Livret Distingo : 3% pendant 4 mois + 80€ offerts*

Sukuk




Sukuk : un terme de la finance islamique

Les sukuk (pluriel de Sakk) sont des titres financiers islamiques, similaires à une obligation conventionnelle, respectant les préceptes religieux de la charia. Le Sakk s’apparente sur le plan juridique à un titre de propriété d’un actif générateurs de flux financiers.

Un moyen de contourner le financement obligataire

Étant donné que le système de versement d’intérêt d’une obligation traditionnelle est interdit, l’émetteur d’un sukuk vend le titre à un groupe d’investisseurs, qui le reloue à l’émetteur pour un loyer fixé à l’avance. L’émetteur s’engage également à racheter les obligations à une date précise et au prix d’émission.

Les sukuks doivent être en mesure de justifier que leur rendement provient bien directement de l’achat d’un actif, ou bien du retour sur investissement lié à l’achat d’un actif.

En effet, l’échange de créances sur les marchés étant interdit par la charia, on ne peut recourir au financement obligataire que pour des actifs clairement identifiables.

À noter : les sukuk ne sont pas des actifs cotés.

Les différents types de sukuk

Comme une obligation, les sukuk peuvent être émis par un État, il s’agira alors de sukuk souverains, ou par une société ou uen banque, il s’agira alors de sukuk corporate.

Le marché des sukuks

En 2021, le volume des sukuk émis a été estimé à 147,4 milliards de dollars selon Standard & Poor’s.

Les principaux pays d’émission sont, dans l’ordre, le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Malaisie, le Bahreïn, le sultanat d’Oman, le Koweït.

Lire aussi notre article Les avantages des obligations

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.