La santé insolente des ETF

le 17 Février 2017

Performances Magazine 2T 2017
La santé insolente des ETF
81 conseils 300-250

Les ETF ou Trackers ont connu un véritable succès en 2016. Café de la Bourse revient sur cette collecte record, les raisons de ce succès et les perspectives florissantes pour 2017.

Un marche dominé par Blackrock

La collecte nette du secteur mondial des ETF s’élève en 2016 à 375 milliards de dollars, contre 348 milliards de dollars en 2015.

Ce marché en pleine croissance est largement dominé par Blackrock. Ses ETF iShares représentent en effet 140 milliards de dollars de collecte en 2016. La collecte aux États-Unis est de 107 milliards de dollars et représente en Europe 32 milliards de dollars. Sur les 2 continents, iShares domine très largement le marché des ETF puisque la société représente 38% de parts de marché aux États-Unis et 61% en Europe. La clientèle Asie-Pacifique n'est pas en reste avec un montant record investi dans des ETF iShares de 10 milliards de dollars.

Chez Deutsche AM, 2016 a aussi été une année faste. Le premier ETF de Deutsche AM, le db x-trackers MSCI World Index UCITS ETF, lancé en janvier 2007 sur Deutsche Börse, affiche aujourd’hui plus de 2,5 milliards d’euros d’actifs sous gestion. En effet, près de 57 milliards de dollars sont investis sur les ETF de Deutsche AM cotés en Europe et en Asie et près de 13 milliards sur sa gamme outre-Atlantique.

2016 est aussi une bonne année pour Lyxor, le leader en France, qui a vu ses encours progresser de 2,4% et affiche une collecte nette de 1,5 milliards d’euros sur les ETF. Et le début 2017 commence très fort. L'encours total sous gestion est ressorti en hausse de 2% par rapport à la fin de l'année 2016, s'élevant à 525 milliards d'euros, malgré un effet marché négatif de -0,31%. Lyxor précise que « Les ETF axés sur les actions des pays développés, la dette émergente et les obligations d'entreprises ont connu d'importantes entrées de capitaux, dans un contexte plus favorable au risque". Résultat : Lyxor observe un mois de janvier record sur le marché des ETF européens. La collecte sur les ETF actions a représenté pas moins de 7,2 milliards d'euros !

Pour tout savoir sur les ETF, consultez notre dossier ETF, trackers et conseils

Les ETF obligataires dépassent les ETF actions

La véritable surprise de cette année 2016, c’est le poids considérable des ETF obligataires qui répliquent la performance d’indices obligataires. Investir en direct dans les obligations peut paraître compliqué et surtout ne peut se faire qu’à partir d’un montant conséquent. Les ETF obligataires, plus facile d’accès, surfent sur le succès actuel des obligations auprès des investisseurs. Régis Bourget, responsable de la vente institutionnelle ETF et Fonds Indiciels en France chez Lyxor, a précisé dans l’émission Intégrale Bourse du 9 janvier 2017 que, pour les ETF européens, la collecte sur l'obligation a dépassé celle sur les actions pour la première fois l'année dernière (22,4 milliards contre 15,9 milliards d'euros).

Les ETF obligataires iShares ont collecté eux en 2016 un montant record de 60 milliards de dollars, soit 52% de la collecte nette mondiale, dont 21 milliards de dollars en Europe.

Deutsche AM souligne également dans un communiqué l’engouement pour ce produit : « En termes de classes d’actifs, nous avons vu pour la première fois la collecte obligataire dépasser celle des actions ». Le groupe précise qu’il fut le premier à lancer, en Europe et aux États-Unis, un ETF permettant aux investisseurs de s’exposer aux actions domestiques chinoises de classe A, ainsi que le premier ETF sur le marché des obligations internationales Investment Grade. Aujourd’hui, la gamme d’ETF obligataires physiques de Deutsche AM inclut des fonds répliquant des indices américains, européens et asiatiques, ainsi que des ETF offrant un accès au segment de la dette souveraine.

Les ETF Smart Béta se démarquent

Les ETF Smart Bêta, connus également sous le nom de « strategic beta » ou « advanced beta » tirent aussi leur épingle du jeu. Ces ETF permettent de répliquer intelligemment des indices. Si les indices boursiers sont conçus sur la base de la capitalisation (plus une société a une capitalisation importante, plus son poids dans l'indice est élevé), les smart beta reposent eux sur des indices construits par exemple en fonction de la valorisation de l'entreprise (approche value), en équipondérant les capitalisations (un même poids pour toutes les valeurs) ou encore en fonction de la volatilité. Cette approche différente tend à améliorer la performance et minimiser le risque.

Les ETF Smart Beta affichent une collecte nette de 20 milliards de dollars. Les ETF Smart Beta iShares raflent 37 % de parts de marché, détenues grâce à 9 milliards de dollars de collecte nette dans des ETF à minimum volatilité. Chez Deutsche AM, les positions initiées en faveur de produits Smart Beta ont atteint les 10 milliards de dollars, amenant les encours de ces derniers au voisinage des 48 milliards de dollars à fin 2016.

Enfin, on notera tout de même que l'on a assisté au dernier trimestre à un mouvement massif vers les ETF actions, porté par la victoire de Donald Trump. La détention d’actions américaines a ainsi largement été favorisée par des investisseurs confiants dans l’impact de l’élection de Donald Trump sur l’économie.

Les perspectives florissantes du marché des ETF pour 2017

Les investisseurs se sont tournés vers les ETF en cette période d’incertitudes, afin de se bâtir un portefeuille efficient et précis. Selon Mark Wiedman, Directeur Monde d’iShares et de la gestion indicielle chez BlackRock : « Le tournant historique commence à peine pour les ETF et de manière plus générale, pour la gestion indicielle. Nous sommes convaincus que ce segment attirera plusieurs milliers de milliards de dollars ces prochaines années [...]. Les investisseurs restent séduits par l’efficience, la qualité et la valeur de la gestion indicielle pour la mise en œuvre d’idées d’investissement à court et long terme. »

Rachel Lord, Directrice EMOA d’iShares et de la gestion indicielle chez BlackRock, a expliqué : « Les ETF jouent un rôle essentiel dans l’évolution du secteur financier européen. Les investisseurs se tournent vers les ETF pour réaliser des placements stratégiques et moduler l’allocation tactique au sein de leurs portefeuilles. Ces produits resteront le moteur souvent invisible des solutions financières qui aident les Européens à épargner et les gérants à atteindre les objectifs à long terme de leurs clients. »

Deutsche AM revient aussi en détail sur la santé de fer du marché des Trackers en avançant, dans son communiqué de presse de janvier 2017 intitulé « ETF : revue annuelle 2016 et perspectives 2017 », un certain nombre de chiffres prometteurs : « Dans notre scénario de base, si aucun événement majeur ne vient impacter les marchés, le marché mondial des ETF devrait croître de 18,6 % dont 13,3 % de collecte nette et 4,7 % liés à l’appréciation des actifs. Une croissance qui devrait mettre les ETF sur les rails pour atteindre les 4,2 trillions de dollars d’ici à fin 2017. Les ETF américains seront, selon nos anticipations, les plus gros contributeurs à cette croissance (avec + 18,2 % de croissance de leurs actifs) et une collecte qui devrait avoisiner les 325 milliards de dollars. »

Attention cependant avant de vous précipiter vers les ETF, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) met en garde sur le risque systémique porté par ces fonds indiciels cotés, et particulièrement en période de stress sur les marchés financiers car « durant ces périodes, les prix des parts des ETF sont susceptibles de connaitre une importante décote et les effets de corrélation peuvent amplifier la volatilité sur les marchés sous-jacents ». Rassurez-vous tout de même, l’AMF souligne que « les taux d'emprise des ETF du marché parisien ne semblent pas suffisants pour avoir seuls, en cas de rachats de parts, un impact significatif sur leurs marchés sous-jacents ».

Retrouvez aussi notre dossier 7 conseils pour réussir avec les ETF

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d'investissement. Le lecteur se doit d'étudier les risques avant d'effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d'investissement.

Téléchargez votre rapport gratuit


Maîtrisez toutes les figures graphiques au travers de cas pratiques sur les titres les plus traités du marché.

Anticiper les marchés financiers avec les bougies japonaises. Maîtrisez toutes les figures graphiques au travers de cas pratiques.