Rejoignez +31 000 abonnés : Inscrivez-vous gratuitement, recevez en cadeau notre formation de 5 ebooks pour bien investir

En cochant cette case, j'accepte la politique de confidentialité de ce site

Comment investir sur les marchés avec peu d’argent ?

Le 30 juillet 2018

anticiper-marche-analyse-technique-300250

comment-investir-marches-quand-pouvez-pas-vous-le-permettre

SCPI LF Europimmo Calci Patrimoine banniere pave

Vous avez un petit pécule que vous souhaitez investir et avez dans cette optique jeter un coup d’œil aux actions qui vous intéressent mais les prix prohibitifs vous ont affolé ? Idem pour le marché obligataire et celui de l’immobilier ? Comment investir si vous ne pouvez pas acheter une seule action, une seule obligation ou un seul investissement immobilier locatif ? Rassurez-vous, des solutions existent. Focus sur les placements qui vous permettront de vous constituer un portefeuille diversifié à moindre coût.

Placements financiers à choisir pour investir avec peu d’épargne

Fonds et ETF pour investir sur les marchés actions avec peu de patrimoine financier

Les OPCVM comme les ETF rendent l’investissement accessible aux particuliers possédant un patrimoine financier relativement modeste. L’investissement en direct est en effet parfois hors de prix. Ainsi, les actions de certaines grandes sociétés affichent des prix très élevés, dépassant les 1 000$ comme c’est le cas par exemple pour Alphabet (Google) ou encore Amazon. Or, investir ne consiste pas à acheter une action (ou même une dizaine), ce qui serait un non-sens. Investir, c’est se constituer un portefeuille d’actifs diversifié comprenant actions, obligations, immobilier, liquidités, matières premières (or notamment), etc. Par exemple, au sein de ces investissements actions, il devra veiller à posséder en portefeuille des titres issus de plusieurs secteurs d’activités, d’entreprises situées dans des zones géographiques différentes, de capitalisations différentes (petites, moyennes et grosses entreprises), etc. Pour atteindre un bon niveau de diversification, il faut donc investir sur de très nombreuses valeurs. Avec l’investissement en direct, ce procédé s’avère très coûteux et pas vraiment à la portée de Monsieur tout le monde.

Cependant, les ETF et les OPCVM permettent de se constituer un portefeuille diversifié à partir de quelques centaines d’euros.

OPCVM pour les investisseurs qui privilégient la gestion active

Acquérir des parts d’un fonds permet en effet de diversifier ses placements à moindre coût. Vous achetez aux côtés de très nombreux investisseurs, des parts d’un fonds comprenant une multitude d’actifs différents.

Outre les aspects de diversification, le fonds, étant confié à un gérant professionnel, permet de ne pas avoir à investir soi-même. Vous n’avez pas à vous soucier du stock-picking, du moment opportun pour acheter ou pour vendre, etc. Mieux, vous profitez ainsi des stratégies d’investissement et d’arbitrage du gérant qui idéalement devraient assurer à l’OPCVM un bon rendement. Gardez cependant à l’esprit que la performance du fonds dépendra en grande partie de la qualité du gérant.

À noter : vous ne pouvez vous-même procéder à des arbitrages et choisir les actifs dans lesquels vous allez investir, ce qui peut déplaire aux boursicoteurs dans l’âme.

Attention, les frais des OPCVM sont parfois rédhibitoires. Soyez donc particulièrement attentif à cet élément avant de choisir tel ou tel fonds !

ETF pour les investisseurs qui privilégient la gestion passive

Les trackers ou ETF peuvent aussi être une option judicieuse pour un investisseur souhaitant se positionner sur le marché actions avec quelques centaines d’euros.

Envie d’investir sur le CAC 40 mais vous ne pouvez pas vous offrir les 40 actions composant cet indice phare ? Un ETF, en répliquant l’évolution de l’indice vous permet de vous positionner à moindre coût. L’offre large de trackers permet de se positionner aisément sur n’importe quel indice boursier mondial mais aussi sur des secteurs d’activité (industriel ou pharmaceutique par exemple), des zones géographiques (actions du Etats-Unis ou du sud-est asiatique par exemple), etc.

Comme dans le cas des OPCVM, les ETF permettent une diversification à moindre coût mais en affichant cette fois des frais ultra-compétitifs.

Le mode de gestion diffère lui aussi grandement : les OPCVM étant régis par les principes de la gestion active (même si le gérant peut aussi parfois utiliser des ETF dans son portefeuille) et les ETF étant régis par les principes de la gestion passive (même si les ETF Smart Beta permettent de mettre en place des stratégies d’investissement). Quoi qu’il en soit, le rendement des ETF ou trackers n’a rien à envier aux OPCVM, au contraire. Moins de 1 gérant actif sur 5 surperforme son indice de référence sur 10 ans ! Et c’est sans compter sur les frais de gestion de la gestion « active » (en moyenne de 2 % par an) qui bien souvent, sur le long terme, ne permettent pas de faire mieux que l’indice.

Les ETF pourront en effet séduire une catégorie d’investisseurs particuliers qui apprécieront ces outils capables de répliquer un indice (ou tout autre sous-jacent) avec des frais de gestion réduits (en moyenne de 0,33% par an).

Crowdlending pour investir sur le marché obligataire avec peu d’argent

Le financement participatif et plus précisément le crowdlending, la branche du financement participatif dédiée au prêt

peut être un moyen innovant et intéressant d’investir sur le marché obligataire. Il s’agit de prêts rémunérés mettant en relation des particuliers qui souhaitent épargner et des entreprises à la recherche de financement.

Les investissements, très accessibles, sont possibles à partir d’une vingtaine d’euros. On se servira de cette particularité pour investir dans de très nombreux projets, de nature différente, dans des secteurs d’activité différents et sur des plateformes différentes pour diminuer le risque lié à ce placement grâce à la diversification ! Car attention, même si les investisseurs, grâce à des titres de créance savent d’entrée de jeu combien ils prêtent à qui pour quelle durée et pour quelle rémunération, si l’entreprise fait faillite (ou que la plateforme fait défaut), vous pourriez bien perdre la totalité de votre investissement.

Cependant, dans les faits, cela est plutôt rare et les plateformes sélectionnent soigneusement les entreprises en évaluant les risques. La plupart imposent même de présenter plusieurs exercices comptables. Vous ne savez pas vers quel acteur vous tourner ? Tournez-vous vers une plateforme disposant du statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) et régulé par l’ORIAS, affichant le label « Plate-forme de financement participatif régulée par les autorités françaises », gage de sécurité pour l’investisseur.

Pour en savoir plus, lire notre dossier Crowdfunding et financement participatif

SCPI pour être investi en immobilier sans devoir acheter de bien

C’est le marché de l’immobilier que vous visez mais vous êtes découragé par les prix qui n’en finissent plus de grimper ? Vous rêviez d’acheter un petit studio pour posséder un investissement locatif qui compléterait vos revenus mais devant les prix au m2, vous avez renoncé ? Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ou SCPI permettent de se positionner sur l’investissement immobilier à partir de quelques centaines ou milliers d’euros.

L’achat de part(s) d’une SCPI offre une accessibilité notable au marché immobilier comme toujours accessibilité mais ce n’est pas là le seul atout de ce placement qui n’en finit plus de séduire les Français. La SCPI permet aussi de ne pas se soucier de gestion du bien, elle permet également une mutualisation des risques (vacance, mauvais payeur, incendie, etc.), et bien sûr, investir en SCPI permet de bénéficier d’une bonne diversification du patrimoine. La société pourra par exemple être investie dans plusieurs biens de nature différentes (commercial, habitation) dans des quartiers, voire des villes ou même des pays différents.

Autre avantage : c’est un investissement dans le pierre plus liquide qu’un investissement direct.  Il affiche également des rendements intéressants. Certaines sociétés comme Corum distribuent mensuellement des revenus avec une possibilité de réinvestissement des dividendes et d’épargne programmée à partir de 50€ par mois, en faisant un véritable complément de revenus.

La limite d’un tel investissement, c’est que vous n’êtes pas propriétaire d’un bien que vous aurez plaisir à aménager dans l’optique de l’habiter plus tard, à la retraite par exemple. Bien sûr, tenez compte aussi du fait que vous devrez vous acquitter de frais d’acquisition et de gestion.

Consulter également notre dossier Comparatif des SCPI européennes

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


chute-actions-bourse
pernod-ricard-bourse
courtier-en-ligne-bourse
hausse-taux-interet