Banque mobile : l’impact de la néobanque sur le secteur bancaire

Le 09 décembre 2017

investir-turbo-valeur-bourse

neobanques-bousculent-acteurs traditionnels

anticiper-marche-analyse-technique-300250

Orange Bank et l’ensemble des néobanques redistribuent les cartes sur le marché bancaire. Grâce à une offre 100 % mobile et gratuite, les neobanques souhaitent bousculer les banques en ligne et les acteurs traditionnels.

Avec près de 30 000 clients séduits en moins de 10 jours, Orange Bank met la pression sur ses concurrents. Une pression déjà exercée par les nombreuses néobanques européennes à l’image de C-Zam de Carrefour ou Revolut qui ont vu le jour ces dernières années. La plupart des autres enseignes n’ont pas mis longtemps à réagir en accélérant leur digitalisation. En effet, en moins de deux mois, le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole, ou encore le CIC, ont annoncé le lancement de multiples fonctionnalités directement inspirées des néobanques. D’autres, comme la Banque Postale ou BPCE, ont déjà annoncé le lancement de leur propre banque mobile en 2018.

Le « mobile banking » en plein essor

Le « mobile banking » également appelé « m-banking » ou banque à distance, est une évolution naturelle de la banque de proximité vers une solution plus rapide, pratique et à portée de mains. Le développement du « mobile banking » a démarré en Allemagne avant d’atteindre la France et les États-Unis. Mais c’est bien l’Afrique qui a adopté le plus rapidement ces solutions bancaires au regard des besoins croissants de la population locale.

L’essor de la banque mobile coïncide avec le développement de la mobilité des usagers bancaires qui profitent d’un accès facilité aux offres et à la gestion de leur argent au quotidien. Les banques 100 % mobile rendent l’ouverture de compte quasi-immédiate lui associant une carte bancaire gratuite ou à prix réduit. Elles proposent une large palette de services innovants dans l’objectif d’améliorer l’expérience client. Parmi les principales banques mobiles présentes sur le marché, on peut citer : N26, Revolut, le compte C-Zam de Carrefour, Compte-Nickel racheté par la BNP, ou encore Eko du Crédit Agricole.

Banque en ligne VS néobanque

L’arrivée d’Orange Bank sur le marché et l’émergence des néobanques a contraint les banques en ligne à lancer de nouvelles offres. Aujourd’hui, près d’un Français sur dix a un compte dans une banque en ligne. Si la loi Macron facilitant la mobilité bancaire n’a pour l’instant joué qu’à la marge, elle profite clairement à ce type d’établissement qui mise sur des frais réduits mais pas seulement. Les banques en ligne ont bien compris que la gratuité de la carte bancaire et l’ouverture de compte facilitée ne sont pas les seuls éléments qui comptent aux yeux des utilisateurs.

Les banques 100 % en ligne proposent des services complets allant du compte courant au crédit immobilier, sans oublier la Bourse ou l’assurance-vie. Dans son étude sur « Les nouveaux standards de la banque mobile », publiée en juillet 2017, D-rating montre que la banque en ligne qui offre le plus de fonctionnalités est Hello Bank !. En effet, cette dernière propose l’ouverture de compte via l’App, la catégorisation des dépenses, le transfert par SMS ainsi que le paiement mobile sans contact. Toutefois, les autres acteurs en ligne ont su innover pour contrer les néobanques. En plus de proposer son offre Welcome gratuite, Boursorama Banque a notamment mis en place le service EasyMove qui libère les clients des contraintes bancaires, un service qui permet de changer de banque gratuitement en seulement quelques clics et sans s’embarrasser du moindre papier puisque tout se fait en ligne. Autre banque en ligne qui se démarque par son service clients : Monabanq. Cette dernière a lancé en juin dernier le service « & Vous by Monabanq » dans l’objectif d’accompagner les Français dans leurs usages et leur gestion budgétaire.

Les banques traditionnelles en marche vers la digitalisation

Longtemps dominé par les acteurs traditionnels, le marché est aujourd’hui secoué par les Fintech qui promettent aux utilisateurs une grande simplicité d’usage de leur compte bancaire et des tarifs bien plus alléchants. Cette menace est prise très au sérieux par les banques traditionnelles qui tentent de rester dans la course. Ainsi, Crédit Mutuel et CIC s’attachent à capitaliser sur leur activité d’opérateur de réseau mobile virtuel en proposant à leurs clients depuis cet automne d’ajouter à leur compte un forfait mobile à 20€/mois intégrant appels, SMS et MMS illimités, ainsi que 50 GO de données. On notera également que la BPCE entend tripler ses investissements dans le numérique (600 M€/an à partir de 2020). Le Crédit Agricole est lui passé à l’offensive avec le lancement de Eko en novembre 2017 : une offre comprenant un compte, une carte et une Appli pour 2€ par mois.

Dans une nouvelle étude intitulée « L’expérience digitale client des banques de détail en France », D-rating précise que si les banques traditionnelles multiplient les efforts pour communiquer amplement sur les canaux digitaux, elles « n’ont pas encore pris la mesure de l’importance de l’accessibilité en ligne de leurs produits. L’expérience la plus digitale propose une souscription entièrement réalisée en ligne ».

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

#

Derniers Dossiers


investir-pea-pme
fdj-introduction-en-bourse
societes-americaines-forts-dividendes
cheque-de-banque-paiement