Freedom24 : jusqu'à 6,4 % / an pour les dépôts en euros. Votre capital est assujetti à un risque*
Les caractéristiques des actions qui surperforment le marché

Les caractéristiques des actions qui surperforment le marché




Tweedy Browne est un célèbre fonds d’investissement value, qui investit selon la philosophie de Benjamin Graham. Il partage ici quelques caractéristiques observées au cours de leurs expériences d’investissements réussis.

Faible prix par rapport à la valeur de l’actif

Un investisseur achètera des actions qui tradent à un prix inférieur à la valeur comptable de l’actif s’il pense que, en temps voulu, le prix du marché reflètera au moins leur valeur comptable, c’est-à-dire ce que l’entreprise a payé pour ses actifs.

Il arrive également de trouver des actions affichant de substantielles décotes par rapport à la valeur d’actif nette (actifs susceptibles d’être transformés en cash au cours de l’année, comme les créances client et le stock, moins les dettes). Cela permet de faire une estimation approximative de la valeur de liquidation d’une entreprise. Cette technique de sélection d’actions a été utilisé avec succès par Benjamin Graham.

Faible prix par rapport aux bénéfices

Les actions achetées à de faibles ratios prix/bénéfices (PER) ont généralement une performance meilleurs que les celles achetées à des PER plus élevés.

Le rendement d’un titre est le montant que les actionnaires recevraient si l’intégralité des bénéfices leur était immédiatement reversée sous forme de dividende. Benjamin Graham conseillait d’investir dans des sociétés dont le rendement est le triple du rendement des obligations AAA. Investir sur des actions bon marché ne doit pas nous empêcher d’investir dans des entreprises pour lesquelles on anticipe une augmentation des bénéfices à l’avenir.

Comme le dit Warren Buffett, valeur et croissance sont des frères siamois. A PER égaux, on préférera investir dans l’entreprise pour laquelle on anticipe une hausse des bénéfices. Le prix est l’élément clé.

Les cadres dirigeants achètent des titres de leur entreprise

Les cadres, les directeurs et les gros actionnaires achètent généralement les actions de la société dans laquelle ils travaillent quand elles affichent de fortes décotes par rapport à :

  • la valeur des actifs de la société
  • la valeur de l’entreprise en cas d’acquisition par une autre
  • sa valeur anticipée par eux à court ou moyen terme.

Ces insiders, qui travaillent au sein de la société dans laquelle ils investissent, ont un avantage décisif : ils sont souvent informés des changements de fonctionnement dans l’entreprise. Ils sont au courant de choses qui peuvent influer sur le cours des actions : nouvelles campagnes de marketing, des augmentations de prix des produits, des réductions de coûts, de la hausse des prises de commande ou encore de changements dans le secteur d’activité.

En outre, ils connaissent la vraie valeur des “actifs cachés”, comme par exemple la valeur d’une filiale non rentable qu’un concurrent a proposé de racheter, ainsi que la valeur des biens immobiliers, ou encore la capacité bénéficiaire de l’entreprise après déduction des coûts de développement des nouveaux produits, non-récurrents.

Il n’est pas rare également de constater des rachats d’actions par des insiders dans des sociétés dont les titres affichent de faibles PER bas ou à de faibles prix par rapport à la valeur comptable. Bien souvent, les sociétés dans lesquelles nous investissons procèdent au rachat de leurs propres actions sur le marché.

Chute importante du prix de l’action

Une baisse du prix s’accompagne généralement d’une baisse des bénéfices ou de résultats moins bons que prévus. Le retour à la moyenne est quasiment une loi physique. Nous avons observé que les entreprises qui ont traversent une mauvaise passe tendent à se rétablir et à s’améliorer.

Faibles capitalisations boursières

Comme le champ d’investissement de Tweedy Browne inclut tout l’univers des entreprises cotées, il n’est pas surprenant que nos portefeuilles contiennent des small caps. La plupart des entreprises cotées ont de faibles capitalisations. De plus, ces entreprises ont souvent des taux de croissance plus élevés et peuvent, du fait de leur taille, être plus facilement rachetées par d’autres sociétés.

Traduction libre d’un extrait de “What has Worked in Investing”, par Tweedy Browne.