Investissement : les meilleurs thèmes dans lesquels investir en 2017

Le 29 mai 2017

bourse-valeur-turbo-societe-generale

On entend souvent parler de « thème d’investissement », cette expression largement employée par les professionnels de la finance et qui suffit à cautionner un placement peut paraître obscur. Café de la Bourse vous explique ce qu’est un thème d’investissement, identifie les thèmes d’investissement du moment et les différentes façons d’y investir.

Un thème d’investissement est un sujet connu, reconnu, et donc pas forcément très récent mais qui s’est largement installé dans le paysage politique, financier, médiatique, jusqu’à intéresser le grand public. En terme marketing, un thème d’investissement est une tendance forte, clairement identifiée et reconnue comme telle qui présente également un fort potentiel de croissance. En effet, pour que l’on parle de thème d’investissement, le secteur, la technologie en question doit présenter des perspectives favorables et/ou afficher des performances encourageantes.

À ce titre, il s’agit d’un sujet dont se sont déjà largement emparé les entreprises. Il ne peut s’agir d’un projet isolé développé par une startup inconnue mais bien d’un réel sujet de fond, développé par de nombreuses sociétés de toutes tailles qui ont saisi l’importance et l’enjeu de la problématique.

Les thèmes d’investissement apparaissent le plus souvent lors de révolutions industrielles lorsque les mutations d’un secteur, grâce à une technologie disruptive, entraînent à la fois gains de productivité et changement des modes de production. L’utilisation de la vapeur comme source d’énergie au 18ème siècle, l’essor de l’électricité au cours de la deuxième révolution industrielle, le développement de l’automatisation au cours des années 1970 sont autant de procédés que l’on aurait pu qualifier à l’époque de thèmes d’investissement.

Les thèmes d’investissement de 2017

Digitalisation : investir dans la big data, l’intelligence artificielle et l’impression 3D

Le premier thème d’investissement qui vient à l’esprit en 2017, c’est sans aucun doute tout ce qui est lié à la digitalisation de notre monde et de notre économie. Nos industries subissent en effet une refonte totale de leur mode de production avec la création et l’exploitation de données considérables accélérant l’automatisation et la mécanisation des process comme dans l’agriculture par exemple où des capteurs permettent de savoir quels nutriments et quelle quantité d’eau exactement ont besoin les plantations. Les drones aident également le secteur de l’agriculture dans la surveillance des cultures. Big Data, intelligence artificielle et robotique sont donc de très bons exemples de thèmes d’investissement actuels.

Dans la même famille de thèmes d’investissement, on peut aussi citer l’impression 3D et 4D. Ces technologies de plus en plus répandues ont permis des avancées considérables sur le prototypage. « Cette technologie permet dorénavant de “designer” une pièce numériquement, de la tester et la matérialiser dans un délai très court. Et pour les industriels, cela se traduit par d’importantes économies de coûts, une mise sur le marché plus rapide et, surtout, une créativité et une personnalisation poussées à leur paroxysme » souligne Wesley Lebeau, gérant du fonds CPR Invest – Global Disruptive Opportunities.

Lire également notre article Investir dans le big data

Biotechs : investir dans l’innovation médicale

Le secteur de la médecine innovante a aussi le vent en poupe et bien que ce marché soit dominé par les small et midcaps quasi exclusivement, les Biotechs représentent à n’en pas douter un thème d’investissement qui compte. « Il y a beaucoup d’innovations, de progrès médicaux et scientifiques. On assiste à de grandes innovations dans les domaines de la cancérologie, de l’immunologie, des prothèses. » soulignait Pierre-Louis Germain, auteur de Biotechs : les raisons d’y croire, interviewé par Café de la Bourse en novembre 2016. « De plus, les géants de l’industrie pharmaceutique (Pfizer, Sanofi, etc.) ont besoin des innovations des Biotechs car ils n’arrivent plus à renouveler seuls leurs portefeuilles de projets et produits » nous confiait-il alors précisant que la vitalité du secteur est particulièrement marqué en France : « depuis un peu plus de 15 ans, on incite les chercheurs à créer des startups par le biais de nombreux dispositifs :  la réforme du statut du chercheur, les fonds d’amorçage, le crédit impôt-recherche et les investissements de la BPI ».

Lire aussi notre article Comment investir dans les Biotech

Investir dans la sécurité

Tendance lourde de notre société actuelle, la sécurité reste un thème d’investissement porteur. L’urbanisation et le développement d’Internet sont des facteurs de croissance des besoins de protection comme l’explique Les Echos dans le dossier Ces entreprises qui nous protègent ont de quoi séduire les investisseurs.

Aux côtés de secteurs classiques comme la sécurité physique (transport de personnes, sécurité des aliments, etc.) ou les services de sécurité (gardiennage, test d’usine, contrôle des paiements), se développe la sécurité technologique liée au risque de piratage informatique et à la confiscation des données par exemple, comme c’est le cas avec le ransomware. La progression annuelle moyenne du marché de la sécurité s’élève à 7 %, ce qui correspond tout de même au double de la croissance mondiale ! Une croissance aussi importante permet de générer des progressions bénéficiaires annuelles de 10 à 15 % pour les sociétés du secteur.

Investir dans le social, l’éthique et l’ISR

L’investissement socialement responsable ou ISR est depuis de nombreuses années déjà une tendance lourde de l’investissement. Ce type d’investissement s’appuie sur la nécessité de réduire l’empreinte de l’activité humaine sur la nature ainsi que sur l’importance croissante des notions de bien-être et d’équilibre. L’ISR vise à inscrire des critères extra-financiers à ses choix d’investissement : environnement, social/sociétal et gouvernance, les fameux critères ESG. L’intégration de critères extra-financiers dans l’analyse et la sélection de valeurs permet d’identifier une gamme plus large de risques potentiels afin de s’en prémunir. De fait, plus une entreprise prend en compte l’ensemble de ces critères, moins elle risque de subir les risques qui s’y trouvent associés, ce qui représente immanquablement un atout et donc un meilleur espoir de rendement pour l’investisseur.

Les différentes façons d’investir dans des thèmes d’investissement

Les OPCVM et SICAV

Les fonds d’investissement semblent être la solution la plus appropriée pour investir dans un thème d’investissement. C’est même là l’ambition et l’intérêt des fonds que de pouvoir permettre à ses clients d’investir dans un thème d’investissement.

Les fonds d’investissement ont en effet pour but et vocation de se positionner sur un (ou plusieurs) thèmes d’investissement.

Si l’on reprend les thèmes d’investissement évoqués ci-dessus, on constate que de très nombreux fonds se sont positionnés sur le thème de la digitalisation du big data, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies en général. On compte ainsi :

  • le fonds CPR Invest – Global Disruptive Opportunities, lancé en décembre 2016, dont le gérant Wesley Lebeau, souligne : « Nous distinguons dans notre approche cinq grands axes disruptifs pour l’industrie, Il s’agit de la robotique, des smart factories, de l’impression 3D et 4D, des véhicules autonomes et des drones. Ces vecteurs de développement ont initié les grands bouleversements de l’industrie pour les années à venir ». Son objectif est de surperformer les marchés actions internationaux sur un horizon de placement supérieur à 5 ans.
  • le fonds Pluvalca Disruptive Opportunities : ce fonds lancé en janvier 2016 investit pour l’essentiel dans des sociétés européennes des secteurs technologiques au sens large : informatique, big data, impression 3D, robotique, biotechnologie, fintechs, medtechs etc. Ambition affichée : battre l’indice Euro Stoxx Small Net Return.
  • le fonds Pictet-Robotics, lancé en octobre 2015, investit dans des sociétés dont une partie significative (au moins 20 %) des facturations a trait à la robotique (robots pour l’industrie, robots chirurgicaux, voitures automatisées, drones) et aux technologies d’intelligence artificielle (reconnaissance faciale et vocale, détecteurs, capteurs de pression). Le fonds affiche une nette surperformance par rapport à l’indice MSCI des actions mondiales depuis son lancement.
  • le fonds Pictet-Security : lancé il y a 10 ans, en octobre 2010, ce fonds qui investit sur des valeurs liées au secteur de la sécurité (sociétés technologiques et industrielles) surperforme, quasi constamment et de loin, les actions internationales petites et moyennes capitalisations.
  • le fonds Sycomore Happy at work, lancé en novembre 2015, qui investit dans des sociétés particulièrement attentives à la valorisation du capital humain, 1er vecteur de performance durable d’une entreprise. L’analyse ESG (environnement, social, gouvernance) est l’un des deux critère de sélection des valeurs (avec l’analyse financière). Il a déjà largement battu son indice de référence, à savoir l’EuroStoxx.

Les actions de petites et grandes entreprises

Outre l’investissement via des fonds, on peut aussi choisir d’investir directement dans des sociétés liées à un thème d’investissement. Vous pouvez souscrire à ces sociétés au moment de l’introduction en bourse ou sur le marché secondaire. Les grandes capitalisations comme les petites, en passant par les midcaps, sont présentes sur les thèmes d’investissement porteurs. À vous de définir votre portefeuille selon votre profil d’investisseur et notamment votre horizon d’investissement et votre profil de risque. Enfin, rappelez-vous que la diversification est de mise et qu’il vaut mieux investir de l’argent dont vous n’avez pas besoin immédiatement et que vous êtes éventuellement prêts à perdre. Le risque de perte en capital existe surtout pour les petites capitalisations, et notamment dans le secteur des Biotechs qui ont réalisé ces dernières années de nombreuses introductions en Bourse avec de fulgurant succès mais aussi de retentissants échecs.

Consultez également notre dossier 8 conseils pour bien débuter en bourse

Les ETF et trackers

Enfin, dernière option pour investir sur des thèmes d’investissement porteurs, miser sur les ETF. Les trackers peuvent en effet répliquer la performance d’un secteur. Simple d’utilisation, liquide, avec des frais réduits (très inférieurs aux frais de fonds d’investissement), les ETF représentent une solution alternative intéressante pour investir sur un thème d’investissement. Ainsi, de nombreux ETF estampillés ISR ont récemment vu le jour pour surfer sur ce thème d’investissement : « dans la majorité des cas, le point de départ est représenté par un indice traditionnel auquel on applique un filtre (avec des critères ISR négatifs et/ou positifs), de façon à éliminer les émetteurs qui ne le satisfont pas » souligne Morningstar qui consacre un article aux ETF de plus en plus responsables.

Quelle enveloppe pour investir dans un thème d’investissement ?

Vous pouvez investir dans des OPCVM, actions et ETF via plusieurs enveloppes qui comportent chacune leurs avantages et inconvénients : assurance-vie en unités de compte, compte-titres ou PEA. Prenez soin avant de choisir l’un ou l’autre de ses supports de bien vérifier les titres qui y sont éligibles mais aussi les frais liés à ces enveloppes et surtout la fiscalité qui leur incombe.

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

#

Derniers Dossiers


changer-banque-transfert-compte-placement
stars-celebrites-investir-bourse
produit-bourse-investir-placement
sodexo-bourse