Jusqu'à 1000€* de bonus en tradant les Turbo24 avec IG. Risque de perte en capital*

“Les faibles valorisations nous rendent positifs sur les actions à moyen terme”




Présentez SwissLife Gestion Privée et votre philosophie d’investissement.

SwissLife Gestion Privée est la société de gestion de SwissLife Banque Privée, établissement détenu par SwissLife et le groupe Viel depuis septembre 2007. En septembre 2008, la société Arpège Finances, ancienne filiale du groupe Viel spécialisée dans la multigestion, a rejoint SwissLife Gestion Privée.

Dorénavant, SwissLife Gestion Privée dispose de deux expertises complémentaires, à savoir la gestion de titres vifs ET la multigestion à base d’OPCVM, avec une seule philosophie de gestion : une gestion de conviction.

Cette gestion de conviction se traduit par une gestion active non benchmarkée, caractérisée par la recherche de sur performance et non par la réplication passive d’un indice, et d’autre part, par une gestion opportuniste, liée à aucun style en particulier (growth, value, blend, GARP…) mais visant à choisir les classes d’actifs et les supports d’investissement les plus pertinents et les plus adaptés à l’environnement économique et au contexte actuel des marchés.

Quelles stratégies de gestion mettez-vous en place face à la crise ?

Le manque de visibilité quant à l’intensité du ralentissement économique qui se dessine depuis plusieurs mois, nous a conduit depuis la fin de l’année dernière à réduire progressivement l’exposition aux marchés actions sur l’ensemble de nos portefeuilles. Pour être plus précis, nous avons réduit notre exposition aux marchés émergents et aux valeurs moyennes et avons réemployé les liquidités sur d’autres actifs tels que du monétaire ou encore sur des obligations privées, relativement bien notées (investment grade), de maturité courte (inférieure à 3 ans), offrant des rendements particulièrement élevés (entre 5 et 8%) dans cet environnement caractérisé par une grande méfiance des opérateurs envers les entreprises et leur situation financière.

Concrètement, nous avons à ce jour chez SwissLife Gestion Privée une exposition actions de 26% et 68% sur nos profils prudents et dynamiques.

Quelles sont les valeurs / secteurs les mieux armés pour traverser la crise ?

Globalement, dans la mesure où subsistent encore pas mal d’incertitudes, nous allégeons les valeurs liées à des secteurs cycliques tels que l’automobile, la construction, les matières premières au sens large, les biens d’équipement ou encore les financières et à les arbitrer en faveur de secteurs plus défensifs comme la santé, la pharmacie ou les télécoms. Malgré la faiblesse des cours du pétrole (45 dollars sur le Brent) nous revenons aussi progressivement sur les raffineurs, en raison de leur faible valorisation.

En ce moment, nous préconisons des valeurs comme France Telecom, Air Liquide, Vivendi, Recordati Spa, Suez Environnement, Alstom, Mobistar, Total ou encore Essilor.

Que peut-on attendre de 2009 ?

La faiblesse des valorisations (7,6 et 7,7x pour le CAC en 2008 et 2009) et la forte baisse des marchés depuis le début de l’année (- 45% pour les marchés européens et – 40% pour les marchés américains) nous conforte dans notre idée de rester positifs sur les marchés actions dans une optique de moyen terme, mais la faible visibilité sur la conjoncture économique milite pour une grande prudence et une sous pondération de cette classe d’actifs tant que l’horizon ne se dégage pas un peu plus. En effet, la crise du secteur bancaire n’est vraisemblablement pas terminée, et les gouvernements ne savent pas encore exactement quoi faire pour faire face à cette crise, à l’instar du plan Paulson initial de 700 milliards qui a été revu ces derniers jours.

Nos fonds SLGP Euro-Value (FR00100676031) et SLGP Diversifié Intégral (FR0007420047) répondent parfaitement à cet environnement pour des investisseurs soucieux de valoriser leurs actifs dans une optique de moyen-long terme. Le premier va chercher à identifier des sociétés offrant une bonne visibilité tout en ayant une situation financière solide et les sociétés offrant des rendements (récurrents) élevés, tandis que le second, fonds diversifié, recherchera le meilleur couple risque/performance au travers une allocation d’actif (actions et/ou d’obligations et de produits de taux français ou étrangers) et une sélection de valeurs discrétionnaires.

Jean-Philippe Muge
Gérant, SwissLife Gestion Privée

Propos recueillis par Laurent Curau pour Cafedelabourse.com