Livret Distingo sans risque à 4 % pendant 3 mois + 80 € offerts*
Grand investisseur : Bill Miller

Grand investisseur : Bill Miller




Bill Miller est le gérant du portefeuille du fonds Legg Mason Value Trust qui, sous sa responsabilité, a connu l’une des plus longues réussite dans l’histoire des fonds de placement. Entre 1991 et 2005, la rentabilité totale du fonds a battu celle de l’indice S&P 500 15 années de suite.

Le fonds de Miller est passé de 750 millions de dollars en 1991 à plus de 20 milliards de dollars en 2006.

Son profil

Miller a obtenu sa licence d’économie en 1972 à la Washington & Lee University. Il travailla pour J. E. Baker Co. et devint leur trésorier. Il rejoint la société de gestion Legg Mason en 1981 et en 2007, obtient le titre de président et directeur des investissements de Legg Mason Capital Management.

Il est également président du conseil d’administration de l’institut de Santa Fe, un grand centre de recherche multidisciplinaire sur la théorie complexe des systèmes.

Son style d’investissement

Bill Miller se décrit lui-même comme un investisseur dans la valeur, mais sa définition déconcerte un peu certains investisseurs dans la valeur traditionnels. Miller pense que n’importe quelle action peut représenter un investissement de valeur si elle est échangée à un prix inférieur à sa valeur intrinsèque.

Les investisseurs particuliers peuvent apprendre à utiliser les principes d’investissement de Miller, qui affirme que ces principes ont permis au fonds Legg Mason Value Trust d’être la référence non battue pendant 15 ans.

Il attribue deux facteurs à son succès : une analyse des titres exhaustive et sa construction du portefeuille.

« Nous détenons des actions aux PER faibles et élevés, mais nous les détenons pour la même raison : nous estimons qu’elles sont sous-évaluées. Notre approche est différente de la plupart des investisseurs dans la valeur car nous analysons aussi les actions apparemment chères pour savoir si elles le sont vraiment. La plupart le sont effectivement, mais d’autres non. »

Morceaux choisis

« Je rappelle souvent à nos analystes que 100% des informations que l’on a sur une entreprise représente son passé, et que 100% de l’évaluation du prix d’un titre dépend de l’avenir. »

« Le marché nous offre toutes les informations dont nous avons besoin, nous disent les professeurs. Mais tout comme le miroir déformant ne nous renvoie pas exactement notre image, les marchés ne reflètent pas toujours les informations avec précision. Ils sont souvent trop pessimistes lorsque les choses vont mal ou trop optimistes lorsque les choses vont bien. »

« Nous essayons de tirer profit des erreurs des autres, erreurs souvent commises parce qu’ils sont trop orientés sur le court terme ou parce qu’ils réagissent tout de suite lors d’événements tragiques, ou encore parce qu’ils surestiment l’impact des événements, etc. »