Inflation, déflation et investissement : comment gagner plus de 15% par an ?

Inflation, déflation et investissement : comment gagner plus de 15% par an ?




Edito de notre contributeur Charles Dereeper.

Suite à l’édito publié sur Cafedelabourse où je présente les fermes solaires qui rapportent 19% par an pendant 25 ans avec une mise de fonds d’environ 175.000 euro, voici quelques précisions complémentaires.
Nous parlons d’avenir ici, avec toute la fragilité des raisonnements que cela suppose !

Dans un récent édito accessible ici, j’ai présenté la solution que j’avais choisi pour placer de l’argent à long terme. Comme à mon habitude, j’ai sous estimé certains éléments que j’aurais du apporter en complément.

Voici donc un nouvel édito sur le sujet.

Premier point : le système inflationniste

J’ai mis du temps à comprendre pourquoi que les élites s’acharnaient à maintenir en place l’inflation, alors que la déflation est favorable aux peuples en augmentant leur pouvoir d’achat. Comme je l’ai déjà exprimé dans divers éditos sur ce site, l’inflation favorise les élites économiques et politiques des pays.

Pour une bonne et unique raison : elle sécurise les emprunteurs en réduisant la prise de risque et en augmentant la rentabilité naturelle des projets. L’effet de levier bancaire est donc la grosse cause de notre monde inflationniste.

J’ai écrit en 2007 “Acheter ou Louer”, dans lequel j’ai modélisé le choix sous-jacent à l’aide d’un tableau excel.

La conclusion est qu’il est nécessaire d’avoir plus de 4% d’inflation immobilière par an pour amortir tous les surcoûts liés à la propriété par rapport à la location. Le livre s’est heurté de plein fouet aux croyances erronées des Français au regard de la situation immobilière de 2006 / 2007, voire 2008.

Ce besoin d’inflation est identique pour les projets des États ou des entreprises. A partir du moment où il y a un produit à vendre dont les prix sont réajustés sur le niveau d’inflation et de l’autre, un endettement à taux fixe, une rentabilité mécanique est créée.

Deuxième point : la situation macro économique aujourd’hui

Idéalement, en tant qu’investisseur, si vous empruntez à un moment de l’histoire économique où les taux fixes sont bas, l’inflation basse et que les deux décennies suivantes voient une hausse des prix se muscler, vous gagnez sur toute la ligne. L’enrichissement est même très fort. C’est ce qui est arrivé aux Français dans les années 70 ou dans l’immobilier dans les années 2000 avec l’inflation immobilière.

J’estime aujourd’hui que nous sommes dans une situation semblable.

Une ferme solaire est un projet d’investissement à horizon 25 ans. Je ne dis pas qu’il ne va pas y avoir une crise déflationniste d’ici l’été 2012 (A lire l’article sur ce sujet), date à laquelle les encours de crédit ne mettront plus en péril le système bancaire.

Mais …

A horizon 25 ans, j’ai aussi identifié des éléments que je pense être hautement inflationnistes.

1. La Chine, l’Inde et le Brésil s’industrialisent et vont devenir de gros consommateurs d’énergie, de terres agricoles et de métaux.

Des tensions sur l’offre sont inévitables.

2. Les états occidentaux sont sur endettés et ont un grand intérêt à réinflater l’économie dans la décennie qui vient par l’intermédiaire de la politique monétaire. Il faut être aveugle pour ne pas voir les énormes efforts entrepris en ce sens…

3. Le peak oil n’est pas une invention. Même les pétroliers reconnaissent petit à petit son existence. Qui dit tension sur le pétrole dit valorisation immédiate du solaire. En outre, en France, pays exceptionnel dans le paysage avec son leadership mondial dans le domaine nucléaire, le parc des centrales vieillit. Les solutions alternatives en électricité émergent avec plus de force.

4. Il n’est pas impossible que les voitures électriques finissent enfin par entrer dans les mœurs de consommation, ce qui stimulerait très fortement la demande d’électricité en occident.

Troisième précision à propos des fermes solaires d’Objectif Solaire

Je comprends que les 19% de rendement moyen pendant 25 ans laissent perplexe, mais c’est une réalité. Avec seulement 2% d’inflation par an et l’effet de levier bancaire, la rentabilité naturelle explose.

Maintenant, avec 3,5% d’inflation par an, une ferme solaire vous rapportera 32% par an.

Pourquoi est-ce possible ?

1. Le taux d’inflation détermine les tarifs de rachat d’électricité. Si vos mensualités sont fixes et engagées à un niveau très bas d’intérêts, ce qui est le cas actuellement en 2009, tandis que vos produits d’exploitation n’arrêtent pas d’augmenter au fil des années, en valeur relative, votre rentabilité explose.

2. L’inflation détermine les taux d’intérêts. Quand vous avez une trésorerie naturelle issue de l’amortissement de votre matériel industriel qui est placée, plus les taux montent, plus vous capitalisez. A horizon 25 ans, les écarts sont énormes. Ce sont des centaines de milliers d’euros en plus ou en moins.

3. Les gouvernements occidentaux doivent donner l’exemple en stimulant la production d’énergies renouvelables. Ils subventionnent donc en fixant un tarif largement supérieur aux marchés, un peu comme dans l’agriculture. Il faut être très clair là-dessus. Sans subvention, l’énergie solaire n’est aujourd’hui pas rentable. Pour qu’une industrie naisse et amortisse la recherche dans ce domaine, à un moment donné, l’aide des Etats est nécessaire.

Réponse aux réflexions des internautes

Par rapport aux remarques qui ont été apportées dans les commentaires du premier édito, je trouve qu’elles sont irrecevables sur un plan technique ou autre. 30.000m² ont déjà été posés. L’expérience technique est là. Le savoir faire d’ILEO, composé du groupe Navallon et de Mecotech n’est plus à prouver.

Comparer des installations sur des toits de maisons particulières avec des fermes de 2000 m² n’est pas très fair play. ILEO a prévu un système de rémunération en fonction de la production. Si votre ferme ne fonctionne pas bien, il ne touche rien ! ILEO est donc un prestataire partenaire qui a tout intérêt à ce que le projet fonctionne correctement…

Et en plus, ce sont des détails. La vraie mécanique est celle que je viens d’exposer dans le présent édito. Il n’y a aucun secret. Tout repose sur vos anticipations d’inflation ou de déflation.

Dernier point, en plus de l’attrait financier, nous parlons ici de projet de société

Il faut savoir que le bâtiment agricole ou industriel est offert gracieusement en échange d’un bail emphytéotique d’une durée de 30 ans. Cela a deux conséquences.

La première est que le bénéficiaire peut travailler avec l’usufruit de matériel et produire. Je trouve cela positif.

La deuxième est la recherche du rendement parfait pour les panneaux : en construisant un bâtiment neuf, l’angle et l’exposition sont calculés idéalement. En outre, la technologie brevetée de Mecosun permet que les panneaux servent également de toit.

Du coup, ils sont ventilés naturellement et chauffent moins. Ceci est à comparer aux intervenants dans le solaire qui posent des panneaux sur du bâti ancien qui n’a pas été conçu à l’origine pour cela.

Enfin, à titre personnel, je rêve d’un monde utilisant des moteurs à électricité dans les transports et une production à l’aide de la technologie du solaire. J’espère sincèrement que Vincent Bolloré parviendra à s’imposer dans cette industrie automobile paresseuse qui mérite amplement ses déboires actuels.

J’estime donc que ce projet de fermes solaires permet d’avoir à la fois un rendement financier très sécurisé (garantie EDF) et la défense d’une cause de société qui me plaît.

Comment en suis-je arrivé à cette histoire de fermes solaires ?

En discutant une fois par mois avec Loïc Abadie depuis deux ans sur la situation macroéconomique, il ressort que ses anticipations se sont à peu près toutes réalisées. Je trouve ce petit bonhomme tout simplement incroyable. J’ai un immense respect pour tout ce qu’il pense et j’intègre toujours ses points de vue dans mes raisonnements.

Aujourd’hui, Loïc Abadie s’attend à une crise déflationniste, accompagnée d’une chute de l’immobilier en France de 10% par an environ pendant trois ans. Mais il surveille aussi de très près les taux à 10 ans US, car il a peur que la situation monétaire dérape. Nous vivons actuellement une expérience monétaire géante unique dans l’histoire. Bien prétentieux celui qui peut prévoir avec certitude l’avenir. Pour Loïc, un passage des taux d’intérêts US à 10 ans au-dessus des 5% serait le signal majeur d’un grand retour de l’inflation.

Il est certes un peu tôt pour investir dans le solaire par rapport aux cycles économiques, mais j’ai cherché une alternative fondée sur l’endettement et la réévaluation du prix de vente d’un produit. Les fermes solaires me sont apparues comme un projet idéal. Je préfère avoir tort pendant deux ou trois ans et ne pas rater l’occasion sécurisée qui se présente, plutôt qu’attendre et voire le niveau des subventions baisser avant l’heure, comme en Espagne, tuant l’opportunité d’un coup ! Je comprends que cela puisse faire peur aujourd’hui, mais qui achète au plus bas en Bourse ?

J’ai calculé : il y a environ 25.000 euro d’écart dans la comptabilité avec une déflation de 2% des tarifs de rachat pendant deux ans et une inflation – déflation nulle la troisième année.

En outre, cela signifie aussi que les taux d’intérêts long terme baisseront. Toute la simulation est construite avec un taux de 4,8%, assurance comprise. Si je prends 4,6% assurance comprise, j’obtiens 40.000 euro d’économie de charges d’intérêts. Vous comprendrez donc pourquoi je préfère réserver dès aujourd’hui. A charge de piloter le lancement des travaux au moment opportun entre déflation et baisse de taux.

Pour être franc, je n’arrive pas à croire à un retour d’inflation comme dans les années 1970. La conviction sur laquelle j’ai bâti mon projet personnel est 2% d’inflation annuelle pendant 25 ans. Au-delà, ce serait une bonne surprise. 2% me convient amplement.

Charles Dereeper

P.S. : face à l’afflux de demandes d’information reçu, environ 150 en quelques jours, j’ai décidé d’intégrer ce projet qui gère la vente de fermes solaires clés en main. Je suis donc à la fois client et intervenant. Si vous souhaitez des informations complémentaires économiques ou techniques, n’hésitez pas à me contacter en direct sur charles(at)objectifsolaire.com. Je vous enverrai une documentation et répondrai à vos questions.