Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Tout ce qu’il faut savoir sur les OPCVM

Tout ce qu’il faut savoir sur les OPCVM




Un Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) est une société de fonds qui gère les titres financiers de tiers. Le client est détenteur de parts de ce fond, mais la gestion du portefeuille et les décisions de placement sont soumises à l’expertise du gérant de fond. Le souscripteur investit donc une part de son capital dans un portefeuille commun à d’autres signataires.

On distingue deux types principaux d’OPCVM : les SICAP et les FCP. La différence entre les deux familles de produits est essentiellement juridique : le capital minimum pour établir une SICAV est de 7,5 millions d’euros tandis que seulement 400 000 euros sont nécessaires pour un FCP. Les propriétaires de SICAV sont des “actionnaires”, mais les acquéreurs de fonds commun de placement répondent à la dénomination “porteurs de parts”. Distinguer les deux n’est, outre ces caractéristiques, pas nécessaire.

Les OPCVM sont constitués de produits répartis par catégorie :

  • OPCVM monétaire : placements sur le marché monétaire, en général à échéance courte. Les gérants investissent dans trois types d’emprunt : les billets de trésorerie, les certificats de dépôt et les bons du Trésor. L’indice de référence des OPCVM monétaires est l’EONIA (Euro Overnight Index Average)
  • OPCVM obligataire : obligations française ou internationale, à taux fixe ou variable
  • OPCVM action : elles peuvent être sélectionnées en fonction de la taille des entreprises, par secteur ou zone géographique, etc.
  • fonds alternatifs : investis à plus de 10% dans des produits dérivés
  • fonds de fonds : fonds d’investissement qui investissent uniquement dans d’autres fonds pour avoir accès à une plus grande sélection de marchés et d’autres actifs complémentaires
  • fonds de garanti à formule : fond dont le résultat dépend d’une formule connue à l’avance
  • fonds diversifiés : investis sur plusieurs types de sous-jacents (actions, obligations, taux, etc.) afin de mieux répartir le titre et d’améliorer les performances
  • OPCVM particulier : PERCO, FCPI, FCPE, etc.

SICAV et FCP occupent une place de plus en plus importante dans les portefeuilles des particuliers. Début 2008, ils représentaient en moyenne un tiers de la valeur des encours ; aujourd’hui, ils représentent près de la moitié. De plus, l’actionnaire ou le porteur de parts détient généralement des parts dans plusieurs fonds.

Les avantages des OPCVM

  • ils nécessitent peu de capital, contrairement à la gestion sous mandat
  • ils sont faciles d’accès : on peut souscrire un fond via un courtier en ligne, une banque, un conseiller financier ou une société de fonds
  • ils sont sûrs : les SICAV et FCP sont contrôlés par la Commission des Opérations de Bourse et agréés par l’AMF
  • ils sont gérés par des professionnels qui ont souvent une longue expérience dans le domaine : le risque relatif est moindre pour les investisseurs néophytes (pas besoin de savoir lire des comptes!).

Les caractéristiques des fonds

Les OPCVM sont soumis à de nombreuses règles relatives à la nature du fond. Tout d’abord, les produits sur lesquels le gérant peut investir sont établis à la création du fond et ne peuvent pas évoluer par la suite. Par exemple, si une société choisit d’investir dans des actions sur le marché européen uniquement, elle ne pourra pas par la suite élargir sa stratégie d’investissement sur les marchés émergents même 10 ou 20 ans plus tard. Un OPCVM choisit donc une catégorie qui sera son cœur de placement.

De la même manière, le nombre de parts disponible dans un fonds est défini à sa création et n’est pas modifiable. C’est d’ailleurs ce qui rend certains fonds particulièrement réputés : un fond composé de peu de parts sera plus prisé qu’un fond qui vend un nombre excessif de parts.

La composition du fond varie selon le profil d’investissement : un portefeuille investi majoritaire en actions comportera plus de risque qu’un portefeuille investi majoritaire en obligations.

Les FCP et SICAV peuvent être souscris via l’assurance-vie, mais l’investisseur peut également choisir de le faire sur un compte titre, ce dernier lui donnant généralement plus de choix en terme de fonds que l’assurance-vie. Le PEA est un cas particulier : seuls les produits contenant au moins 60% d’actions françaises pourront figurer dans un plan d’épargne en action.

Attention : un fond n’est pas une garantie de performance ou de rendement. Tout comme la gestion en direct, les fonds sont aussi des produits à risque, fluctuant à la hausse comme à la baisse. Il est certes improbable de perdre la totalité de son investissement dans des fonds, mais les pertes peuvent quand même être considérables.

Les OPCVM sont une solution appropriée aux boursicoteurs qui n’ont pas les connaissances ou le temps suffisants pour investir en Bourse.

© 2010 – Cafedelabourse.com