Freedom24 : jusqu'à 6,4 % / an pour les dépôts en euros. Votre capital est assujetti à un risque*
Marty Whitman, l’investisseur vautour

Marty Whitman, l’investisseur vautour




Marty Whitman est un véritable vautour de l’investissement dans la valeur. Il est directeur du Third Avenue Value Fund TAVFX. On le trouve souvent en train de farfouiller au milieu des actions sur le déclin, certaines venant de sociétés en perte de vitesse, d’autres de sociétés sur le point de faire faillite. Mais la plupart des actions laissées pour compte que s’accapare Whitman s’avère finalement tourner à son avantage. Voici donc la clef de la technique whitmanesque pour choisir des actions : achetez des entreprises peu chères (sûrement à cause d’un problème temporaire) mais sûres, et les gardez au chaud.

Whitman est un investisseur dans la valeur dans la directe lignée de Benjamin Graham. Tout comme Graham, Whitman cherche des actions à prix cassés, mais les deux investisseurs utilisent des outils de mesure différents. Graham utilisait le ratio prix/valeur comptable pour déterminer si l’action était réellement à bas prix. Généralement, il n’achetait une société que si son action était échangée pour moins de 1,2 fois sa valeur comptable.

Whitman a adopté une approche différente. Il se concentre sur la valeur de rachat ou sur sa propre estimation du montant que serait prêt à mettre un acheteur pour acquérir toute l’entreprise. Whitman n’aime pas utiliser la valeur comptable car, selon lui, elle omet de prendre en compte trop d’actifs intangibles. Par exemple, une société de placement peut utiliser sa réputation et ses relations pour s’approprier une société. Sa réputation et ses relations sont, pour ainsi dire, des actifs, mais ils n’apparaissent pas comme tels dans le bilan de l’entreprise. D’après Whitman, la valeur de rachat est l’un de ces actifs intangibles.

Whitman passe au crible les états financiers d’une entreprise pour se faire une idée de ce qu’elle vaut. Puis il vérifie si le bilan comptable de la société est resté fort malgré les revers qu’a pu subir le secteur. Il ne paiera généralement pas plus de 50% de ce que sera prêt à mettre un acheteur pour avoir l’entreprise entière !