Livret Distingo sans risque à 4% + 80€ offerts*
Hedge funds : les 5 gérants les plus riches du monde

Hedge funds : les 5 gérants les plus riches du monde




Hedge funds : les 5 gérants les plus riches du monde image

Parfois considérés comme les rois de la finance, certains managers de hedge funds réalisent des performances extraordinaires.

1. Ray Dalio, Bridgewater Pure Alpha II

35,8 milliards de dollars de gains depuis sa création en 1975

C’est le hedge fund qui a réalisé la meilleure performance depuis sa création. Adepte de la stratégie global macro, son manager Ray Dalio privilégie les marchés émergents et les matières premières, notamment l’or. Ce personnage atypique s’apparente parfois à un gourou et encourage une philosophie de vie basée sur « la compréhension exacte de la réalité ». Il a également écrit un livre, Principles, où il recense les 210 règles pour réussir à battre le marché. Ses performances en 2011 de +23,5% lui ont permis d’obtenir une gratification de 3,9 milliards de dollars.

2. George Soros, Quantum Endowment Fund

31,1 milliards de dollars de gains depuis 1973

Bouté de sa première place par Ray Dalio, George Soros est l’un des managers de hedge funds les plus performants. Preuve en est sa fortune personnelle estimée à 14,5 milliards en 2011.

Le fait d’armes le plus retentissent de Soros reste sa spéculation sur la baisse de la livre sterling en 1992, qui a contraint la monnaie britannique de sortir du système monétaire. Un coup d’éclat qui lui a rapporté près d’un milliard de dollars et qui lui a valu le surnom de l’homme qui a fait sauter la banque d’Angleterre.

George Soros a également distribué près de 8 milliards de dollars à diverses causes humanitaires, notamment pour combattre la pauvreté dans le monde et pour la défense de la démocratie. Durant l’année 2011, le Quantum Endowment Fund a fait perdre 3,8 milliards de dollars à ses investisseurs. Une perte due aux nombreuses valeurs technologiques de son portefeuille qui restent très volatiles. Lui aussi privilégie l’approche global-macro. Aujourd’hui, le fonds Soros s’apparente à une entreprise familiale avec à sa tête ses deux fils depuis le départ en retraite de George Soros.

3. John Paulson, Paulson Gold

22,6 milliards de dollars de gains depuis 1994

Le manager américain doit sa fortune à la crise des subprimes. En 2007, il parie sur l’éclatement de la bulle immobilière et sur l’effondrement des crédits hypothécaires à risques. Il crée 4 fonds spéculatifs destinés à couvrir le risque de défaillance de ces titres hypothécaires.

Résultat : un gain de 15 milliards de dollars en 2007. Trop important pour la SEC qui a ouvert une enquête sur les liens entre Goldman Sachs et John Paulson. Le fonds aurait crée en coopération avec la banque, un produit financier à base de subprimes, Abacus 2007 AC-1. Paulson n’a subi aucune accusation pour le moment, n’ayant fait aucune présentation de ce produit aux investisseurs.

L’année 2011 fut difficile pour John Paulson. En investissant sur les banques américaines en 2011, il a fait perdre à ses clients plus de 9 milliards de dollars. Une perte qu’il espère combler en adaptant une stratégie tournée vers les matières premières, en utilisant des futures et en misant sur le retour de l’inflation.

4. Seth Klarman, Baupost

16 milliards de dollars de gains depuis 1983

Seth Klarman fonde en 1982 le Baupost Group. Ce manager est connu pour ses investissements souvent inhabituels mais sûrs. Il fait partie de l’école des investisseurs value qui privilégie les entreprises sous-évaluées.

Klarman publie en 1991 son livre Margin of Safety : Risk-Averse and Value investing, qui se trouve uniquement sur les sites d’enchères et dont le prix atteint les 4000€. Il y conseille notamment de se concentrer sur les risques qu’un investissement peut engendrer avant de s’attarder sur les gains qu’il peut rapporter, d’acheter ce que les autres vendent ou encore de ne pas avoir peur de rester inactif en Bourse.

Des principes qui lui ont permis de réaliser une performance de 20% presque chaque année. En 2011, son portefeuille se composait entre autres de 16,7% d’actions BP, 15,7% de Hewlett Packard et de 10% de Microsoft.

5. Alan Howard, Brevan Howard

15,7 milliards de dollars de gains depuis 2003

Basé à Genève, Brevan Howard est le plus important fonds européen. C’est Alan Howard qui l’a fondé en 2003. Avec une performance en 2011 de +10,8%, il fait parti des hedge funds les plus rentables. Son manager se fait très rare médiatiquement et préfère que son fonds garde le profil bas. « C’est notre manière de voir les choses ».

Howard investit beaucoup dans les obligations d’États. Sa stratégie global macro lui a permis de sur-performer en 2008 et 2009 (+18% chaque année) pendant que de nombreux fonds accusaient des pertes colossales. A l’instar de Seth Klarman, Alan Howard préfère une méthode plus proche de celle de Ben Graham ; minimiser le risque de perte et miser sur les valeurs fortement sous-évaluées qui offrent une grande marge de sécurité.

Aujourd’hui, le fonds Brevan Howard jouit d’une popularité grandissante mais le manager s’est engagé auprès des investisseurs de ne pas gérer trop d’actifs pour éviter que le fonds ne devienne trop important. L’année dernière, il a ainsi rendu 2 milliards de dollars à ses investisseurs.

Jérémy Lemière