XTB : investissez dans les actions avec 0% de commission. Risque de perte en capital*
Qu’est-ce qui contribue à la volatilité d’une action ?

Qu’est-ce qui contribue à la volatilité d’une action ?




Lorsque vous réfléchissez à la volatilité court terme et à votre degré d’acceptation de celle-ci, prenez aussi en compte les risques spécifiques liés à l’investissement. Voyez la volatilité comme un effet secondaire du risque : quand un risque caché se manifeste soudain, vous êtes sûr de voir la volatilité pointer le bout de son nez.

Mais, en diversifiant votre portefeuille, vous pouvez réduire l’impact des facteurs de risque et, ainsi, limiter la volatilité court terme de votre portefeuille.

Le risque de marché

Le risque de marché apparait lorsque l’on est particulièrement exposé à une classe d’actifs ou un secteur en particulier, comme les actions US ou le secteur des technologies. C’est tout simplement le risque de perdre de l’argent sur le marché, qui menace tout opérateur. Cela peut arriver si les investisseurs pensent que la Bourse est surachetée, par exemple, ou que le secteur techno va ralentir sa croissance.

Pour limiter le risque de marché, diversifiez-vous. Achetez des titres sur plusieurs marchés et dans plusieurs secteurs. En procédant de la sorte, votre portefeuille dépendra moins d’un seul marché.

Les risques spécifiques aux entreprises

Le risque de gestion et le risque de prix sont deux facteurs qui participent à la volatilité court terme des marchés actions.

Le risque de gestion est le risque lié directement à l’activité d’une entreprise. Cela inclut tout ce qui peut affecter négativement la rentabilité de la société. Le risque de prix, quant à lui, concerne l’action de l’entreprise plus que son activité. Le prix de l’action n’est-il pas trop élevé par rapport aux résultats, au flux de trésorerie ou aux ventes de la société ?

Pour limiter le risque à une entreprise spécifique, mieux vaut détenir un large éventail d’actions.

Le risque économique

Inflation, taux d’intérêts, croissance économique … un changement dans ces facteurs économiques, voire seulement une rumeur, peut engendrer de la volatilité à court terme.

Pour réduire le risque économique, achetez des titres qui réagissent différemment aux scenarii économiques. Par exemple, les obligations et les titres à haut rendement, telles que les utilities et les sociétés immobilières) performent généralement mal lorsque les taux d’intérêts augmentent.

Le risque-pays

Que vous investissiez seulement dans les actions européennes ou que vous placiez quelques euro sur des places étrangères, vous exposez votre portefeuille à des risques liés au pays. Cela peut être un risque politique (coup d’état, contrôle des changes, etc …) ou socio-économique (désordre, révolution, etc …). A cela peut s’ajouter par extension le risque de change, lié à la devise du pays en question.

Pour minimiser le risque pays, appliquez l’un de ces deux conseils.

Si vous possédez des titres européens et étrangers, investissez sur plusieurs marchés nationaux. Si vous n’investissez que sur les titres européens, assurez-vous que le succès des entreprises dans lesquelles vous investissez ne dépend pas trop d’une seule région du globe. Par exemple, assurez-vous que certaines de vos sociétés soient présentes à l’international. Leurs résultats financiers seront certainement moins volatiles que ceux d’une société présente exclusivement en France.

© 2009; – Cafedelabourse.com