Participez gratuitement à la nouvelle émission en ligne Parlons investissement de XTB*
Comment l’inflation affecte-t-elle vos investissements ?

Comment l’inflation affecte-t-elle vos investissements ?




Lorsqu’il s’agit d’inflation, la question que beaucoup d’investisseurs se posent est : comment va-t-elle affecter mes investissements ? Question d’autant plus cruciale pour les personnes ne vivant que grâce à des revenus fixes, comme les retraités.

L’impact de l’inflation sur votre portefeuille dépendra du type de titres que vous possédez. Si vous n’investissez que dans les actions, le problème de l’inflation ne devrait pas vous poser problème. Sur le long terme, le chiffre d’affaires et les recettes d’une société devraient augmenter au même rythme que l’inflation. Seule la stagflation fait exception à la règle. En effet, une économie faible couplée d’une augmentation des coûts est mauvais pour les actions. L’entreprise se retrouve alors dans la même situation que le consommateur de base : c’est-à-dire que plus l’un ou l’autre conserve de cash, plus leur pouvoir d’achat est érodé par l’inflation.

Le problème majeur des actions et l’inflation est que les bénéfices d’une société auront tendance à être surestimés. En période d’inflation importante, une entreprise pourra sembler prospérer alors que l’inflation sera la véritable raison de cette croissance. Lorsque vous analysez les états financiers de sociétés, il est important de garder à l’esprit que l’inflation peut aussi affecter les bénéfices de l’entreprise, suivant la méthode (LIFO ou FIFO) utilisée par l’entreprise pour vérifier sa valeur d’inventaire.

Les investisseurs à revenus fixes sont les plus durement touchés par l’inflation. Supposons que l’année dernière vous ayez investi 1 000 euro dans un bon du Trésor avec un rendement de 10%. Maintenant que vous êtes sur le point d’encaisser les 1 000 euro que l’on vous doit, pensez-vous que vos 100 euro (les 10%) d’intérêts sont réels ? Bien sûr que non ! Partons du principe que l’inflation ait été positive durant l’année, votre pouvoir d’achat a donc diminué et, par conséquent, vos intérêts réels avec. Il faut prendre en compte la part tronquée par l’inflation. Si l’inflation avait été de 4%, alors vous auriez dû être rémunéré de 6%.

Cet exemple démontre bien la différence entre les taux d’intérêts nominaux et les taux d’intérêts réels. Le taux d’intérêt nominal est le taux de croissance de votre argent alors que le taux d’intérêt réel représente la croissance de votre pouvoir d’achat. En bref, le véritable taux d’intérêt est le taux nominal moins le taux d’inflation ! Dans notre exemple, le taux nominal est de 10% et le taux réel de 6% (10% – 4% = 6%).

En tant qu’investisseur, vous devez vous attachez plus au rendement réel. Malheureusement, on a plutôt tendance à vérifier le taux nominal et à oublier son pouvoir d’achat.