5 secteurs pour miser sur la Chine en 2012

5 secteurs pour miser sur la Chine en 2012




Selon certains experts, la bulle immobilière chinoise risque d’éclater, on devrait également assister à un ralentissement de la croissance chinoise. Cependant, certains secteurs peuvent continuer de performer en 2012.

La technologie

Les Chinois sont très friands de nouvelles technologies. Apple caractérise le mieux l’attrait des Chinois pour ce type de produit. Les émeutes de janvier 2012 devant les magasins Apple pour le lancement de l’iPhone 4S en sont une illustration. Des boutiques indépendantes exclusivement dédiées aux produits Apple fleurissent dans les villes chinoises.

Apple vient d’ailleurs de publier des résultats exceptionnels. L’entreprise dispose désormais d’une trésorerie de 97,6 milliards de dollars, équivalent au PIB de pays comme la Croatie ou le Luxembourg. Ce trésor de guerre lui permettra de continuer d’investir en Chine, où la marque ne possède encore que cinq magasins. Tim Cook, le CEO d’Apple, a récemment qualifié d' »étonnante » la progression d’Apple en Chine, et a déclaré que le pays représentait « une énorme opportunité ».

L’action Apple a atteint cette semaine un nouveau sommet à plus de 454 dollars l’action, faisant de l’entreprise californienne la première capitalisation boursière au monde.

L’internet

Internet s’est fortement développé en Chine, selon l’autorité de régulation chinoise, on compte près de 485 millions d’internautes chinois en 2011.

Depuis un peu moins de deux ans, une société est entrain de révolutionner à elle seule l’internet en Chine. Les Chinois ont progressivement délaissé la messagerie instantanée QQ et les réseaux sociaux Facebook ou Kaixing au profit des plateformes de microblogging, comme Weibo.

Weibo, la plateforme de microblogging du groupe Sina, règne désormais sans partage et revendique environ 200 millions d’utilisateurs en 2011. Bien qu’on évoque souvent Weibo comme étant le Twitter chinois, la comparaison n’est pas totalement juste. Alors que Twitter est essentiellement utilisé par les geeks et les stars en Occident, Weibo accompagne les Chinois dans leur vie quotidienne.

La plateforme de Sina, plus ludique et complète que Twitter, est devenue un moyen d’expression et d’échange face à la censure du gouvernement. On trouve d’avantage d’information précise et récente sur Weibo que sur n’importe quel autre site internet en Chine.

Weibo est un véritable phénomène de société. Certains jeunes chinois ne s’échangent plus de numéro de portable ni d’email mais se communiquent leurs comptes Weibo pour rester en contact.

Un nombre croissant de personnalités occidentales comme Bill Gates, François Hollande ou Christine Lagarde ont ouvert leur compte Weibo depuis fin 2010. Même s’il est possible d’envoyer des messages en anglais ou en français, Weibo dont l’interface est uniquement en chinois reste difficile d’accès pour les Français.

Sina Corporation est côtée sur le Nasdaq (SINA).

Le tourisme

On assiste depuis de nombreuses années à l’essor considérable des touristes chinois en Europe et en France en particulier qui recoit environ 600 000 touristes chinois chaque année (source : Organisation mondiale du tourisme). Conscient de la montée en puissance de la clientèle chinoise, le Figaro a lancé l’année dernière « Paris Chic », un trimestriel gratuit haut de gamme destiné exclusivement aux Chinois en visite à Paris.

Récemment, les Chinois les plus fortunés se tournent vers des lieux de villégiature haut de gamme en Chine, comme Moganshan, où les riches Shanghaiens passent leurs weekends, ou encore à Yalongwan, luxueuse station balnéaire de l’île de Hainan.

Le Club Med se positionne comme un des acteurs de cette nouvelle tendance. Le groupe dispose actuellement de deux villages quatre tridents en Chine et compte atteindre cinq clubs d’ici 2015. D’ici là, la Chine devrait devenir le deuxième marché du Club Med, juste derrière la France.

La stratégie de montée en gamme du Club Med commence à porter ses fruits. Après des pertes de 58 millions d’euros en 2009 et de 14 millions d’euros en 2010, le groupe a renoué avec les bénéfices en 2011, avec 2 millions d’euros de résultat net.

Le luxe accessible

Les Chinois sont de grands amateurs de produits de luxe pour notamment une question de reconnaissance sociale. Symbole du luxe, les marques Françaises comme Louis Vuiton et Hermès sont extrêmement populaires en Chine.

Les produits LVMH sont désormais accessibles à une grande partie de la classe moyenne chinoise, évaluée à plus de 100 millions de personnes, qui n’hésite pas à consacrer 90% de son budget au shopping lors de ses voyages en France (Global Blue France).

En 2011, les dépenses des Chinois ont représenté 25% du des achats détaxés en France. Les Chinois sont de loin les numéros un pour le shopping en France. L’an dernier, ils ont représenté 1,5 % des arrivées étrangères, pour des dépenses annuelles estimées à 500 millions d’euros.

Fort de ce constat, Hermès a ainsi lancé en 2010 la marque Shang Xia dédiée exclusivement au marché chinois afin de répondre aux spécificités de ce marché.

Alors que de nombreuses valeurs du SBF 120 peinent à retrouver leurs sommets d’avant la crise des subprimes, L’action Hermès cote aujourd’hui 266 euros contre 95 euros début 2007. Le titre LVMH cote aujourd’hui 123 euros contre 80 euros début 2007.

Le vrai luxe

Afin de se différentier et pour des questions de reconnaissance sociale, les chinois fortunés se tournent désormais vers le vrai luxe représenté par les Ferraris et les Bentleys par exemples. Bentley a ainsi vendu deux fois plus de voitures en Chine en 2011 qu’en 2010. La Chine est devenue le deuxième marché pour la marque.

Les bateaux Riva, les Ferraris des mers ont été acquis ce mois ci par le Groupe SHIG-Weichai de Beijing pour 374 millions d’euros.

Cependant, la Chine n’est pas un eldorado, le pays devrait rencontrer des difficultés en 2012 au niveau des secteurs immobilier et bancaire qui risquent d’impacter la croissance.

Néanmoins, les cinq secteurs évoqués précédement sont susceptibles de tirer leurs épingles du jeu. Les entreprises citées sont des illustrations parmi d’autres de ces secteurs à potentiel.

Louis Yang