Livret Distingo : 3% pendant 4 mois + 80€ offerts*
Inflation du prix des matières premières agricoles : les sociétés gagnantes et perdantes en Bourse

Inflation du prix des matières premières agricoles : les sociétés gagnantes et perdantes en Bourse

La Russie et l’Ukraine cumulent à elles deux 30 % des exportations mondiales de blé. En outre, la production d’un certains nombres de maties premières agricoles importantes dans ces pays comme le tournesol ou encore le maïs sont très importantes pour la stabilité du commerce mondiale. Les répercussions sont importantes sur les coûts des matières premières agricoles avec des conséquences également sur certaines actions en Bourse.

Retrouvez dans cet article notre analyse des sociétés en Bourse pénalisées et celles avantagées par l’inflation des matières premières agricoles.

Quelles sont les matières premières agricoles affectées par la guerre Ukraine / Russie ?

Le blé

L’Ukraine est surnommée “le grenier à blé” de l’Europe grâce à ses terres arables les plus vastes au niveau européen (pas loin de 30 millions d’hectares cultivés). Les exportations de blé constituent une part importante du total des exportations du pays (10 à 15 % du PIB).

La Russie est aussi une puissance agricole en matière de blé, avec une production de 85 millions de tonnes à l’année dont 30 millions sont exportés !

Le prix du boisseau de blé (27 kilos) est passé de presque 8 dollars mi-février, avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à plus de 13 dollars le 7 mars avant de retomber à 11 dollars le 21 mars. Cela constitue tout de même une hausse de plus de 37 %.

Cette hausse des prix affecte tout particulièrement les pays africains et du Moyen-Orient, dont l’ensemble de la consommation de blé est importée, créant des risques d’insécurité alimentaire.

Lire aussi notre article comment Investir dans les matières premières

Le maïs

L’Ukraine est le 4ème exportateur mondial de maïs et la moitié des importations européennes proviennent d’Ukraine. Le blocage potentiel de ses exportations peut avoir des conséquences importantes sur les coûts de l’alimentation du bétail en Europe.

La tonne de maïs se négocie à 324 euros le 21 mars 2022, après être montée à 415 euros la tonne le 4 mars. Elle se négociait à 250 euros à la mi-février.

Consulter également notre article Comment investir en temps de guerre

Le tournesol, le colza et le soja

75 % des graines et de l’huile de tournesol sont exportés de Russie et d’Ukraine au niveau mondial. Face aux incertitudes sur la capacité d’assurer les exportations sur la Mer Noire, un certain nombre de pays se sont tournés vers des alternatives comme le colza ou le soja avec des répercussions sur leur prix.

Ainsi, l’invasion de l’Ukraine a fait bondir les cours du colza à 908 €/t le 10 mars, et ceux du tournesol à 850 €/t, record absolu pour ces deux matières premières.

Quelles sont les actions en bourse concernées par la flambée du cours des matières premières agricoles ?

De manière générale, cette situation est plutôt favorable aux producteurs de produits céréaliers et défavorable aux acteurs en aval de la chaîne de valeur, notamment les transformateurs. Nous présentons quelques entreprises ci-dessous particulièrement touchées par les conséquences de la guerre qui oppose la Russie à l’Ukraine en termes de matières premières agricoles.

ADM

ADM (Archer-Daniels-Midland-Company) figure parmi les principaux groupes agroalimentaires mondiaux. L’entreprise fournit des prestations de services agricoles à hauteur de 78,7 % de son chiffre d’affaires comme la fabrication de produits à base de graines oléagineuses. Elle fabrique aussi des produits céréaliers comme des farines, amidon, etc.

Archer répercute la hausse des prix d’acquisition des matières premières sur les acheteurs. Le cours de bourse de l’action ADM a grimpé de 10 % depuis la mi-février.

Bunge

Bunge est une entreprise agricole et alimentaire parmi les leaders mondiaux sur l’achat, le stockage, le transport, la transformation et la vente de matières premières agricoles et de produits de base, particulièrement la production d’huiles raffinées et de graisses végétales.

Le groupe réalise un chiffre d’affaires de 59 152 millions de dollars en 2021. À l’image d’ADM, Bunge est capable de répercuter l’augmentation des coûts sur les acheteurs. Le cours de bourse de l’action Bunge a grimpé de plus de 5 % depuis la mi-février.

Danone



Danone figure parmi les premiers groupes agro-alimentaires mondiaux. C’est le numéro 1 mondial des produits laitiers (produits laitiers fermentés frais, crèmes à café) et d’origine végétale comme le lait de soja, d’amande ou d’avoine. Cela représente 54 % du chiffre d’affaires 2021 du groupe.

L’augmentation du prix des matières premières agricoles affecte Danone de deux façons : d’une part en raison de l’achat direct aux producteurs, d’autre part en raison de l’augmentation du prix de maintien du bétail (qui se nourrit de céréales) pour la fabrication de ses produits laitiers.

Le cours de bourse de l’action Danone a baissé de 6 % depuis la mi-février.

Découvrir aussi notre Analyse Bourse de Danone

Nestlé

Nestlé est le premier groupe agro-alimentaire mondial, avec des activités très diversifiées. En effet, l’entreprise produit, entre autres, des boissons en poudre et liquides (café solubles, boissons au cacao), des aliments pour animaux de compagnie, des produits laitiers et crèmes glacées, mais aussi des confiseries et biscuits.

Nestlé est affecté par l’augmentation des prix des matières premières agricoles pour les mêmes raisons que celles évoquées plus haut pour Danone. Cependant, la diversité de ses activités lui permet d’en atténuer les effets. Le cours de bourse de l’action Nestlé est stable depuis la mi-février.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.