Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Facture énergétique en Belgique : comprendre les tendances du marché en 2024

Facture énergétique en Belgique : comprendre les tendances du marché en 2024

En 2024, parler du coût de l’énergie avec son entourage, ses collègues, ses proches ressemble à une conversation sur la météo. Avec sa constante évolution, il suscite des opinions divergentes auprès de chaque personne et dans chaque pays. Le tarif moyen du kilowattheure (kWh) pour un consommateur domestique dans l’Union européenne s’établit à 0,2335 € HT, selon les données les plus récentes d’Eurostat (1er semestre 2023). Mais qu’en est-il pour cette nouvelle année à venir au niveau européen, et plus particulièrement en Belgique ?

Tour d’horizon sur le secteur de l’énergie au niveau européen

En 2024, l’Irlande se distingue en tant que pays européen où le coût de l’électricité est le plus élevé, avec un prix moyen du kilowattheure de 0,4511 € HT. Les Pays-Bas et le Liechtenstein suivent sur le podium avec des tarifs tout aussi onéreux. En comparaison avec le prix moyen du kWh en Union européenne (0,2335 € HT), les ménages de ces pays déboursent presque le double. En revanche, le Kosovo se positionne en tant que pays où l’électricité est la moins chère en Europe, suivi de près par la Serbie. Les habitants de ces nations paient environ un quart du prix moyen payé par les Européens. Lorsqu’on aborde le prix de l’électricité toutes taxes comprises (TTC), les différences entre les pays deviennent plus évidentes en raison des diverses taxes et contributions.

Depuis le début de la crise énergétique en 2021, les prix de l’électricité et du gaz en Europe ont connu de réelles variations, avec des pays dépendants du gaz russe subissant des hausses plus prononcées. La Finlande, fortement dépendante du gaz russe, a vu le prix du kWh TTC augmenter de 40 %, tandis que la France, moins dépendante, enregistre une augmentation de 13 % sur la même période.

La fixation du prix de l’électricité en Europe dépend de facteurs comme les capacités de production, la politique d’approvisionnement, le marché européen, et la situation géopolitique. Les marchés européens de l’énergie, fonctionnant comme des bourses de l’électricité, affichent des prix déterminés par l’offre et la demande en temps réel, comme nous le montre un comparateur d’énergies. Le coût de production, variant selon la source d’énergie, influence les prix de vente, avec une préférence pour les énergies moins coûteuses à produire. Mais une forte demande peut conduire à l’utilisation d’énergies fossiles, faisant alors grimper les prix.

En Belgique, ne rangez pas votre portefeuille trop vite

Les prochaines prévisions des prix de l’énergie demeurent incertaines après la baisse survenue en 2023, à la suite des hausses importantes de 2021 et 2022. Cette diminution s’explique par une demande énergétique plus faible post-crise du coronavirus, alors que la relance économique a généré une demande dépassant l’offre disponible. L’impact moindre de la guerre en Ukraine sur les approvisionnements de gaz en Europe, avec une meilleure assurance, réduit notre dépendance au gaz russe par rapport à l’hiver précédent.

Mais le coût du tarif social ne cesse de croître, avec une nouvelle augmentation à partir du 1er janvier 2024, d’après la CREG. Ce tarif social, conçu pour certains ménages, enregistre une hausse moyenne de 9,3 % pour l’électricité et 9,6 % pour le gaz, se traduisant par un tarif de 23,441 cents/kWh pour l’électricité et 5,371 cents/kWh pour le gaz. Ces modifications s’appliquent actuellement uniquement en Flandre, où les factures d’énergie des ménages seront désormais mensuelles, visant à éviter les surprises lors de la facturation de régularisation et à protéger les consommateurs contre une possible faillite de leur fournisseur.

À partir de janvier 2024, l’un des gros changements concerne la généralisation des tarifs de gaz et d’électricité pour toutes les communes alimentées par le gestionnaire de réseau ORES. Pour le client type résidentiel avec une consommation de 3 500 kWh en Région wallonne, la moyenne des coûts de distribution diminue de 3 % par rapport à 2023. Quant au client résidentiel avec une consommation de 17 000 kWh en Région wallonne, la moyenne des coûts de distribution augmente de 6 % par rapport à 2023.

Comment mieux anticiper les coûts de l’énergie pour les années à venir ?

Les prix de l’énergie sont influencés principalement par la stabilité, ou son absence, sur le marché de l’énergie, avec des décisions politiques jouant un rôle prépondérant. Les facteurs qui ont permis de déterminer les tendances européennes du marché de l’énergie en 2024 et qui sont intéressants à regarder pour les prochaines années sont :

  • L’approvisionnement en gaz en Europe : avec des stocks de gaz naturel qui dépassent actuellement les 80 %, marquant une amélioration par rapport à l’année précédente, caractérisée par une plus grande dépendance au gaz russe,
  • La production de gaz naturel en Norvège : les prix de l’énergie dépendent de l’offre et de la demande, la Norvège étant devenue la principale source de gaz naturel en Europe depuis la guerre en Ukraine,
  • La réduction permanente de la TVA à 6 % sur l’énergie,
  • Des contrats fixes pour les fournisseurs d’énergie : les six principaux fournisseurs d’énergie proposent à nouveau des contrats d’énergie fixes, considérés par les experts comme un indicateur positif de la stabilité retrouvée sur le marché.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.