5 start-ups françaises d’avenir

5 start-ups françaises d’avenir




5 start-ups françaises d’avenir image

AugmenteDev, Capital Koala, Flipmylook, Scan & Target et Voxeet. Voici 5 start-ups françaises innovantes, ludiques ou encore pratiques qui sont sur le point de révolutionner leur marché respectif.

AugmenteDev révolutionne l’achat sur internet

La réalité augmentée n’est plus un terme emprunté à la science-fiction. Il envahit désormais le quotidien grâce à la start-up AugmenteDev, fondée fin 2011. L’application AugmenteDev disponible sur Apple et Play Store permet de visualiser à travers son smartphone n’importe quel objet dans l’environnement qui nous entoure et de répondre à des questions telles que : est-ce que l’étagère que j’ai vu en magasin irait bien dans mon salon ? L’écran LED de 127 centimètres habillerait-il bien mon mur ? Les réponses passeront désormais par votre téléphone portable.

Téléchargée 50 000 fois en un an, l’application enregistre 300 nouveaux utilisateurs par jour venant des Etats-Unis (19%), de France (10%) ou encore de Chine (10%). Le business model est simple, la galerie ou le vendeur paye un abonnement pour pouvoir proposer aux utilisateurs ses produits.

Pour le moment, la start-up a passé des contrats avec des galeries d’art qui permettent de visualiser les tableaux dans son espace de vie. Dans les mois à venir, ce sont des produits de Samsung et de Whirlpool qui devraient venir garnir le catalogue de l’application. La technologie d’AugmenteDev sera également proposée à d’autres enseignes. Les utilisateurs peuvent ausi obtenir les modèles en 3D d’objets en leur choix en les prenant en photo.

Capital Koala prépare l’avenir de vos enfants

De nombreux sites internet proposent des réductions en achetant sur leur plateforme. Et si ces réductions devenaient de l’épargne pour votre enfant ? C’est l’idée des deux fondateurs de Capital Koala. A chaque achat que vous faites auprès de l’un des milliers de partenaires de Capital Koala, la société se charge de récolter la réduction sous forme d’épargne pour votre enfant ou petit enfant. Ce capital sera transféré sur un compte ouvert au nom de votre enfant qui pourra l’utiliser plus tard pour financer ses études par exemple.

Lancé en septembre 2011, Capital Koala enregistre déjà 20 000 membres, le chiffre d’affaires provenant des commissions des commerçants et des banques partenaires devraient atteindre les 250 000 euros pour cette première année.

La société est entièrement autofinancée par ses deux fondateurs qui fort de lors succès envisagent de nombreuses pistes de développement à l’internationnal, en duplicant leur modèle à d’autres thématiques que l’enfance comme la retraite ou en proposant en plus des commerçants internet des boutiques physiques.

Flipmylook invente la cabine d’essayage virtuelle

Flipmylook, c’est une cabine d’essayage virtuelle sur mobile et tablette. Une application lancée le 21 juin 2012 sur l’Apple Store par la start-up fondée en mars 2012. L’utilisateur crée son look sur un mannequin virtuel. Il pourra ensuite partager ses coups de cœur vestimentaires via les réseaux sociaux et surtout acheter les vêtements qu’il souhaite en étant soit redirigé vers le e-shop de la marque, soit par géolocalisation qui lui indiquera le magasin le plus proche.

Le catalogue se compose pour l’instant d’une soixantaine de marques comme Sessun, A.P.C, Ben Sherman ou encore Armistice. Une vingtaine d’autres devrait arriver pour offrir un choix encore plus important aux internautes. De plus, les utilisateurs pourront recevoir des bons de réduction sur leurs marques favorites en partageant leurs coups de cœur. 

Le business model de la start-up s’appuie sur des commissions versées par les marques partenaires, par le nombre de redirection vers les sites des marques et par la publicité. L’objectif annoncé est de 17 000 téléchargements de l’application en 2012. Le cofondateur Arnaud Péré avance déjà que ce chiffre devrait être rapidement dépassé d’autant plus qu’une version Androïd est en cours de développement.   

Scan&Target protège l’image de marques

Cette start-up fondée en 2007 risque de fortement intéresser les grandes entreprises. Scan&Target s’engage à aider les marques à protéger leur image sur les réseaux sociaux grâce à un logiciel qui détecte et trie en temps réel les spams et les mauvais commentaires. Une technologie qui s’applique même au langage déstructuré ou encore SMS, que ce soit sur une page Facebook ou sur une page communautaire propre du client.

Scan&Target rappelle que 4 millions de sociétés possèdent désormais une page Facebook. Cette solution pourrait donc devenir indispensable pour les enseignes qui souhaitent protéger et défendre leur image sur les réseaux sociaux. Le logiciel de Scan&Target est proposé en abonnement avec des prix allant de 200 euros à quelques milliers d’euros selon la complexité et le nombre de flux à analyser. La société possède pour l’instant une dizaine de clients français tels que Canal+, le groupe Prisma Presse ou encore PMU.

Pour les dirigeants, le gros du marché se situe outre-Atlantique auprès d’entreprises qui n’hésitent pas à allouer de gros budget pour garantir leur image en ligne. C’est dans cette optique que la troisième levée de fonds de Scan&Target sera destinée au développement de la branche commerciale aux Etats-Unis.

Voxeet révolutionne la call conférence

Si la structure de la start-up bordelaise Voxeet a vu le jour en 2012, le travail de R&D sur la technologie qu’elle propose est en élaboration depuis 2009. Ces 3 ans de recherches ont abouti à un logiciel de téléconférence audio de qualité supérieure grâce à une reconstitution en 3D du son. En d’autres termes, le logiciel permet de réaliser une call conférence identique au niveau sonore à une conférence physique en simulant le trajet sonore d’une salle et en traitant chaque voix séparément.

Une technologie qui a valu à la start-up un prix lors de la conference Demo, un événement qui s’est déroulé dans la Silicon Valley en avril 2012. Cette récompense permet à la société de se faire un nom outre-Atlantique et de se lancer dans une levée de fonds d’environ 1,5 millions de dollars. L’objectif de cette augmentation de capital est de développer l’activité commerciale de la start-up aux Etats-Unis notamment en augmentant son effectif composé d’une quinzaine de personne pour le moment.

Cette solution de call conférence haut de gamme est disponible en version bêta sur pc depuis juin 2012. D’autres options sont disponibles moyennant des forfaits comme la possibilité d’organiser des conférences à plus de trois personnes, l’enregistrement des réunions ou, prochainement, la possibilité de faire des apartés entre plusieurs personnes pendant la conférence. La société envisage également de vendre sa technologie aux spécialistes de vidéo conférence comme Skype.

 

Ces 5 start-ups français sont sans doute amenées à rencontrer le même succès que leurs grandes soeurs : Criteo, Fotolia, Talend, Monshowroom.com, Wysips et Kobojo.

Jérémy Lemière et Louis Yang