Entretien d’embauche : comment bien répondre aux questions difficiles

Entretien d’embauche : comment bien répondre aux questions difficiles




Toujours difficile à appréhender, l’entretien d’embauche est un exercice qui demande préparation et maîtrise de soi. Nous avons demandé à Eva Croizier, directrice du cabinet de recrutement Nexea de nous en dire plus sur l’attitude à adopter face à quelques questions pour le moins déroutantes.

4 questions pièges d’entretien d’embauche auxquelles il faut savoir répondre

« Avec quel genre de personnes avez-vous du mal à travailler ? »

Cette question est avant tout destinée à déterminer les relations que vous pouvez entretenir avec la hiérarchie. C’est également une manière détournée pour le recruteur de vous faire parler de vous.

Les réponses reflètent souvent le comportement que vous allez avoir par la suite dans votre milieu professionnel et témoignent des valeurs qui vous sont chères quand vous avouez avoir des difficultés à travailler avec certains types de personnes.

Cette question n’est pas un piège. Jouer la carte de l’authenticité sera d’autant plus apprécié que le recruteur cherche simplement avec cette question à mieux vous connaître.

« Combien valez-vous ? »

Là encore, il ne s’agit pas d’une question piège. Il est important de connaître sa valeur sur le marché du travail. En vous demandant de vous évaluer, le recruteur veut comprendre votre prix. Des compétences particulières dont n’aurait pas besoin votre interlocuteur peuvent vous faire sortir de la fourchette qu’il s’est imposée. Il a avant tout besoin de préserver l’homogénéité de son entreprise.

Vous devez également être capable d’expliquer pour quelles raisons vous avez eu ou non une augmentation. Expliquez l’évolution de votre courbe de salaire.

« Quels sont vos échecs ? »

C’est une question qui pose beaucoup de problèmes aux candidats. Il est toujours difficile de dévoiler ses échecs. Mais comme le recruteur lui-même, on en a tous subi et il ne faut donc pas reculer devant cette question. Il est important de montrer le recul que vous avez envers cet échec et votre capacité à vous en remettre et à en tirer des leçons.

« Si vous aviez une baguette magique, que feriez-vous ? »

Ce genre de questions peut survenir à la fin de l’entretien. Elle n’est pas posée pour déstabiliser le candidat. Au contraire, elle sert à détendre l’atmosphère.

Je préconise plutôt une réponse humoristique qui témoignerait de votre sens de la répartie et votre capacité à rebondir rapidement lors d’une situation inattendue.

Nexea est un cabinet de recrutement généraliste crée par Eva Croizier (spécialisée dans le commerce et le marketing) et Charlotte Valentin (spécialisée dans la finance). Fortes de leurs 15 années d’expérience dans le conseil en ressources humaines, elles conseillent et accompagnent leurs clients dans leur cabinet depuis 2008.