affaires d’EDF.

La gestion de réseaux de distribution d’électricité basse et moyenne tension

La gestion s’articule autour de la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance des réseaux. En outre, le groupe développe une activité de gestion de haute et très haute tension (RTE). La gestion de réseaux de distribution d’électricité basse et moyenne tension représente 23 % du chiffre d’affaires d’EDF.

Les prestations de services énergétiques

Elles s’articulent autour de l’ingénierie, la construction et l’installation d’unités de cogénération et de production d’énergies renouvelables, l’exploitation et maintenance de réseaux électriques, ou la gestion d’équipements d’éclairage public et de chauffage urbain. Les prestations de services énergétiques représentent 2 % du chiffre d’affaires d’EDF.

Les autres activités d’EDF

EDF mène également une activité de trading énergétique qui opère sur le marché de gros de l’électricité européen et gère les contrats d’exportation, l’optimisation et la couverture du portefeuille de production du groupe. Les autres activités du groupe représentent 2 % du chiffre d ‘affaires d’EDF.

Analyse fondamentale d’EDF, 1er producteur et fournisseur d’électricité en France et en Europe

Le groupe a publié ses résultats semestriels en juillet 2019 et a confirmé ses objectifs de l’année.

Chiffre d’affaires d’EDF en hausse de + 3,7 % en croissance organique

Le chiffre d’affaires au S1 2019 s’élève à 36 469 millions d’euros, en croissance de 4,3 % en reporté, 3,7 % en organique.

EBITDA stable à 8 346 millions d’euros

Avec + 0,1 %, l’EBITDA du premier semestre 2019 est stable par rapport au premier semestre 2018. Il bénéficie de conditions de marché favorables en France et d’une très forte performance d’EDF trading mais d’effets négatifs au Royaume-Uni, notamment liés au recul de la production nucléaire.

Résultat net courant en baisse pour EDF

Le résultat net courant s’établit à 1 402 millions d’euros à fin juin 2019, en baisse de 337 millions d’euros (- 19,4 %) par rapport au premier semestre 2018, en raison principalement d’une augmentation des frais financiers et des dotations aux amortissements en lien avec l’évolution des investissements dans le nucléaire.

Cash-flow et endettement financier net

Le cash-flow généré par les opérations s’établit à 2 505 millions d’euros, en baisse de 1 182 millions d’euros par rapport au premier semestre 2018, en raison notamment d’une augmentation des investissements et d’une contribution plus faible de la variation du besoin en fonds de roulement.

L’endettement financier net du groupe s’élève à 37,4 milliards d’euros à fin juin 2019. Il est en baisse de 506 millions d’euros, par rapport au 31 décembre 2018.

Les objectifs 2019 confirmés par Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF

Le groupe confirme ses objectifs d’EBITDA entre 16 et 16,7 milliards d’euros, de réduction de charges opérationnelles de 1,1 milliard d’euros vs 2015 et de cashflow supérieur à 600 millions d’euros.

Jean-Bernard Lévy, Président Directeur Général d’EDF, a déclaré : « Les résultats du premier semestre 2019 sont conformes à nos prévisions. En s’appuyant sur un bilan renforcé, le groupe poursuit le déploiement de la stratégie CAP 2030 et confirme ses objectifs annuels. Le professionnalisme de nos équipes nous a permis d’atteindre d’importants jalons dans les projets Grand Carénage, HPC et Taishan, et de remporter des succès majeurs dans le solaire et l’éolien off-shore. En parallèle, le groupe ne cesse d’innover au service de la transition énergétique avec de nouvelles offres, toujours mieux adaptées aux modes de vie de nos clients. »

Analyse technique d’EDF : la situation du géant de l’électricité mise à rude épreuve

Bourse : évolution du cours de l’action EDF

Graphique du cours EDF coté sur Euronext Paris

cours-edf-graphique

Le groupe EDF a entamé un rallye baissier depuis le mois de février, engendré notamment par les coûts énormes générés par ses projets d’ouverture de centrales nucléaires, ou la maintenance des anciennes. Après les difficultés rencontrées à la centrale de Flamanville, ou encore les problèmes de soudure sur certaines centrales françaises, EDF accumule les surcoûts et les retards dans la construction de 2 réacteurs EPR dans le sud de l’Angleterre.

Selon les dernières estimations, l’achèvement des 2 centrales pourrait coûter jusqu’à 3,3 Mds € de plus que prévu. Le nucléaire rencontre des difficultés politiquement et les fermetures de centrales pourraient se multiplier à l’avenir. En outre, son projet de scission Hercule a déjà suscité des grèves significatives du personnel d’EDF, qui semblent vouées à s’amplifier.

Le titre s’échange aujourd’hui à 9,45 €, son plus bas niveau depuis février 2018.

Techniquement, le titre EDF est coincé dans un couloir baissier sur le moyen terme (en rouge sur le graphique). La moyenne mobile à 50 jours (en orange) évolue sous la moyenne mobile à 100 jours (en noir), confirmant l’orientation baissière à moyen terme.

Sur le court terme, le MACD est faiblement au-dessus de sa ligne de signal, le cours est placé sous ses moyennes mobiles à 50 et 100 jours. Le RSI stochastique est en zone de surachat. Le titre est actuellement au niveau de la résistance du couloir baissier (en rouge sur le graphique).

Après un retour du RSI stochastique en zone neutre, le cours EDF pourrait reprendre une légère hausse jusqu’à la résistance du couloir baissier aux alentours de 10,5 €. Sur le moyen terme, la tendance baissière pourrait continuer faute de bonnes nouvelles sur la production nucléaire.

Analyse Turbo D’EDF

EDF se confronte à de grandes difficultés dans la production nucléaire, fer de lance du groupe.

D’une part, politiquement désavouée, l’ouverture des centrales, notamment au Royaume-Uni, engendre un coût qui semble non maîtrisé et imprévisible, ne rassurant pas les investisseurs. En outre, son industrie nucléaire relativement ancienne nécessite d’importants investissements en maintenance. Enfin, son projet de scission Hercule ne convainc pas en interne et se confronte à des protestations croissantes. Les perspectives semblent donc assez négatives à moyen terme.

Vous pourriez parier sur la suite de la baisse en choisissant le Turbo Infini PUT Société Générale D132S de levier 5,89 et de barrière désactivante 10,56 €.
Découvrez toutes nos analyses de turbos et d’actions en Bourse du moment

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Le présent document est un document à caractère promotionnel ; il ne constitue pas une sollicitation en vue de l’achat ou de la vente des produits qui y sont décrits. Certaines informations fournies dans ce document peuvent provenir de sources externes à Société Générale. Dans cette hypothèse, l’exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence des informations fournies ne sont pas garanties bien que ces informations aient été établies à partir de sources sérieuses, réputées fiables. Certains éléments du présent document sont fournis sur la base des données de marché constatées à un moment précis et qui sont susceptibles de varier. Les informations et analyses produites par CafeDeLaBourse© ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de CafeDeLaBourse© ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l´utilisation des informations et analyses par les lecteurs. CafeDeLaBourse© est un bureau de recherche indépendant. CafeDeLaBourse© et Société Générale ont conclu un accord commercial visant à rémunérer le(s) prestataire (s) pour le fait de donner des recommandations générales d’investissement. CafeDeLaBourse© ou ses représentants sont susceptibles d’avoir une exposition directe ou indirecte sur le(s) titre(s) mentionné(s) ci-dessus. Le lecteur est informé que CafeDeLaBourse© n’a aucun conflit d´intérêt pouvant affecter l’objectivité de son analyse. Les chiffres relatifs à des performances futures sont des prévisions qui ne constituent pas un indicateur fiable quant aux performances futures. Tous droits de reproduction et de représentation réservés par Société Générale, CafeDeLaBourse©.

#

Derniers Dossiers


investir-pea-pme
fdj-introduction-en-bourse
societes-americaines-forts-dividendes
cheque-de-banque-paiement