Réduisez le risque avec les options

Réduisez le risque avec les options




 

Un grand nombre de personnes pensent à tort qu’il est plus risqué d’investir sur des options que sur des actions. Cela s’explique par le fait que la plupart des investisseurs ne connaissent pas bien le concept d’effet de levier.

Les options peuvent présenter un risque limité voire moindre qu’une action, à condition bien sûr que l’investisseur sache les utiliser correctement.

Voici comment utiliser à bon escient les options et l’effet de levier qu’elles procurent.

Qu’est-ce que l’effet de levier ?

L’effet de levier peut être appréhendé de deux manières très différentes.

On peut définir l’effet de levier comme étant “l’utilisation d’une somme d’argent pour prendre une position plus grande. Cette interprétation-là peut vous jouer de mauvais tours. Un euro investi sur une action ne comporte pas le même risque qu’un euro investi sur une option.

Une seconde interprétation de l’effet de levier, plus prudente : prendre une position de même taille tout en risquant moins de vos capitaux. C’est cette définition que vous devrez adopter.

Un exemple pratique

Vous souhaitez investir €20 000 en Bourse et l’action qui vous intéresse cote €50. Pour le même montant d’investissement de départ, vous avez deux possibilités (dans notre situation, nous réduisons les possibilités à option / action) :

  • Acheter 400 actions à €50
  • Acheter 20 contrats d’option à €10 l’option et contrôler ainsi 2 000 actions.

Pour le même montant investi, vous contrôlerez un plus grand nombre d’actions en achetant un contrat d’option. Cependant, contrôler plus d’actions ne signifie pas prendre moins de risque et c’est là une distinction essentielle à assimiler. Avant de choisir entre un contrat et une option, il est indispensable d’évaluer correctement le risque encouru.

Dans l’exemple ci-dessus, il paraît à première vue plus judicieux d’investir sur un contrat d’option.

Avec l’action, vous prenez le risque de perdre la totalité de votre investissement si le cours de l’action dégringole subitement de €50 à €0, ce qui reste peu probable.

Avec l’option, il suffit que l’action passe en dessous du prix d’exercice du call, en l’occurrence 40€, pour perdre la totalité de vos 20 000€ ! Si vous aviez choisi de mettre vos 20 000€ dans 400 actions, vous seriez en moins-value latente de “seulement” 2000€.

Il existe donc bien un écart de risque selon que l’on choisit d’investir une même somme d’argent dans une option dans une action. Cet écart de risque vient de la mauvaise utilisation de l’effet de levier.

Etudions maintenant deux méthodes pour diminuer la prise de risque.

Calcul du risque

En investissant €20 000 directement sur des actions cotant €50, vous obtiendrez 400 actions.

Dans le cas d’achat d’un call, vous achetez 4 calls afin de contrôler 400 de ces actions. Acheter un contrat d’options vous permet dans cette situation de débourser moins d’argent pour contrôler autant d’actions

Tout dépend de ce que vous souhaitez obtenir de votre investissement : maintenir une même position en investissant moins (définition 2 de l’effet de levier) ou préférer l’investissement qui encoure le moins de risque.

Exemple : Vous décidez d’acheter 10 calls dans-la-monnaie à échéance novembre avec un strike de €40 pour €2100 par contrat. C’est-à-dire que votre investissement pour dix contrats (soit 1000 actions) s’élèvera à €21 000.

Si vous aviez acheté directement 1 000 actions BNP Paribas à €53,45 pièce, vous auriez déboursé €53 450. Les options vous auront donc permis d’économiser €32 450, soit environ 60% de ce que vous auriez payé pour les 1 000 actions BNP.

Soyez opportuniste

Que faire de ces €32 450 économisés ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Profiter de ces économies pour prendre d’autres positions et ainsi diversifier votre portefeuille
  • Conserver cet argent sur un compte rémunéré pour toucher des intérêts

Dans le deuxième cas, le revenu des intérêts de votre compte est ce qu’on pourrait appeler un “dividende artificiel”. Tout se passe comme si vous aviez fabriqué un dividende ! Au taux de 2% par exemple, vous toucherez €649 par an, ce qui peut être vu comme un “dividende” de €1,62 par action.

Note : dans cet exemple, la variation du cours de l’action n’est pas prise en compte.

Les options, une alternative aux stop-loss

Dans le cas d’une action

Vous décidez d’acheter 1 000 actions à €53,45 l’unité pour un montant total de €53 450. Prudent que vous êtes, vous entrez un ordre stop pour limier votre perte potentielle maximale à 25%, soit €13 897.

Dans le cas d’une option

Vous achetez un call pour exactement €13 897. Ainsi, la somme que vous risquez de perdre avec l’option est égale à la somme que vous risquiez de perdre en achetant directement les actions. En faisant ainsi, on a égalisé le risque entre ces deux scénarios d’investissement.

Gare aux gaps d’ouverture …

Si vous investi directement en actions, les ordres stop ne vous protègeront pas contre les gaps d’ouverture. Les pertes peuvent donc êtres colossales, et c’est là la différence avec l’option.

En effet, si à l’ouverture de la séance le cours de l’action passe en dessous du strike (et que l’option expire ce jour-là), vous perdez la totalité des €13 897 déboursés pour l’option, et pas plus. Dans le cas où vous investi directement en actions, vos pertes seront bien supérieures et pourront atteindre jusqu’à €53 450.

Dans le cas d’une forte chute du cours, la position de l’option est alors assurément moins risquée que celle de l’action.

Conclusion

Quand vous achetez une option, vous risquez uniquement la somme que vous avez payé pour l’option. C’est-à-dire que si le cours de l’action chute à l’ouverture en bourse, vous n’aurez perdu que cette somme tandis que ceux qui auront préféré les actions avec ordre stop enregistreront une perte plus importante.

Bien maîtriser le concept d’effet de levier vous permettra de faire l’investissement parfait sur des options qui vous rapporteront une plus-value considérable.

Attention toutefois, les options ne sont pas un produit facile à utiliser et si les valeurs utilisées dans les exemples présentent des profits formidables, elles peuvent aussi vous ruiner.

© 2010 – Cafedelabourse.com