Rejoignez +28 000 abonnés : Inscrivez-vous gratuitement, recevez en cadeau notre formation de 5 ebooks pour bien investir

En cochant cette case, j'accepte la politique de confidentialité de ce site

Placements financiers : épargnants, devenez investisseurs !

Le 20 décembre 2017

anticiper-marche-analyse-technique-300250

banniere-xtb-juillet-2018

Alors que les dépôts à vue non rémunérés atteignent des montants considérables, Café de la Bourse tire la sonnette d’alarme et revient sur les raisons de ce phénomène. Découvrez pourquoi il devient urgent de passer du statut d’épargnant à celui d’investisseur, et comment !

Selon une étude Les Echos/Odoxa de septembre 2017, les Français épargnent en moyenne 14 % de leurs revenus, un quart épargne même plus de 20 % de ses revenus et, sans surprise, on épargne un peu plus quand on a des revenus plus élevés.

Pourquoi les français privilégient-ils les comptes bancaires non rémunérés ?

En 2016, le montant des dépôts à vue non rémunérés a atteint les 400 milliards d’euros en France. De nombreuses raisons permettent d’expliquer cette somme considérable dont la plus grande partie est déposée sur des comptes courants.

La méconnaissance de la finance comme facteur d’explication

La culture financière très lacunaire des Français est sans doute l’une des principales raisons de la situation. En effet, selon l’étude Allianz « Argent, culture financière et risques à l’ère du digital » menée dans 10 pays européens, 1 Français sur 2 seulement sait répondre à des questions basiques sur les taux d’intérêt et l’inflation. C’est donc sans grande surprise que les Français occupent la dernière place du classement de l’étude qui pointe du doigt la faiblesse des connaissances économiques et financières. « Les Européens semblent avoir peu progressé en termes de connaissances financières et de capacité à prendre des décisions financières avisées » souligne l’étude.

Le manque d’éducation financière est également une des raisons avancées par la récente étude Odoxa/Les Echos pour expliquer le comportement des épargnants français. Lorsqu’ a été demandé aux sondés combien ils gagneraient en un an et dix ans s’il plaçaient 100 euros, à 3,5 %. Seulement 39 % des sondés français ont fait un sans faute, contre 46 % pour les allemands et 40 % pour les britanniques.

Ces différentes études témoignent bien de lacunes financières des Français. Dans ce contexte, on comprend mieux l’importance de l’annonce de la Banque de France l’an dernier d’un plan pour l’éducation financière des Français.

La prudence en réponse à l’incertitude

Autre explication à la somme pharaonique que représentent les dépôts à vue non rémunérés des Français : une prédisposition à la prévoyance dans un contexte économique incertain. Un contexte marqué par une instabilité de l’emploi relativement forte, un manque de visibilité sur les lois à venir, autant de raisons qui poussent les Français à rechercher une liquidité absolue de leur épargne.

Le caractère inquiet des Français est en effet un des leviers de l’épargne des Français. L’étude Odoxa/les Echos souligne que lorsqu’on les interroge sur leur motivation, les épargnants sont 52 % à répondre qu’ils économisent parce qu’ils ont « peur pour l’avenir de leur situation économique personnelle » et 35 % invoquent une « peur pour l’avenir de la situation économique du pays ». Cette prudence influe aussi sur le choix des placements. 20 % seulement se disent prêts à opter pour un placement « un peu plus risqué mais avec un meilleur rendement » au lieu d’un « placement sûr à un taux d’intérêt assez faible ». Près de trois quart des sondés perçoivent les placements « dits à risque ou dynamiques »« comme un risque de perdre » leurs économies.

Le faible rendement des produits d’épargne réglementés

À cela s’ajoute encore la baisse des taux des livrets d’épargne qui n’incite pas vraiment à optimiser son épargne. Rappelons que le taux du Livret A est aujourd’hui à 0,75 %, son plus bas historique.

Dans ce contexte, laisser dormir son argent sur son compte courant non rémunéré ou le déposer sur un livret A revient à peu près au même. L’épargnant a donc tout intérêt à endosser la casquette d’investisseur.

Un contexte économique qui peut expliquer l’absence d’investissements

En effet, le contexte économique actuel caractérisé par des taux bas et une possible reprise de l’inflation ainsi que de nouvelles problématiques – il y a souvent une ou plusieurs périodes de chômage au cours d’une carrière, les revenus à la retraite sont de moins en moins conséquents, les frais de santé augmentent avec une prise en charge moindre – devraient rendre les particuliers plus vigilants à faire travailler leur argent.

D’autant que c’est prouvé, être réellement motivé pour investir a un réel impact sur la performance du portefeuille. C’est du moins ce qui ressort de l’étude « Découverte de phi : La motivation comme variable cachée de la performance » réalisée par Center for Applied Research et le CFA Institute de mai 2015 à octobre 2016.  Une raison de plus si cela était nécessaire, de montrer une réelle volonté à investir et engranger de la performance !

La solution : investir en bourse ou dans l’immobilier

Les différences entre l’épargne et l’investissement

Épargner, c’est mettre de côté des sous afin de se constituer un pécule. Pour ce faire, vous pouvez les garder sur un compte courant par exemple. Il s’agit alors d’un dépôt à vue non rémunéré. Mais vous pouvez aussi les placer sur un produit d’épargne sans risque, notamment sur un livret réglementé comme le Livret A ou le LDDS qui rémunèrent votre épargne mais à des taux particulièrement faibles actuellement. Autres solutions : les livrets boostés mais ces derniers s’ils ne présentant aucun risque, n’offrent des rendements très intéressants que pendant quelques mois seulement.

Vous pouvez aussi délaisser l’épargne au profit de l’investissement en achetant des actions, des ETF qui permettent d’investir sur un indice, un secteur, une matière première, ou faire le choix d’investir dans l’immobilier, en direct ou via une SCPI, Société Civile de Placement Immobilier. Investir est très souvent bien plus rémunérateur que les produits d’épargne, mais comporte aussi un risque et nécessite une immobilisation des sommes investies pendant un certain temps. Vous ne bénéficiez plus, contrairement aux livrets défiscalisés, d’une épargne liquide disponible à tout moment.

Consultez aussi notre dossier Bourse : ETF, trackers et conseils

Des investissements diversifiés et sur mesure

Pour investir avec succès et être satisfait de ses investissements, plusieurs règles existent, à respecter absolument. La première : investissez en fonction de votre profil et de vos attentes. Vos investissements doivent être en adéquation avec votre horizon d’investissement, votre profil de risque et vos objectifs d’investissements. Gardez tout de même à l’esprit que l’objectif de rendement est une chose, votre tolérance à la volatilité (au risque) en est une autre.

Deuxième règle à respecter absolument : opter pour un portefeuille diversifié qui vous protégera de la volatilité et vous garantira des revenus plus stables. En investissant dans l’immobilier, le marché action, le marché obligataire et pourquoi pas le marché des devises ou celui des matières premières, vos investissements seront soumis à des variables différents, des niveaux de risques différents, des objectifs de rendement divers. Utilisez donc les différentes classes d’actifs pour arriver au meilleur équilibre rendement-risque possible.

Enfin, n’oubliez évidemment pas de garder une épargne de sécurité disponible à tout moment en cas de coup dur !

Inscrivez-vous à notre formation gratuite et recevez nos 5 ebooks sur l’investissement

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

#

Derniers Dossiers


Francais-frileux-changement-banque
outils mieux gerer argent fins de mois
commandements-pour-booster-carriere
dossier-phare-Banque