“L’intérêt pour le trading s’est fortement accéléré”

“L’intérêt pour le trading s’est fortement accéléré”




Quels sont les rendez-vous importants de ce salon du trading 2012 ?

Parmi les 50 conférences de cette année, nous aborderons notamment les thèmes suivants :

  •  Le 1er focus sera sur les Options Binaires auxquelles seront également associées les Options (dites « classiques » pour les différencier). Nous expliquerons clairement le mécanisme et l’utilisation, ainsi que la présentation de stratégies qui fonctionnent réellement.
  •  Le 2ème focus portera sur le Trading Automatique et les Trading Systems. Ce qu’on appelle aussi les Robots traders, ainsi que les boites noires, et tout ce qui autour des ces sujets a fait couler beaucoup d’encres dans les journaux. Un point important puisque beaucoup de boursicoteurs moyens n’y comprennent pas grand chose, et par défaut craignent donc tout ce qu’ils ne maîtrisent pas.
  • Le 3ème focus sera orienté vers les outils qui tentent de disséquer sur le très court terme, le comportement des intervenants au travers des différents flux d’ordres. C’est ce qu’on appelait autrefois les Tape-Reading (la lecture du ruban ou Ticker Tape, en référence à la lecture des cours, via le ruban des téléscripteurs, télétypes ou télégraphes, en morse ou autre). Aujourd’hui, il peut se concevoir de manière beaucoup plus « graphique » ou visuelle, via un nouvel outil : Le Footprint.
  • La dernière nouveauté portera sur la possibilité pour les visiteurs de venir se mesurer sans risque aux 16 traders des Duels de Trading. Les professionnels inscrits pour ces duels in « real time » et « real money » disposeront d’un compte de 50 000 euros qu’ils risqueront sur la journée du vendredi. Les participants venus assister à ces duels pourront aussi se retrouver dans les mêmes conditions que ces compétiteurs via l’ouverture d’un compte virtuel avec notre broker partenaire.

Quel intérêt porte les particuliers au monde du trading ? Avez-vous assisté à des évolutions au fil des salons ?

Il est intéressant de noter que l’attrait pour le trading s’est fortement accéléré ces 3 dernières années. Il est allé de paire avec une très nette radicalisation du comportement des intervenants boursiers. A l’issue d’une dizaine d’années, la plupart d’entre eux, ont constaté que s’ils avaient conservé un comportement d’investisseur de type épargnant, ils n’auraient rien gagné, voire un peu perdu. On est loin d’une Bourse, que l’on regardait au début des années 2000, comme étant le meilleur placement sur le long terme.

A côté d’eux se sont toujours trouvés quelques « originaux », à savoir des intervenants ayant adoptés une attitude de traders et utilisant l’analyse technique pour prendre leur position. La masse des intervenants, composés essentiellement d’investisseurs, les connaissent parfaitement, et au début des années 2000, continuaient encore de les brocarder, sinon de les railler. Malgré cela, au bout d’un peu plus d’une décennie, il est devenu évident que ces derniers avaient fait le bon choix, en réussissant, malgré les yoyos répétés des marchés, à tirer leur épingle du jeu.

Pour profiter des tendances relativement courtes, il était nécessaire ces dernières années, d’être plutôt réactif, voire hyper-réactif, en adoptant le profil de trader. Certains de ces investisseurs, ont réussi à s’adapter rapidement, et ont acquis des réflexes de traders. D’autres ont été un peu plus lents, mais commencent aussi à changer leur fusil d’épaule.

Certains n’ont pas réagi et ont tout perdu dans la bataille. Ces derniers semblent dégoûter de la bourse pour un bon moment, et préfèrent investir dans l’immobilier plus sage, plus favorable et surtout plus en rapport avec leur style de vie.

Aujourd’hui, il ne reste en Bourse que ceux qui ont su prendre le virage de la réactivité. On ne peut pas vraiment parlé d’intérêt, mais plutôt de nécessité, si on désire y survivre.

Le monde de trading fascine t-il toujours autant ? A-t-il été victime d’un désamour lié aux récents scandales financiers ?

En période de crise, et plus particulièrement après un certain nombre de scandales financiers, les traders ont souvent été conspués par les médias et les politiques, jusqu’à sembler être également rejetés par l’ensemble de la population.

J’imagine qu’il faut parfois des boucs émissaires pour canaliser les mécontentements, et les traders peuvent parfaitement jouer ce rôle. Attendez cependant que la crise s’aggrave un peu plus. Malheureusement il y a de fortes probabilités que cela arrive, tant que rien ne sera réellement fait pour soutenir les entreprises en France. Le climat devrait se détériorer encore plus, sûrement jusqu’à se retrouver dans la même situation que l’Espagne. Vous verrez alors que les traders ne seront plus les seuls à être la cible des critiques. Peut-on imaginer malgré tout que ces professions fassent encore rêver ?

Pour être honnête, il est nécessaire de noter que cette animosité à l’égard des traders est déjà un peu passée de mode. On s’est vite aperçu, en tout cas je le crois, que les traders, c’est à dire ceux qui interviennent réellement sur les marchés, n’étaient en rien responsables ni des subprimes, ni de la crise financière, ni aujourd’hui de la crise économique.

Le soufflé est donc un peu retombé. Pour ceux qui agissent en Bourse, prennent des positions chaque jour, le statut de trader au sein d’une salle des marchés, reste des plus enviables. Il suffit pour s’en rendre compte de regarder différentes Grandes Ecoles comme l’ESSEC, l’ESLSCA, ou l’université Dauphine où je suis professeur pour noter que les demandes pour accéder aux formations, Master 1 et 2 « Salle de Marchés – Trading » sont très demandées par les étudiants.

Je crois donc que le monde du trading fascine toujours, et continuera à l’avenir de faire rêver un très grand nombre d’intervenants. Pour autant, il ne faut pas tomber dans le piège et imaginer qu’il sera facile d’y réussir. L’accès aux marchés, grandement simplifié par internet, procure l’illusion d’une certaine facilité quant à votre capacité de réussite. Or, il n’en est rien, et sans une préparation et un apprentissage assidu, vous avez toutes les chances d’y laisser votre chemise. 

 Interview réalisée par Jérémy Lemière

“L’intérêt pour le trading s’est fortement accéléré”