Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Le titre Société Générale semble sous-valorisé

Le titre Société Générale semble sous-valorisé




Alors que l’action est en chute libre depuis le début de l’année, tentons d’y voir plus clair sur les rumeurs qui entourent le titre sans oublier de se tourner vers les résultats du premier semestre.

Résultats en amélioration au premier semestre 2011

La banque a fait état d’une amélioration de ses revenus de +4,4% au 1er Août 2011. En comparaison au 1er trimestre, le bénéfice net de la banque s’envole de +250% sur le T2. Le poids des actifs gérés en extinction est en baisse. Le groupe montre ici sa volonté d’assainir son bilan.

La Société Générale améliore également son ratio Core Tier 1 à 9.3% à fin Juin 2011 (+0.7 points au S1) et anticipe être en ligne avec les normes Bale III d’ici 2013.

La direction de la banque, donc le titre chute de plus de 60% depuis le début de l’année, a annoncé un vaste plan d’économies afin de rassurer les marchés, notamment par une “réduction significative d’effectifs” et une baisse de 5% des coûts. La banque écarte une fois de plus une augmentation de capital.

Exposition aux dettes souveraines

C’est principalement l’exposition de son portefeuille bancaire aux dettes souveraines qui détermine les valorisations en ce moment. Intéressons-nous donc de plus près celui da la Société Générale :

  • la SG est exposée à hauteur de 1 ,85 milliards d’euros à la Grèce, dont elle a provisionné 21% (comme ses concurrentes BNP ou Crédit Agricole). Au final l’exposition est donc de 1,45 milliards d’euros après dépréciation.
  • L’exposition cumulée de la banque à l’Irlande, l’Espagne et le Portugal s’établit à 1,8 milliards d’euros
  • Vient enfin l’Italie, à laquelle la SG est la plus exposée, pour un montant de 2,2 milliards d’euros. Elle apparaît toutefois modérée en comparaison à l’exposition de 24 milliards d’euros de BNP Paribas.

Faillite, recapitalisation. Des rumeurs, encore des rumeurs

De nombreuses rumeurs ont littéralement massacré le titre SG en Bourse : rumeurs de faillite, ou encore ces derniers jours, de recapitalisation. La banque les a toutes niées en bloc, et on a appris dernièrement que Siemens a retiré 500 millions d’euros auprès de la banque rouge et noire.

Toutefois, Siemens a en fait monté sa propre structure bancaire pour ne plus dépendre des banques. Ce n’est donc pas la solidité de la SG que Siemens remet directement en cause, comme on a pu l’entendre.

Le titre SG sous-valorisé

Le titre SG se traite actuellement à près du tiers de ses fonds propres, selon certains analystes. Dans une note en début de semaine, Crédit Suisse notait l’intérêt des investisseurs américains pour les valeurs bancaires européennes en cas de rebond.

Mais sans annonce d’injection de capital ou de garanties de financement, la baisse devrait se poursuivre. Un retour sur le plus bas à 14.30€ reste envisageable. On peut légitimement se demander si la baisse n’est pas exagérée : le marché semble surtout condamner l’absence de visibilité sur la crise des dettes souveraines en Europe.

S’il faut retenir une chose, c’est bien que le titre SG semble actuellement sous-valorisé, surtout au regard de son exposition aux dettes des PIIGS qui ne représentent que 1% de son bilan consolidé.

Thomas Jeulin

Avertissement important : Cette analyse n’est fournies qu‘à titre d’information et ne constitue en aucun cas un conseil ou une incitation à vendre ou acheter un titre, quel qu’il soit.