Cinq entreprises françaises qui défient les siècles

Le 29 novembre 2017

banniere-ass-vie_300-250

anticiper-marche-analyse-technique-300250

Dans la bible, Hénoch vécut 365 ans. C’est en référence à cette histoire que fut fondé en 1981 l’association Les Hénokiens qui regroupe des entreprises familiales du monde entier, au moins bicentenaires.

Ce sont donc 47 entreprises dites « Hénokiennes », qui se sont rassemblées pour témoigner de leur longévité et leur solidité.

Présentation de cinq entreprises françaises de plus de 200 ans

La porcelaine haut de gamme de Revol Porcelaine

La société Revol Porcelaine, a été fondée en 1789 dans la Drôme. Spécialiste de la porcelaine culinaire, l’entreprise perdure depuis 11 générations et produit aujourd’hui près de 4 millions de pièces par an.

La majorité de sa clientèle provient de l’étranger et la marque est vendue dans 70 pays à travers le monde et notamment chez les inventeurs de la porcelaine, les Chinois.

Les frères Revol sont les pionniers de la fabrication de porcelaine à grès blanc. L’entreprise mettra au point quelques années plus tard, un nouveau produit propre à la porcelaine Revol qui conduira au développement de ses produits vers le haut de gamme.

L’entreprise emploie environ 200 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 21,5 millions d’euros en 2016.

Pas de fausse note pour les Editions Henry Lemoine

Les Editions Henry Lemoine ont été fondées en 1772. L’entreprise s’est spécialisée dans l’édition musicale en commercialisant des partitions de musique classique. La société familiale a notamment été la première à proposer des cours de musique collectifs. Les Editions Henry Lemoine ont également promut des méthodes d’apprentissage de la musique qui sont, encore aujourd’hui utilisées dans le monde entier.

Au début des années 1990, la société ouvre une filiale de distribution de partitions, Hexamusic. En 2000, l’entreprise crée le label de musique classique Aeon, aujourd’hui indépendant. Les années suivantes, la société a réalisé l’acquisition des Editions Delrieu, Van De Velde et Jobert.

L’entreprise emploie moins de 10 personnes pour un chiffre d’affaires qui était en 2016 d’un peu plus de 2,5 millions d’euros.

Consulter également notre article la Tontine, ce placement créé au XVIIème siècle

La soierie Roze, étendard de la soie tourangelle

Cela fait déjà 12 générations que la soierie Roze, tisse pour les plus grands. Depuis 1650, les Roze ont confectionné des pièces pour le palais de Buckingham, le sultanat d’Oman, ou encore le palais royal de Het Loo.

70 % de son chiffre d’affaires est d’ailleurs réalisé grâce à l’exportation et principalement vers les pays anglo-saxons. Au fil des années l’entreprise tourangelle a diversifié ses méthodes de travail et utilise désormais des matières comme le coton, la laine ou encore le lin.

Le chiffre d’affaires de l’entreprise était en 2016 de 660 600 euros et comptait 16 employés.

Mellerio dits Meller, la plus ancienne joaillerie du monde

Si l’Entreprise Mellerio est la plus ancienne joaillerie du monde, c’est grâce à un privilège royal offert par Marie de Médicis en 1613. Après avoir mis à jour une tentative de régicide sur Louis XIII, Marie de Médicis a accordé aux Mellerio la possibilité de d’exercer leur métier de joaillier sans être inquiétés par la concurrence.

Un privilège qui a permis à la famille de fabriquer les bijoux royaux pendant des années, notamment ceux de Marie-Antoinette. Plus récemment, Mellerio dits Meller, ont crée les épées de nombreux académiciens ainsi que le ballon d’or, la cravache d’or ou encore la coupe des mousquetaires (le trophée de Roland Garros). La quatorzième génération aux commandes de la société l’a développé à l’international.

Béligné, un maître coutellier passé maître dans l’art du négoce

La maison fondée en 1610 a compté dès ses origines ou presque quelques clients célèbres et notamment les rois Louis XV et Louis XVI. La qualité des lames faisait consensus et n’a pas empêché les Républicains de se tourner vers l’illustre coutellier qui fournissait la monarchie. La devise de la maison « S’adapter ou disparaître » explique sûrement cette situation.

Aujourd’hui H. Beligné & Fils, dirigée par Jérôme Beligné, représentant la 14ème génération à la tête de la société familiale qui emploie 40 personnes. L’entreprise assure aujourd’hui la représentation et la distribution de nombreuses marques de coutellerie en France. Elle a beaucoup investi ces dernières années dans la robotisation et la digitalisation. Elle a en effet acquis de nouveaux locaux permettant d’accueillir des machines robotisées assurant l’automatisation d’une partie du processus de préparation des commandes pour permettre le traitement de volumes plus importants. Un nouveau portail BtoB digital permet de de traiter entre 20 et 30 % des commandes. « S’adapter ou disparaître » disions-nous !

Difficile de parler des Hénokiens sans évoquer l’entreprise doyenne de l’association, l’auberge japonaise Hoshi. Elle a été crée en 717 dans la ville de Komatsu, près de Tokyo. Aujourd’hui, c’est la 46ème génération qui s’occupe de l’établissement qui compte 100 chambres.

Inscrivez-vous à notre formation gratuite et recevez nos 5 ebooks sur l’investissement

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

#

Derniers Dossiers


investir-societes-biotechs-medical-pharma
investir-obligation

Qu’est-ce qu’une obligation ?

La première chose qui vient à l’esprit lorsque l’on parle d’investissement est le marché des actions. Il est vrai que le monde des actions est […]